Jaguar Racing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jaguar Racing
logo

Discipline Formule 1
Localisation Drapeau du Royaume-Uni Milton Keynes, Buckinghamshire, Royaume-Uni
Dirigeants et pilotes
Directeur Drapeau du Royaume-Uni Paul Stewart
Drapeau des États-Unis Bobby Rahal
Drapeau de l'Autriche Niki Lauda
Drapeau du Royaume-Uni Richard Parry-Jones
Drapeau du Royaume-Uni David Pitchforth
Directeur technique Drapeau du Royaume-Uni Gary Anderson
Drapeau du Royaume-Uni Steve Nichols
Drapeau de l'Autriche Gunther Steiner
Pilotes Drapeau du Royaume-Uni Eddie Irvine
Drapeau du Royaume-Uni Johnny Herbert
Drapeau du Brésil Luciano Burti
Drapeau de l'Espagne Pedro de la Rosa
Drapeau de l'Australie Mark Webber
Drapeau du Brésil Antônio Pizzonia
Drapeau du Royaume-Uni Justin Wilson
Drapeau de l'Autriche Christian Klien
Caractéristiques techniques
Châssis Jaguar R1
Jaguar R2
Jaguar R3
Jaguar R4
Jaguar R5
Moteurs Ford-Cosworth V10
Pneumatiques Bridgestone, Michelin
Résultats
Début en CM F1 Grand Prix d'Australie 2000
Dernier GP Grand Prix du Brésil 2004
GP disputés 85
Points marqués 49
Titres constructeurs 0
Titres pilotes 0
Victoires en Grands Prix 0
Podiums 2
Pole positions 0
Meilleurs tours en course 0

Jaguar Racing est une ancienne écurie britannique de Formule 1 engagée en championnat du monde de 2000 à 2004. Cette écurie a été fondée sur les bases de l'ancienne équipe Stewart Grand Prix. En 5 saisons et 85 Grands Prix, Jaguar Racing a inscrit un total de 49 points, décroché 2 podiums (grâce à deux 3e places d'Eddie Irvine à Monaco en 2001 et à Monza en 2002) et pris la tête d'une course à 2 reprises. Le meilleur classement de Jaguar Racing est une 7e place du championnat du monde des constructeurs en 2002, 2003 et 2004.

Historique[modifier | modifier le code]

Premiere saison : 2000[modifier | modifier le code]

La Jaguar R1 de la saison 2000

En 2000, la stratégie sportive de Ford se met en place : Ford en rallye, Aston Martin aux 24 heures du Mans pour 2001 ou 2002, et Jaguar en Formule 1. Après s'être de plus en plus impliqué au sein de l'écurie Stewart Grand Prix (rachat de Cosworth, implication dans la conception de la boîte de vitesses en magnésium), Ford rachète intégralement l'écurie Stewart pour 160 millions de dollars en septembre 1999 et rebaptise l'équipe qui devient Jaguar Racing (Marque sportive du groupe) pour la saison 2000[1].

Paul Stewart (directeur de l'écurie), Gary Anderson (directeur technique) et Neil Ressler (PDG de Cosworth) restent aux commandes et si Rubens Barrichello est parti chez Ferrari où il a échangé son baquet avec le vice-champion du monde Eddie Irvine[2], Johnny Herbert, qui avait signé l'unique victoire d'une Stewart en Grand Prix, est reconduit au volant de la seconde monoplace[1]. Les changements les plus importants entre Stewart et Jaguar sont l'appellation et les couleurs des monoplaces qui abandonne la livrée blanchepour le vert British Racing Green. La masse salariale s'est aussi considérablement accrue, puisque l'écurie compte 275 employés. La monoplace R1 est motorisée par un V10 Cosworth CR2, compact, à 72°, de moins de 100 kg et dont le centre de gravité est très bas. La boîte de vitesses en magnésium testée la saison précédente est reconduite (longitudinale à 6 rapports)[3].

Fin 1999 lors d'essais sur le circuit de Jerez Irvine a testé la Stewart SF-3 et l'a considéré comme étant dans certains domaines comme étant meilleure que la Ferrari[4]. Paul Stewart déclare à la mi-janvier que l'équipe vise le podium au classement des constructeur dés 2000[5], et le 21 janvier Johnny Herbert réalise le meilleur temps lors d'une séance d'essais sur le circuit de Barcelone[6] ainsi que lors de la dernière séance d'essais d'avant saison à Jerez[7].

