Morangis (Essonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Morangis
Morangis (Essonne)
L’hôtel de ville.
Blason de Morangis
Blason
Morangis (Essonne)
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Palaiseau
Intercommunalité Métropole du Grand Paris
Maire
Mandat
Brigitte Vermillet
2020-2026
Code postal 91420
Code commune 91432
Démographie
Gentilé Morangissois
Population
municipale
13 729 hab. (2017 en augmentation de 10,04 % par rapport à 2012)
Densité 2 860 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 20″ nord, 2° 19′ 57″ est
Altitude Min. 47 m
Max. 100 m
Superficie 4,8 km2
Élections
Départementales Canton de Savigny-sur-Orge
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Morangis
Géolocalisation sur la carte : Essonne
Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Morangis
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Morangis
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Morangis
Liens
Site web morangis91.com

Morangis (prononcé [moʁɑ̃ʒis] Écouter) est une commune française située à dix-huit kilomètres au sud de Paris dans le département de l’Essonne en région Île-de-France.

Auparavant appelé Louans, le lieu fut longtemps partagé entre nobles parisiens et congrégations religieuses et occupé par les vignerons et les maraîchers. Desservie à la fin du XIXe siècle par un tramway, l’Arpajonnais, le territoire fut loti dès l’entre-deux-guerres avant que ne fut développée une importante zone d'activité à la faveur de l’ouverture de l’autoroute A6. Avec une population multipliée par deux en quarante années, c’est au début du XXIe siècle une commune à la fois résidentielle et industrielle participant à la vitalité économique du nord-ouest essonnien.

Ses habitants sont appelés les Morangissois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Position de Morangis en Essonne.

Morangis est située au nord du département de l’Essonne, totalement intégré à l’agglomération parisienne dans la région Île-de-France, au cœur de l’ancien pays et aujourd’hui région naturelle du Hurepoix.

La commune occupe un territoire approximativement rectangulaire orienté du nord au sud et totalisant une superficie de quatre cent quatre-vingt hectares.

Situé sur le coteau sud du plateau aride de Longboyau, le territoire s’étage ainsi entre quarante-sept mètres au minimum et cent mètres au maximum avec une altitude moyenne à quatre-vingt mètres.

La commune est située à dix-huit kilomètres au sud de Paris-Notre-Dame, point zéro des routes de France, onze kilomètres au nord-ouest d’Évry, sept kilomètres à l’est de Palaiseau, huit kilomètres au nord-est de Montlhéry, treize kilomètres au nord-est d’Arpajon, quinze kilomètres au nord-ouest de Corbeil-Essonnes, vingt-quatre kilomètres au nord de La Ferté-Alais, trente-deux kilomètres au nord-est d’Étampes et trente-quatre kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt.

Elle est en outre située à cent vingt kilomètres au sud-ouest de son homonyme Morangis dans la Marne.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

À l’extrême sud de la commune coule le ruisseau Le Bief, affluent de la rive gauche de l’Yvette, s’agissant du seul cours d'eau naturel de la commune. La limite communale est pour partie matérialisée par le passage de l’aqueduc de la Vanne et du Loing. Dans le parc de l’ancien château subsiste un petit étang.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La commune de Morangis est établie en bordure du plateau de Longboyau, sur le coteau nord de la vallée de l’Yvette. Son altitude varie entre quarante-sept mètres au minimum à l’extrême sud-ouest du territoire et cent mètres à l’est au lieu-dit La Butte au Sable. Le centre-ville est situé à une altitude approximative de soixante-dix huit mètres[2] et la portion communale du plateau de Longboyau culmine à quatre-vingt-quatre mètres[3]. La toponymie a conservé l’histoire et les caractéristiques des lieux avec les appellations la Butte rouge et la Butte aux sables au sud et la Marnière de Contin au nord. Le terrain est caractéristique du bassin parisien avec une succession de couches de sable de Fontainebleau et de meulière, de marne et de gypse sur un sous-sol de calcaire[4].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune occupe un territoire étendu du nord au sud, relativement parallèle à ses voisines que sont Chilly-Mazarin à l’ouest et au nord-ouest séparée en partie par la rue des Édouets, l’avenue Victor Hugo, l’avenue des Pommiers et l’avenue de la Cour de France et Paray-Vieille-Poste à l’est et au nord-est séparée par l’allée des meuniers. Au nord le chemin de Morangis à Paray-Vieille-Poste marque la frontière avec Wissous dans l’emprise aéroportuaire, au sud-ouest, la voie de Corbeil matérialise la limite avec Longjumeau et du sud au sud-est, le chemin de Charaintru, l’avenue Évariste Galois, la rue de Savigny, l’avenue de l’Armée Leclerc servent de frontière avec Savigny-sur-Orge.

