Paray-Vieille-Poste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paray et Poste (homonymie).
Paray-Vieille-Poste
L’hôtel de ville.
L’hôtel de ville.
Blason de Paray-Vieille-Poste
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Palaiseau
Canton Athis-Mons
Intercommunalité Communauté d'agglomération Les Portes de l'Essonne
Maire
Mandat
Alain Védère
2014-2020
Code postal 91550
Code commune 91479
Démographie
Gentilé Paraysiens
Population
municipale
7 171 hab. (2011)
Densité 1 168 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 46″ N 2° 21′ 49″ E / 48.7126949, 2.3636645 ()48° 42′ 46″ Nord 2° 21′ 49″ Est / 48.7126949, 2.3636645 ()  
Altitude Min. 82 m – Max. 94 m
Superficie 6,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte administrative de l'Essonne
City locator 14.svg
Paray-Vieille-Poste

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Paray-Vieille-Poste

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Paray-Vieille-Poste

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Paray-Vieille-Poste
Liens
Site web paray-vieille-poste.fr

Paray-Vieille-Poste[1] (prononcé [paʁɛ viɛj pɔs ] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter) est une commune française située à dix-sept kilomètres au sud de Paris dans le département de l’Essonne en région Île-de-France.

Simple village agricole, agrémenté au XVIIe siècle d’un relais de poste en bordure de la route de Fontainebleau, la commune ne fut effectivement urbanisée qu’au sortir de la Première Guerre mondiale avec l’établissement par l’US Air Force puis par la Marine d’un aérodrome. Rapidement lotis, le territoire fut, à partir de 1954, exproprié au bénéfice de l’aéroport Paris-Orly qui occupe au début du XXIe siècle les deux tiers du territoire municipal, assurant à la commune sa stabilité financière, mais constituant un frein dans son évolution. Le projet d’urbanisation des espaces libres sur l’emprise aéroportuaire, intitulé « Cœur d’Orly », permettra, à l’extrême nord du territoire, le développement d’un nouveau quartier d’affaires sans toutefois être un gage de croissance démographique.

Ses habitants sont appelés les Paraysiens[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Position de Paray-Vieille-Poste en Essonne.
Occupation des sols.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 71,7 % 437,73
Espace urbain non construit 2,8 % 16,83
Espace rural 25,6 % 156,19
Source : Iaurif[3]

Paray-Vieille-Poste est située à l’extrême nord du département de l’Essonne, intégré à l’agglomération parisienne, dans la partie sud de la région Île-de-France, au cœur de l’ancien pays et aujourd’hui la région naturelle du Hurepoix. La commune occupe un territoire approximativement rectangulaire, suivant à l’est le tracé originel rectiligne de l’ancienne route de Fontainebleau et découpé à l’ouest dans sa partie basse pour suivre le tracé de l’aqueduc de la Vanne et du Loing. Le point central de ce territoire, défini par l’Institut national de l'information géographique et forestière a pour coordonnées géographiques 48°42’35" Nord et 02°21’54" Est[4]. Plus de 70 % des terres sont en 2008 urbanisées et construites et les 25 % de terres considérées comme rurales sont pour une large part composées de prairies libres mais intégrées aux terrains aéroportuaires. L’aqueduc, souterrain dans sa traversé de la commune, est de fait le seul « cours d'eau » situé sur le territoire municipal. Ces terres, implantées sur le plateau aride et nivelé de Longboyau, sont ainsi vierge de tout point d’eau naturel. En outre, elles se caractérisent par une relative absence de relief, l’altitude minimale étant fixée à quatre-vingt-deux mètres et l’altitude maximale à quatre-vingt-quatorze mètres. Outre la présence de l’aéroport Paris-Orly sur les deux tiers du territoire et l’implantation dans la commune des deux aérogares, du pavillon d’honneur et des deux gares Orlyval, la commune est traversée du nord au sud par la route nationale 7, assurant un accès rapide à la capitale et aux grands axes autoroutiers, dont l’autoroute A106 qui achève son tracé au nord du domaine. Elle est aussi traversée d’ouest en est par la route départementale 118 et dispose ainsi de nombreuses lignes d’autobus qui desservent les quartiers pavillonnaires. Les terrains habitables, qui ne représentent que cent dix-sept hectares sur les six cent quatorze que compte la commune[5] sont implantés au sud à l’emplacement de l’ancien lieu-dit Le Contin.

