Montreuil-Juigné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montreuil-Juigné
Montreuil-Juigné
L'hôtel de ville sur l'esplanade Jean-Moulin.
Image illustrative de l’article Montreuil-Juigné
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Angers
Intercommunalité Angers Loire Métropole
Maire
Mandat
Benoît Cochet
2020-2026
Code postal 49460
Code commune 49214
Démographie
Gentilé Montreuillais, Montreuillaise
Population
municipale
7 521 hab. (2018 en augmentation de 4,27 % par rapport à 2013)
Densité 545 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 31′ 45″ nord, 0° 36′ 39″ ouest
Altitude Min. 12 m
Max. 72 m
Superficie 13,81 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Montreuil-Juigné
(ville isolée)
Aire d'attraction Angers
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Angers-4
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Montreuil-Juigné
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Montreuil-Juigné
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montreuil-Juigné
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montreuil-Juigné

Montreuil-Juigné est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire.

La commune est née en 1973 de la fusion des anciennes communes de Montreuil-Belfroy et de Juigné-Béné.

La commune a obtenu trois fleurs au palmarès 2007 du concours des villes et villages fleuris mais est redescendue sur le podium en perdant une fleur. En 2014, la commune compte désormais 2 fleurs. En 2016, la commune se retire du label Villes et Villages Fleuris.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La ville est située sur la Mayenne, à la limite du Massif armoricain et du Bassin parisien. Sa partie haute est constituée de schistes, les terrains bas d'alluvions.

Angers se trouve à environ 8 km au sud-est. Montreuil-Juigné est une commune de la banlieue nord d'Angers (périphérie) et sur la deuxième couronne d'Angers Loire Métropole.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 11,9 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,8 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 4,4 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 14,1 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 694 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,5 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Beaucouzé », sur la commune de Beaucouzé, mise en service en 1937[7] et qui se trouve à 6 km à vol d'oiseau[8],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 12,3 °C et la hauteur de précipitations de 693,3 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Nantes-Bouguenais », sur la commune de Bouguenais, dans le département de la Loire-Atlantique, mise en service en 1945 et à 86 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 12,2 °C pour la période 1971-2000[11], à 12,5 °C pour 1981-2010[12], puis à 12,7 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Montreuil-Juigné est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[14],[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine de Montreuil-Juigné, une unité urbaine monocommunale[17] de 7 517 habitants en 2017, constituant une ville isolée[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Angers, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 81 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[20],[21].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (52,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (63,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (19,8 %), zones urbanisées (19,7 %), terres arables (15,1 %), prairies (15 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (12,8 %), forêts (5 %), eaux continentales[Note 6] (4,6 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (3,3 %), cultures permanentes (2,8 %), zones humides intérieures (1,9 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[23].

Quartiers[modifier | modifier le code]

  • Centre-ville/République, où on trouve les différents commerces et banques, deux écoles (Notre-Dame et Henri-David), le collège Jean-Zay, le centre culturel Jacques-Prévert (bibliothèque, école de musique et expositions de peintures), le centre social, l'église Saint-Étienne, l'hôtel de ville ainsi que le foyer logement pour personnes âgées.
  • Europe - Italie et Plateau-Fleuri, quartiers pavillonnaires autour de l'avenue de l'Europe datant des années 1970 et 1980. On y trouve l'école Marcel-Pagnol.
  • La Mastelle, quartier pavillonnaire de la fin des années 1990 - début des années 2000.
  • Cité Bel-air/Espéranto, constitué principalement de logements HLM datant des années 1950.
  • Le Haut-Coudray, quartier pavillonnaire des années 1970. L'école Jean-Madeleine est située dans ce quartier.
  • Le Tertre, quartier pavillonnaire datant des années 1980.
  • Juigné, ancien village où se situent la plupart des exploitations agricoles de la commune.
  • Béné, sur la rive gauche de la Mayenne.
  • Le Val de Montreuil, écoquartier en pleine expansion.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes anciennes du nom de Montreuil : Montreuil Belfroi en 1793 et 1801, puis Montreuil-Belfroy avant de devenir Montreuil-Juigné en 1973 à la suite de son rapprochement avec Juigné-Béné[24],[Note 7],[25].

