Christian Sautter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Christian Sautter
Christian Sautter (2e à gauche) au Forum économique mondial de 2008.
Christian Sautter (2e à gauche) au Forum économique mondial de 2008.
Fonctions
Ministre de l'Économie, des Finances
et de l'Industrie

20e ministre des Finances de la Ve République
2 novembre 199927 mars 2000
Gouvernement Lionel Jospin
Prédécesseur Dominique Strauss-Kahn
Successeur Laurent Fabius
Secrétaire d'État chargé du Budget
4 juin 19972 novembre 1999
Président Jacques Chirac
Gouvernement Lionel Jospin
Prédécesseur Alain Lamassoure
Successeur Florence Parly
Biographie
Date de naissance 9 avril 1940 (74 ans)
Lieu de naissance Autun (Saône-et-Loire)
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique PS
Profession Administrateur de l'Insee

Christian Sautter, né le 9 avril 1940 à Autun, est un homme politique français, membre du Parti socialiste. Ancien membre du gouvernement Lionel Jospin, il est membre du Conseil de Paris et adjoint au maire de Paris, chargé de l'Emploi, du Développement économique et de l'Attractivité internationale[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'École polytechnique (Promotion X1960), de l'Institut d'études politiques de Paris et de l'ENSAE, il devient en 1965 administrateur de l'Insee.

Un an après l'élection de François Mitterrand, en 1982, il est nommé secrétaire général adjoint de l'Élysée. En 1985, il est nommé Inspecteur général des Finances au tour extérieur. En 1988, il redevient secrétaire général adjoint de la présidence et en 1990, il est nommé préfet de l'Île-de-France et de Paris.

Lorsque Lionel Jospin est nommé Premier ministre, en 1997, Christian Sautter est nommé secrétaire d'État au Budget sous l'autorité de Dominique Strauss-Kahn. Lorsque ce dernier démissionne en novembre 1999, il lui succède comme ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie. Il cherche à mettre en place une réforme du ministère des Finances prévue par son prédécesseur et qui lui vaut une grève des fonctionnaires placés sous son autorité. Il est remplacé trois mois plus tard par Laurent Fabius.

Il est aussi Président de l'association France Active depuis 2000 qui finance l'insertion par l'économique en France. Adjoint au maire de Paris depuis 2001, il est chargé de l'Emploi, du Développement économique et de l'Attractivité internationale depuis 2008. Christian Sautter est désigné membre du conseil d'administration de l'ESPCI ParisTech[2] par le Conseil de Paris.

Il est membre du Siècle [3] .

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Fonctions gouvernementales[modifier | modifier le code]

  • Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie, chargé du Budget du gouvernement Lionel Jospin (du 4 juin 1997 au 2 novembre 1999)
  • Ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie du gouvernement Lionel Jospin (du 2 novembre 1999 au 27 mars 2000)

Autres mandats exécutifs[modifier | modifier le code]

  • 1965-1971 : administrateur de l'Institut national de la statistique et des études économiques, au service des études pour le Plan ;
  • 1971-1972 : pensionnaire de la Maison franco-japonaise à Tokyo ;
  • 1976 : fondateur du Centre de recherches sur le Japon contemporain ;
  • 1980-1981 : Directeur du Centre d'Etudes Prospectives et d'Informations Internationales (CEPII) ;
  • 1981-1982 : Conseiller technique aux questions économiques internationales au secrétariat général de la présidence de la République ;
  • 1982-1985 : Secrétaire général adjoint de la présidence de la République ;
  • 1985 : Inspecteur général des finances ;
  • 1988-1990 : Secrétaire général adjoint de la présidence de la République ;
  • 1990-1993 : Préfet de la région Île-de-France, Préfet de Paris ;
  • 1991-1993 : Président du Syndicat des transports parisiens ;
  • 2001-2008 : Adjoint au maire de Paris, chargé des Finances, du Développement économique et de l'Emploi
  • 2008-2014 : Adjoint au maire de Paris, chargé de l'Emploi, du Développement économique et de l'Attractivité internationale.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Japon : le prix de la puissance, Seuil, 1973.
  • L'État et l'individu au Japon, Éditions de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (Éditions de l'EHESS), 1990.
  • La France au miroir du Japon : Croissance ou déclin, Odile Jacob, 30 avril 1996.
  • Christian Sautter tient une chronique sur le site Betapolitique

Notes et références[modifier | modifier le code]