Vincent Elbaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Elbaz.
Vincent Elbaz
Description de cette image, également commentée ci-après

Vincent Elbaz en janvier 2012 à l'avant-première de La Vérité si je mens ! 3

Naissance (45 ans)
Paris 12e
Nationalité Français
Profession Acteur
Films notables Le Péril jeune
La Vérité si je mens !
Les Randonneurs à Saint-Tropez
Embrassez qui vous voudrez
Le Dernier Gang
L'Assaut
La Vérité si je mens ! 3
Séries notables No Limit

Vincent Elbaz est un acteur français né le à Paris 12e.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts et révélation (années 1990)[modifier | modifier le code]

L'acteur en novembre 1999.

Vincent Elbaz s'initie à la comédie en s'inscrivant au cours Florent et pratique le théâtre pendant deux ans. Il se produit ainsi dans plusieurs pièces : L'Ouest, le vrai de Sam Shepard, La Plaisante Aventure (1992) de Carlo Goldoni, Le Bouc (1993) de Rainer Werner Fassbinder.

Il décroche son premier rôle sur grand écran en rejoignant les jeunes espoirs du cinéma français tels que Romain Duris, et Élodie Bouchez dans Le Péril jeune de Cédric Klapisch.

Vincent Elbaz obtient une réelle notoriété en faisant partie des distributions chorales de deux comédies populaires : Les Randonneurs de Philippe Harel et La Vérité si je mens ! de Thomas Gilou, toutes deux sorties en 1997. L'année suivante, il se voit remettre le prix Jean-Gabin.

Il enchaîne avec des projets lui permettant de s'initier à des genres différents : en 1998 Petits désordres amoureux d'Olivier Peray et Grève Party, de Fabrice Ontoniente. Et en 1999, après avoir évolué dans la comédie Quasimodo d'El Paris, réalisée par Patrick Timsit, il retrouve Klapish pour la comédie dramatique Peut-être. Mais il défend surtout un premier rôle : dans Un pur moment de rock'n'roll, de Manuel Boursinhac, c'est Samy Nacéri qui hérite du rôle de faire-valoir.

Progression (années 2000)[modifier | modifier le code]

Vincent Elbaz au festival de Cannes 2009.

Ses films suivants sont menés par des femmes : Nag la bombe, avec Ariane Ascaride (2000), La Parenthèse enchantée, avec Clotilde Courau (2000), Absolument fabuleux avec Nathalie Baye et Josiane Balasko (2001) et Rue des plaisirs, avec Laetitia Casta (2002), sous la direction de Patrice Leconte.

La même année, il fait partie de la distribution chorale de la comédie de moeurs Embrassez qui vous voudrez, réalisée par Michel Blanc. Et donne la réplique à 2002 et 2002 pour le drame Un monde presque paisible, écrit et réalisé par Michel Deville. Enfin, John Malkovich le dirige au théâtre Marigny dans Hysteria, aux côtés de Marie Gillain.

En 2003, il retrouve Cédric Klapisch pour le drame Ni pour ni contre (bien au contraire), là encore avec Marie Gillain.

L'année 2005 marque un tournant : il se fait d'abord diriger par Rémi Bezançon pour la comédie dramatique Ma vie en l'air, où il est entouré de Marion Cotillard et Gilles Lellouche. Il fait partie de la large distribution réunie par Bruno Podalydès pour son adaptation Le Parfum de la dame en noir. Enfin, il s'aventure aussi à la télévision, dans le rôle-titre du téléfilm D'Artagnan et les Trois Mousquetaires, adapté du célèbre roman d'Alexandre Dumas.

La même année, dans le cadre d'un projet de film sur la vie de l'ennemi public numéro un Jacques Mesrine, réalisé par Barbet Schroeder, Vincent Elbaz fit part de sa volonté d'endosser le rôle du gangster . Il passera des essais filmés qui se révéleront concluants, faisant usage de cortisone pour se rapprocher du physique de son personnage, avant que le projet ne soit abandonné, puis finalement repris par Jean-François Richet, avec Vincent Cassel dans le rôle titre[1] Le producteur du film, Thomas Langmann, déclarera avoir été convaincu par Vincent Elbaz, qui fut son second choix avec Vincent Cassel pour interpréter Mesrine. Le comédien sera très affecté d'avoir cédé sa place à celui qui obtiendra pour ce rôle le césar du meilleur acteur. [1]*

