Élections législatives françaises de 1839

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Élections législatives françaises de 1839
Thiersyoung.jpg Opposition de Gauche – Adolphe Thiers
Députés élus 240  +98
Soult2.jpg Conservateurs – Jean-de-Dieu Soult
Députés élus 199  +31
Louis Antoine d'Artois.jpg Légitimistes – Louis XIX de France
Députés élus 20  +5
Représentation de l'assemblée
Diagramme

Les élections législatives ont eu lieu les 2 et 6 mars 1839, à la suite de la dissolution de la chambre sortante par le Roi Louis-Philippe Ier. Elle fait suite à la démission du comte de Molé, jusqu'alors président du conseil, vivement attaqué au sein même de la majorité parlementaire orléaniste. À travers lui, c'est l'interventionnisme jugé excessif de Louis-Philippe dans la conduite des affaires du gouvernement qui est en cause. Le Roi pressent le maréchal Soult mais celui-ci est dans l'incapacité de constituer une majorité parlementaire solide autour de lui. C'est pourquoi la dissolution de la Chambre est prononcée. L'opposition républicaine est rejointe pour l'occasion par certaines personnalités orléanistes influentes (Adolphe Thiers, François Guizot) qui reprochent aux ministres de laisser le Roi s'exposer.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Conformément à la charte de 1830, les députés sont élus au scrutin uninominal majoritaire à un tour dans l'une des 459 circonscriptions définies par le redécoupage de 1831. Le suffrage est censitaire.

Résultats[modifier | modifier le code]

Il y eut 201 271 votants.

Parti Sièges
Divers gauche 240
Conservateurs 199
Légitimistes 20

Ne soutenant pas la majorité, le Roi Louis-Philippe Ier dissout la Chambre le 16 juin 1842.

Source[modifier | modifier le code]