René Gasnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
René Gasnier
Description de cette image, également commentée ci-après
René Gasnier en 1909.
Naissance
Quimperlé (Finistère)
Décès (à 39 ans)
Bouchemaine (Maine-et-Loire)
Profession
Aviateur
Distinctions
L'avion Gasnier n°III.

René Gasnier, né le à Quimperlé (Finistère) et mort le à Bouchemaine (Maine-et-Loire)[1], né dans une vieille famille angevine, est un sportif français, un des principaux promoteurs de l’aviation en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pratiquant tous les sports dans sa jeunesse, il s'engage en 1893 dans la marine marchande et devient capitaine au long cours[1],[2]. Il voyage dans les Indes.

Passionné d'automobile et d'aérostation, il réalise en ballon de grands raids en Europe et traverse la Manche. Représentant de l'Aéro-Club de France à la Coupe Gordon-Bennett 1907, organisée aux États-Unis[1], il part sur le ballon l'Anjou de Saint-Louis et parcourt 1 800 km en trente-huit heures, jusqu'à la côte atlantique, en survolant les Appalaches. Après la course remportée par un Allemand, il décide de passer deux mois en touriste aux États-Unis. Il visite ainsi Albany, les chutes du Niagara, Buffalo, Chicago et Pittsburgh où il voit les usines Carnegie. Il gagne ensuite Boston puis part au Canada et passe à Québec et Montréal. Il revient à Philadelphie puis visite Washington avant de revenir en Europe[3].

Il s'intéresse aussi à l'aviation naissante[2]. Il mène ses premières expériences sur un planeur en 1906[1]. En 1908, à bord d'un appareil de sa conception, construit avec son frère, il réussit un vol sur une distance d’environ 1 kilomètre à une altitude de 6 à 7 mètres, dans des champs de la vallée de la Loire (la Grand-Pré). Il participe activement à la naissance de l’aérodrome d’Angers-Avrillé et y organise en 1910 la première course d’aéroplanes Angers-Saumur.

Malade, il se retire à Pau. Il apprend le pilotage avec Paul Tissandier[2] (1881-1945) et, le sur appareil Wright, il se voit décerner son brevet (numéro 39[1]) de pilote aviateur de l'Aéro-Club de France[4] avant de devenir l'instructeur des premiers aviateurs militaires. Il participe d'ailleurs à la création de la première école de formation de pilotes, aux côtés des frères Wright. Pilote confirmé, il doit s'incliner devant la maladie, qui lui interdit de voler[1]. Il décède le au château du Fresne, à Bouchemaine (Maine-et-Loire). René Gasnier repose dans la chapelle surplombant le champ de ses premiers vols, sur la Corniche Angevine de la Haie-Longue[1].

Il est titulaire de la Grande Médaille d'or de l'Aéro-Club de France et chevalier de la Légion d'honneur[4].

L'appareil de René Gasnier est présenté au musée régional de l'air d'Angers-Marcé[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Villes américaines. Notes de voyage d'un aéronaute à la coupe Gordon-Bennett, 1909[1]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h Bernard Marck, Dictionnaire universel de l'aviation, Paris, Tallandier, , 1129 p. (ISBN 2-84734-060-2), p. 415.
  2. a b c et d Michel Bénichou, « L'esprit de René Gasnier », Le Fana de l'Aviation, no 284,‎ , p. 28-33
  3. Numa Broc, Dictionnaire des Explorateurs français du XIXe siècle, T.3, Amérique, CTHS, 1999, p. 150-151
  4. a et b René Gasnier sur aviatechno

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]