Aller au contenu

Beaucouzé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Beaucouzé
Beaucouzé
L'église Saint-Gilles.
Blason de Beaucouzé
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Angers
Intercommunalité Angers Loire Métropole
Maire
Mandat
Yves Colliot
2020-2026
Code postal 49070
Code commune 49020
Démographie
Gentilé Beaucouzéens
Population
municipale
5 557 hab. (2021 en augmentation de 10,21 % par rapport à 2015)
Densité 287 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 28′ 34″ nord, 0° 37′ 54″ ouest
Altitude Min. 21 m
Max. 88 m
Superficie 19,34 km2
Type Ceinture urbaine
Unité urbaine Angers
(banlieue)
Aire d'attraction Angers
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Angers-3
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Beaucouzé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Beaucouzé
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
Beaucouzé
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
Beaucouzé
Liens
Site web Ville de Beaucouzé

Beaucouzé est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire. Elle est située en périphérie ouest de la ville d'Angers et fait partie de la communauté urbaine Angers Loire Métropole.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située dans la banlieue ouest d'Angers, à 6 km de la préfecture de Maine-et-Loire, elle connaît une expansion démographique importante, notamment grâce sa proximité avec Angers.

La ville est desservie par :

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique altéré, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Moyenne vallée de la Loire, caractérisée par une bonne insolation (1 850 h/an) et un été peu pluvieux[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,8 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,3 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 700 mm, avec 11,2 jours de précipitations en janvier et 5,8 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique installée sur la commune est de 12,6 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 709,3 mm[3],[4]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[5].

Statistiques 1991-2020 et records BEAUCOUZE (49) - alt : 50m, lat : 47°28'44"N, lon : 0°36'51"O
Records établis sur la période du 01-01-1937 au 03-12-2023
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,3 2,9 4,6 6,3 9,6 12,6 14,3 14,3 11,4 9,3 5,9 3,5 8,2
Température moyenne (°C) 6 6,4 9 11,3 14,7 18,1 20 20,1 16,9 13,4 9,1 6,3 12,6
Température maximale moyenne (°C) 8,8 9,9 13,3 16,4 19,9 23,5 25,8 25,9 22,4 17,4 12,3 9,2 17,1
Record de froid (°C)
date du record
−15,4
17.01.1987
−12,8
04.02.1963
−10,6
01.03.05
−3,4
12.04.1986
−1,6
07.05.1957
2,3
12.06.1957
4,5
05.07.1965
5,1
05.08.1967
2,5
19.09.1952
−3,2
29.10.1947
−8
23.11.1956
−13,4
29.12.1964
−15,4
1987
Record de chaleur (°C)
date du record
17,1
15.01.1975
21,2
15.02.1958
24,8
30.03.21
29,7
30.04.05
32,8
29.05.1947
40,1
18.06.22
40,7
18.07.22
38,7
07.08.20
35,7
14.09.20
30,5
02.10.23
22,2
08.11.15
19
07.12.00
40,7
2022
Ensoleillement (h) 684 977 1 423 1 796 205 2 242 2 353 2 253 1 917 1 209 841 708 18 451
Précipitations (mm) 69,9 54,4 52,8 54,7 59,4 48,7 45 48,2 56,5 71,9 72,9 74,9 709,3
Source : « Fiche 49020001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/12/2023 dans l'état de la base


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Beaucouzé est catégorisée ceinture urbaine, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[6]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Angers[Note 1], une agglomération intra-départementale regroupant douze communes, dont elle est une commune de la banlieue[Note 2],[7],[8]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Angers, dont elle est une commune de la couronne[Note 3],[8]. Cette aire, qui regroupe 81 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (62,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (78,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (24,3 %), prairies (21 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (17,8 %), zones agricoles hétérogènes (14,8 %), zones urbanisées (11,2 %), forêts (8,2 %), cultures permanentes (2,7 %)[11]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

  • Beaucouzé est traversée d'Est en Ouest par 2 axes routiers. Sur la partie Sud de son agglomération par la N323/D523 ancien axe Angers/Nantes et sur la partie Nord de l'agglomération par l'A11 (entre les Km 269 et 273) axe reliant Nantes à Paris.