À la frontière entre l’Essonne et le Val-de-Marne, Paray-Vieille-Poste est située à dix-sept kilomètres au sud de Paris-Notre-Dame[6], point zéro des routes de France, dix kilomètres au nord-ouest de la préfecture d’Évry[7], neuf kilomètres à l’ouest de Palaiseau[8], dix kilomètres au nord-est de Montlhéry[9], quatorze kilomètres au nord-ouest de Corbeil-Essonnes[10], seize kilomètres au nord-est d’Arpajon[11], vingt-cinq kilomètres au nord de La Ferté-Alais[12], trente-trois kilomètres au nord-est de Dourdan[13], trente-quatre kilomètres au nord-est d’Étampes[14] et trente-cinq kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt[15]. Elle est aussi située à quarante-cinq kilomètres au nord-est de son homonyme Paray-Douaville dans les Yvelines[16], deux cent quarante-sept kilomètres au nord-ouest de Paray-le-Frésil[17] et deux cent soixante-dix-neuf kilomètres au nord-ouest de Paray-sous-Briailles[18] toutes deux dans l’Allier et deux cent quatre-vingt-trois kilomètres au nord-ouest de Paray-le-Monial en Saône-et-Loire[19].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de Paray-Vieille-Poste, situé sur un plateau dominant trois rivière (la Bièvre à l’ouest, l’Orge au sud et la Seine à l’est), est depuis le XIXe siècle (plan en date du 10 juillet 1811 indiquant un ruisseau "la gironde") , totalement dépourvu de cours d'eau traversant la commune. En outre, urbanisé sur sa partie sud et aménagé au nord pour accueillir les installations aéroportuaires, il ne subsiste plus aucune mare ou étang autrefois disséminés dans les champs. Seule voie d’eau, totalement artificielle, l’aqueduc de la Vanne et du Loing passe en souterrain par la commune, il entre depuis l’extrême sud-ouest à Savigny-sur-Orge, longe la frontière ouest puis traverse le territoire vers le nord, sous les pistes de l’aéroport et l’aérogare ouest, vers Rungis.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La commune de Paray-Vieille-Poste est implantée à l’extrême sud du plateau de Longboyau, le territoire communal s’étage ainsi entre une altitude minimale de quatre-vingt-deux mètres au sud-ouest à proximité de l’aqueduc[20] et une altitude maximale de quatre-vingt-quatorze mètres au nord-est à proximité du pavillon d’honneur de l’aéroport[21], le centre-ville, à mi-chemin, est lui implanté à une altitude moyenne de quatre-vingt-six mètres[22]. Situé dans le bassin parisien, le sous-sol est caractéristique de la région, avec une succession de strates composées de meulière, limon, argile et calcaire[23].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Implantée à l’extrême nord du département, Paray-Vieille-Poste est limitrophe au nord de la commune val-de-marnaise de Rungis à proximité de la zone d’activité Orlytech, la frontière est partie matérialisée par la rue des Gémeaux, puis au nord-est se trouve la commune du même département Orly, séparée par la rue du maréchal Devaux et l’avenue de l’Europe, et à l’est toujours dans la Val-de-Marne, la commune de Villeneuve-le-Roi délimitée par la route nationale 7. Au sud-est et au sud se trouve la commune essonnienne d’Athis-Mons, elle aussi séparée par une portion de la route nationale puis par l’avenue de Morangis. À l’extrême sud-ouest se trouve une frontière avec Savigny-sur-Orge sur une courte portion de la route de la Voie verte. À l’ouest, l’allée des Meuniers matérialise la frontière avec Morangis, au nord-ouest, la voie des Avernaises marque une partie de la limite avec Wissous.

Rose des vents Wissous Rungis Orly Rose des vents
Morangis N Villeneuve-le-Roi
O    Paray-Vieille-Poste    E
S
Savigny-sur-Orge Athis-Mons Athis-Mons

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de l'Essonne.

Paray-Vieille-Poste, située en Île-de-France, bénéficie d’un climat océanique dégradé aux hivers frais et aux étés doux, et est régulièrement arrosée sur l’ensemble de l’année. En moyenne annuelle, la température s’établit à 10,8 °C, avec une maximale de 15,2 °C et une minimale à 6,4 °C. Les températures réelles relevées sont de 24,5 °C en juillet au maximum et 0,7 °C en janvier au minimum, mais les records enregistrés sont de 38,2 °C le 1er juillet 1952 et -19,6 °C le 17 janvier 1985. Du fait de la moindre densité urbaine entre Paris et sa banlieue, une différence négative de un à deux degrés Celsius se fait sentir. L’ensoleillement est comparable à la moyenne des régions du nord de la Loire avec 1 798 heures par an. Les précipitations sont également réparties sur l’année, avec un total de 598,3 millimètres de pluie et une moyenne approximative de cinquante millimètres par mois.

Données climatiques à Paray-Vieille-Poste.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1 2,8 4,8 8,3 11,1 13 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Brétigny-sur-Orge de 1948 à 2002[24],[25].


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La route nationale 7, l’aérogare Orly-Sud et la tour de contrôle.

Le territoire communal de Paray-Vieille-Poste accueille 27,4 % de l’emprise au sol de l’aéroport Paris-Orly, soit une occupation des deux tiers nord de la commune, avec notamment sur cet espace l’aérogare Ouest, le pavillon d’honneur, la tour de contrôle et la moitié de l’aérogare Sud ainsi qu’une part importante des pistes 06/24 et 08/26. La commune est ainsi celle qui dispose sur son territoire de la plus grande part des installations aéroportuaires, devant Villeneuve-le-Roi (22,5 %) et Orly (15,8 %). Dans l’espace aéroportuaire se trouve aussi la ligne de métro automatique Orlyval qui dessert deux stations situées sur le territoire municipal, Orly-Ouest et Orly-Sud. S’ajoute aussi la station d’Orly-Sud du métro de Paris prévue pour être reliée à la ligne 7 (mise en service fin 2013) . Une station de la ligne bleue du Grand Paris Express est prévue à terme. La commune est en outre située à trente-six kilomètres au sud-ouest de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle.

Le territoire de la commune est aussi sur la totalité de sa partie est, traversé par la route nationale 7 appelée route de Fontainebleau dans sa partie sud du territoire, elle croise à l’extrême sud-est la route départementale 118 appelée avenue de Morangis dans la commune. À l’extrême nord-ouest, la route départementale 167a fait une courte incursion et à proximité, l’autoroute A106 achève son tracé en reliant la route nationale 7 dans l’échangeur commun avec la route départementale 64. La commune est pas ailleurs desservie par les lignes 8, 302 et 486 du réseau de bus Athis Cars[26], par la ligne DM8 du réseau de bus Daniel Meyer[27], par les lignes 183[28], 285[29], 292[30], 319[31], 392[32], 399[33], 486 et 487[34],[35] du réseau de bus RATP, par la ligne N31 du réseau Noctilien[36] et par la ligne 191-100 du réseau Mobilien.