Mais cet enthousiasme n'aura duré que pendant l'intersaison car au Grand Prix d'Australie où malgré la septième place sur la grille de départ d'Irvine les deux voitures abandonnent rapidement, Herbert qui a eu des problèmes techniques durant le weekend a dû arrêter la course dés le second tour en raison de problèmes d'embrayage[8] et Irvine sort de piste au septième tour[9]. En avril Paul Stewart, qui est atteint d'un cancer du colon, doit quitter son poste et est remplacé par Neil Ressler à partir du mois de mai[10],[11]. Irvine inscrits les premiers points de Jaguar au Grand Prix de Monaco en finissant quatrième[12]. En Autriche Eddie Irvine est malade et est remplacé au pied levé par Luciano Burti[13]. Lors du dernier Grand Prix de la saison en Malaisie il rajoute un point de plus[14]. L'équipe se classe neuvième avec quatre points bien loin de la troisième place qui était visé en début de saison[15].

Saison 2001[modifier | modifier le code]

La Jaguar R2 pilotée par Luciano Burti en 2001

La saison 2001 est annoncé comme une année de transition, il s'agit pour Jaguar de repartir sur de nouvelles bases. Le personnel est porté à 335 personnes, le moteur CR3 est une simple évolution du moteur de la saison passée (97 kg et aucune casse moteur en 2000) et Michelin devient le fournisseur de pneus[16]. Par contre la boîte de vitesses, talon d'Achille de la monoplace, est profondément remaniée[17]. La R2 est confiée à Irvine et Luciano Burti qui a remplacé Herbert et Tomas Scheckter, fils de Jody Scheckter champion du monde en 1979, est nommé pilote d'essais[18],[19]. Bobby Rahal prend la direction de l'équipe. Celui-ci est un ancien pilote de Cart (24 victoires, dont les 500 miles d'Indianapolis, trois titres de champion) qui a monté sa propre écurie de course en 1992[20]. Gary Anderson est remplacé par Steve Nichols (ex-McLaren, Ferrari, Sauber, Jordan), secondé par John Russel, qui avait contribué à la conception de la R1[21].

En Australie Irvine se qualifie en 12e position et Burti est avant-dernier sur la grille de départ et en course le brésilien prend l’ascendant sur son équipier en finissant à la 8e alors que l'irlandais finit 11e[22]. Après le Saint-Marin il est annoncé que Burti, dont les prestations en course sont néanmoins meilleures que son équipier (10e en Malaisie, abandon sur casse moteur au Brésil et 11e à Imola) il n'entre pas dans les plans de l'équipe pour la saison 2002 et sera remplacé par Pedro de la Rosa, suite à cela le brésilien a quitté l'équipe pour rejoindre Prost Grand Prix où il remplace Gastón Mazzacane qui a été limogé pour manque de performance et de la Rosa le remplace chez Jaguar dés le Grand Prix d'Espagne[23],[24].

Entre le Grand Prix d'Espagne et le Grand Prix d'Autriche Bobby Rahal se voit contraint de limoger Tomas Scheckter après que ce dernier ait été arrêté par la police anglaise alors qu'il abordait une prostitué[25]. À Monaco Eddie Irvine marque les premiers points en finissant troisième grâce aux problème au départ de David Coulthard et aux abandons de Juan Pablo Montoya, Mika Häkkinen et Ralf Schumacher[26].

Peu de temps après ce podium il est annoncé lors du week-end du Grand Prix du Canada que Jaguar a réussi à recruter Adrian Newey, le directeur technique de McLaren, pour la saison prochaine[27]. Alors que Ron Dennis est allé devant les tribunaux pour conserver son ingénieur le dossier s'est finalement réglé à l'amiable quelques jours plus tard en faveur de McLaren qui conserve Newey[28]. Durant ce Grand Prix de la Rosa marque ses premiers points de la saison en terminant la course à la 6e place[29].

Fin août Rahal est limogé et Niki Lauda, qui est depuis début 2001 le président de Premier Automotive Group, la filiale de Ford qui gère Aston Martin, Jaguar et Cosworth, le remplace[30]. À Monza marque deux points en terminant la course à la 5e place[31] et aux Grand Prix suivant à Indianapolis Irvine termine lui aussi à la 5e place[32].