Transports urbains

  • Beaucouzé est desservie par la ligne 4 du réseau de bus de la IRIGO. La ligne 21 dessert la commune les dimanches et jours fériés.
  • À long terme, la ligne B du tramway angevin devrait partir du futur quartier des Hauts-de-Couzé de Beaucouzé, desservir le centre-bourg de Beaucouzé, les quartiers de Belle-Beille, le Boulevard Foch, Monplaisir, pour ensuite rejoindre le terminus au parc des expositions d'Angers[12].

Toponymie et héraldique[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes anciennes du nom : Vulcosiacus en 1132, Biaucouseium en 1283, Bellum Couseium en 1489, Beaucouse en 1301, Beaucose en 1315, Paroisse de Beaucousin en 1352[13], Beaucouzé en 1793 et 1801[14].

Le nom de la commune a pour origine le mot Wulfcoz, nom d'homme germanique propriétaire du domaine à l'époque gallo-romaine, suivi du suffixe -acum (qui indique la propriété)[15].

Nom des habitants : les Beaucouzéens[15].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Parti : au premier d'azur au chef cousu de gueules, à l'escarboucle fleur de lysée d'or brochant, au second de sinople à la fasce ondée d'argent.

Histoire[modifier | modifier le code]

La forme latine ancienne Vulcosiacus indique la présence d'un domaine gallo-romain[13].

Lors de la guerre de 1870, la commune perd neuf habitants engagés dans l'armée française, et pendant la Première Guerre mondiale, 35 habitants perdent la vie. Lors de la Seconde Guerre mondiale, 3 habitants sont tués[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[16]
Période Identité Étiquette Qualité
1796 1801 Pierre Manseau   agent municipal
1801 1808 René François    
1808 1813 Camille Boguais    
1813 1830 Jean Dupont    
1830 1831 Ambroise Roux    
1831 1844 Pierre-Julien Querdray    
1844 1848 Paul-Prosper Guilhem    
1848 1849 Louis Goujon    
1849 1853 Hervé Frémond    
1853 1888 Charles Bouton-Lévêque    
1888 1892 Charles Lacretelle    
1892 1896 Alfred Bain    
1896 1912 Ambroise Guichard    
1912 1919 Henri Faris   capitaine
1919 1929 Jean Dézanneau    
1929 1945 Jacques Crasnier    
1945 décembre 1979
(décès)
Paul Fessart   ancien chef de bureau régional de la SAMDA
janvier 1980 juin 1995 René Ménard[17] SE vendeur de machines agricoles
juin 1995 mars 2001 Anne Cordier DVD chargée de relation avec l'Allemagne
mars 2001 mai 2020 Didier Roisné[18],[19] PS professeur en formation professionnelle
mai 2020 En cours
(au 28 mai 2020)
Yves Colliot[20] DVG fonctionnaire pénitentiaire, ancien adjoint au maire
Les données manquantes sont à compléter.
Composition du conseil municipal en 2020
Groupe Président Effectif Statut
DVG Yves Colliot 23 majorité
DIV Julian Jappert 6 opposition

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté urbaine Angers Loire Métropole[21], elle-même membre du syndicat mixte Pôle métropolitain Loire-Angers[22].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[24].

En 2021, la commune comptait 5 557 habitants[Note 4], en augmentation de 10,21 % par rapport à 2015 (Maine-et-Loire : +1,8 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
810409608677650696761820850
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
796798764753737705719760714
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
703701691595631643636675679
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
6568211 3952 2663 8674 8514 5784 6775 020
2014 2019 2021 - - - - - -
4 9805 4395 557------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 34,4 %, soit en dessous de la moyenne départementale (37,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 26,9 % la même année, alors qu'il est de 25,6 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 2 590 hommes pour 2 708 femmes, soit un taux de 51,11 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,37 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[27]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ou +
0,5 
4,9 
75-89 ans
5,8 
20,7 
60-74 ans
21,5 
21,8 
45-59 ans
22,4 
16,1 
30-44 ans
17,1 
16,0 
15-29 ans
15,2 
20,2 
0-14 ans
17,5 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2021 en pourcentage[28]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90 ou +
2,1 
75-89 ans
9,5 
16,2 
60-74 ans
16,9 
19,4 
45-59 ans
18,7 
18,2 
30-44 ans
17,5 
18,8 
15-29 ans
17,6 
19,5 
0-14 ans
17,6 