Climat[modifier | modifier le code]

Morangis, située en Île-de-France, bénéficie d’un climat océanique dégradé aux hivers frais et aux étés doux, et est régulièrement arrosée sur l’ensemble de l’année.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Traversée dans sa partie sud par une portion de l’autoroute A6, la commune est cependant à l’écart des grands axes routiers et ferrés, ne disposant sur son territoire que d’accès à la route départementale 118 et la Route départementale 167, empruntées par plusieurs lignes d’autobus du réseau RATP

Le centre-ville est traversé historiquement par la D 118, dite « route de la Seine » puisqu’elle y mène, elle a été doublée d’une déviation servant de rocade par le nord avec la même numérotation. Du centre-ville part aussi la D 167 qui rejoint au sud Savigny-sur-Orge et la D 25. Ces axes routiers d’importance locale sont empruntés par 4 lignes régulières d’autobus du réseau de bus RATP qui permettent de relier Paris soit directement par l'autoroute A6 soit par les (RER)(B)(C)(D):

  • Bus297[5] qui permet de rejoindre le RER B à Antony en journée et Porte d'Orléans le soir via la N20,
  • Bus299[6] qui permet de rejoindre Porte d'Orléans directement par l'autoroute A6 (voie dédiée aux taxis/bus le matin sur l'A6a dans le sens Province → Paris),
  • Bus 399[7] qui permet de rejoindre le RER B à Massy-Palaiseau et les RER C et D à Juvisy,
  • Bus 492[8] qui permet de rejoindre le RER C à Savigny-Sur-Orge.

Ces lignes assurent environ 420 passages par jour au total en semaine[Quand ?]. Bien qu'il y ait eu une station à l'époque de l'Arpajonnais, aucune gare n’est présente sur le territoire, la plus proche est la gare de Chilly-Mazarin sur le (RER)(C) .

À l’extrême nord du territoire, 2,4 % de l’emprise au sol de l’aéroport Paris-Orly est située sur les terrains de la commune sans qu’aucune installation n’y soit construite, la commune est en outre située à trente-sept kilomètres au sud-ouest de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Occupation des sols en 2008.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 70,6 % 338,80
Espace urbain non construit 8,8 % 42,09
Espace rural 20,7 % 99,30
Source : Iaurif-MOS 2008[9]

Structurellement, la commune se divise entre une importante zone d'activité à l’est et des quartiers pavillonnaires à l’ouest caractéristique de la banlieue parisienne.

Le territoire communal est composé de plusieurs ensembles distincts dont à l’est une large part de zones d’activité ininterrompue avec du nord au sud les zones industrielles Les Portes de Morangis, la zone industrielle Nord, la zone industrielle Centrale du Val, la zone industrielle Sud et la zone industrielle des Sables.

Plusieurs [quartiers ont été nommés en reprenant les toponymes originaux comme la Butte Rouge au sud, le Belvédère et le Poirier Marlé, le Parc, lotissement pavillonnaire dans l’ancien parc du château, les Blés d’Or à la frontière avec Savigny-sur-Orge et la Croix Boisselière au nord en bordure de l’aéroport.

Des lieux-dits subsistent encore comme la marnière de Contin à proximité de Paray-Vieille-Poste, le Cheminet à la limite avec Wissous et le Pont des Morts en bordure du Bief.

L’Insee découpe la commune en quatre îlots regroupés pour l'information statistique (Îlots IRIS) soit Croix Boisselière-Blés d'Or, l’Avenir, Ormeteau et Poirier Marle[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu était appelé Louans avant 1693 et le renommage obtenu par le seigneur local Jean-Jacques de Barillon[11]. La commune fut créée en 1793 avec son nom actuel[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

Le lieu fut cité pour la première fois en 1175 sous l’appellation de Louans[13]. Une première église fut édifiée au XIIe siècle[14].

Agriculture et seigneurie[modifier | modifier le code]

Carte de la région de Morangis au XVIIe siècle par Cassini.

En 1551, l’église paroissiale fut bénite par l’évêque Nicolas Boucher[15]. Au XVIe siècle, le lieu occupé par des vignerons et des maraîchers fut acquis par des nobles parisiens[13]. Au début du XVIIe siècle, Antoine Bradan, Maître d'hôtel du roi et capitaine du régiment de Champagne fit construire le château Saint-Michel[16]. En 1693, le seigneur du lieu Jean-Jacques de Barillon, Chancelier de France, fit changer le nom de Louans en Morangis, du nom du village possédé par son oncle Jean-Paul de Barillon, ambassadeur de France en Angleterre[17]. En 1701 fut construit le château de Louans[18]. En 1735, le domaine revint à Jean Masson de Plissay, Secrétaire du roi[19].

