Scuderia Toro Rosso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Scuderia Toro Rosso
logo

Localisation Drapeau de l'Italie Faenza, Italie
Dirigeants et pilotes
Président Drapeau de l'Autriche Dietrich Mateschitz
Directeur Drapeau de l'Autriche Franz Tost
Directeur technique Drapeau du Royaume-Uni James Key
Pilotes 25 Drapeau de la France Jean-Éric Vergne
26 Drapeau de la Russie Daniil Kvyat
Pilotes essayeurs Drapeau de la Suisse Sebastien Buemi
Caractéristiques techniques
Châssis STR9
Moteurs Drapeau de la France Renault
Pneumatiques Drapeau de l'Italie Pirelli
Résultats
Début en CM F1 2006 Grand Prix de Bahreïn
GP disputés 147
Points marqués 169
Titres constructeurs 0
Titres pilotes 0
Victoires en Grands Prix 1
Podiums 1
Pole positions 1
Meilleurs tours en course 0

La Scuderia Toro Rosso (écurie Red Bull, en italien) est une écurie italienne de Formule 1 fondée fin 2005, suite au rachat de l'écurie de F1 Minardi par le groupe autrichien Red Bull spécialisé dans la boisson énergétique. Elle effectue ses débuts en compétition à l'occasion du GP de Bahreïn lors du championnat du monde de Formule 1 2006. L'écurie est une sorte de « junior team » de l'écurie mère Red Bull Racing qui forme des jeunes pilotes issus des formules de promotion Red Bull.

Historique[modifier | modifier le code]

Saison 2006[modifier | modifier le code]

Scott Speed sur la STR1

À la fin de la saison 2005, Paul Stoddart, alors patron de la Scuderia Minardi, qui ne peut plus subvenir seul à son fonctionnement, revend son écurie à Dietrich Mateschitz, le patron du groupe Red Bull, qui rebaptise l'écurie Scuderia Toro Rosso. Les pilotes pour 2006 sont l'Italien Vitantonio Liuzzi et l'Américain Scott Speed ainsi que le Suisse Neel Jani comme essayeur.

L'écurie aligne la STR1, monoplace dérivée de la Red Bull RB1 de 2005 de l'écurie-sœur. Faisant polémique en début de saison 2006 à la suite de l'utilisation d'un moteur V10 Cosworth bridé, l'écurie est finalement revenue à son modeste niveau en fin du peloton. Les objectifs sont néanmoins atteints puisque l'écurie a marqué un point grâce à la huitième place de Liuzzi lors du Grand Prix des États-Unis à Indianapolis.

Saison 2007[modifier | modifier le code]

Vitantonio Liuzzi sur STR2 au GP de Grande-Bretagne 2007

Pour la saison 2007, la paire de pilotes Liuzzi-Speed est reconduite malgré les nombreuses hésitations de Gerhard Berger concernant leur réel potentiel tandis que Neel Jani rejoint le Champ Car et l'écurie PKV racing. L'écurie n'a pas d'autres pilotes à sa disposition, après avoir fait tourner pendant l'hiver 2006-2007 le français Sébastien Bourdais, encore sous contrat avec Newman-Haas-Lanigan aux États-Unis.

Côté monoplace, la STR2 ressemble à la grande sœur Red Bull RB3, Adrian Newey, le directeur technique Red Bull, ayant modifié le châssis pour qu'il accueille le V8 Ferrari, la RB3 étant motorisé par Renault, et ainsi permettre à l'équipe de se battre avec Spyker F1 Team et Super Aguri F1.

Au Grand Prix d'Europe 2007 les monoplaces de Liuzzi et Speed abandonnent sur une sortie de piste qui implique également trois autres pilotes suite à une énorme averse sur le circuit. En cours de saison Scott Speed est remplacé par Sebastian Vettel. L'objectif pour cette saison 2007 est une montée en puissance qui se concrétise en fin de saison : au Grand Prix de Chine 2007, Vettel et Liuzzi se classent quatrième et sixième.

Mais à l'instar de sa première saison, l'écurie de Faenza n'échappe pas à la polémique vis-à-vis de sa rivale directe Spyker F1 Team. En effet, en vertu des accords Concorde régissant la Formule 1, une équipe doit construire elle-même sa monoplace ou en confier la conception à une société tierce. Dans les cas de la Toro Rosso STR2 et de la Red Bull RB3, cette règle a été contournée par l'intervention de Red Bull Technology, une société basée dans les quartiers généraux de Red Bull Racing à Milton Keynes et dirigée par Adrian Newey.