Distinction[modifier | modifier le code]

Ville fleurie : trois fleurs au palmarès 2008 du concours des villes et villages fleuris[29].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Située dans l'Académie de Nantes, Beaucouzé compte quatre écoles : trois écoles publiques (Jacques Prévert, Maurice Ravel et Émilie Oberkampf) et une école privée (Saint-Étienne).

Sports[modifier | modifier le code]

Mi-2009, Beaucouzé comporte plusieurs associations sportives regroupées au sein du « SCB » (Sporting Club de Beaucouzé[30] : APED (activité physique de détente et d'entretien), arts martiaux, athlétisme, badminton, basket-ball, cyclisme, escalade, football, gymnastique et twirling, handball, tennis, tennis de table, pétanque, volley-ball.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La fête communale se déroule le deuxième week-end du mois de mai[31].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 38 813 €, ce qui plaçait Beaucouzé au 3 167e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[32].

Activités[modifier | modifier le code]

Sur 676 établissements présents sur la commune à fin 2010, 3 % relèvent du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 11 % du secteur de l'industrie, 8 % du secteur de la construction, 69 % de celui du commerce et des services et 9 % du secteur de l'administration et de la santé[33].

Secteur industriel et commercial[modifier | modifier le code]

Dans les années 1950, les communes de la première couronne de la banlieue d'Angers, comme Beaucouzé, sont les terres d'accueil des grandes surfaces[34]. Celle-ci développe dans les années 1970 plusieurs parcs d'activités industriels, commerciaux et artisanaux. La zone, qui regroupe de grandes enseignes, contribue au développement économique de l'ouest de l'agglomération d'Angers[35],[36],[37].

Elle compte six zones d'activités regroupant près de 400 entreprises : zone industrielle d'Angers-Beaucouzé, parc commercial de l'Hoirie, parc commercial du Pin, parc commercial du Landreau, écoparc commercial L'Atoll, ainsi que le parc scientifique Angers-Technopole[35].

Le complexe commercial à vocation régionale, baptisé L'Atoll, a été ouvert au public en avril 2012[38].

Secteur administratif[modifier | modifier le code]

Une partie de la technopole d'Angers se situe sur la commune de Beaucouzé, avec la présence du Centre de recherches agronomiques d'Angers-Beaucouzé, rattaché à l'INRA depuis 1946[39], ou encore d'un centre Météo-France.

Le site technopolitain de Belle-Beille - Beaucouzé compte une concentration d'établissements de formation supérieure agronomique et de laboratoires de recherche en biotechnologies végétales[40].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Plusieurs monuments sont situés sur la commune :

Autres lieux :

  • Le Couzé, étang situé sur à la commune.

Médiathèque[modifier | modifier le code]