Le , le seigneur de Morangis Joseph François Foullon fut l’une des premières victimes de la Révolution française en étant pendu avec son gendre Louis Bénigne François Berthier de Sauvigny[13].

Congrégations religieuses et développement[modifier | modifier le code]

En 1850, la congrégation de Notre-Dame-de-Lorette ouvrit une maison de retraite puis un orphelinat dans la maison du Désert[20]. En 1868, le château Saint-Michel devint une pension puis en 1878 un orphelinat géré par la congrégation de Notre-Dame-des-Anges jusqu’en 1975[16]. En 1875 fut construite la première mairie-école. En 1889, une école fut ouverte à la place de l’orphelinat du Désert[20]. En 1894, l’ouverture de la ligne de tramway de l’Arpajonnais permit aux producteurs de la commune d’accéder facilement aux Halles de Paris[17]. En 1917, les sœurs de la congrégation de Notre-Dame-des-Anges accueillirent des "enfants venus de la zone de combat[21]".

En 1921, furent aménagés les premiers lotissements pavillonnaires de la commune. En 1924, les Sœurs de Saint-Vincent-de-Paul ouvrirent une maison de convalescence, transféré aux dominicaines en 1954 jusqu’au rachat par la commune en 1995[22]. En 1930 s’ouvrit une briqueterie industrielle[13]. En 1931 fut inauguré le groupe scolaire Louis Moreau[23]. En 1936, la Société des transports en commun de la région parisienne remplaça l’Arpajonnais par un service d’autobus[24]. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les nazis occupèrent le château de Louans et l’incendièrent avant leur départ[18]. Le , la 2e division blindée libéra la commune.

En 1958 fut inauguré l’actuel hôtel de ville, en 1960 fut inaugurée l’autoroute A6, en 1961 l’aéroport Paris-Orly puis à partir de 1963 se développa la zone d'activité communale[17]. En 1976, la commune scella un jumelage avec Plaidt en Allemagne, suivi en 1994 par Chard, en 1998 par Lézardrieux et en 2006 par Pechão.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Antérieurement à la loi du [25], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département de l'Essonne et à son arrondissement de Palaiseau après un transfert administratif effectif au .

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la sixième circonscription de l'Essonne.

Elle faisait partie de 1793 à 1967 du canton de Longjumeau du département de Seine-et-Oise. Lors de la mise en place du Val-d'Oise, elle est rattachée en 1967 au canton de Savigny-sur-Orge puis, en 1975, au canton de Chilly-Mazarin[12]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est toujours membre, est modifié, passant à 3 communes.

L’organisation juridictionnelle rattache les justiciables morangissois au tribunal d’instance et au conseil de prud’hommes de Longjumeau, au tribunaux de grande instance et de commerce d’Évry et à la cour d'appel de Paris[26].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre fondateur de la communauté de communes Les Portes de l’Essonne devenue communauté d'agglomération en 2009.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la volonté gouvernementale de favoriser le développement du centre de l'agglomération parisienne comme pôle mondial est créée, le , la métropole du Grand Paris (MGP), dont la commune est membre[27].

La loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du prévoit également la création de nouvelles structures administratives regroupant les communes membres de la métropole, constituées d'ensembles de plus de 300 000 habitants, et dotées de nombreuses compétences, les établissements publics territoriaux (EPT).

La commune a donc également été intégrée le à l'établissement public territorial Grand-Orly Seine Bièvre[28] et qui succède à plusieurs intercommunalités :

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Au regard des derniers résultats enregistrés dans la commune lors des scrutins électoraux, il apparaît que les électeurs morangissois ont tendance à voter à droite aux élections nationales et à gauche aux élections locales. Ainsi en 2002, le candidat à la présidentielle Jacques Chirac (RPR) obtint 81,18 % des voix et la candidate aux élections législatives Véronique Carantois (UMP) obtint 59,07 % des voix, nettement plus que dans le reste de la circonscription. En 2004, comme dans le reste du pays pour les élections européennes c’est le candidat Harlem Désir (PS) arriva en tête, comme le candidat aux élections régionales remportées par Jean-Paul Huchon (PS) et le candidat sortant aux élections cantonales Gérard Funès (PS). En 2005, les électeurs Morangissois rejetèrent à 51,72 % le traité de Rome alors qu’ils avaient largement approuvé à 53,07 % le traité de Maastricht[30]. En 2007 le candidat à l’élection présidentielle Nicolas Sarkozy (UMP) obtint dans la commune 59,33 %, score nettement supérieur au reste du pays et la candidate Véronique Carantois (UMP) obtint 56,89 %, résultat toujours supérieur au reste de la circonscription mais inférieur à celui enregistré cinq ans plus tôt. En 2008, la candidat Pascal Noury (DVG) remporta l’élection municipale avec 50,03 % des voix mais vit l’élection annulée. Il fut cependant réélu dès le premier tour en 2009 lors d’élections partielles avec 57,21 % des voix, cette même année, le candidat aux élections européennes Michel Barnier (UMP devança largement son adversaire avec 31,92 % des voix. En 2010, dans une élection classique à deux tours pour les régionales, le candidat Jean-Paul Huchon (PS) renforça son avance avec 53,90 % des voix.