Saison 2008[modifier | modifier le code]

Vettel devant Bourdais lors des essais du GP du Japon 2008
La Toro Rosso STR3 de Sébastien Bourdais

Les pilotes, pour la saison 2008, sont l'Allemand Sebastian Vettel et le Français Sébastien Bourdais. Le 18 mars 2008, le propriétaire de l'écurie, Dietrich Mateschitz, également propriétaire de Red Bull Racing, annonce son intention de se séparer de Toro Rosso avant l'entrée en vigueur des dispositions des accords Concorde, qui obligent, à partir de 2010, toutes les équipes à construire elles-mêmes leurs monoplaces.

La saison commence bien pour Toro Rosso avec une septième place de Bourdais au Grand Prix d'Australie. Le Français était quatrième devant la Renault d'Alonso et la McLaren de Kovalainen avant d'abandonner, moteur cassé.

Au Grand Prix d'Europe, les deux monoplaces se qualifient pour la première fois en super-pole avec une dixième place pour Bourdais et une sixième pour Vettel. Au Grand Prix de Belgique, les deux Toro Rosso terminent pour la première fois toutes deux dans les points, Vettel cinquième et Bourdais septième. Ce dernier, longtemps troisième, s'est finalement fait dépasser par Fernando Alonso, son coéquipier et Robert Kubica en raison de la pluie.

Au Grand Prix d'Italie, la Scuderia Toro Rosso réalise la meilleure course depuis sa création. Sébastien Bourdais part quatrième mais ne récolte pourtant pas les fruits de ses efforts car un incident mécanique l'oblige à s'élancer des stands un tour après le départ, tandis que Sebastian Vettel décroche la pole position et la victoire, devenant ainsi le plus jeune vainqueur de Grand Prix de l'histoire.

Au Grand Prix du Japon, Sébastien Bourdais perd les points de la sixième position, les commissaires estimant qu'il avait gêné Felipe Massa lors de sa sortie des stands, provoquant un tête-à-queue de ce dernier. Cette sanction permet à Sebastian Vettel de récupérer trois points lors de ce Grand Prix. L'équipe termine sixième du championnat du monde avec 39 points et termine devant Red Bull Racing.

Le 26 novembre, Gerhard Berger annonce la vente de ses parts de l'écurie à Dietrich Mateschitz et quitte ses fonctions de team manager. Dietrich Mateschitz est désormais propriétaire de Red Bull Racing et Toro Rosso.

Saison 2009[modifier | modifier le code]

En 2009, Dietrich Mateschitz, qui a racheté les parts de Gerhard Berger dans l'écurie souhaite trouver un repreneur capable d’assurer un avenir à long terme à l’équipe. Sebastien Buemi remplace Sebastian Vettel parti chez Red Bull Racing et Sébastien Bourdais conserve son volant.

En Australie, Buemi et Bourdais finissent septième et huitième, inscrivant ainsi trois points. La Toro Rosso STR4 se révèle pourtant moins compétitive que sa devancière. En Chine, sous la pluie, Buemi finit huitième, marquant le quatrième point de la saison. Il faut attendre Monaco pour que Bourdais inscrive un autre point.

Au cœur de l'été, les performances faiblissent encore et Toro Rosso écarte Bourdais au profit du jeune Espagnol novice Jaime Alguersuari. Les performances ne s'améliorent pas et ce n'est qu'en fin d'année, lorsque Red Bull Technology fournit un nouveau un package proche de la Red Bull RB5, que l'écurie renoue avec les points avec une septième et huitième place de Buemi à Interlagos et Abu Dhabi. Toro Rosso se classe à la dernière place du championnat avec huit points.

Saison 2010[modifier | modifier le code]

Sebastien Buemi teste la STR5 à Jerez

Sebastien Buemi et Jaime Alguersuari, pilotes de l'écurie en 2009, sont reconduits dans leurs fonctions en 2010. À Bahreïn, Grand Prix inaugural, Alguersuari finit treizième et Buemi seizième. En Australie, Alguersuari est en passe de marquer ses premiers points mais termine onzième après une lutte avec le septuple champion du monde Michael Schumacher. Il faut attendre la Malaisie pour que Toro Rosso marque ses premiers points de la saison grâce à Alguersuari qui finit neuvième.

