ENSAE ParisTech

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
ENSAE ParisTech
Image illustrative de l'article ENSAE ParisTech
Devise Compter pour savoir, comprendre pour prévoir
Informations
Fondation 1942
Type École de la fonction publique
Régime linguistique Français
Localisation
Coordonnées 48° 49′ 27″ N 2° 18′ 09″ E / 48.824286111111, 2.3024444444444 ()48° 49′ 27″ Nord 2° 18′ 09″ Est / 48.824286111111, 2.3024444444444 ()  
Ville Malakoff
Pays Drapeau de la France France
Campus Paris-Saclay
Direction
Directeur Julien Pouget (depuis Septembre 2011)[1]
Chiffres clés
Enseignants 40
Étudiants 358 (2007-08)[2]
Niveau Bac+6 (Mastère Spécialisé)
Divers
Affiliation Université Paris-Saclay, ParisTech, CGE, GENES
Site web www.ensae.fr

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
ENSAE ParisTech

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
ENSAE ParisTech

L'ENSAE ParisTech (École nationale de la statistique et de l’administration économique ParisTech[3]), école d'application de l'École polytechnique, est une grande école d'ingénieur[4] spécialisée dans les mathématiques appliquées, l'économie, la statistique et la finance. Intégrée, avec l'Ensai au groupe des écoles nationales d'économie et statistique (GENES), elle fait partie du groupe ParisTech.

L'école fait partie de l'Université Paris-Saclay. Le déménagement de ses bâtiments sur le plateau de Saclay, au cœur de Paris-Saclay, est prévu pour 2016[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

L’ENSAE ParisTech a été créée en 1942 dans le cadre du Service national des statistiques (ancêtre de l’Insee sous le nom d’« école d’application de la statistique ». En 1946, à la création de l’Insee, l’école prend le nom d’ « école d’application de l’INSEE ». L’école ouvrait sur deux types de carrières : administrateur et attaché. Les premières promotions comprenaient cinq ou six élèves administrateurs et cinq ou six élèves attachés.

Le décret du 2 novembre 1960 change le nom de l'école en « École nationale de la statistique et de l’administration économique ». Les promotions deviennent plus importantes, et la formation s’ouvre aux anciens élèves des facultés de droit et de sciences économiques. Le décret du 15 avril 1971 clarifie la position de l’école dans le champ académique, en la caractérisant clairement comme une grande école[pas clair]. L’école déménage dans ses locaux actuels, à Malakoff dans les Hauts-de-Seine, en 1975.

Dans les années 1980, un système de bourse est mis en place pour soutenir les études doctorales. Un laboratoire de recherche, le centre de recherche en économie et statistique (CREST), est créé en 1988.

En 1994, la Division des cadres de gestion statistique et des attachés, qui formait les attachés de l’Insee, devient une école à part entière, l’Ensai, relocalisée à Bruz, près de Rennes. Suite au Décret n°2010-1670 du 28 décembre 2010[6] relatif au Groupe des écoles nationales d'économie et statistique, l'ENSAE ParisTech devient division d'un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPCSCP) constitué sous la forme d’un grand établissement au sens de l’article L. 717-1 du code de l'éducation.

Le 13 septembre 2011, l'école a reçu un avis négatif par la Commission des Titres d'Ingénieur à la délivrance du titre d'« ingénieur diplômé »[7]. La CTI note qu'aujourd’hui l’obtention du titre d’ingénieur apparaît stratégique pour l’ENSAE ParisTech, alors que cela ne semblait pas être le cas en 2008 et 2009. L'école estime nécessaire son accréditation comme école d'ingénieurs pour son insertion future dans l’environnement de ParisTech sur le site de Saclay, et donc d'évoluer vers une conformité au référentiel de la CTI et aux standards européens. La CTI note aussi : l’évolution récente, rapide et forte de la gouvernance (une de ses recommandations) et la mise en place d’un groupe projet chargé de mettre en œuvre les recommandations de la CTI. Cependant, elle souligne que les documents complémentaires fournis, s'ils démontrent la volonté de la nouvelle équipe de faire évoluer l'école, ne comportent ni la vision stratégique, ni le plan d'action nécessaires[8]. En juillet 2012, la CTI accorde de nouveau un avis favorable à l'habilitation de l'ENSAE à délivrer le titre d'ingénieur[9]. Ce titre est alors donné à tous les étudiants, quelle que soit leur voie d'admission (maths spé, ECS, khâgne...).

L’école prévoit de déménager en 2015 dans le cluster technologique Paris-Saclay, sur la commune de Palaiseau, comme d’autres écoles membres de ParisTech[10].

Logo de l'ENSAE avant 2007.

Mission[modifier | modifier le code]

L’école forme, avec l’ENSAI, le centre d’études des programmes économiques et le Centre de recherche en économie et statistique, le « groupe des écoles nationales d’économie et statistique »[6]. Placée, au sein de ce groupe, sous la tutelle du ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie, l’ENSAE ParisTech assure à ses élèves une formation de statisticien. Elle assure entre autres la formation des fonctionnaires appartenant au corps des administrateurs de l'Insee.