Formes anciennes du nom de Juigné : Juigné-Bené en 1801, puis Juigné-Béné[26].

Ses habitants sont appelés les Montreuillais.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de territoire a été marquée par l'installation d'une tréfilerie, Tréfilerie et Laminoir du Havre (TLH), sur le barrage de Montreuil-Belfroy (il y a une centaine d'années), puis celle de l’usine Pechiney dont le développement important dans les années 1950 et 1960 a conduit à une urbanisation rapide de la commune. La proximité de la ville d’Angers est ensuite venue renforcer ce phénomène.

Montreuil-Juigné est née en 1973 de la fusion de Montreuil-Belfroy et de Juigné-Béné[25], deux communes à vocations agricole et viticole traditionnelles.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
maire en 1962 ? Henri David SFIO Hôtelier, maire de Montreuil-Belfroy[27]
février 1973 mars 1977 Raymond Perrinel    
mars 1977 septembre 1997 Michel Nauraye PS Instituteur
septembre 1997 mars 2001 Adrien Mercier DVG  
mars 2001 mars 2014 Bernard Witasse PS Ingénieur économiste en bâtiment
mars 2014 Stéphane Piednoir[28] LR Professeur de mathématiques
Sénateur de Maine-et-Loire (depuis 2017)
En cours
(au 29 mai 2020)
Benoît Cochet[29],[30] Centriste Conseiller principal d'éducation
Les données manquantes sont à compléter.
Groupe Président Effectif Statut
LR Stéphane Piednoir 23 majorité
PS Bernard Witasse 6 opposition

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Kamen (Allemagne) depuis 1968.

Les quarante ans du jumelage ont été fêtés en 2008 à Montreuil-Juigné pendant un week-end.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est intégrée à la communauté urbaine d'Angers Loire Métropole[31], elle-même membre du syndicat mixte Pays Loire-Angers[32].

Autre groupement : syndicat Brionneau-Mayenne.

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2013, c'était la dixième commune la plus peuplée du département devant Saint Macaire-en-Mauges et après Doué-la-Fontaine[33]. En 2017 (limites territoriales au ), c'est la dix-huitième la plus peuplée de Maine-et-Loire[34].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[35]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[36].

En 2018, la commune comptait 7 521 habitants[Note 8], en augmentation de 4,27 % par rapport à 2013 (Maine-et-Loire : +1,96 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution démographique de Montreuil-Belfroy (1793-1972), puis de Montreuil-Juigné  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 363175230263279246265284285
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
307294258260280257242199232
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
244252229191195273221352419
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 5191 6163 8325 6236 4516 6666 7816 7976 813
2013 2018 - - - - - - -
7 2137 521-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[37].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution démographique de Juigné-Béné (1793-1972)
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
-227415440464468525539552
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
563560548545534580540503537
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
505496484495462458469665864
1962 1968 1972 - - - - - -
1 1931 238-------
(Sources : base Cassini de l'EHESS (Juigné-Béné[26]).)

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,8 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 49,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 22 %, 15 à 29 ans = 17,1 %, 30 à 44 ans = 19,6 %, 45 à 59 ans = 24,1 %, plus de 60 ans = 17,3 %) ;
  • 50,8 % de femmes (0 à 14 ans = 20,2 %, 15 à 29 ans = 15,8 %, 30 à 44 ans = 20,1 %, 45 à 59 ans = 24 %, plus de 60 ans = 19,9 %).
Pyramide des âges à Montreuil-Juigné en 2008 en pourcentage[38]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,4 
5,1 
75 à 89 ans
6,8 
12,0 
60 à 74 ans
12,7 
24,1 
45 à 59 ans
24,0 
19,6 
30 à 44 ans
20,1 
17,1 
15 à 29 ans
15,8 
22,0 
0 à 14 ans
20,2 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[39].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Situé dans l'académie de Nantes, la commune possède quatre écoles et un collège :

  • école publique Henri-David maternelle et élémentaire, située dans le centre-ville ;
  • école publique Jean-Madeleine maternelle et élémentaire,
  • école publique Marcel-Pagnol maternelle et élémentaire, située dans le quartier Italie,
  • école privée Notre-Dame maternelle et élémentaire ;
  • collège public Jean-Zay où sont scolarisés environ 695 élèves.

