Michel Brault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brault.

Michel Brault

Description de cette image, également commentée ci-après

Jennifer Alleyn et Michel Brault

Naissance
Montréal
Drapeau : Québec Québec
Nationalité Drapeau du Canada Canadien
Décès (à 85 ans)
Toronto, Ontario — en voyage
Profession réalisateur
directeur de la photographie
scénariste
monteur
producteur
Films notables Les Ordres

Michel Brault (né le à Montréal, mort le en voyage à Toronto[1]) est un directeur de la photographie, un cadreur, un réalisateur et un producteur québécois. Il est considéré comme l'un des meilleurs cinéastes québécois du cinéma direct, le premier à faire une esthétique de la caméra à l'épaule, pratique aujourd'hui incontournable.

Dans les années 1960, Michel Brault est le pont entre le Québec et la Nouvelle Vague française, notamment grâce à sa collaboration avec Jean Rouch, montrant en Europe les acquis alors récents du cinéma direct (ou « cinéma vérité » pour les anglophones).

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille aisée, Michel Brault fait ses classes à l'Office national du film du Canada (ONF) comme éclairagiste à l'époque de l'omniprésence de l'éclairage hollywoodien[2] dans les « documentaires » tournés en studio. Il se démarque par un éclairage épuré s'inspirant de la lumière ambiante, une prédilection pour le grand angulaire, une grande mobilité définie par les déplacement des personnages et des cadrages centrés sur la figure humaine au détriment du décor.

Il est de la plupart des œuvres phares du cinéma direct à l'ONF, depuis Les Raquetteurs (1958) — premier exemple de caméra à l'épaule — et notamment Pour la suite du monde de Pierre Perrault (1963)… Il signe aussi Les Ordres, film incontournable sur la Crise d'Octobre survenue au Québec en et qui lui a valu le prix de la mise en scène lors du Festival de Cannes 1975.

Passionné de technique, il collabore avec le fabricant de caméras Éclair à la création de caméras conçues spécialement pour le tournage à l'épaule. Par ses réflexion sur le médium, et par sa pratique, par sa polyvalence, et par son intelligence technique et théorique du cinéma, il aura eu une influence considérable, contribuant notamment à l'établissement d'une grande tradition de directeur de la photographie-cameraman québécois travaillant avec des équipes réduites, de façon très légère, et dont Pierre Mignot et André Turpin sont les descendants.

Il incarne l'esprit d'innovation et les préoccupations éthiques du cinéma vérité à la section française de l'ONF.

Michel Brault est l'arrière-petit-fils de l'ancien Premier ministre du Québec Félix-Gabriel Marchand, lui-même notaire, journaliste et auteur dramatique.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Filmographie sélective[modifier | modifier le code]

Directeur de photographie[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Montage[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Il faut le dire, tout ce que nous avons fait en France dans le domaine du cinéma-vérité vient de l'ONF (Canada). C'est Brault qui a apporté une technique nouvelle de tournage que nous ne connaissions pas et que nous copions tous depuis. D'ailleurs, vraiment, on a la "brauchite", ça, c'est sûr; même les gens qui considèrent que Brault est un emmerdeur ou qui étaient jaloux sont forcés de le reconnaître.» (Jean Rouch)" Juin 1963 Cahiers du Cinéma No.144.
  • « Cependant, pour aller filmer les gens, pour aller parmi eux, avec eux, ils doivent savoir que nous sommes là, ils doivent accepter les conséquences de la présence de la caméra et ça nécessite l’utilisation d’un grand angulaire. La seule démarche légitime est celle qui sous-tend une sorte de contrat tacite entre les gens filmés et ceux qui filment, c’est-à-dire une acceptation mutuelle de la présence de l’autre. » (Michel Brault)
  • « J’ai toujours dit que pour faire ce genre de cinéma, il faut pleurer d’un œil et de l’autre il faut penser à ce qui reste de pellicule dans le magasin. Une moitié du cerveau travaille sur l’émotion, et l’autre sur la technique, et en même temps. Or il y a nombre de réalisateurs qui se consacrent exclusivement au contenu. J’ai travaillé avec plusieurs réalisateurs qui « avaient une idée », mais n’avaient aucune « idée » comment la transformer en film. » (Michel Brault)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]