La compétence des anciens élèves économistes et statisticiens qui contribuent à la recherche économique française est reconnue ; d’anciens élèves occupent des postes au sein des organismes internationaux (ONU, FMI, Banque mondiale, Commission européenne…) et français (Ministère de l'économie, Insee, CREST, etc.).[réf. nécessaire]

Elle accueille des élèves de diverses provenances :

Recherche[modifier | modifier le code]

La structure de recherche affiliée à l'ENSAE est le CREST. Ce dernier est classé 2e dans le rapport de mars 2010 de la Direction Générale de la Recherche et de l'Innovation[11] sur la publication d'articles de recherche en économie en France.

Formations partenaires en France et à l'étranger[modifier | modifier le code]

Dans le cadre des partenariats organisés par l'ENSAE ParisTech avec d'autres écoles, un grand nombre d'étudiants effectuent leur troisième année dans des universités étrangères en mathématiques financières, économie et finance : Harvard, MIT, Oxford, Columbia, LSE, UC Berkeley, université Humboldt de Berlin etc.

L'ENSAE ParisTech a également signé une convention[12] avec l'Institut d'études politiques de Paris, qui permet aux élèves de l'ENSAE ParisTech d'effectuer parallèlement à leur cursus à l'ENSAE ParisTech un des masters de Sciences Po. Dans le cadre de cette convention ils sont dispensés de la partie écrite du concours d'entrée en master.

L'ENSAE ParisTech cohabilite également le diplôme du master de recherche en finance quantitative MASEF (ex DEA MASE) de l'Université Paris-Dauphine.

L'ENSAE ParisTech est membre de ParisTech, association de grandes écoles de Paris regroupant tous les domaines de compétences : Polytechnique, Mines ParisTech, Arts et Métiers ParisTech, École des Ponts ParisTech, Télécom ParisTech, AgroParisTech, ESPCI ParisTech, ENSTA ParisTech, Chimie ParisTech et HEC depuis juin 2008.

L'ENSAE est associée avec le département de sciences sociales de l'École normale supérieure au sein du campus Jourdan, pour la formation des normaliens.

L'ENSAE propose depuis 2011 un double diplôme avec l'ESSEC.

Enfin, l'ENSAE et HEC Paris ont signé un partenariat de double diplôme en 4 ans, ouvert aux élèves d'HEC admis à l'ENSAE ParisTech et aux élèves de l'ENSAE ParisTech à la fin de leur première année. Les élèves sélectionnés pour ce double diplôme partageront leur scolarité entre les deux écoles, et effectueront une année de césure. Les élèves cumuleront ainsi les enseignements en statistique, économétrie et économie de l'ENSAE ParisTech et les enseignements en marketing, management et business. Ils seront diplômés des deux écoles.

L’ENSAE s'est associée à l'école polytechnique et à l'Institut d'études politiques de Paris pour créer le master Economics and Public Policy[13] (EPP), destiné aux étudiants intéressés par la mise en œuvre et l’évaluation des politiques publiques.

Emploi[modifier | modifier le code]

L’école ouvre à des carrières très diverses[14]. Les diplômés de l'ENSAE ParisTech travaillent pour la majorité d’entre eux dans des postes d'ingénieur financier, d'actuaire ou de chargé d'études économiques. Très prisé des recruteurs, les étudiants de l'ENSAE se placent parmi les mieux rémunérés de France pour leur premier emploi, avec en moyenne un salaire supérieur de 44% à la moyenne des écoles d'ingénieurs et supérieur au salaire moyen d'écoles telle que École centrale Paris, Mines ParisTech, ou encore Télécom ParisTech[15]. Une partie d'entre eux s'oriente vers la recherche en économie, au sein des principaux centres de recherche français, ainsi que dans les organisations internationales. Des élèves travaillent également dans le conseil en économie, en stratégie.

Environ 30 % des premiers salariés travaillent à l'étranger, notamment à Londres et à New York. Ils sont employés par les grands groupes financiers français et anglo-saxons pour leur expertise technique en mathématiques financières, en économie et en statistiques[16]. 49% des étudiants travaillent dans le secteur de la banque grâce aux spécialisations que propose l'école en 3e année. Notamment celle de Finance de marché et de Gestion des risques, en partenariat avec les plus grands DEA parisiens de mathématiques permettant ainsi, de placer les étudiants à des niveaux de salaire très élevés dans des postes de trader, quant, risk manager, gestionnaire d'actif[17].

Spécificités[modifier | modifier le code]

Grande école parisienne, l'ENSAE ParisTech se démarque largement du paysage des écoles d'ingénieurs françaises.[réf. nécessaire] L'ENSAE est une école très jeune. Plus concrètement, l'ENSAE forme des spécialistes dans les domaines de l'économie, la finance et la statistique. Finalement, c'est dans des domaines aussi variés que la sociologie, la politique économique, l'actuariat, la finance de marché et d'entreprise, la gestion des risques, la statistique que les ENSAE excellent. Issus d'un recrutement éclectique, les étudiants de l'ENSAE ne proviennent pas seulement des classes préparatoires scientifiques, littéraires et économiques puisque l'ENSAE accueille chaque année plusieurs polytechniciens, normaliens et des étudiants provenant de Dauphine et de la Sorbonne, des écoles de ParisTech ou encore via des partenariats internationaux.

