Quinzaine des réalisateurs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Quinzaine des réalisateurs
Image illustrative de l'article Quinzaine des réalisateurs

Date de création 1969
Créateur Costa-Gavras
Louis Malle
Jacques Deray
SRF
Délégué général Édouard Waintrop
Durée 11 jours
Lieu Théâtre Croisette, JW Marriott Cannes, Drapeau de la France France
Site web quinzaine-realisateurs.com

La Quinzaine des réalisateurs, appelée communément la « Quinzaine », est une sélection parallèle du festival de Cannes créée après les évènements de mai 68 et organisée par la Société des réalisateurs de films (SRF)[1].

Ce festival est totalement indépendant du festival de Cannes, créé à l'origine pour le concurrencer et montrer aux spectateurs des films de tout horizon, réalisés par des cinéastes inconnus. Il permet de découvrir de nouveaux talents et a notamment révélé George Lucas, Ken Loach, les Frères Dardenne, Michael Haneke ou encore Spike Lee[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Le festival de Cannes s'ouvrit normalement le 10 mai 1968[3] malgré la révolte étudiante touchant Paris. Les évènements ne l'atteignirent pas dès le début en raison de la distance conséquente de Paris et d'une proximité très relative d'une seule université : celle de Nice[4]. Cependant, le faste des cérémonies choque face à la violence extérieure : des cinéastes n'hésitent plus à crier au scandale et des cinéastes comme Jean-Luc Godard, François Truffaut, Miloš Forman ou Claude Lelouch débarquent dans le Palais des festivals et de vives altercations éclatent entre les réalisateurs et les invités[5]. Certains s'accrochent aux rideaux rouges pour empêcher la projection du film Peppermint frappé. Après d'âpres négociations, le délégué général Robert Favre Le Bret ainsi que le conseil d'administration annulent l'édition et le Festival est clos.

La SRF est alors créée par les contestataires cannois - surnommés « les 180 » - ce pour faire face aux évènements et à la censure cinématographique opérant depuis les débuts du Festival. Ces contestataires sont essentiellement issus de la Nouvelle Vague et émettent plusieurs revendications, notamment la suppression de la tenue de soirée et un palmarès établi par le public, deux volontés étant très représentatives d'un désir d'autonomie et d'opposition au sérieux de la grand-messe du cinéma[6]. Celles-ci sont refusées par le Comité mais d'autres sont acceptées. Les cinéastes n'obtenant pas satisfaction totale, ils décident de créer l'année suivante la Quinzaine.

Une grande partie des 180 souhaitaient acquérir leur propre festival et disposer ainsi d'une réelle liberté. Les organisateurs du Festival leur laissent donc carte blanche après de nouvelles négociations, acceptant cette idée afin de montrer une nouvelle image, plus moderne et ouverte sur le monde. Les fervents défenseurs de la Quinzaine sont Jean-Gabriel Albicocco, Pierre Kast, Jacques Doniol-Valcroze, Michel Mitrani, Louis Malle, Jacques Deray et Costa-Gavras. Gérée par des membres de la SRF de façon indépendante, choisissant eux-mêmes les films faisant partie de la sélection, elle est qualifiée de « contre-festival »[7].

La première édition s'ouvrit donc en montrant une réelle liberté de choix, « sans contraintes idéologiques ni techniques et représentative des cinémas du monde »[8].

Prix décernés[modifier | modifier le code]

La Quinzaine est non compétitive. Cependant, certains prix sont remis par des partenaires :

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Rétrospectives[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ariane Beauvillard, « Cannes-sur-Seine, un festival dans le festival », Critikat,‎ 15 avril 2008 (lire en ligne)
  2. http://www.quinzaine-realisateurs.com/presentation-h8.html
  3. http://www.festival-cannes.fr/fr/archives/1968/posters.html
  4. Le Festival de Cannes sur la scène internationale, p.225
  5. Ibid, p.230
  6. Ibid, p.237
  7. Le Monde, 17 avril 1969
  8. Le Festival de Cannes sur la scène internationale, p.244

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre-Henri Deleau, La Quinzaine des réalisateurs à Cannes: Cinéma en liberté (1969-1993), éditions de La Martinière, 1993
  • Olivier Thévenin, Sociologie d'une institution cinématographique : La SRF et la Quinzaine des réalisateurs, L'Harmattan, Paris, 2009 (ISBN 2296094570)

Liens externes[modifier | modifier le code]