Transports[modifier | modifier le code]

Ligne 9 : La Roseraie-Montreuil, place Lorraine à Angers.
  • Réseau COTRA :
    • ligne de bus 7 : Montreuil-Juigné <> Place Lorraine (Angers) ;
    • ligne de bus 13 : Montreuil-Juigné <> Les Gares (Gares d'Angers St Laud) - Bus express
    • ligne de bus 23 : Montreuil-Juigné / Avrillé <> Saint-Barthélemy (dimanche et jours fériés).

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 307 établissements présents sur la commune à fin 2010, 3 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 10 % du secteur de l'industrie, 10 % du secteur de la construction, 56 % de celui du commerce et des services et 21 % du secteur de l'administration et de la santé[40].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Château de la Guyonnière.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de la Thibaudière inscrit au titre des monuments historiques en 2005.
  • Le château de la Guyonnière, racheté par la commune en 1982, devenu un centre de loisirs.
  • Demeures néo-gothiques sur le cours de la Mayenne : la Déablère, la Rongère, la Thibaudière.
  • L'hôtel de ville, aménagé dans l'ancienne « Grand'Maison ».
  • La maison du XVIe siècle.
  • Le marais (zone de protection ornithologique).
  • Le parc François-Mitterrand.

Équipement culturel[modifier | modifier le code]

  • La bibliothèque Clara Malraux,Centre Jacques Prévert.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : D-M, t. 2, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (notice BnF no FRBNF34649310, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  7. Nom de la municipalité en 1793 (an II), selon le recensement réalisé sur l’ensemble du territoire français de l’époque, et en 1801, selon les « Arrêtés de réduction des justices de paix » (actes publiés au Bulletin des lois) constituant la première nomenclature officielle des circonscriptions administratives de la France contemporaine.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Pays de la Loire », sur pays-de-la-loire.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  7. « Station Météo-France Beaucouzé - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Montreuil-Juigné et Beaucouzé », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Beaucouzé - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Montreuil-Juigné et Bouguenais », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Nantes-Bouguenais - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Nantes-Bouguenais - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Nantes-Bouguenais - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Unité urbaine 2020 de Montreuil-Juigné », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  23. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  24. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. a et b Insee, Code Officiel Géographique, Modifications des communes de Maine-et-Loire, consultées le 25 juin 2012
  26. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Juigné-Béné », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  27. https://archive.org/details/EL028L196211049061PFPdfmasterocr/page/n1
  28. « Liste des maires élus en 2014 », sur le site de la préfecture du département de Maine-et-Loire (consulté le ).
  29. Montreuil-Juigné. Après quatre ans, le maire passe la main sur ouest-france.fr
  30. « Montreuil-Juigné. Benoît Cochet se succède à lui-même », sur Ouest-France, (consulté le ).
  31. Insee, Composition de l'EPCI d'Angers Loire Métropole (244900015), consulté le 15 novembre 2012.
  32. Préfecture de Maine-et-Loire, Arrêté DRCL no 879 du 13 décembre 2011, RAA spécial du 21 décembre 2011.
  33. Insee, Populations légales 2010 des communes du département, consulté le 3 mars 2013.
  34. Insee, Populations légales 2014 des communes du département, en vigueur le 1er janvier 2017.
  35. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  36. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  37. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  38. « Évolution et structure de la population à Montreuil-Juigné en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  39. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  40. Insee, Statistiques locales du territoire de Montreuil-Juigné (49), consultées le 28 avril 2013