Bibliothèque Méjanes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bibliothèque Méjanes
Image illustrative de l'article Bibliothèque Méjanes
Entrée de la bibliothèque
Présentation
Coordonnées 43° 31′ 29″ nord, 5° 26′ 22″ est
Pays Drapeau de la France France
Ville Aix-en-Provence
Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône
Bibliothèque Méjanes

La bibliothèque Méjanes est la bibliothèque municipale classée d'Aix-en-Provence. Elle est située dans le centre-ville, aux 8–10, rue des Allumettes. Inaugurée le 16 novembre 1810, dans les locaux de l'hôtel de ville, elle emménage en 1989 dans une ancienne manufacture d'allumettes. Depuis 1993, elle est le cœur de la Cité du Livre, qui réunit dans l'ancienne manufacture la bibliothèque, des associations et l'institut universitaire de technologie Métiers du Livre de l'université de la Méditerranée.

Histoire de la bibliothèque[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

La bibliothèque Méjanes trouve son origine dans la riche bibliothèque de Jean-Baptiste Marie de Piquet, marquis de Méjanes, qui a occupé plusieurs postes d'administrateur de la ville et de la province d'Aix-en-Provence mais a surtout été un grand bibliophile. À sa mort, en 1786, il lègue sa bibliothèque (près de 80 000 volumes) aux États de Provence, « sous la condition d'en tenir une bibliothèque ouverte en la ville d'Aix pour l'avantage du public auquel elle sera destinée » et en stipulant que les livres ne pourront être prêtés. La même année « l'assemblée générale des communautés de Provence accepte le legs de la bibliothèque aux conditions exprimées dans le testament, et nomme un architecte, J. A. Raymond, pour aménager une maison encore à acquérir. Dans l'attente, les livres seront transportés à l'hôtel de ville[1] ». Les administrateurs, et en particulier l'archevêque d'Aix, Mgr de Boisgelin mais aussi Jean-Étienne-Marie Portalis, s'occupent de mettre en œuvre la volonté du testateur et réunissent sa bibliothèque, jusqu'alors dispersée dans ses diverses propriétés, à l'hôtel de ville d'Aix. Pendant la Révolution, comme toutes les institutions d'Ancien Régime, les États de Provence sont supprimés ; la bibliothèque devient un dépôt révolutionnaire. Ce dépôt n'est toutefois pas réuni à celui de Marseille (qui est à l'origine de la bibliothèque de Marseille) ; il reste à l'hôtel de ville d'Aix et s'enrichit même de plusieurs bibliothèques confisquées.

Bibliothécaires[modifier | modifier le code]

Les conservateurs de la bibliothèque Méjanes sont[1] :

  • Jean-Joseph Rive (1730 – 1791) ; l'abbé Rive, premier bibliothécaire, est nommé le .
  • Jacques Gibelin (1744 – 1828), nommé le , protège la bibliothèque pendant la Révolution[2],[3].
  • Jean Diouloufet (1771 – 1840) est nommé le .
  • L’archéologue Étienne Rouard (1792 – 1873)[4] est nommé le .
  • Le félibre Jean-Baptiste Gaut (1819 – 1891) est nommé en septembre 1870[5].
  • Louis Mouan est nommé le  ; il sera aussi secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, agriculture, arts et belles-lettres d'Aix[6].
  • Jean-Baptiste Gaut est renommé le .
  • Barthélemy Pust (1842 – xxxx) est nommé le 14 juillet 1891.
  • François Vidal, félibre lui aussi, (1832 – 1911) est nommé le 18 août 1896.
  • Édouard Aude (1868 – 1941) est nommé le 1er mars 1897.
  • Bruno Durand (1890 – 1975) est nommé le 1er février 1936.
  • Annick de Kerversau (1904 – 1994) est nommée le 13 novembre 1958. Elle sera faite Chevalier de l’Ordre National du Mérite le .
  • Suzanne Estève est nommée en 1973.
  • Xavier Lavagne d’Ortigue est nommé le 1er octobre 1982.
  • Danièle Oppetit est nommée le 1er mai 1991.
  • Gilles Eboli est nommé le 1er septembre 1998.
  • Corinne Prévost est nommée le 1er janvier 2009.
  • Rémy Borel est le conservateur actuel, depuis 2013.

La bibliothèque d'Aix s'ouvre au public en 1810[7]. Parmi ses lecteurs l'on peut trouver le jeune Adolphe Thiers, qui, alors étudiant en droit, la fréquente assidûment[8]. Elle s'enrichit au XIXe siècle des souscriptions de l'État, mais aussi de dons : ceux du docteur Baumier, mais aussi d'Auguste Pecoul, et des dons moins importants en nombre qui continuent encore aujourd'hui à enrichir les collections. Quelques acquisitions sont menées, comme celle d'une partie du cabinet des présidents Jules-François-Paul Fauris de Saint-Vincens et Alexandre de Fauris de Saint-Vincens[9].