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

L'école a participé à la formation de nombreuses personnalités du monde politique et économique. La plupart se retrouvent au sein de l'Association des anciens de l'ENSAE.

Enseignants[modifier | modifier le code]

  • Enseignants

Robert Boyer, Pierre Cahuc, Nicolas Chopin, Guy Laroque, Pierre Bismuth, Anne Perrot, Jean-Pierre Ponssard, Bernard Salanié, David Thesmar, André Orléan, Jacques Mairesse, Laurent Linnemer...

  • Anciens enseignants

Michel Aglietta, Maurice Allais, Julien Amegandjin, Patrick Artus, Raymond Barre, Pierre Bourdieu, François Ewald, Jean-Jacques Laffont, Edmond Malinvaud, Jacques Mistral, Michel Rocard, Jean Tirole, Michel Pébereau, Alfred Sauvy, Michel Volle, Patrick Rey, Jean-Charles Rochet, Philippe Tassi...

Vie associative[modifier | modifier le code]

La Tribu[modifier | modifier le code]

La Tribu est l'association des élèves de l'ENSAE ParisTech, l'équivalent du bureau des élèves dans les autres écoles d'ingénieur. C'est autour de cette association que s'organise la vie étudiante de l'ENSAE ParisTech, avec notamment l'intégration des nouveaux élèves de l'école la préparation du week-end d'intégration (WEI) et des soirées qui ponctuent l'année universitaire.

Junior-Entreprise[modifier | modifier le code]

Créée en 1979, ENSAE Junior Études[18], la Junior-Entreprise de l'école, a pour tâche de relier les élèves de l'ENSAE et le monde de l'entreprise. Elle réalise des études dans le domaine de l’économie, de la statistique et de la finance.

Le journal de l'école[modifier | modifier le code]

Le journal de l'école, qui retrace les événements marquants de la vie de l'école a pour nom le SAS'Discute. Son nom est issu d'un jeu de mots entre le célèbre logiciel de statistique SAS beaucoup utilisé à l'ENSAE et la locution "ça se discute". Son logo est, quant à lui, une référence à la série de romans d'espionnage écrite par Gérard de Villiers.

ENSAE Israël et ENSAE Monde Arabe[modifier | modifier le code]

Deux jeunes associations créées début 2012 par d'anciens préparationnaires HEC sur le modèle d'associations déjà existantes dans de nombreuses Grandes Écoles de Commerce. Leur but est de présenter la culture moyen-orientale aux étudiants sous différents angles, notamment par des dégustations de spécialités locales ou des conférences.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Sylviane GASTALDO », sur www.educpros.fr (consulté le 30 avril 2010)
  2. « L'ENSAE en chiffres », sur www.ensae.fr (consulté le 30 avril 2010)
  3. Décret n° 2010-1670 du 28 décembre 2010 relatif au Groupe des écoles nationales d'économie et statistique
  4. http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/lensae-paristech-a-nouveau-habilitee-a-delivrer-le-titre-dingenieur.html
  5. Les chantiers en cours
  6. a et b Décret n°2010-1670 du 28 décembre 2010
  7. [PDF]Séance du 13 septembre 2011 - Relevé de conclusions, consulté sur site www.cti-commission.fr le 29 octobre 2011
  8. [PDF]Avis n° 2011/09-04 relatif à l’habilitation de l'École nationale de la statistique et de l’administration économique ParisTech (ENSAE ParisTech) à délivrer un titre d’ingénieur diplômé, consulté sur site www.cti-commission.fr le 29 octobre 2011
  9. http://www.ensae.fr/images/ENSAEdoc/cp_ensae-cti.pdf
  10. « Palaiseau », sur www.campus-paris-saclay.fr (consulté le 30 avril 2010)
  11. Rapport DGRI 2010
  12. http://admissions.sciences-po.fr/fr/master?q=fr/node/495 Convention SciencesPo
  13. http://www.ensae.fr/content/view/216/2/ Master EPP
  14. ENSAE - École Nationale de la Statistique et de l'Administration Économique - Les carrières des ENSAE ParisTech
  15. http://enseignementsup.blog.lemonde.fr/2012/11/29/jackpot-pour-les-diplomes-de-lensae-paristech/
  16. Les résultats de l'enquête 1er emploi 2006
  17. http://www.ensae.fr/images/ENSAEdoc/lettre_ensae_n2.pdf
  18. Site d'ENSAE Junior Études

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Desrosières, « D'une école de statistique et d'économie à l'Ensae et l'Ensai : 1942-1996 », Courrier des Statistiques, no 75-76,‎ décembre 1995 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]