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La partie habitée, au sud du territoire de la commune de Paray-Vieille-Poste, occupe un ancien lieu-dit appelé Le Contin qui a laissé le nom à un quartier à l’est appelé la Ferme de Contin. Le second quartier légèrement excentré est le quartier des Fleurs au sud de l’avenue de Verdun. À l’extrémité nord du territoire se trouve la zone d'activité Orlytech séparée des quartiers résidentiels par les terrains aéroportuaires.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L’origine du nom du lieu est peu connue. La commune fut créée en 1793 avec le simple nom de Paray, l’ajout de la mention Vieille-Poste intervint en 1926[37] en référence à l’ancien relais de poste présent à cet endroit sur la route de Fontainebleau. Le nom de la commune provient, selon les sources du mot latin pirus signifiant poirier, ou du mot paradum signifiant terre noble ou des gens de Parée, envoyé par Saint-Germain[38].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

Carte de la région de Parey au XVIIe siècle par Cassini.

La première mention du lieu est intervenue vers 1150 pour le village de Paray puis en 1195 fut mentionné le lieu-dit Contin, respectivement possessions de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés et de l’abbaye Sainte-Geneviève. À partir des années 1250, un major était désigné pour représenter les habitants auprès des ecclésiastes[39].

En 1648, le relais de poste installé à Juvisy-sur-Orge fut éloigné à Ris, il fut alors décidé d’implanter un nouveau relais en bordure du plateau de Longboyau[38]. La réimplantation du relais à Juvisy en 1710 condamna à la fermeture du relais de Paray, qui prit le nom de Vieille-Poste, placé à proximité directe de l’importante route de Fontainebleau. En 1769, Pierre Mauger acquit un terrain appartenant à l’abbaye de Saint-Germain à la Vieille-Poste pour construire une auberge[40].

En 1859, l’auberge de la Vieille-Poste devint une ferme[40]. En 1871, au cours de la Commune de Paris, les troupes Versaillaises détruisirent l’église Saint-Vincent[41]. En 1890, la première mairie-école fut édifiée au lieu-dit Vieille-Poste.

Aéroport et développement[modifier | modifier le code]

En 1917, l’Armée de l’Air américaine s’engagea dans la Première Guerre mondiale et installa sur le plateau de Longboyau une piste d'atterrissage qui devint en 1919 l’aérodrome d’Orly-Villeneuve. En 1921, le cabinet immobilier Bernheim acheta les terrain de la ferme Contin pour implanter un lotissement[39]. En 1925, le diocèse acquit la grange de la ferme de Contin pour établir la nouvelle église Jésus-Ouvrier[41]. En 1929 fut édifié le groupe scolaire Jules Ferry[42]. En 1931 fut installé dans la commune l’électricité et l’eau potable. En 1932 fut ouvert le second groupe scolaire Paul Bert[42]. En 1933 furent achevées les routes de la commune.

En 1946, les États-Unis vendirent à l’État français l’aérodrome en ruine, à partir de cette date, le centre-ville fut déplacé vers le nouvelle place Henri-Barbusse. Le 6 mai 1954, un décret déclara d’utilité publique l’extension de l’aéroport Paris-Orly. Des expropriations furent organisées, limitant l’urbanisation au tiers sud du territoire. En 1957, le nouvel hôtel de ville et l’agence postale furent édifiés autour de la place Henri-Barbusse[38],[39]. En 1958, le cimetière fut déplacé au frais des Aéroports de Paris[43].

En 1967, la commune scella le jumelage avec la commune allemande de Kruft puis en 1986 avec la commune belge de Péruwelz. En 1967, la commune fit l’acquisition du centre de vacances des Mélèzes à Bonneville puis en 1977 du centre de loisirs à Saint-Chéron.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Créée en 1793, la commune de Paray était à lors du premier recensement des personnes un village de seulement quatre-vingt-quatre habitants situé à proximité d’un relais de poste. Il connut une évolution démographique chaotique, passant à cent un résidents selon le recensement de 1806 et seulement quarante-quatre en 1821, 1856 et 1872 avec entre temps une pointe à cent cinq habitants en 1841 puis quatre-vingt-neuf personnes en 1886. En 1901, au début du XXe siècle, la commune ne comptait que cinquante résidents permanents, elle connut une croissance mesurée jusqu’à atteindre quatre-vingt-deux habitants en 1921, avant une explosion démographique liée à l’urbanisation du plateau agricole à l’ouverture en 1918 de l’aérodrome militaire d’Orly pour atteindre en 1926 le chiffre de mille cinq cent quatre-vingt-sept habitants, qui double en 1931 et atteint quatre mille quatre-cent quarante-sept résidents en 1936. La création de l’aéroport civil dès la fin de la Seconde Guerre mondiale fit passer la population à six mille deux cent seize habitants en 1954 et atteindre le maximum historique de sept mille six cent soixante-dix habitants en 1975. Intégralement urbanisée sur les terrains habitables, la commune a depuis lors stagné dans son évolution au fur et à mesure que les ménages se réduisaient pour compter depuis 1990 environ sept mille deux cents habitants. L’immigration compte pour une part relativement importante dans cette croissance démographique avec en 1999, 10,4 % de la population de nationalité étrangère[44] dont 4,1 % de Portugais, 2,6 % d’Italiens, 0,9 % d’Espagnols, 0,8 % d’Algériens, 0,6 % de Marocains, 0,3 % de Tunisiens et 0,1 % de Turcs[45].