Une médiathèque, baptisée Anita-Conti et inaugurée en septembre 2006, est ouverte au public sur les bords du Couzé.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port (édition révisée par Jacques Levron et Pierre d'Herbécourt), Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : A-C, t. 1, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (1re éd. 1874) (BNF 33141105, lire en ligne), p. 270-272.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une unité urbaine est, en France, une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants. Une commune doit avoir plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie.
  2. Dans une agglomération multicommunale, une commune est dite de banlieue lorsqu'elle n'est pas ville-centre, à savoir que sa population est inférieure à 50 % de la population de l’agglomération ou de la commune la plus peuplée. L'unité urbaine d'Angers comprend une ville-centre et onze communes de banlieue.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  3. « Station Météo-France sur la commune de Beaucouzé - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  4. « Station Météo-France sur la commune de Beaucouzé - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  5. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  6. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  7. « Unité urbaine 2020 d'Angers », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  8. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Beaucouzé ».
  9. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Angers », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  12. « Le tracé - Ligne B de tramway d'Angers Loire Métropole », sur tramway.angersloiremetropole.fr (consulté le ).
  13. a b et c Célestin Port 1965, p. 270.
  14. EHESS, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui - Notice communale de Beaucouzé, consultée le 17 décembre 2012 — Nom de la municipalité en 1793 (an II), selon le recensement réalisé sur l’ensemble du territoire français de l’époque, et en 1801, selon les « Arrêtés de réduction des justices de paix » (actes publiés au Bulletin des lois) constituant la première nomenclature officielle des circonscriptions administratives de la France contemporaine.
  15. a et b Pierre-Louis Augereau, Les secrets des noms de communes et lieux-dits du Maine-et-Loire, Le Coudray-Macouard, Cheminements, 2004-2005 (ISBN 978-2-84478-338-7, BNF 39295447), p. 26.
  16. Célestin Port 1965, p. 272, liste des maires jusqu'en 1965.
  17. « Nécrologie. René Ménard, ancien maire de Beaucouzé », Le Courrier de l'Ouest, no 19837,‎ , p. 2.
  18. Résultats officiels des élections municipales 2008 à Beaucouzé sur le site officiel du Ministère de l'Intérieur.
  19. Le Courrier de l'Ouest, Municipales : Didier Roisné réélu maire article du 30 mars 2014.
  20. « Beaucouzé. Yves Colliot succède à Didier Roisné à la mairie », sur Ouest-France, (consulté le ).
  21. « CU Angers Loire Métropole (244900015). », sur Insee (consulté le ).
  22. Préfecture de Maine-et-Loire, Arrêté DRCL no 879 du 13 décembre 2011, RAA spécial du 21 décembre 2011, pages 21-24.
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  27. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Beaucouzé (49020) », (consulté le ).
  28. Insee, « Évolution et structure de la population en 2021 - Département de Maine-et-Loire (49) », (consulté le ).
  29. « Une ville pleine de vie » sur le site officiel de la commune de Beaucouzé, consulté le 31 janvier 2009.
  30. Les associations sportives de Beaucouzé sur le site de la mairie de Beaucouzé, consulté le 1er juin 2009.
  31. « Beaucouzé »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur le site officiel du Quid, consulté le 1er juin 2009.
  32. « Indicateurs de structure et de distribution des revenus en 2010 | Insee », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  33. Insee, Statistiques locales du territoire de Beaucouzé (49), consultées le 2 décembre 2012.
  34. Philippe Violier, « Les grandes surfaces à Angers », Norois, no 154,‎ , p. 225-228 (lire en ligne, consulté le ).
  35. a et b « Pôle économique de l’agglomération », sur Mairie de Beaucouzé, (consulté le ).
  36. « Beaucouzé », sur Angers Loire Métropole, 2021-2022 (consulté le ).
  37. « Parc d'activités Angers Beaucouzé », sur EPL Angers Loire Territoire (Alter), (consulté le ).
  38. Antoine Humeau, « Angers. Dix ans après sa création, l'Atoll contraint de s'ouvrir aux magasins de vêtements », sur Le Courrier de l'Ouest, (consulté le ).
  39. Jacques Jeanneau, « La naissance d'Angers-Technopole », Norois, no 141,‎ , p. 89-93 (lire en ligne, consulté le ).
  40. Jacques Jeanneau, « Un pôle horticole et semencier de dimension nationale à Angers », Norois, no 167,‎ , p. 557-558 (lire en ligne, consulté le ).
  41. « Église paroissiale Saint-Gilles », notice no IA49008720, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  42. « Château de Mollière », notice no IA49008722, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  43. « Moulin à blé (moulin à vent) au lieu-dit la Farauderie », notice no IA49008721, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  44. Jamal Henni, « Les millions d’Amixem, le youtubeur qui monte », sur Capital.fr, (consulté le ).