Élections présidentielles

Résultats des deuxièmes tours


Élections législatives

Résultats des deuxièmes tours


,Élections européennes

Résultats des deux meilleurs scores


Élections régionales

Résultats des deux meilleurs scores


Élections cantonales et départementales

Résultats des deuxièmes tours


Élections municipales

Résultats des deuxièmes tours


Référendums

Politique locale[modifier | modifier le code]

La maire élu lors des élections municipales de 2020, Brigitte Vermillet (LR), préside un conseil municipal composé de trente-deux élus dont vingt-cinq pour sa majorité et sept pour l’opposition. Elle est assistée dans ses fonctions par neuf adjoints au maire.

Jean-Marc DUFOUR : 1er Maire-adjoint chargé de l'urbanisme et des travaux.

Monique CANCALON : 2e Maire-adjointe chargée de l'action sociale, de la santé et du devoir de mémoire.

Robert ALLY : 3e Maire-adjoint chargé des finances locales et commande publique.

Marie HAMIDOU : 4e Maire-adjointe chargée de la vie éducative et relations avec les familles.

Jeannette BRAZDA : 5e Maire-adjointe chargée de l'écologie urbaine et protection animale.

Jean-Jacques LEGRAND : 6e Maire-adjoint chargé des sports.

Quynh NGO : 7e Maire-adjointe chargée des mobilités et Nouvelles technologies.

Martine MUSA : 8e Maire-adjointe chargée de la culture.

Pascal LEROY : 9e Maire-adjoint chargé de la vie associative.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[52]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Maire en 1965   Albert Diwo[53]    
mars 1971 mars 1989 Claude Bigot[54] DVD Conseiller général de Chilly-Mazarin (1979 → 1998)
Vice-président du conseil général de l'Essonne [Quand ?]
mars 1989 mars 2008[55] Daniel Tréhin DVD  
mars 2008[55] 2020[56] Pascal Noury[57],[58],[59] PS[58] puis GRS[59] Enseignant
Vice-président de l'EPT Grand-Orly Seine Bièvre (2016 → )

Distinctions et labels[modifier | modifier le code]

La ville a été récompensée par une fleur au concours des villes et villages fleuris en 2009[60] puis deux fleurs à partir du palmarès 2011[61]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Europe laea location map.svg

Localisation des villes jumelées avec Morangis.

Morangis a développé des associations de jumelage avec :

Elle a aussi développé un partenariat de développement avec Imerina Imady à Madagascar depuis 2007[67].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[68],[Note 1]

En 2017, la commune comptait 13 729 habitants[Note 2], en augmentation de 10,04 % par rapport à 2012 (Essonne : +4,74 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
305299323238243232230232232
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
228205221375378371365398449
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4453783704591 2462 0432 7062 4663 593
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
5 2206 8748 4929 41610 04310 61111 48112 59213 566
2017 - - - - - - - -
13 729--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[69].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lors du premier recensement des personnes intervenus en 1793 après la création de la commune, Morangis comptait trois cent cinq habitants, elle connut une lente décroissance au cours des cinquante années suivantes pour tomber à seulement deux cent cinq habitants en 1861 avant d’entamer une croissance soutenue avec en 1872 trois cent soixante-quinze résidents et quatre cent quarante-cinq en 1901.

Le début du XXe siècle fut marqué par ne relative chute du nombre d’habitants jusqu’à trois cent soixante-dix en 1911 avant l’explosion démographique commune à toutes l’agglomération parisienne, faisant passer le village à mille deux cent quarante six habitants en 1926, chiffre doublé en vingt ans malgré la Seconde Guerre mondiale, progression poursuivit jusqu’à ce jour avec le cap des dix mille résidents franchit en 1990 et une population totale de onze mille cinq cent onze habitants en 2007.

L’immigration d’étrangers compte pour une part relativement importante dans cette évolution positive avec en 1999 9,7 % des habitants de nationalité étrangère[70], avec 5,6 % de Portugais, 1,5 % d’Italiens, 0,4 % d’Algériens et de Marocains, 0,3 % d’Espagnols et 0,2 % de Tunisiens[71].