En Chine, Buemi abandonne dans les premiers tours après avoir été percuté par la Force India de Vitantonio Liuzzi tandit qu'Alguersuari, en difficulté avec ses pneumatiques termine treizième. En Espagne, il inscrit un nouveau point alors que Buemi abandonne sur problème hydraulique. À Monaco, Buemi et Alguersuari finissent respectivement dixième et onzième, Buemi décrochant son premier point de la saison. En Turquie, les deux pilotes finissent hors des points. Au Canada, Buemi mène un Grand Prix pour la première fois de sa carrière et finit huitième, ce qui le place devant son coéquipier au classement général.

Deux semaines plus tard, Buemi se classe neuvième et inscrit deux nouveaux points tandis que son coéquipier finit treizième. Les six Grands Prix suivants sont décevants car aucun pilote ne marque de point. Au Japon, Buemi finit dixième, juste devant Alguersuari, et inscrit un nouveau point. En Corée du Sud, Alguersuari termine onzième quand Buemi abandonne après un accrochage. Deux semaines après, au Brésil, Alguersuari finit à la même place et Buemi treizième. Lors du Grand Prix de clôture, à Abou Dabi, l'équipe inscrit deux nouveaux points grâce à Alguersuari, neuvième.

À la fin de la saison, Buemi se classe seizième avec 8 points et Alguersuari dix-neuvième avec 5 points. Toro Rosso est neuvième avec 13 points.

Saison 2011[modifier | modifier le code]

Jaime Alguersuari lors du Grand Prix d'Italie 2011

Sebastien Buemi et Jaime Alguersuari font à nouveau équipe en 2011 et, lors du premier Grand Prix de l'année en Australie, Buemi termine huitième à la suite de la disqualification des deux Sauber tandis que Alguersuari finit à la porte des points à la onzième place. Au Grand Prix de Malaisie, les pilotes finissent douzième et treizième, hors des points. En Chine, si Alguersuari se qualifie septième et Buemi neuvième, la course n'est pas à la hauteur des espérances : Buemi finit quatorzième et Alguersuari abandonne sur perte de roue à la sortie des stands. En Turquie, Buemi finit neuvième et Alguersuari à la seizième place. En Espagne, les deux pilotes finissent hors des points.

Une semaine plus tard à Monaco, Buemi inscrit le point de la dixième place. Au Canada, les deux pilotes finissent dans les points : Alguersuari réussit la meilleure performance de sa carrière en finissant huitième et Buemi se classe dixième. Alguersuari réitère sa performance au Grand Prix d'Europe alors que Buemi finit hors des points. L'espagnol pointe au treizième rang du championnat du monde, son coéquipier étant quatorzième. En Grande-Bretagne, Alguersuari entre pour la troisième fois consécutive dans les points en finissant dixième. En Allemagne, aucun point n'est inscrit mais, une semaine plus tard en Hongrie, Buemi finit huitième et Alguersuari dixième.

En Belgique, un mois plus tard, les deux pilotes abandonnent alors qu'Alguersuari avait signé la meilleure qualification de sa carrière en se classant sixième. En Italie, Alguersuari se classe septième (sa meilleure performance en carrière) et Buemi termine à la dixième place mais à Singapour, aucun des deux pilotes ne finit dans les points, de même que lors du Grand Prix suivant au Japon. En Corée, Alguersuari réalise son meilleur résultat en Formule 1 en se classant septième tandis que Buemi entre lui aussi dans les points en terminant neuvième, ce qui constitue le meilleur résultat de la saison pour l'équipe.

En Inde, Alguersuari termine huitième tandis que Buemi abandonne sur problème mécanique. Aucun point n'est inscrit lors des deux dernières manches à Abou Dabi et au Brésil et, au terme de la saison, Toro Rosso est huitième du championnat du monde avec 41 points. Courant décembre, l'écurie annonce se séparer de ses deux pilotes pour 2012.

Saison 2012[modifier | modifier le code]

Daniel Ricciardo lors des qualifications du Grand Prix du Canada 2012.

Le 14 décembre 2011, Daniel Ricciardo et Jean-Éric Vergne sont officialisés pour la saison 2012. Daniel Ricciardo marque ses deux premiers points en Formule 1 dès le premier Grand Prix en Australie. Jean-Éric Vergne marque ses premiers points en Formule 1 lors du Grand Prix de Malaisie en terminant huitième. Au Grand Prix de Chine, Vergne, qualifié dix-septième, part depuis la voie des stands, mais termine seizième juste devant Ricciardo. À Bahreïn, malgré une qualification en sixième position, Ricciardo perd une dizaine de place dès le premier tour et termine quinzième, juste derrière Vergne.