Au XXe siècle, la bibliothèque connaît des périodes de prospérité, mais aussi d'abandon : dans l'Entre-deux-guerres, l'inspecteur Pol Neveux vient ainsi tous les ans à la bibliothèque pour aider à son entretien et obtenir au moins que les vitres cassées soient remplacées[10]. La bibliothèque Méjanes est restée à l'hôtel de ville jusqu'en 1989. Elle emménage alors dans l'ancienne manufacture des allumettes, qui devient la Cité du Livre quatre ans plus tard. Des annexes ont été ouvertes : les Deux Ormes, la Halle aux Grains et Li Campaneto, et une autre, disparue, à la bastide Jourdan.

Réseau[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui la bibliothèque Méjanes a deux annexes, la bibliothèque de la Halle aux grains et la bibliothèque des Deux ormes ; elle a aussi conservé un bibliobus qui dessert plusieurs quartiers excentrés de la ville.

La bibliothèque Méjanes est constituée de plusieurs services et de plusieurs salles de lecture.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Un cabinet d’amateur au XVIIIe siècle : le marquis de Méjanes bibliophile, catalogue de l’exposition, notices rédigées par Jean-Marc Chatelain, Aix-en-Provence, Cité du Livre, Paris, Association internationale de bibliophilie, 2006.
  • Gilles Eboli, « La Cité du Livre d’Aix-en-Provence », Bulletin des bibliothèques de France, 45, no 5, 2000, p. 72-77 en ligne, consulté le 20 mars 2008.
  • Jacques Gibelin, Observations sur la bibliothèque Méjanes…, 1790.
  • Jacques Gibelin, Détail historique et observations sur la bibliothèque Méjanes, Aix-en-Provence, Gibelin-David et Émeric-David, 1793.
  • Marquis de Lagoy, Lettre à M. le maire d’Aix au sujet du prêt des livres de la bibliothèque Méjanes formellement interdit par le donateur et autorisé par un arrêté municipal du 1er décembre 1847, par le Marquis de Lagoy représentant le Marquis de Méjanes, son grand-oncle, Aix, A. Makaire, 1873.
  • Xavier Lavagne, « Le marquis de Méjanes et ses livres », dans Histoire des bibliothèques françaises. 2. Les bibliothèques sous l'Ancien Régime 1530–1789, sous la direction de Claude Jolly, rééd, Paris,  éd. du Cercle de la Librarie, 2008, p. 334-338.
  • Raphaële Mouren, « La bibliothèque Méjanes : Le legs du marquis de Méjanes et de ses conséquences », dans Je lègue ma bibliothèque à... dons et legs dans les bibliothèques, éd. Raphaële Mouren, Meolans Revels, Atelier Perrousseaux, 2010 (Kitab Tabulae).
  • Danièle Oppetit, « La bibliothèque Méjanes », Patrimoine des bibliothèques de France, [Paris], Banque CIC pour le livre, consulté le 18 mars 2010.
  • Ulysse Robert, « Introduction », dans Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France : départements, t. 16, Aix-en-Provence, par M. l’abbé Albanès, Paris, librairie Plon, 1894.
  • Étienne Rouard, Notice sur la bibliothèque d’Aix, dite de Méjanes ; précédée d’un essai sur l’histoire littéraire de cette ville, sur ses anciennes bibliothèques publiques, sur ses monuments, etc., Paris, Firmin Didot frères et Treuttel et Wurtz / Aix, Aubin, 1831, 312 p..
  • Jean Stouff, « Les bibliothèques publiques d'Aix-en-Provence au XVIIIe siècle », Annales du Midi, 239, juillet–septembre 2002, p. 293–317.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b [PDF] « Chronologie de la Méjanes 1786 – 2015 », sur le site citedulivre-aix.com.
  2. Aix ancien et moderne, ou description des édifices sacrés et profanes, établissements, monuments antiques, du Moyen Âge et modernes, bibliothèques, cabinets, promenades d’Aix (…), Jean-François Porte, deuxième édition, Aix, de l’imprimerie de G. Mouret, 1833, p. 84–85.
  3. Article sur le centenaire de la Méjanes, Édouard Aude, publié dans Le Mémorial d'Aix du .
  4. Dossier d'archives 4T45, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, ou Fiche du Comité des travaux historiques et scientifiques. Étienne Antoine Benoit Rouard est l'auteur d'un document cité dans la bibliographie de cet article.
  5. [PDF] Jan-Batisto Gaut, de Marie Thérèse Jouveau sur le site du Centre International de l'Écrit en Langue d'Oc, cieldoc.com.
  6. Fiche de la BNF.
  7. Ouverture de la bibliothèque de Méjanes, le seize novembre dix-huit cent dix, dans les salles de l’Hôtel-de-Ville, Aix, de l’Imprimerie de D. F. Chevalier, 1810.
  8. Pierre Guiral, Adolphe Thiers ou De la nécessité en politique, Fayard, 1986, p. 23.
  9. Voir la liste des collections les plus importantes dans le Répertoire national des fonds documentaires.
  10. Lettres au bibliothécaire et rapports de Pol Neveux, bibliothèque Méjanes, archives inédites.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]