En 2011, la commune comptait 7 171 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
84 75 101 44 98 88 105 75 70
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
44 47 53 44 57 65 89 47 48
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
50 70 59 82 1 587 3 207 4 447 4 211 6 216
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
6 202 7 395 7 670 7 122 7 214 7 188 7 198 7 160 7 171
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[37] puis Insee à partir de 2004[46].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

L’analyse de la pyramide des âges établie pour la commune de Paray-Vieille-Poste comparée à celle du département montre une répartition globale équivalente mais mieux étalée sur les diverses tranches d’âges dans le cas de la commune. Ainsi, dans les deux cas, ce sont les générations comprises entre trente et soixante ans qui sont les plus nombreuses, les jeunes de moins de trente ans ne représentant qu’en moyenne 17 % dans la commune pour les deux tranches d’âges concernées et 20 % dans le département. Commune relativement jeune dans son urbanisation, Paray-Vieille-Poste compte néanmoins 15 % de sa population entre soixante et soixante-quinze ans et 8 % entre soixante-quinze et quatre-vingt-dix ans, soit quatre points de plus que pour les mêmes tranches d’âges dans le département, les plus de quatre-vingt-dix ans étant représentés dans des proportions équivalentes sur les deux territoires. En 1999, 28,1 % de la population paraysienne était âgée de moins de vingt-cinq ans[47].

Pyramide des âges à Paray-Vieille-Poste en 2009 en pourcentages[48].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
7,7 
75 à 89 ans
9,8 
14,6 
60 à 74 ans
15,3 
21,1 
45 à 59 ans
19,2 
20,9 
30 à 44 ans
21,1 
17,8 
15 à 29 ans
16,9 
17,6 
0 à 14 ans
16,8 
Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[49].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Politique locale[modifier | modifier le code]

La commune de Paray-Vieille-Poste est rattachée au canton d'Athis-Mons représenté par le conseiller général Patrice Sac (PS) rattaché à l’arrondissement de Palaiseau et à la septième circonscription de l'Essonne représentée par le député Éva Sas (EÉLV). Le maire actuel Gaston Jankiewicz (DVD) préside le conseil municipal composé de vingt-neuf élus dont vingt-trois pour la majorité divers droite, quatre pour l’opposition UMP et deux pour l’opposition divers gauche. Il est assisté par huit adjoints au maire et six conseillers municipaux délégués[50]. L’Insee attribue à la commune le code 91 3 02 479[51]. La commune de Paray-Vieille-Poste est enregistrée au répertoire des entreprises sous le code SIREN 219 104 791. Son activité est enregistrée sous le code APE 8411Z[52].

En 2009 la commune disposait d’un budget de 19 556 000 € dont 15 836 000 € de fonctionnement et 3 720 000 € d’investissement[53], financés pour 23,98 % par les impôts locaux[54] avec des taux fixés à 5,75 % pour la taxe d'habitation, 8,21 % et 17,83 % pour la taxe foncière sur le bâti et le non-bâti[55]. Fait exceptionnel, la commune n’était plus endettée en 2009[56]. Cette même année, la commune disposait sur son territoire de trois cent cinquante-huit logements HLM répartis entre trois bailleurs sociaux[57] soit 11,42 % du parc total de logements de la commune, elle ne respectait ainsi par les quotas instaurés par la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains.

La commune est membre fondateur de la communauté de communes Les Portes de l’Essonne devenue communauté d'agglomération en 2009 et lui a transféré les compétences de développement économique, d’aménagement du territoire, d’équilibre social de l’habitat, de politique de la ville, de protection de l’environnement, d’entretien de la voirie, de collecte et de tri des ordures ménagères, de gestion de l’éclairage public, d’organisation du transport en commun, de gestion des équipements culturels, sportifs et scolaires, les politiques de l'emploi et de l’insertion professionnelle et de développement du tourisme[58]. Elle adhère en outre au syndicat mixte de Transport Essonne Centre[59], au syndicat mixte de la Vallée de l'Orge Aval[60], au syndicat mixte pour la revalorisation et l'élimination des déchets et ordures ménagères[61].

Conseil municipal de Paray-Vieille-Poste (mandature 2008-2014)[62].
Liste Tendance Président Effectif Statut
« Union pour Paray 2008 » DVD Gaston Jankiewicz 23 Majorité
« Paray nous rassemble 2008 » UMP Pascal Picard 4 Opposition
« Paray tous ensemble » DVG Marc Sagetat 2 Opposition

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[63].
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 juin 2013 Gaston Jankiewicz DVD Retraité[64]
juillet 2013 en cours Alain Védère    