Le Grand Prix de Monaco est le théâtre de l'unique abandon de la saison pour Ricciardo, à cause d'un problème de direction. Au Canada, Ricciardo, qualifié quatorzième, termine à cette même position tandis que Vergne, élancé depuis la dix-neuvième place, termine quinzième. En Europe, Vergne abandonne suite à une crevaison alors que l'Australien termine onzième. À Silverstone, Vergne est pénalisé de dix places sur la grille de départ pour avoir percuté la Caterham de Heikki Kovalainen à Valence. Parti vingt-troisième, il termine quatorzième, juste derrière son coéquipier, élancé depuis la douzième place. Les deux pilotes terminent également à ces mêmes positions en Allemagne, Grand Prix lors duquel l'écurie connait un changement dans sa direction technique avec le limogeage de Giorgio Asacanelli pour mauvais résultats[1]. En Hongrie, Vergne se qualifie seizième alors que Ricciardo obtient la dix-huitième place sur la grille. En course, l'Australien termine quinzième tandis que le Français conserve sa seizième place.

Après la pause estivale, en Hongrie, Vergne et Ricciardo terminent huitième et neuvième après être partis quinzième et seizième. Quelques jours plus tard, le départ d'Ascanelli est officialisée et James Key, ancien directeur technique de Sauber, prend sa place[2]. À Monza, Vergne abandonne sur casse de suspension tandis que son coéquipier finit douzième. À Singapour, l'Australien marque les points de la neuvième place alors que Vergne est percuté par la Mercedes de Schumacher. Au Grand Prix du Japon, Ricciardo termine dixième alors que Vergne, qualifié dix-neuvième, remonte à la treizième place. En Corée du Sud, Vergne et Ricciardo se qualifient en seizième et vingt-et-unième positions, avec une pénalité de cinq places pour l'Australien suite à un changement de boîte de vitesses ; en course, les deux pilotes terminent huitième et neuvième. Après une course anonyme en Inde, Ricciardo termine à nouveau dixième à Abou Dabi alors que Vergne est douzième. Enfin au Brésil, le Français finit huitième après être parti de la dix-septième place alors que Ricciardo, élancé depuis la quinzième position, termine treizième.

Toro Rosso termine neuvième du championnat des constructeurs avec 26 points, au classement des pilotes, Vergne est dix-septième avec 16 points tandis que Ricciardo est dix-huitième avec dix unités.

Saison 2013[modifier | modifier le code]

Daniel Ricciardo devant Jean-Éric Vergne au Grand Prix de Chine 2013.

Pour 2013, Vergne et Ricciardo sont reconduits. En Australie, Vergne, treizième au départ, termine au douzième rang alors que Ricciardo, parti quatorzième, abandonne sur un problème d'échappement, tout comme en Malaisie, où le Français termine dixième après s'être élancé depuis la dix-septième place. À Shanghai, l'Australien convertit sa septième place sur la grille en points tandis que son coéquipier prend la douzième place. Au Grand Prix de Bahreïn, Le Français abandonne alors que Ricciardo, parti treizième, termine seizième.

En Espagne, l'Australien marque le point de la dixième place alors que Vergne termine huitième à Monaco. Le Français se qualifie septième à Montréal et termine sixième pendant que Ricciardo ne franchit l'arrivée qu'à la quinzième place après s'être qualifié en onzième position. Ricciardo est toutefois huitième en Grande-Bretagne après avoir obtenu la cinquième place sur la grille, alors que Vergne, parti douzième, abandonne à nouveau. Le Français est également victime d'un problème hydraulique en Allemagne alors que son coéquipier termine douzième suite à une sixième place en qualifications. Aucune Toro Rosso ne marque de points en Hongrie.

