Liste des élections législatives françaises (Troisième République)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dix-sept élections législatives ont eu lieu pendant la Troisième République française afin d'élire d'abord l'Assemblée nationale monocamérale en 1871 puis la Chambre des députés, chambre basse du Parlement après l'adoption des lois constitutionnelles de 1875.

Le droit de vote est accordé à tous les hommes de plus de 21 ans à l'exclusion de certaines catégories comme les militaires.

Le mode de scrutin a changé au fil du temps. Les majorités ont été souvent instables, entrainant des revirements d'alliance au cours des législatures et de fréquents changements de gouvernement.

1871[modifier | modifier le code]

Élection Mode de scrutin Résumé Républicains Libéraux Bonapartistes Royalistes
1871 Scrutin majoritaire de liste départemental à un tour Élection de l'Assemblée nationale, chambre unique du parlement français en application de la convention d'armistice signée entre la France et l'Empire allemand le 26 janvier. 150 72 20 396

1876-1885[modifier | modifier le code]

Élection Mode de scrutin Résumé Extrême-gauche / Radicaux
EG, GR
Républicains
UR, GR
Conservateurs
B, O, L
Autres
1876 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours Défaite de la majorité monarchiste : commence une période de coexistence difficile entre le président monarchiste Mac-Mahon et la nouvelle majorité républicaine. 393 140
1877 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours À la suite de la crise du 16 mai, le président monarchiste Mac-Mahon dissout la chambre mais ces élections le désavouent et confortent le camp républicain. 35 320 159 7
1881 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours L'ensemble du camp républicain sort renforcé par le scrutin de 1881. Jules Ferry est confirmé à la présidence du conseil avant que le président Grévy se résolve à appeler le populaire Léon Gambetta deux mois plus tard. 46 411 88
1885 Scrutin majoritaire de liste à deux tours Les premiers soubresauts du scandale de Panama entraînent une poussée des conservateurs à ces élections, mais la gauche républicaine se regroupe au second tour. 100 283 201

1889-1898[modifier | modifier le code]

Élection Mode de scrutin Résumé Socialistes et extrême-gauche Gauche
Rad., Mod.
Droite
B, R, Ral.
Boulangistes et nationalistes
1889 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours Les scandales qui éclaboussent la majorité républicaine et la popularité du général Boulanger entrainent une poussée de l'opposition et l'élection de 72 boulangistes à la Chambre des députés. Cependant, l’abandon du scrutin de liste au profit du scrutin d’arrondissement (moins favorable aux mouvements populistes) et l’interdiction des candidatures multiples permettent aux républicains de garder la majorité absolue. 12 354 138 72
1893 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours Les républicains modérés obtiennent la majorité absolue, la droite marquant un recul important par rapport à 1889, tandis que le radicalisme est également en baisse, concurrencé par le socialisme qui marque des points dans les grandes villes. 33 455 93
1898 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours L'affaire Dreyfus se traduit en termes électoraux par une nouvelle victoire des républicains au détriment des formations d'extrême-gauche ou contre-révolutionnaires et royalistes. La Chambre des députés varie peu par rapport à la précédente. 57 432 86 10

1902-1914[modifier | modifier le code]

Élection Mode de scrutin Résumé Socialistes
PSF, PSdF, SFIO
Gauche
Rad., RG, UR
Droite
Prog., Con., Lib., FR, AL
Divers
1902 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours La division des républicains de gouvernement et le passage à l'opposition des progressistes ne permet pas au camp antiministériel de l'emporter, même s'il progresse très fortement. En revanche, cette division nouvelle fait des radicaux la principale force de la gauche. 43 295 251
1906 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours Succès pour la majorité sortante de gauche qui gagne plus de 40 sièges. Les radicaux-socialistes deviennent la première force de la Chambre, devant les radicaux indépendants. La SFIO obtient 54 sièges un an seulement après sa fondation (1905). 74 335 174 2
1910 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours Victoire de la majorité de gauche mais la majorité a perdu sa cohésion par suite de l'affaire des fiches et des inventaires : beaucoup de radicaux-socialistes sont en réalité très modérés, et le gouvernement se fait désormais au centre. Les socialistes gagnent une trentaine de sièges, la droite en perd autant. 107 334 149
1914 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours Victoire de la gauche avec une progression des radicaux et de l'Union républicaine. La SFIO gagne plus de 25 sièges et devient le deuxième groupe de la Chambre. Le déclenchement de la Première Guerre mondiale entraine la formation de l'Union sacrée en août 1914. 126 343 77 1

1919-1936[modifier | modifier le code]

Élection Mode de scrutin Résumé Communistes et extrême-gauche Socialistes Gauche et centre-gauche
Rad., PRS, PSF, IG, GSR
Centre-droit
ARD, PRD, AD, ARS, PDP
Droite
ERD, FR, RI
Autres
1919 Scrutin mixte à un tour « Chambre bleu horizon » : la majorité politique bascule à droite, à la suite de la victoire du Bloc national. 68 112 200 212 21
1924 Scrutin mixte à un tour Victoire du cartel des gauches. Pour la première fois, des socialistes sont présents dans la majorité, même s'ils refusent de participer au gouvernement. 26 104 223 81 118 29
1928 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours La droite, allié au centre-droit et au centre-gauche, remporte la majorité. 11 100 188 166 102 37
1932 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours Victoire du deuxième Cartel des gauches mais les socialistes refusent de participer au gouvernement et la majorité parlementaire, constituée par les radicaux alliés à des « modérés » s'avère instable. 19 132 203 178 75
1936 Scrutin uninominal majoritaire à deux tours Le Front populaire remporte les élections et la SFIO devint le premier parti du pays ce qui conduit au premier gouvernement dirigé par un socialiste, celui de Léon Blum. 78 149 159 111 113

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Institutions[modifier | modifier le code]

Tendances et partis politiques[modifier | modifier le code]

Généralités

Tendances et partis

Formations regroupant plusieurs partis

Liens externes[modifier | modifier le code]