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

La vie politique de Paray-Vieille-Poste se caractérise par une relative neutralité avec une tendance au vote à droite et d’extrême droite. L’analyse chronologique montre en 2002 un résultat inférieur de quatre points obtenu par le candidat Jacques Chirac (RPR) par rapport au résultat national mais un résultat supérieur de six points du candidat Jean Marsaudon (UMP) par rapport au résultat de la circonscription. En 2004 lors de l’élection européenne, le candidat socialiste arriva en tête du second tour mais seulement sept points devant la candidate Marine Le Pen (FN), lors de l’élection régionale, comme sur le reste du territoire le candidat socialiste Jean-Paul Huchon arriva en tête mais avec une avance moindre par rapport au candidat UMP Jean-François Copé et lors des élections cantonales, le candidat socialiste fut lui aussi opposé au second tour à un candidat frontiste. En 2005, les électeurs rejetèrent le Traité de Rome comme ils avaient rejeté en 1992 le traité de Maastricht à 52,78 % des suffrages[65]. En 2007, le candidat Nicolas Sarkozy (UMP) obtint dans la commune un résultat nettement supérieur que sur dans le reste du pays et le candidat Jean Marsaudon aux élections législatives réalisa strictement le même score qu’en 2002. En 2008, le maire sortant Gaston Jankiewicz fut réélu dès le premier tour avec 57,06 % des voix devant son opposant de l’UMP. En 2009 lors de l’élection européenne, c’est le candidat Michel Barnier (UMP) qui devança le candidat socialiste comme ailleurs en France. En 2010, la candidate Valérie Pécresse (UMP) arriva en seconde position mais avec un résultat supérieur au reste du département et de la région.

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores[modifier | modifier le code]

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores[modifier | modifier le code]

Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Élections municipales, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Référendums[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le collège Pierre de Ronsard.

Les élèves de Paray-Vieille-Poste sont rattachés à l’académie de Versailles. La commune dispose de l’école maternelle Victor Hugo, l’école élémentaire Jules Ferry et l’école primaire Paul Bert[81] et du collège Pierre de Ronsard[82]. Les jeunes enfants sont accueillis dans une crèche multi-accueil ou par un relais d'assistantes maternelles, les plus grands sont accueillis hors temps scolaires dans les écoles ou dans les centre de loisirs Victor-Hugo situé sur le territoire communal et Saint-Évroult situé à Saint-Chéron[83]. La commune dispose aussi d’un centre de vacances appelé Les Mélèzes situé à Mont-Saxonnex en Haute-Savoie[84].

Santé[modifier | modifier le code]

La résidence pour personnes âgées Louis Poizeaux est implantée dans la commune. La commune accueille aussi l’institut médico-éducatif Page d’Écriture. Sept médecins[85], trois chirurgiens-dentistes[86] et deux pharmacies[87] sont implantés dans la commune.

Services publics[modifier | modifier le code]

L’agence postale.

La commune dispose d’un bureau de Poste en centre-ville[88] et d’un second bureau dans l’aérogare sud de l’aéroport[89]. Un point informations jeunesse est implanté dans la commune[90]. La sécurité des lieux est assurée par un poste de Police nationale dans la commune[91] et par le centre de secours mixte d’Athis-Mons[92]. Deux avocats[93] exercent dans la commune. L’organisation juridictionnelle rattache les justiciables Paraysiens au tribunal d’instance et au conseil de prud’hommes de Longjumeau, aux tribunaux de grande instance et de commerce d’Évry et à la cour d'appel de Paris[94].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Localisation des villes jumelées avec Paray-Vieille-Poste.
Localisation de la ville
Paray-Vieille-Poste

Paray-Vieille-Poste a développé des associations de jumelage avec :

Vie quotidienne à Paray-Vieille-Poste[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

La bibliothèque Antoine de Saint-Exupéry.

La commune de Paray-Vieille-Poste dispose sur son territoire de la médiathèque Antoine de Saint-Exupéry[97], des salles polyvalentes de l’Avant-Scène et René Cassin, de l’école de musique Rameau installée dans la salle polyvalente Jean Monnet et des écoles de danse et d’art plastique installées dans l’espace Éric Tabarly.

Sports[modifier | modifier le code]

Le stade Pierre de Coubertin.

La commune de Paray-Vieille-Poste dispose de plusieurs installations à usage sportif dont les stades Jean Bouin équipé de trois terrains de football en herbe et Pierre de Coubertin équipé de deux terrains de football et quatre terrains de tennis en terre battue et d’un gymnase, le centre aquatique intercommunal, ces trois structures étant en réalité sur le territoire communal d’Athis-Mons. S’ajoutent les gymnases Carriou équipé pour le basket-ball, Cartier et Souillat, du dojo installé dans la salle René Cassin, du plateau d’évolution Ronsard, d’une piste de bi-cross.

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

L’église de Jésus Ouvrier.

La paroisse catholique de Paray-Vieille-Poste est rattachée au secteur pastoral du Val de Seine-Juvisy et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l’église de Jésus-Ouvrier[98].

Médias[modifier | modifier le code]

L’hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d’émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif.

Économie[modifier | modifier le code]

Le marché Contin.

Les deux tiers du territoire municipal étant occupé par l’emprise de l’aéroport Paris-Orly, avec notamment l’intégralité de l’aérogare Ouest et la moitié de l’aérogare Sud, auxquelles s’ajoute la zone d'activité Orlytech et le probable quartier d'affaires Cœur d’Orly[99]. L’ensemble constituant le troisième pôle d’emploi régional avec près de 63 000 emplois sur le territoire[100]. La commune est ainsi intégrée au Pôle d'Orly[101] mais est restée à l’écart de l’opération d'intérêt national Orly-Rungis-Seine Amont[102]. L’Insee rattache naturellement la commune au bassin d'emploi d’Orly qui regroupait en 2006 469 279 habitants. Dans cette zone d’emploi, 211 488 personnes occupaient un emploi et 7,2 % de la population était au chômage[103]. Plusieurs sociétés en rapport avec le transport aérien ont leur siège social implanté dans la commune, c’est le cas notamment de Air Caraïbes et Transavia.com France[104] et auparavant d’AOM French Airlines et Air Liberté[105]. La présence de l’aéroport entraîne inévitablement des pollutions importantes, le site étant répertorié au titre de ses émissions de dioxyde de carbone[106]. Dans la commune, cinq cent vingt-neuf établissements économiques étaient actifs en fin d’année 2008, ils totalisaient 4 180 emplois sur le territoire et permettaient à la commune de n’avoir un taux de chômage qu’à 6,7 % en 2008[107]. Deux hôtels trois étoiles sont implantés sur le territoire, ils totalisent quatre cent quatorze chambres en 2010. Un marché est organisé tous les mercredis et samedis matins[108].