Au Grand Prix de Belgique, Daniel Ricciardo marque le point de la dixième place après être parti dix-neuvième, tandis que Vergne, dix-huitième sur la grille, finit douzième. La semaine suivant l'épreuve belge, Red Bull Racing annonce la titularisation de l'Australien en remplacement de son compatriote Mark Webber à compter de la saison 2014. En Italie, Ricciardo termine septième après s'être qualifié en cette même position sur la grille alors que son coéquipier, parti dixième, abandonne suite à une défaillance de transmission. Les manches singapouriennes et coréennes sont sources de problèmes de fiabilité pour l'écurie italienne, qui ne marque également aucun point au Japon, avec les douzième et treizième places de Vergne et Ricciardo. En Inde, Ricciardo termine dixième alors que Vergne termine treizième. À Abou Dabi et aux États-Unis, Toro Rosso dispute des courses anonymes, jusqu'au Brésil où l'Australien termine à nouveau dixième.

L'écurie italienne termine huitième du championnat des constructeurs avec 33 points alors que Ricciardo, remplacé par le Russe Daniil Kvyat, est quatorzième du championnat avec vingt points. Vergne se classe quinzième avec treize unités.

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Résultats de la Scuderia Toro Rosso en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus Pilotes Grands Prix disputés Victoires Points inscrits Classement
2006 Drapeau : Italie Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR1 Cosworth V10 Michelin Drapeau : Italie Vitantonio Liuzzi
Drapeau : États-Unis Scott Speed
18 0 1 9e
2007 Drapeau : Italie Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR2 Ferrari V8 Bridgestone Drapeau : Italie Vitantonio Liuzzi
Drapeau : États-Unis Scott Speed
Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel
17 0 8 7e
2008 Drapeau : Italie Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR2B
Toro Rosso STR3
Ferrari V8 Bridgestone Drapeau : Allemagne Sebastian Vettel
Drapeau : France Sébastien Bourdais
18 1 39 6e
2009 Drapeau : Italie Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR4 Ferrari V8 Bridgestone Drapeau : France Sébastien Bourdais
Drapeau : Suisse Sébastien Buemi
Drapeau : Espagne Jaime Alguersuari
17 0 8 10e
2010 Drapeau : Italie Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR5 Ferrari V8 Bridgestone Drapeau : Suisse Sébastien Buemi
Drapeau : Espagne Jaime Alguersuari
19 0 13 9e
2011 Drapeau : Italie Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR6 Ferrari V8 Pirelli Drapeau : Suisse Sébastien Buemi
Drapeau : Espagne Jaime Alguersuari
19 0 41 8e
2012 Drapeau : Italie Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR7 Ferrari V8 Pirelli Drapeau : Australie Daniel Ricciardo
Drapeau : France Jean-Éric Vergne
20 0 26 9e
2013 Drapeau : Italie Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR8 Ferrari V8 Pirelli Drapeau : France Jean-Éric Vergne
Drapeau : Australie Daniel Ricciardo
19 0 33 8e
2014 Drapeau : Italie Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR9 Renault V6 Pirelli Drapeau : France Jean-Éric Vergne
Drapeau : Russie Daniil Kvyat
1 0 6 6e
Tableau synthétique des résultats de la Scuderia Toro Rosso en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneumatiques Pilotes Courses Points
inscrits
Classement
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
2006 Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR1 Cosworth V10 Michelin BAH MAL AUS SMR EUR ESP MON GBR CAN USA FRA ALL HON TUR ITA CHI JAP BRÉ 1 9e
Vitantonio Liuzzi 11e 11e Abd 14e Abd 15e* 10e 13e 13e 8e 13e 10e Abd Abd 14e 10e 14e 13e
Scott Speed 13e Abd 9e 15e 11e Abd 13e Abd 10e Abd 10e 12e 11e 13e 13e 14e 18e* 11e
2007 Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR2 Ferrari V8 Bridgestone AUS MAL BAH ESP MON CAN USA FRA GBR EUR HON TUR ITA BEL JAP CHI BRÉ 8 7e
Vitantonio Liuzzi 14e 17e Abd Abd Abd Abd 17e Abd 16e Abd Abd 15e 17e 12e 9e 6e 13e
Scott Speed Abd 14e Abd Abd 9e Abd 13e Abd Abd Abd
Sebastian Vettel 16e 19e 18e Abd Abd 4e Abd
2008 Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR2B
Toro Rosso STR3
Ferrari V8 Bridgestone AUS MAL BAH ESP TUR MON CAN FRA GBR ALL HON EUR BEL ITA SIN JAP CHI BRÉ 39 6e
Sébastien Bourdais 7e Abd 15e Abd Abd Abd 13e 17e 11e 12e 18e 10e 7e 18e 12e 10e 13e 14e
Sebastian Vettel Abd Abd Abd Abd 17e 5e 8e 12e Abd 8e Abd 6e 5e 1re 5e 6e 9e 4e
2009 Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR4 Ferrari V8 Bridgestone AUS MAL** CHI BAH ESP MON TUR GBR ALL HON EUR BEL ITA SIN JAP BRÉ ABU 8 10e
Sébastien Bourdais 8e 10e 11e 13e Abd 8e 18e Abd Abd
Jaime Alguersuari 15e 16e Abd Abd Abd Abd 14e Abd
Sébastien Buemi 7e 16e 8e 17e Abd Abd 15e 18e 16e 16e Abd 12e 13e Abd Abd 7e 8e
2010 Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR5 Ferrari V8 Bridgestone BAH AUS MAL CHI ESP MON TUR CAN EUR GBR ALL HON BEL ITA SIN JAP COR BRÉ ABU 13 9e
Sébastien Buemi 16e* Abd 11e Abd Abd 10e 16e 8e 9e 12e Abd 12e 12e 11e 14e 10e Abd 13e 15e
Jaime Alguersuari 13e 11e 9e 13e 10e 11e 12e 12e 13e Abd 15e Abd 13e 15e 12e 11e 11e 11e 9e
2011 Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR6 Ferrari V8 Pirelli AUS MAL CHI TUR ESP MON CAN EUR GBR ALL HON BEL ITA SIN JAP COR IND ABU BRÉ 41 8e
Sébastien Buemi 8e 13e 14e 9e 14e 10e 10e 13e Abd 15e 8e Abd 10e 12e Abd 9e Abd Abd 12e
Jaime Alguersuari 11e 14e Abd 16e 16e Abd 8e 8e 10e 12e 10e Abd 7e Abd 15e 7e 8e 15e 11e
2012 Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR7 Ferrari V8 Pirelli AUS MAL CHI BAH ESP MON CAN EUR GBR ALL HON BEL ITA SIN JAP COR IND ABU USA BRÉ 26 9e
Daniel Ricciardo 9e 12e 17e 15e 13e Abd 14e 11e 13e 13e 15e 9e 12e 9e 10e 9e 13e 10e 12e 13e
Jean-Éric Vergne 11e 8e 16e 14e 12e 12e 15e Abd 14e 14e 16e 8e Abd Abd 13e 8e 15e 12e Abd 8e
2013 Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR8 Ferrari V8 Pirelli AUS MAL CHI BAH ESP MON CAN GBR ALL HON BEL ITA SIN COR JAP IND ABU USA BRÉ 33 8e
Jean-Éric Vergne 12e 10e 12e Abd Abd 8e 6e Abd Abd 12e 12e Abd 14e 18e* 12e 13e 17e 16e 15e
Daniel Ricciardo Abd 18e* 7e 16e 10e Abd 15e 8e 12e 13e 10e 7e Abd 19e* 13e 10e 16e 11e 10e
Légende
Légende : ici
  • * le pilote n'a pas fini la course, mais a été classé parce qu'il a parcouru plus de 90 % de la distance de la course.
  • ** : La moitié des points a été distribué parce que la course a été réduite de moins de 75 % de la distance de la course.