La saison est peu satisfaisante au niveau des résultats avec 18 abandons, 9 points inscrits et une 8e au championnat des constructeurs.

Saison 2002[modifier | modifier le code]

La Jaguar R3 de la saison 2002

L'année 2002 est censé être une saison de transition : l'objectif de Lauda est simplement de stabiliser une équipe qui n'arrive pas à concrétiser les espoirs placés en elle. Irvine est reconduit tout comme de la Rosa au volant de la nouvelle R3[33]. Mais la R3 s'avère totalement ratée et souffre d'un manque de rigidité qui la rend inconduisible ainsi qu'un problème d'aérodynamique notamment sur l'avant de la monoplace[34] cela a amené au limogeage de Steve Nichols[35] qui a été remplacé au poste de directeur technique par Gunther Steiner, un ingénieur issus du rallye suite au limogeage[36]. Durant l'intersaison Lauda a pris le volant de la monoplace à la mi-janvier[37]. De plus les pertes de Ford (près de 5 milliards de dollars) au dernier trimestre 2001 ont fait croire que l'avenir de l'écurie était incertain et les dirigeants du groupe ont dû déclarer que cela n'impactera pas l'écurie de Formule 1[38].

En Australie Eddie Irvine évite le carambolage du premier tour et réussi à terminer la course à la 4e place[39]. À partir du Grand Prix de Grande-Bretagne la R3 bénéficie d'améliorations aérodynamiques qui améliorent un peu les performances[40]. À Spa Irvine se qualifie en 8e position et termine la course à la 6e place[41]. Au Grand Prix suivant à Monza le pilote nord-irlandais réussi à qualifier sa voiture en 5e position et termine la course sur le podium grâce à l'abandon de Ralf Schumacher et l'accident de Juan Pablo Montoya[42].

Jaguar n'inscrit que 8 points au championnat, ce qui conduit à une nouvelle restructuration de l'équipe : limogeage de Lauda[43], de Steiner, et compression de personnel de l'écurie qui se sépare de 35 employés.

Saison 2003[modifier | modifier le code]

La Jaguar R4 de la saison 2003

En 2003, nouvelle année de transition. Énième changement de l'encadrement, confié à Richard Parry-Jones (vice-président de Ford) qui nomme David Pitchforth comme directeur technique[44]. Mark Webber et Antônio Pizzonia, qui n'ont encore rien prouvé en Formule 1, deviennent les nouveaux pilotes de la R4[45],[46]. Ce recrutement de pilotes inexpérimentés par une équipe de la puissance financière de Ford tend à démontrer que les dirigeants doutent de leurs capacités à réussir en Grand Prix. De plus en février 2003 Jaguar Racing signe l'accord sur la réduction des essais privés qui donne le droit aux signataires de cet accord (Renault, Jordan, Toyota et Minardi) d'avoir droit à deux heures d'essais libre en plus chaque vendredi de Grand Prix[47]. Mais Mark Webber a très rapidement démontré que la Jaguar R4 est capable de jouer les troubles fête en qualification où il est parti 3e au Brésil grâce aux conditions météo mais lors de la course sous la pluie il perd le contrôle de sa monoplace alors qu'il est en 9e position[48]. À Barcelone Webber inscrit les premiers points de la saison en terminant la course à la 7e place[49]. Lors du Grand Prix d'Autriche Webber part de la 17e position sur la grille de départ et remonte à la 7e place marquant encore deux points[50]. La majorité des points marqués est à l'actif de Webber (17 points), Justin Wilson, qui a remplacé Pizzonia pour les 5 dernières courses[51], inscrivant 1 point.

Derniere saison : 2004[modifier | modifier le code]

Mark Webber au Grand Prix des États-Unis en 2004

En 2004, David Pitchford devient directeur général et est secondé par Ian Pocock. La R5, motorisée par un Cosworth CR6 est confié à Webber et Christian Klien, nouvellement promu en Formule 1. La R5 est une évolution minime de sa devancière, l'effectif de l'écurie a encore été légèrement réduit et il n'y a pas de pilote-essayeur, tout ceci porte à croire que Ford va se désengager de la discipline-reine. Après un championnat des constructeurs terminé encore une fois à la 7e place avec 10 points (7 pour Webber et 3 pour Klien), Jaguar Racing quitte la Formule 1.