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

Partagée entre secteur pavillonnaire et zone aéroportuaire, la commune de Paray-Vieille-Poste se caractérise par une relative concentration dans sa population de cadres et de professions intermédiaires nettement supérieure au reste du pays ou de la zone d’emploi. La population active estimée à 3 477 personnes en 2007 était occupée à 70 %, dont 86,4 % de salarié et 7,6 % en contrat précaire. Accueillant les installations aéroportuaires, la commune apparaît cependant comme une ville-dortoir puisque seulement 16 % de sa population y reste pour y travailler. La population dispose de revenu légèrement supérieurs à la moyenne avec un revenu net imposable moyen fixé à 25 712 € et 69,8 % des ménages assujettis à l’impôt sur le revenu, des revenus salariaux dans 65,7 % des cas. Une proportion équivalente était propriétaire de son logement et seulement 13,1 % des Paraysiens vivaient dans une habitation à loyer modéré[109]. En 2006, le revenu fiscal médian par ménage était de 21 319 €, ce qui plaçait la commune au 1 825e rang parmi les 30 687 communes de plus de cinquante ménages que compte le pays et au 135e rang départemental[110].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Paray-Vieille-Poste 0,1 % 3,1 % 23,4 % 32,5 % 28,7 % 12,3 %
Zone d’emploi d’Orly 0,1 % 4,6 % 15,2 % 27,8 % 30,3 % 22,1 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Paray-Vieille-Poste 0,1 % 2,8 % 5,0 % 6,2 % 6,4 % 5,0 %
Zone d’emploi d’Orly 0,5 % 8,1 % 7,2 % 15,0 % 14,3 % 6,3 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[111],[112]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Le parc de la Coulée Verte.

La commune dispose sur son territoire d’un vaste parc ceinturant le territoire à l’ouest et au nord, appelé la coulée verte, totalisant 53 000 mètres carrés, installé sur le passage de l’aqueduc de la Vanne et du Loing à l’ouest et en bordure des pistes de l’aéroport au nord et doté d’une ferme pédagogique. La partie nord a fait l’objet d’un classement en espace naturel sensible[113]. Trois squares s’ajoutent, Guynemer, Pasteur et Malard. Elle a été récompensée par deux fleurs au concours des villes et villages fleuris[114] puis trois fleurs en 2011[115].

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

La pyramide du Maréchal de Vaux.

La pyramide commémorative du Maréchal de Vaux construite en 1790 et située dans le cimetière a été inscrite aux monuments historiques le 14 mars 1944[116]. L’église paroissiale occupe depuis 1925 l’ancienne grange de la ferme de Contin[41].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Noël de Jourda.

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Paray-Vieille-Poste :

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Paray-Vieille-Poste.

Les armes de Paray-Vieille-Poste se blasonnent : Parti : au premier d’azur à l’écusson cousu de sable aux trois besants d’argent accompagné de trois fleurs de lys d’or, au second d’or à la bande de gueules chargée de trois croissants d’argent ; le tout sommé d’un chef de gueules chargé d’un huchet contourné d’or virolé de sable.[117]

Le blason est une composition reprenant le huchet utilisé par les postillons pour s’annoncer à l’approche des relais de poste, des armes de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés et de celles de Noël de Jourda, maréchal de Vaux et propriétaires du domaine sous l’Ancien Régime[118].

Paray-Vieille-Poste dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

La commune de Paray-Vieille-Poste a accueilli le tournage de certaines scènes des films Du rififi à Paname de Denys de La Patellière sorti en 1966 et Filles perdues, cheveux gras de Claude Duty sorti en 2002[119].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Brigitte Blanc, Les portes de l'Essonne : Athis-Mons et Paray-Vieille-Poste, Lieux Dits Editions,‎ 2004 (ISBN 978-2905913425)
  • Collectif d’auteurs, Paray-Vieille-Poste Images et Mémoires, Maury,‎ 2008

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Paray-Vieille-Poste dans le Code officiel géographique sur le site de l’Insee. Consulté le 06/08/2012.
  2. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 08/04/2009.
  3. Fiche communale d’occupation des sols en 2008 sur le site de l’Iaurif. Consulté le 01/11/2010.
  4. Coordonnées géographiques sur le site lion1906.com Consulté le 07/11/2010.
  5. Présentation de la commune sur son site officiel. Consulté le 07/11/2010.
  6. Orthodromie entre Paray-Vieille-Poste et Paris sur le site lion1906.com Consulté le 26/08/2012.
  7. Orthodromie entre Paray-Vieille-Poste et Évry sur le site lion1906.com Consulté le 26/08/2012.
  8. Orthodromie entre Paray-Vieille-Poste et Palaiseau sur le site lion1906.com Consulté le 26/08/2012.
  9. Orthodromie entre Paray-Vieille-Poste et Montlhéry sur le site lion1906.com Consulté le 26/08/2012.
  10. Orthodromie entre Paray-Vieille-Poste et Corbeil-Essonnes sur le site lion1906.com Consulté le 26/08/2012.
  11. Orthodromie entre Paray-Vieille-Poste et Arpajon sur le site lion1906.com Consulté le 26/08/2012.
  12. Orthodromie entre Paray-Vieille-Poste et La Ferté-Alais sur le site lion1906.com Consulté le 26/08/2012.
  13. Orthodromie entre Paray-Vieille-Poste et Dourdan sur le site lion1906.com Consulté le 26/08/2012.
  14. Orthodromie entre Paray-Vieille-Poste et Étampes sur le site lion1906.com Consulté le 26/08/2012.
  15. Orthodromie entre Paray-Vieille-Poste et Milly-la-Forêt sur le site lion1906.com Consulté le 26/08/2012.
  16. Orthodromie entre Paray-Vieille-Poste et Paray-Douaville sur le site lion1906.com Consulté le 26/08/2012.
  17. Orthodromie entre Paray-Vieille-Poste et Paray-le-Frésil sur le site lion1906.com Consulté le 26/08/2012.
  18. Orthodromie entre Paray-Vieille-Poste et Paray-sous-Brialles sur le site lion1906.com Consulté le 26/08/2012.
  19. Orthodromie entreParay-Vieille-Poste et Paray-le-Monial sur le site lion1906.com Consulté le 26/08/2012.
  20. Fiche de la borne géodésique n°P.A.F3-111 sur le site de l’IGN. Consulté le 06/11/2010.
  21. Fiche de la borne géodésique n°P.A.F3-39BIS sur le site de l’IGN. Consulté le 06/11/2010.
  22. Fiche de la borne géodésique n°P.A.F3-211 sur le site de l’Ign. Consulté le 06/11/2010.
  23. Fiche géologique de Paray-Vieille-Poste sur le site du Brgm. Consulté le 26/08/2012.
  24. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur le site de lameteo.org (consulté le 9 août 2009)
  25. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur infoclimat.fr (consulté le 18 août 2009)
  26. Plan du réseau Athis-Cars sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 06/11/2010.
  27. Plan de la ligne DM8 du réseau Daniel Meyer sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 06/11/2010.
  28. Plan de la ligne RATP 183 sur le site de la compagnie. Consulté le 06/11/2010.
  29. Plan de la ligne RATP 285 sur le site de la compagnie. Consulté le 06/11/2010.
  30. Plan de la ligne RATP 292 sur le site de la compagnie. Consulté le 06/11/2010.
  31. Plan de la ligne RATP 319 sur le site de la compagnie. Consulté le 06/11/2010.
  32. Plan de la ligne RATP 392 sur le site de la compagnie. Consulté le 06/11/2010.
  33. Plan de la ligne RATP 399 sur le site de la compagnie. Consulté le 06/11/2010.
  34. Plan de la ligne RATP 486 sur le site de la compagnie. Consulté le 06/11/2010.
  35. Plan de la ligne RATP 487 sur le site de la compagnie. Consulté le 06/11/2010.
  36. Plan de la ligne Noctilien N31 sur le site de la compagnie. Consulté le 06/11/2010.
  37. a et b Notice communale sur la base de données Cassini. Consulté le 18/03/2009.
  38. a, b et c Histoire de Paray-Vieille-Poste sur le site Topic-topos.com Consulté le 21/11/2010.
  39. a, b et c Origines de la commune sur son site officiel. Consulté le 21/11/2010.
  40. a et b Décor de l’ancienne auberge de la Vieille-Poste sur le site topic-topos.com Consulté le 21/11/2010.
  41. a, b et c Fiche de l’église Jésus-Ouvrier sur le site topic-topos.com Consulté le 21/11/2010.
  42. a et b Fiche de l’école Jules Ferry sur le site topic-topos.com Consulté le 21/11/2010.
  43. Fiche du cimetière de Paray-Vieille-Poste sur le site topic-topos.com Consulté le 21/11/2010.
  44. Tableau statistique communal sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 11/11/2010.
  45. Répartition de la population par nationalités à Paray-Vieille-Poste en 1999 sur le site de l’Insee. Consulté le 11/11/2010.
  46. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  47. Données démographiques communales sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 11/11/2010.
  48. Pyramide des âges à Paray-Vieille-Poste en 2009 sur le site de l’Insee. Consulté le 06/08/2012.
  49. Pyramide des âges de l’Essonne en 2008 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/07/2012.
  50. Présentation du conseil municipal sur le site officiel de la commune. Consulté le 12/11/2010.
  51. Fiche communale sur le site de l’Insee. Consulté le 13/01/2010.
  52. Fiche entreprise de la commune de Paray-Vieille-Poste sur le site verif.com Consulté le 11/03/2011.
  53. Compte communal 2009 sur la base Alize du ministère des Finances. Consulté le 12/11/2010.
  54. Compte communal détaillé 2009 sur le site du ministère des Finances. Consulté le 12/11/2010.
  55. Taux de taxes locales à Paray-Vieille-Poste en 2009 sur le site taxe.com Consulté le 12/11/2010.
  56. Endettement municipal en 2009 sur la base Alize du ministère des Finances. Consulté le 12/11/2010.
  57. Répartition du patrimoine par communes et par bailleurs sur le site de l’Aorif. Consulté le 12/11/2010.
  58. Site officiel de la CA Les Portes de l’Essonne. Consulté le 12/11/2010.
  59. Site officiel du Smitec. Consulté le 12/11/2010.
  60. Site officiel du Sivoa. Consulté le 12/11/2010.
  61. Site officiel du Siredom. Consulté le 12/11/2010.
  62. Composition du conseil municipal issu des élections de 2008 sur le site linternaute.com Consulté le 19/01/2010.
  63. Liste des maires successifs sur la base de données mairesgenweb.org Consulté le 09/06/2009.
  64. Fiche de la commune sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le 11/05/2010.
  65. Résultats du référendum de 1992 dans la commune sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 12/11/2010.
  66. Résultats de l’élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 16/08/2009.
  67. Résultats de l’élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 16/08/2009.
  68. Résultats de l’élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 07/05/2012.
  69. Résultats de l’élection législative 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 16/08/2009.
  70. Résultats de l’élection législative 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 16/08/2009.
  71. Résultats de l’élection législative 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/06/2012.
  72. Résultats de l’élection européenne 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 16/08/2009.
  73. Résultats de l’élection européenne 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 16/08/2009.
  74. Résultats de l’élection régionale 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 16/08/2009.
  75. Résultats de l’élection régionale 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 12/04/2010.
  76. Résultats de l’élection cantonale 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 16/08/2009.
  77. Résultats de l’élection cantonale 2011 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 01/04/2011.
  78. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 24/01/2013.
  79. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 16/08/2009.
  80. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 16/08/2009.
  81. Liste des écoles du département sur le site de l’Inspection académique de l’Essonne. Consulté le 27/09/2010.
  82. Liste des établissements du second degré en Essonne sur le site de l’Académie de Versailles. Consulté le 05/10/2010.
  83. Présentation des accueils de loisirs de la commune sur son site officiel. Consulté le 12/11/2010.
  84. Présentation du centre de vacances des Mélèzes sur le site officiel de la commune. Consulté le 12/11/2010.
  85. Annuaire des médecins de la commune sur le site officiel du conseil de l’ordre. Consulté le 12/11/2010.
  86. Annuaire des chirurgiens-dentistes de la commune sur le site officiel de l’Ordre national. Consulté le 12/11/2010.
  87. Annuaire des pharmacies de la commune sur le site officiel de l’Ordre national. Consulté le 12/11/2010.
  88. Coordonnées de l’agence postale de Paray-Vieille-Poste sur le site officiel du groupe La Poste. Consulté le 12/11/2010.
  89. Coordonnées de l’agence postale d’Orly-Sud sur le site officiel du groupe La Poste. Consulté le 12/11/2010.
  90. Coordonnées du point information jeunesse sur le site des services publics en Essonne. Consulté le 12/11/2010.
  91. Organisation des forces de l’ordre en Essonne sur le site de la préfecture. Consulté le 12/11/2010.
  92. Carte des centres de secours du département sur le site du SDIS91. Consulté le 12/11/2010.
  93. Annuaire des avocats sur le site de conseil national des barreaux. Consulté le 13/11/2010.
  94. Organisation juridictionnelle sur le site du ministère de la Justice. Consulté le 12/11/2010.
  95. Fiche du jumelage avec Kruft sur le site du ministère français des Affaires étrangères. Consulté le 09/01/2013.
  96. Fiche du jumelage avec Péruwelz sur le site du ministère français des Affaires étrangères. Consulté le 09/01/2013.
  97. Présentation de la médiathèque Saint-Exupéry sur le site officiel de la commune. Consulté le 21/11/2010.
  98. Fiche de la paroisse sur le site officiel du diocèse. Consulté le 29/11/2009.
  99. Site officiel du projet Cœur d’Orly. Consulté le 21/11/2010.
  100. Présentation du projet Cœur d’Orly sur le site officiel d’Aéroports de Paris. Consulté le 21/11/2010.
  101. Plaquette de présentation du Pôle d’Orly sur le site officiel du Conseil général de l’Essonne. Consulté le 21/11/2010.
  102. Présentation de l’OIN Orly-Rungis-Seine-Amont sur son site officiel. Consulté le 21/11/2010.
  103. Rapport statistique de la zone d’emploi d’Orly sur le site de l’Insee. Consulté le 01/05/2010.
  104. Coordonnées du siège social de Transavia sur le site institutionnel d’Air France. Consulté le 21/11/2010.
  105. Coordonnées d’Air Liberté-AOM sur le site de l’Usine nouvelle. Consulté le 21/11/2010.
  106. Fiche de l’aéroport de Paris-Orly sur le site du registre des émissions polluantes. Consulté le 21/11/2010.
  107. Résumé statistique communal sur le site de l’Insee. Consulté le 21/11/2010.
  108. Annuaire des marchés sur le site Marchés de France. Consulté le 25/04/2011.
  109. Rapport statistique communal sur le site de l’Insee. Consulté le 25/05/2010.
  110. Résumé statistique national sur le site de l’Insee. Consulté le 26/10/2009.
  111. Rapport statistique de la zone d’emploi d’Orly sur le site de l’Insee. Consulté le 25/05/2010.
  112. Rapport statistique national sur le site de l’Insee. Consulté le 05/07/2009.
  113. Carte des espaces naturels sensibles à Paray-Vieille-Poste sur le site du Conseil général de l’Essonne. Consulté le 21/11/2010.
  114. Palmarès départemental sur le site officiel de l’association. Consulté le 29/11/2009.
  115. Fiche de Paray-Vieille-Poste sur le site officiel du CNVVF. Consulté le 04/03/2012.
  116. « Notice no PA00087987 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 30/03/2010.
  117. Blasonnement sur le site de Gaso, la banque du blason. Consulté le 17/09/2009.
  118. Présentation du blason de la commune sur son site officiel. Consulté le 21/11/2010.
  119. Liste des films tournés à Paray-Vieille-Poste sur le site L2TC.com Consulté le 05/12/2010.