Palmarès des pilotes Toro Rosso[modifier | modifier le code]

Palmarès des pilotes de la Scuderia Toro Rosso en championnat du monde de Formule 1
Pilotes Grand Prix disputés Victoires Podiums Points
inscrits
Pole positions Meilleur tour
en course
Tours en tête Meilleur classement en course
Drapeau : Suisse Sébastien Buemi 55 0 0 29 0 0 1 7e
Drapeau : Espagne Jaime Alguersuari 46 0 0 31 0 0 0 7e
Drapeau : France Jean-Éric Vergne 39 0 0 29 0 0 0 6e
Drapeau : Australie Daniel Ricciardo 39 0 0 30 0 0 0 7e
Drapeau : Italie Vitantonio Liuzzi 35 0 0 4 0 0 0 6e
Drapeau : États-Unis Scott Speed 28 0 0 0 0 0 0 9e
Drapeau : France Sébastien Bourdais 27 0 0 6 0 0 3 7e
Drapeau : Allemagne Sebastian Vettel 25 1 1 40 1 0 52 1re

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yannick Hedou, « Giorgio Ascanelli sur le départ chez Toro Rosso », sur fan-f1.com,‎ 20 juillet 2012
  2. « James Key rejoint Toro Rosso », sur news.sportauto.fr,‎ 6 septembre 2012

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Scuderia Toro Rosso.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]