Le rachat par Red Bull Racing[modifier | modifier le code]

Jaguar Racing, est rebaptisé Red Bull Racing en 2005 suite à l'achat de l'écurie par la compagnie Red Bull pour 100 millions de dollars le 15 novembre 2004.

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Résultats de l'écurie Jaguar Racing en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus Pilotes Grands Prix disputés Points inscrits Classement
2000 Drapeau : Royaume-Uni Jaguar Racing Jaguar R1 Ford-Cosworth V10 Bridgestone Drapeau : Royaume-Uni Eddie Irvine
Drapeau : Royaume-Uni Johnny Herbert
Drapeau : Brésil Luciano Burti
17 4 9e
2001 Drapeau : Royaume-Uni Jaguar Racing Jaguar R2 Ford-Cosworth V10 Michelin Drapeau : Royaume-Uni Eddie Irvine
Drapeau : Brésil Luciano Burti
Drapeau : Espagne Pedro de la Rosa
17 9 8e
2002 Drapeau : Royaume-Uni Jaguar Racing Jaguar R3 Ford-Cosworth V10 Michelin Drapeau : Royaume-Uni Eddie Irvine
Drapeau : Espagne Pedro de la Rosa
17 8 7e
2003 Drapeau : Royaume-Uni Jaguar Racing Jaguar R4 Ford-Cosworth V10 Michelin Drapeau : Australie Mark Webber
Drapeau : Brésil Antônio Pizzonia
Drapeau : Royaume-Uni Justin Wilson
16 18 7e
2004 Drapeau : Royaume-Uni Jaguar Racing Jaguar R5 Ford-Cosworth V10 Michelin Drapeau : Australie Mark Webber
Drapeau : Autriche Christian Klien
18 10 7e
Tableau synthétique des résultats de l'écurie Jaguar Racing en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneumatiques Pilotes Courses Points
inscrits
Classement
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18
2000 Jaguar Racing Jaguar R1 Ford-Cosworth CR-2 V10 Bridgestone AUS BRÉ SMR GBR ESP EUR MON CAN FRA AUT ALL HON BEL ITA USA JAP MAL 4 9e
Eddie Irvine Abd Abd 7e 13e 11e Abd 4e 13e 13e 10e 8e 10e Abd 7e 8e 6e
Luciano Burti 11e
Johnny Herbert Abd Abd 10e 12e 13e 11e 9e Abd Abd 7e Abd Abd 8e Abd 11e 7e Abd
2001 Jaguar Racing Jaguar R2 Ford-Cosworth CR-3 V10 Michelin AUS MAL BRÉ SMR ESP AUT MON CAN EUR GBR FRA ALL HON BEL ITA USA JAP 9 8e
Eddie Irvine 11e Abd Abd Abd Abd 7e 3e Abd 7e Abd 9e Abd Abd Abd Abd 5e Abd
Luciano Burti 8e 10e Abd 11e
Pedro de la Rosa Abd Abd Abd 6e 8e 14e 12e Abd 11e Abd 5e 12e Abd
2002 Jaguar Racing Jaguar R3 Ford-Cosworth CR-3 V10
Ford-Cosworth CR-4 V10
Michelin AUS MAL BRÉ SMR ESP AUT MON CAN EUR GBR FRA ALL HON BEL ITA USA JAP 8 7e
Eddie Irvine 4e Abd 7e Abd Abd Abd 9e Abd Abd Abd Abd Abd Abd 6e 3e 10e 9e
Pedro de la Rosa 8e 10e 8e Abd Abd Abd 10e Abd 11e 11e 9e Abd 13e Abd Abd Abd Abd
2003 Jaguar Racing Jaguar R4 Ford-Cosworth CR-5 V10 Michelin AUS MAL BRÉ SMR ESP AUT MON CAN EUR FRA GBR ALL HON ITA USA JAN 18 7e
Mark Webber Abd Abd 9e Abd 7e 7e Abd 7e 6e 6e 14e 11e 6e 7e Abd 11e
Antônio Pizzonia 13e Abd Abd 14e Abd 9e Abd 10e 10e 10e Abd
Justin Wilson Abd Abd Abd 8e 13e
2004 Jaguar Racing Jaguar R5 Ford-Cosworth CR-6 V10 Michelin AUS MAL BAH SMR ESP MON EUR CAN USA FRA GBR ALL HON BEL ITA CHI JAN BRÉ 10 7e
Mark Webber Abd Abd 8e 13e 12e Abd 7e Abd Abd 9e 8e 6e 10e Abd 9e 10e Abd Abd
Christian Klien 11e 10e 14e 14e Abd Abd 12e 9e Abd 11e 14e 10e 13e 6e 13e Abd 12e 14e
Légende : ici