Pyramide des âges (2009)

L’analyse de la pyramide des âges de Morangis comparée à celle du département montre certaines dissemblances dans la répartition des catégories de population, avec une présence nettement moins importante dans la commune de jeunes de moins de quinze ans et à l’inverse nettement plus importante des personnes entre quarante-cinq en quatre-vingt-neuf ans, caractéristique des communes ayant connu un développement rapide durant la seconde moitié du XXe siècle sans renouvellement conséquent de la population. Ainsi en 1999 seulement 29,5 % de la population avait moins de vingt-cinq ans[70].

Pyramide des âges à Morangis en 2009 en pourcentages[72].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,3 
75 à 89 ans
7,9 
13,0 
60 à 74 ans
13,8 
21,7 
45 à 59 ans
22,5 
20,5 
30 à 44 ans
20,5 
20,9 
15 à 29 ans
16,4 
18,5 
0 à 14 ans
18,2 
Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[73].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le lycée Marguerite Yourcenar.
La bibliothèque municipale.
Le stade municipal.
L'église Saint-Michel.
La chapelle Notre-Dame-de-l’Espérance.

Les élèves de Morangis sont rattachés à l’académie de Versailles.

En 2020, la commune dispose sur son territoire des écoles maternelles des Acacias et des Hirondelles, des écoles élémentaires Édouard Herriot, Louis Moreau[Note 3],[74], l’école primaire privée Saint Joseph[75] catholique rattachée au diocèse[76]et de l'école Nelson Mandela, du collège Michel Vignaud et du lycée polyvalent Marguerite Yourcenar[77]. Les jeunes enfants sont accueillis dans la crèche du Petit bois des Sables ou au jardin d'enfants du jardin à Malices. La commune dispose en outre du centre de loisirs des Mouflets.

Santé[modifier | modifier le code]

En 2010, la commune dispose sur son territoire de la résidence pour personnes âgées Gabriel Fontaine et d’un centre de protection maternelle et infantile[78].

Toujours en 2010, neuf médecins[79], trois chirurgiens-dentistes[80] et quatre pharmacies[81] sont implantés dans la commune.

Culture[modifier | modifier le code]

En 2010, une école municipale de danse classique, contemporaine, modern'jazz et zumba est installée dans l’espace Saint-Michel, une école municipale d’art dramatique installée dans l’espace Pierre Loti. Elle dispose en outre d’une salle des fêtes et de la maison des jeunes et de la culture Relief[82].

Sports[modifier | modifier le code]

La commune de Morangis dispose sur son territoire de plusieurs équipements à caractère sportif[Quand ?] dont le stade municipal, le Complexe sportif évolutif couvert équipé d’un dojo, les gymnases Édouard Herriot, des Chardonnerets, Michel Vignaud, d’un boulodrome et d’un golf compact urbain. La plupart des associations sont partenaires de celles situées dans la commune voisine de Chilly-Mazarin[réf. nécessaire].

Autres services publics[modifier | modifier le code]

Outre les services municipaux, la commune accueille en 2010 sur son territoire d'un bureau de poste[83].

La sécurité est alors assurée par le commissariat de police nationale de Savigny-sur-Orge[84] et par le centre de secours mixte de cette même commune[85].

Deux avocats[86] et un notaire[87] sont installés en 2010 dans la commune.


Lieux de culte[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique de Morangis est rattachée au secteur pastoral de Longjumeau et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l’église Saint-Michel et de la chapelle Notre-Dame-de-l’Espérance[88].

Médias[modifier | modifier le code]

L’hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d’émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune de Morangis dispose sur son territoire d’une importante zone d'activités découpés entre les ensembles Nord, des Portes, du Val, Sud et des Sables. Elle accueille ainsi les sièges sociaux français de Facom[89] et Velux[90].

Parmi les entreprises implantées, Sleever International est répertoriée pour ses émissions de dioxyde de carbone et de composés organiques volatils non-méthaniques et pour ses prélèvements en eau potable[91].

La commune est intégrée au bassin d'emploi d’Orly qui regroupait en 2006 trente communes, 469 279 habitants et 164 263 emplois dans le secteur tertiaire et seulement 9,7 % de la population était au chômage[92].

En 2007, la population active de la commune était estimée à 5 663 personnes dont 7,5 % était au chômage, la commune disposant sur son territoire de sept mille cent emplois répartis entre sept cent vingt-trois établissements.

En 2000, cinq exploitations agricoles étaient encore actives sur le territoire communal toutes constituées de fermage et le maraîchage.

Trois hôtels classés deux étoiles sont implantés dans la commune[93].

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

La commune de Morangis se distingue dans sa structure sociale par une présence prédominante d’ouvriers, nettement supérieure aux zones de comparaison locales et nationales et par une présence relativement supérieure de cadres, alors que les employés et les professions intermédiaires sont moins représentées qu’ailleurs.

La répartition sectorielle est aussi divergente avec une forte présence de l’industrie sur le territoire qui se démarque nettement du bassin d’emploi et une présence relativement importante du commerce et des services aux entreprises.

Il en résulte quelques disparités puisque si le revenu net imposable moyen s’élevait en 2007 à 28 822 €, 27,6 % de la population n’était pas imposable sur le revenu et 74,1 % de la population était propriétaire de son logement, un pavillon individuel dans 70,2 % des cas[93].

En 2006, le revenu fiscal médian par ménage était de 22 397 €, ce qui plaçait la commune au 1 215e rang parmi les 30 687 communes de plus de cinquante ménages que compte le pays et au 113e rang départemental[94].


Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Morangis 0,0 % 4,6 % 16,4 % 24,0 % 25,6 % 29,4 %
Zone d’emploi d’Orly 0,1 % 4,6 % 15,2 % 27,8 % 30,3 % 22,1 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Morangis 0,2 % 22,1 % 9,6 % 18,2 % 18,0 % 6,8 %
Zone d’emploi d’Orly 0,5 % 8,1 % 7,2 % 15,0 % 14,3 % 6,3 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[93],[95],[96]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le parc Saint-Michel.
Le château Saint-Michel.

La commune dispose sur son territoire de plusieurs parcs et square dont le vaste parc Saint-Michel, le parc de la Galande, les squares Lavoisier, Plaidt et Chard. .

Une partie du parc Saint-Michel et toute la plaine agricole au nord du territoire ont été recensés au titre des espaces naturels sensibles par le conseil départemental de l’Essonne[97].

Aucun immeuble morangissois n’a fait l’objet d’un classement ou d’une protection particulière.

Le patrimoine compte cependant l’église Saint-Michel datant du XVIe siècle[98], le château Saint-Michel qui fut construit au XVIIe siècle[99] comme le kiosque implanté dans le parc[100] et la maison du Désert voisine[101].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

La fabrication de la pâtisserie Ladurée et de ses célèbres macarons se situe Avenue des Froides Bouillies[réf. nécessaire]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Morangis :

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]


Blason de Morangis.

Les armes de Morangis se blasonnent : Écartelé : au premier et au quatrième d’azur au chevron d’or accompagné de trois coquilles du même, au deuxième et au troisième d’azur au coq d’or crêté, barbé et membré de gueules.[102]

La commune s’est en outre dotée d’un logotype.

Logo commune de Morangis.svg

Morangis dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

La commune de Morangis a accueilli le tournage du film Fifty-Fifty de Pascal Vidal sorti en 1981[103].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes de l'Essonne - tome 1, Paris, Editions Flohic, , 1053 p. (ISBN 2-84234-126-0), « Morangis », p. 174–182
  • Michel Boilleau, De Louans à Morangis : Histoire d’un village, Imprimerie de Ponthierry,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.
  3. Monsieur Louis Moreau, inspecteur d’Académie pour le canton de Longjumeau, arrêté par la gestapo en avril 1944 et mort au cours de son transfert en déportation. Cf. École Louis Moreau sur le site www.morangis91.com.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 06/04/2009.
  2. Fiche de la borne géodésique P.A.F3-28 sur le site de l’Ign. Consulté le 28/11/2010.
  3. Fiche de la borne géodésique P.A.F3-206 sur le site de l’Ign. Consulté le 28/11/2010.
  4. %2FC48 Fiche géologique de Morangis sur le site du Brgm. Consulté le 26/08/2012.
  5. Plan de la ligne 297 du réseau de bus RATP sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 28/11/2010.
  6. Plan de la ligne 299 du réseau de bus RATP sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 28/11/2010.
  7. Plan de la ligne 399 du réseau de bus RATP sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 28/11/2010.
  8. Plan de la ligne 492 du réseau de bus RATP sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 28/11/2010.
  9. Fiche communale d’occupation des sols en 2008 sur le site de l’Iaurif. Consulté le 11/11/2010.
  10. Carte de zonage de Morangis sur le site de l’Insee. Consulté le 26/02/2011.
  11. Guide complet des 196 communes de l’Essonne, Michel de La Torre, Éd. Deslogis-Lacoste, 1992, (ISBN 2-7399-5091-8).
  12. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. a b c et d Histoire de Morangis sur le site topic-topos.com Consulté le 18/12/2010.
  14. Présentation de l’église Saint-Michel sur le site officiel de la commune. Consulté le 18/12/2010.
  15. Fiche de l’église Saint-Michel sur le site topic-topos.com Consulté le 18/12/2010.
  16. a et b Fiche du château Saint-Michel sur le site topic-topos.com Consulté le 18/12/2010.
  17. a b et c Histoire de Morangis sur le site officiel de la commune. Consulté le 18/12/2010.
  18. a et b Fiche des communs du château de Louans sur le site topic-topos.com Consulté le 18/12/2010.
  19. Histoire du château de Louans sur le site officiel de la commune. Consulté le 18/12/2010.
  20. a et b Fiche de la maison du Désert sur le site topic-topos.com Consulté le 18/12/2010.
  21. Marie-Claire Roux, En arrière toutes ! Des villes de banlieue dans la Grande Guerre, Athis-Mons, Maison de Banlieue et de l’Architecture, , 96 p. (ISBN 978-2-9538890-8-6), p. 66
  22. Fiche du dispensaire des Sœurs de la charité sur le site topic-topos.com Consulté le 18/12/2010.
  23. Fiche de l’école Louis Moreau sur le site topic-topos.com Consulté le 18/12/2010.
  24. Présentation de l’Arpajonnais sur le site officiel de la commune. Consulté le 18/12/2010.
  25. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  26. Organisation juridictionnelle sur le site du ministère de la Justice. Consulté le 04/12/2010.
  27. Décret no 2015-1212 du 30 septembre 2015 constatant le périmètre, fixant le siège et désignant le comptable public de la métropole du Grand Paris, sur Légifrance
  28. Décret no 2015-1665 du 11 décembre 2015 relatif à la métropole du Grand Paris et fixant le périmètre de l'établissement public territorial dont le siège est à Vitry-sur-Seine sur Légifrance.
  29. « Les Lacs de l'Essonne », sur leslacsdelessonne.fr
  30. Résultats du référendum de 1992 à Morangis sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 05/12/2010.
  31. Résultats de l’élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 12/08/2009.
  32. Résultats de l’élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 12/08/2009.
  33. Résultats de l’élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 07/05/2012.
  34. Résultats de l’élection législative 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 12/08/2009.
  35. Résultats de l’élection législative 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 12/08/2009.
  36. Résultats de l’élection législative 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/06/2012.
  37. Résultats de l’élection européenne 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 12/08/2009.
  38. Résultats de l’élection européenne 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 12/08/2009.
  39. Résultats de l’élection européenne 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 27/12/2015.
  40. Résultats de l’élection régionale 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 12/08/2009.
  41. Résultats de l’élection régionale 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 23/03/2010.
  42. Résultats de l’élection régionale 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 27/12/2015.
  43. Résultats de l’élection cantonale 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 12/08/2009.
  44. Résultats de l’élection cantonale 2011 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 01/04/2011.
  45. Résultats de l’élection départementale 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 27/12/2015.
  46. Résultats de l'élection municipale de 2001 à Morangis sur le site du quotidien Le Figaro. Consulté le 29/12/2010.
  47. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 24/01/2013.
  48. Résultats de l’élection municipale partielle 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 05/11/2009.
  49. Résultats de l’élection municipale 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 27/12/2014.
  50. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 12/08/2009.
  51. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 12/08/2009.
  52. Les maires de Morangis, sur mairesgenweb.org (consulté le 8 juin 2009)
  53. « Les liens entre la ville de Morangis et Lézardrieux existent depuis 1965, où Albert Diwo et Marcel Le Corre, respectivement maire de Morangis et maire de Lézardrieux, se concertèrent quant à l’achat du Domaine de Kermenguy. » [1]
  54. « Claude Bigot, l’ancien maire de Morangis n’est plus : Claude Bigot, maire de Morangis de 1971 à 1989 est décédé en cette fin de semaine », Essonne Info,‎ (lire en ligne, consulté le 6 janvier 2020) « Elu maire de la commune en 1971, celui-ci a ensuite été réélu à deux reprises en 1977 et 1983 ».
  55. a et b « Battu pour trois voix, Daniel Tréhin rêve de revanche », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 6 janvier 2020).
  56. Nolwenn Cosson, « Après 12 années à la tête de Morangis, Pascal Noury fait ses adieux : Le maire a annoncé qu’il ne briguera pas un nouveau mandat, préférant laisser sa place à de nouveaux « citoyens engagés » », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 6 janvier 2020).
  57. AFP, « Election municipale annulée à Morangis : Le tribunal administratif de Versailles a annulé mardi l'élection municipale de Morangis (ville de 10.000 habitants de l'Essonne), remportée à trois voix près au 1er tour le 9 mars par la liste menée par Pascal Noury (PS) », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 6 janvier 2020).
  58. a et b « Pascal Noury vraiment maire », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 6 janvier 2020) « Ce matin, le PS Pascal Noury doit être officiellement désigné maire par le conseil municipal après sa réélection au premier tour des municipales partielles du 5 juillet ».
  59. a et b Laurent Degradi, « Morangis : le directeur de cabinet veut passer de l’ombre à la lumière : L’actuel collaborateur de Pascal Noury, maire sortant de Morangis, sera candidat aux municipales de 2020. Un cas de figure plutôt inhabituel », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 6 janvier 2020).
  60. Palmarès départemental sur le site officiel du concours. Consulté le 24/11/2009.
  61. Fiche de Morangis sur le site officiel du CNVVF. Consulté le 04/03/2012.
  62. Liste des jumelages de la commune de Morangis sur son site officiel. Consulté le 08/06/2012.
  63. Fiche du jumelage avec Chard sur le site du ministère français des Affaires étrangères. Consulté le 24/11/2009.
  64. Fiche du jumelage avec Lézardrieux sur le site de la commune. Consulté le 24/11/2009.
  65. « Fiche du jumelage avec Pechão sur le site du ministère français des Affaires étrangères. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 24/11/2009.
  66. Fiche du jumelage avec Plaidt sur le site du ministère français des Affaires étrangères. Consulté le 24/11/2009.
  67. « Fiche du partenariat avec Imerina Imady sur le site du ministère français des Affaires étrangères. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 24/11/2009.
  68. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  69. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  70. a et b Statistiques communales sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 04/12/2010.
  71. Répartition de la population communale par nationalités sur le site de l’Insee. Consulté le 04/12/2010.
  72. Pyramide des âges à Morangis en 2009 sur le site de l’Insee. Consulté le 05/08/2012.
  73. Pyramide des âges de l’Essonne en 2008 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/07/2012.
  74. Liste des écoles du département sur le site de l’Inspection académique de l’Essonne. Consulté le 27/09/2010.
  75. « Liste des écoles privées du département sur le site de l’Inspection académique de l’Essonne. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 09/10/2010.
  76. Fiche de l’école Saint-Joseph sur le site de la DDEC 91. Consulté le 09/10/2010.
  77. Liste des établissements du second degré en Essonne sur le site de l’Académie de Versailles. Consulté le 05/10/2010.
  78. Coordonnées du centre de PMI de Morangis sur le site des services publics en Essonne. Consulté le 12/12/2010.
  79. Annuaire des médecins sur le site du Conseil national de l’Ordre. Consulté le 12/12/2010.
  80. Annuaire des chirurgiens-dentistes sur le site de l’Ordre national. Consulté le 12/12/2010.
  81. Annuaire des pharmacies sur le site de l’Ordre national. Consulté le 12/12/2010.
  82. Site officiel de la MJC Relief. Consulté le 12/12/2010.
  83. Coordonnées de l’agence postale de Morangis sur le site officiel de La Poste. Consulté le 12/12/2010
  84. Organisation des forces de l’Ordre en Essonne sur le site de la Préfecture. Consulté le 12/12/2010.
  85. Carte des groupements de sapeurs-pompiers de l’Essonne sur le site du SDIS91. Consulté le 12/12/2010.
  86. Annuaire des avocats sur le site du Conseil national des barreaux. Consulté le 12/12/2010.
  87. Annuaire des notaires sur le site notaires.fr Consulté le 12/12/2010.
  88. Fiche de la paroisse sur le site officiel du diocèse. Consulté le 24/11/2009.
  89. Coordonnées du siège social Facom sur le site officiel de l’entreprise. Consulté le 12/12/2010.
  90. Présentation de Velux France sur le site officiel de l’entreprise. Consulté le 12/12/2010.
  91. Fiche de Sleever International Morangis sur le site de registre français des émissions polluantes. Consulté le 12/12/2010.
  92. « %5CDL_ZE19901144.pdf Fiche statistique de la zone d’emploi d’Orly sur le site de l’Insee. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 12/12/2010.
  93. a b et c « %5CCOM%5CDL_COM91432.pdf Rapport statistique communale sur le site de l’Insee. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 25/05/2010.
  94. « Résumé statistique national sur le site de l’Insee. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 26/10/2009.
  95. « %5CDL_ZE19901144.pdf Rapport statistique de la zone d’emploi d’Orly sur le site de l’Insee. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 25/05/2010.
  96. Rapport statistique national sur le site de l’Insee. Consulté le 05/07/2009.
  97. Carte des espaces naturels sensibles de Morangis sur le site du Conseil départemental de l’Essonne. Consulté le 03/2019.
  98. Fiche de l’église Saint-Michel de Morangis sur le site topic-topos.com Consulté le 12/12/2010.
  99. Fiche du château Saint-Michel sur le site topic-topos.com Consulté le 12/12/2010.
  100. Fiche du kiosque du parc Saint-Michel sur le site topic-topos.com Consulté le 12/12/2010.
  101. Fiche de la maison du Désert sur le site topic-topos.com Consulté le 12/12/2010.
  102. Blasonnement sur le site de Gaso, la banque du blason. Consulté le 16/09/2009.
  103. (en) Fifty-Fifty sur l’Internet Movie Database