Deux ans plus tard, il interprète finalement un autre célèbre braqueur : dans Le Dernier Gang, écrit et réalisé par Ariel Zeitoun, il interprète le meneur d'une version romancée du célèbre gang des postiches. Puis il revient à un rôle d'éternel adulescent pour Tel père telle fille, où il joue un chanteur de rock « has been » qui découvre sa paternité, et tente de l'assumer. Enfin, il s'essaye au genre musical, dans le premier rôle de J'aurais voulu être un danseur, d'Alain Berliner, où il donne la réplique à Cécile de France. Enfin, il remonte sur les planches pour la pièce Good Canary, de nouveau sous la direction de John Malkovich, mais cette fois face à Cristiana Reali.

En 2008, il revient dans une suite inattendue, Les Randonneurs à Saint-Tropez, de nouveau réalisée par Philippe Harel ; et en 2009, il fait partie de la distribution chorale de la comédie Tellement proches, troisième long-métrage d'Éric Toledano et Olivier Nakache. Dans cette satire grinçante mais touchante sur les relations familiales, il campe Alain, un père de famille complètement irresponsable, marié à Isabelle Carré.

Echecs et passage à la télévision (années 2010)[modifier | modifier le code]

Vincent Elbaz photographié par le Studio Harcourt en 2011.

En 2010, il joue les bandits sans envergure pris dans une histoire d'amour-haine, dans le premier long-métrage d'Emma Luchini, Sweet Valentine. Et fait partie des interprètes de la fratrie au coeur du drame Comme les cinq doigts de la main, d'Alexandre Arcady. Il suit ensuite un intensif entraînement physique pour pouvoir incarner, en 2011, un membre du GIGN dans le film L'Assaut de Julien Leclercq. Ces trois essais se soldent par des échecs critiques et commerciaux.

En 2012, l'acteur reprend son rôle de Dov Mimram pour la suite La Vérité si je mens ! 3, toujours réalisée par Thomas Gilou. Et accepte de passer à la télévision dans un rôle régulier : celui du héros de la série d'action No Limit, produite par Luc Besson pour la chaîne TF1. Il y prête ses traits à Vincent Libérati, agent secret qui revient sur Marseille pour se rapprocher de sa fille. Enfin, son nouveau long-métrage intitulé « Quarna » est dévoilé en . Réalisé par Frédéric Schoendoerffer et produit par Olivia Sabah, le film dont le titre provisoire signifie « arnaque » en verlan est présenté « dans la tradition des films d'arnaque sur fond de comédie ». Le tournage est prévu pour l'automne 2013 à Paris et à Cannes[2]. La mise en scène est finalement confiée à Pascal Elbé, et le film rebaptisé Je compte sur vous, pour une sortie en 2015.

Parallèlement, il parvient à participer à des productions exposées, mais pour des seconds rôles : en 2014, pour la comédie dramatique hollywoodienne Les Recettes du bonheur, de Lasse Hallström ; puis en 2016 incarne le gardien de la paix à la poursuite de la bande de jeunes menée par la vedette des pré-adolescents Kev Adams pour le drame Amis publics, d'Edouard Pluvieux.

Entre temps, une quatrième saison de No Limit ne se concrétise pas, faute d'accord entre les acteurs et producteurs.

En 2017, il collabore de nouveau avec le jeune acteur pour Tout là-haut, cette fois devant la caméra de Serge Hazanavicius.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il a une fille Anaïs, née en 2007, avec sa compagne Mette Berggreen qu'il a rencontré sur le tournage du film J'aurais voulu être un danseur dont il est maintenant séparé.

Il est actuellement en couple avec une journaliste de i-Télé, Fanny Conquy, avec qui il s'est marié en juillet 2014. En novembre 2015, ils deviennent parents d'un petit Simon. Ils se sont séparés au mois de mars il est donc actuellement célibataire.[réf. nécessaire]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Vincent Elbaz dans la peau de Mesrine ? », sur allocine,‎
  2. « Vincent Elbaz va arnaquer (et flamber) pour de rire », sur lexpress.fr,‎

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]