Palmarès des pilotes de Jaguar Racing[modifier | modifier le code]

Palmarès des pilotes Jaguar Racing en championnat du monde de Formule 1
Pilotes Grand Prix disputés Victoires Podiums Points inscrits Pole positions Meilleur tour en course
Drapeau : Royaume-Uni Eddie Irvine 50 0 2 18 0 0
Drapeau : Royaume-Uni Johnny Herbert 17 0 0 0 0 0
Drapeau : Brésil Luciano Burti 5 0 0 0 0 0
Drapeau : Espagne Pedro de la Rosa 30 0 0 3 0 0
Drapeau : Australie Mark Webber 34 0 0 24 0 0
Drapeau : Brésil Antônio Pizzonia 11 0 0 0 0 0
Drapeau : Royaume-Uni Justin Wilson 5 0 0 1 0 0
Drapeau : Autriche Christian Klien 18 0 0 3 0 0

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Jaguar going racing with Irvine, Herbert at the wheel », sur Sports Illustrated,‎ 14 septembre 1999 (consulté le 15 mai 2014)
  2. (en) « Irvine to drive for Jaguar Racing in 2000 », sur Autosport,‎ 14 septembre 1999 (consulté le 15 mai 2014)
  3. (en) « TEAM JAGUAR », sur Sports Illustrated (consulté le 15 mai 2014)
  4. (en) « Irvine 'impressed' after Stewart debut », sur Autosport,‎ 15 décembre 1999 (consulté le 15 mai 2014)
  5. (en) « Jaguar aiming for top three spot », sur Autosport,‎ 14 janvier 2000 (consulté le 15 mai 2014)
  6. (en) « Barcelona Test - Day Five: 21 January. », sur Crash.net (consulté le 15 mai 2014)
  7. (en) « Irvine tops Jerez testing for Jaguar », sur GrandPrix.com (consulté le 15 mai 2014)
  8. (en) « Herbert's Melbourne hell continues », sur Autosport,‎ 12 mars 2000 (consulté le 15 mai 2014)
  9. (en) « Grand Prix d'Australie 2000 », sur Stats F1 (consulté le 15 mai 2014)
  10. (en) « Paul Stewart stands down », sur GrandPrix.com (consulté le 15 mai 2014)
  11. (en) « Jaguar confirms Ressler », sur GrandPrix.com (consulté le 15 mai 2014)
  12. (en) « Monaco GP Jaguar race notes », sur Motorsports.com (consulté le 15 mai 2014)
  13. (en) « Irvine to be Released from Hospital », sur Atlas F1 (consulté le 15 mai 2014)
  14. (en) « GRAND PRIX RESULTS: MALAYSIAN GP, 2000 », sur GrandPrix.com (consulté le 15 mai 2014)
  15. « Classements du championnat du monde de Formule 1 2000 », sur Stats F1 (consulté le 15 mai 2014)
  16. (en) « Michelin and Jaguar », sur GrandPrix.com (consulté le 15 mai 2014)
  17. (en) « Jaguar Launch 2001 Challenger », sur Atlas F1,‎ 9 janvier 2001 (consulté le 20 mai 2014)
  18. (en) « Burti joins Irvine at Jaguar », sur Motorsports.com,‎ 7 septembre 2000 (consulté le 15 mai 2014)
  19. (en) « Scheckter Looking for Race Drive this Year », sur Atlas F1 (consulté le 15 mai 2014)
  20. (en) « American gears up to inject whole new roar into Jaguar », sur The Guardian,‎ 10 janvier 2001 (consulté le 15 mai 2014)
  21. (en) « Who is Steve Nichols? », sur Crash.net (consulté le 15 mai 2014)
  22. (en) « GRAND PRIX RESULTS: AUSTRALIAN GP, 2001 », sur GrandPrix.com (consulté le 27 mai 2014)
  23. (en) « Burti to Race for Prost at Spanish GP », sur Atlas F1,‎ 19 avril 2001 (consulté le 27 mai 2014)
