Liste des élections législatives françaises (Cinquième République)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Depuis l'adoption de la Constitution de la Cinquième République française, 15 élections législatives ont eu lieu afin d'élire les députés de l'Assemblée nationale.

Liste[modifier | modifier le code]

Élection Mode de scrutin Résumé Communistes, Front de gauche et France insoumise Socialistes
SFIO, FGDS, PS
Divers gauche
DVG, PSU, MGRS, MRG, PRG, V, EELV
Radicaux
PR, RGR, RD
Centre
MoDem, LREM
Centre-droit
MRP, RI, CD, CDP, UDF, NC, UDI
Gaullistes
UNR, UDR, RPR, UMP
Divers droite
DVD, CNIP
Droite radicale
FN
Autres Total
1958 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours Les premières élections législatives de la Cinquième République marquent l'approbation de l'électorat pour le changement de régime et le retour de De Gaulle. Le mode de scrutin amplifie la victoire de la droite. 10 40 2 35 57 189 213 33 579
1962 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours La dissolution permet aux gaullistes de se rapprocher de la majorité absolue alors que des accords de désistement entre communistes et socialistes leur permettent de gagner des sièges. 41 65 44 56 229 28 19 482
1967 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours Déconvenue pour le pouvoir gaulliste qui ne remporte les élections que d'une courte tête alors que la gauche progresse. 73 116 4 27 244 22 486
1968 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours Élections convoquées par De Gaulle pour répondre à la crise de mai 68 : les partis de gauche, alors considérés comme partiellement responsables de la crise, subissent une cuisante défaite au profit de la majorité sortante. 34 57 91 294 9 485
1973 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours L'UDR perd la majorité absolue et doit s'allier aux RI et au CDP pour gouverner. 73 89 13 108 184 19 486
1978 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours Le président Giscard d'Estaing s'implique directement dans la campagne, qui a lieu dans un climat économique et politique détérioré. Malgré leur dynamique, les partis de gauche ne parviennent toutefois pas à remporter le scrutin alors que le PS devient la première formation de gauche devant le PCF. 86 104 11 137 150 488
1981 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours L'Assemblée est dissoute par le président Mitterrand nouvellement élu, ce qui offre la majorité absolue au PS. 44 266 23 62 85 11 491
1986 Scrutin proportionnel plurinominal La gauche, devenue impopulaire, est défaite par l'union RPR-UDF, ce qui provoque la première cohabitation. Le scrutin proportionnel est utilisé pour la première et unique fois sous la Cinquième République, permettant l'entrée du FN au Parlement. 35 206 7 127 149 14 35 573
1988 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours L'Assemblée est dissoute par le président Mitterrand après sa réélection mais le PS ne parvient pas à remporter la majorité absolue. 25 275 131 130 14 575
1993 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours Le pouvoir socialiste, impopulaire, divisé et miné par des scandales, est très lourdement défait, ce qui provoque la deuxième cohabitation. 23 57 215 257 25 577
1997 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours La dissolution souhaitée par le président Chirac est un échec : la gauche plurielle remporte les élections, ce qui provoque la troisième cohabitation. 35 255 22 112 139 1 5 569
2002 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours L'UMP nouvellement formée remporte la majorité absolue alors que Chirac vient d'être réélu président de la République. 21 140 17 27 358 13 576
2007 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours Bien que réduite, la majorité UMP est reconduite après l'élection de Sarkozy à la présidence de la République. 15 186 25 3 17 313 15 2 576
2012 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours Après l'élection de Hollande à la présidence de la République, le PS remporte de justesse la majorité absolue. En outre, depuis 2009, le nombre de députés est fixé à 577[1],[2]. 10 280 51 2 20 194 15 3 2 577
2017 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours Nouveau dans le paysage politique français, le parti du président Macron, La République en marche, obtient la majorité absolue malgré une très forte abstention. 27 29 16 350 18 113 7 9 8 577

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]