  24. « Burti chez Prost », sur Libération,‎ 20 avril 2001 (consulté le 15 mai 2014)
  25. (en) « Tomas Scheckter Fired from Jaguar », sur Atlas F1,‎ 5 mai 2001 (consulté le 27 mai 2014)
  26. (en) « GRAND PRIX RESULTS: MONACO GP, 2001 », sur GrandPrix.com,‎ 27 mai 2001 (consulté le 27 mai 2014)
  27. (en) Maurice Hamilton, « Rahal rocks, head rolls », sur The Guardian,‎ 26 août 2001 (consulté le 15 mai 2014)
  28. (en) « McLaren & Jaguar Settle Newey Case Amicably », sur GrandPrix.com,‎ 13 juin 2001 (consulté le 27 mai 2014)
  29. (en) « GRAND PRIX RESULTS: CANADIAN GP, 2001 », sur GrandPrix.com (consulté le 27 mai 2014)
  30. (en) « Lauda replaces sacked Rahal at Jaguar », sur Daily Telegraph,‎ 24 août 2001 (consulté le 27 mai 2014)
  31. (en) « GRAND PRIX RESULTS: ITALIAN GP, 2001 », sur GrandPrix.com (consulté le 27 mai 2014)
  32. (en) « GRAND PRIX RESULTS: UNITED STATES GP, 2001 », sur GrandPrix.com (consulté le 27 mai 2014)
  33. (en) « Jaguar Launch 2002 Challenger », sur Atlas F1,‎ 4 janvier 2002 (consulté le 15 mai 2014)
  34. (en) « Jaguar Positive after Lurcy-Levis Test », sur Atlas F1 (consulté le 27 mai 2014)
  35. (en) « Formula One: Nichols and Jaguar part company », sur Daily Telegraph,‎ 4 février 2002 (consulté le 28 mai 2014)
  36. (en) « Jaguar Sign Steiner as New Managing Director », sur Atlas F1 (consulté le 27 mai 2014)
  37. (en) « Lauda Spins Twice in Jaguar Test at Valencia », sur Atlas F1,‎ 13 janvier 2002 (consulté le 15 mai 2014)
  38. (en) « Ford announces $5bn loss of the last quarter of 2001 », sur GrandPrix.com (consulté le 27 mai 2014)
  39. (en) « GRAND PRIX RESULTS: AUSTRALIAN GP, 2002 », sur GrandPrix.com (consulté le 27 mai 2014)
  40. (en) « Jaguar hope for Silverstone improvement », sur Motorsports.com,‎ 12 juin 2002 (consulté le 28 mai 2014)
  41. (en) « GRAND PRIX RESULTS: BELGIAN GP, 2002 », sur GrandPrix.com (consulté le 28 mai 2014)
  42. (en) « GRAND PRIX RESULTS: ITALIAN GP, 2002 », sur GrandPrix.com (consulté le 28 mai 2014)
  43. (en) Alan Henry, « Lauda is sacked in Jaguar shake-up », sur The Guardian,‎ 26 novembre 2002 (consulté le 15 mai 2014)
  44. (en) Alan Baldwin, « Pitchforth Replaces Steiner as Jaguar MD », sur Autosport,‎ 5 décembre 2002 (consulté le 15 mai 2014)
  45. (en) « Webber to race for Jaguar », sur BBC,‎ 18 août 2002 (consulté le 15 mai 2014)
  46. (en) « Jaguar confirms Webber, Pizzonia for 2003. » (consulté le 15 mai 2014)
  47. (en) « Jaguar signs up for Friday testing », sur GrandPrix.com,‎ 14 février 2003 (consulté le 17 juin 2014)
  48. (en) « GRAND PRIX RESULTS: BRAZILIAN GP, 2003 », sur GrandPrix.com (consulté le 17 juin 2014)
  49. « Classement du Grand Prix d'Espagne 2003 », sur StatsF1 (consulté le 17 juin 2014)
  50. (en) « GRAND PRIX RESULTS: AUSTRIAN GP, 2003 », sur GrandPrix.com (consulté le 14 juillet 2014)
  51. (en) Alan Baldwin, « Wilson Replaces Pizzonia at Jaguar », sur Autosport,‎ 21 juillet 2003 (consulté le 15 mai 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :