Karol Beffa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beffa.

Karol Beffa

Naissance 27 octobre 1973 (41 ans)
Paris
Activité principale Compositeur
Style Musique contemporaine
Activités annexes Pianiste

Karol Beffa, né le 27 octobre 1973 à Paris, est un compositeur, pianiste et universitaire franco-suisse, d'origine polonaise.

Parcours[modifier | modifier le code]

D'origine polonaise, fils d'une linguiste et d'un mathématicien, il débute enfant par la comédie où il interprète notamment un jeune Mozart dans un téléfilm de Marcel Bluwal [1], avant de se diriger vers la musique[2]. À 14 ans, en 1988, il entre au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSM), où il décroche de nombreuses distinctions[2], dont 8 premier prix[1]: harmonie, contrepoint, fugue, musique du XXe siècle, orchestration, analyse, accompagnement vocal, improvisation au piano.

Il mène en parallèle une carrière intellectuelle[1] :

Il enseigna à l'Université Paris IV (1998-2003) puis à l'École polytechnique (2003-2009). Il est maître de conférences à l'ENS depuis 2004. Entre 2006 et 2009, il a été compositeur en résidence auprès de l’Orchestre National de Toulouse.

Par ailleurs, comme plusieurs autres artistes (Michel Dalberto, Emmanuel Krivine, Nicolas Le Riche, Guillaume Gallienne…), il est membre du club Le Siècle. Il a été Young Leader (2005) de la Fondation franco-américaine qui se consacre à renforcer les liens entre la France et les États-Unis, et Young Leader (2007) du German Marshall Fund, qui vise à promouvoir les relations transatlantiques.

Pour l'année académique 2012/2013, sur la proposition du mathématicien Pierre-Louis Lions, le Collège de France l’a élu à la chaire de création artistique. Depuis que cette chaire existe, il en est de loin le plus jeune titulaire[3],[4].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Compositeur, ses œuvres ont été jouées par des ensembles aussi célèbres qu'A Sei Voci, la Maîtrise de Radio France, les Cambridge Voices, le Chœur de Tapiola, le Chœur de l'Orchestre de Paris, la maîtrise de Notre-Dame, et par les plus grands orchestres (Orchestre Philharmonique de Radio France, Orchestre de l'Opéra de Lyon, Orchestre National des Pays de la Loire, Orchestre de Bretagne, Bayerische Kammerphilharmonie, Baltic Chamber Orchestra, Philharmonie de Saint-Pétersbourg, London Symphony Orchestra, Orchestre de chambre de Paris, Orchestre National d'Île-de-France, American Wind Symphony Orchestra, Orchestre de Paris...).

Mars 2006 a vu la création d'une pièce par l'orchestre de Pau, sous la direction de Fayçal Karoui : c'était la première fois en France, qu'une souscription était lancée auprès du public pour passer commande à un compositeur.

En 2013, il est compositeur de l'année aux victoires de la musique classique.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Pour instrument seul[modifier | modifier le code]

  • Sillages, pour piano, 2003
  • Six études, pour piano, 2003
  • Éloge de l’ombre, pour harpe, 2005
  • Rhapsodie, pour violoncelle, 2005
  • Supplique, pour violon ou violon baroque, 2005
  • Gravitations, pour clarinette seule, 2008
  • Suite, pour piano ou clavecin, 2008
  • Mirages, pour piano à quatre mains, 2009
  • Obsession, pour saxophone, 2009
  • Prélude pour orgue, 2009
  • Passacaille pour orgue, 2009
  • Trois chorals dans le style de Bach, pour piano, 2010
  • Le Miroir des Heures, pour guitare, 2013

Deux instruments[modifier | modifier le code]

  • 5 Pièces, pour violon (ou alto) et piano, 2008
  • Épitaphe, pour clarinette en la et piano, 2009
  • Manhattan, pour alto et piano, 2010
  • Masques, pour violon et violoncelle, 2010

Trois instruments[modifier | modifier le code]

  • Paysages d’ombres, pour flûte, alto et harpe, 2008
  • Les ombres qui passent, pour violon, alto ou violoncelle et piano, 2010
  • Cortège des ombres, pour clarinette, alto ou violoncelle et piano, 2013
  • En Miroir, pour saxophone, alto et piano, 2012
  • De Cartes et d'estampes, pour trois flûtes, 2014

Quatre instruments[modifier | modifier le code]

  • ...Quelques cercles..., pour quatuor à cordes, 2000
  • Mosaïque, pour quatuor à cordes, 2009
  • Café 2010, pour trio à cordes et piano, 2010
  • Feux d’artifice, pour quatuor de clarinettes, 2011
  • Fireworks, pour quatuor de saxophones, 2011
  • Chinatown, pour saxophone, alto, Fender Rhodes et piano, 2012
  • Je t’invoque, pour saxophone, alto, Fender Rhodes et piano, 2012

Cinq instruments[modifier | modifier le code]

  • Destroy, pour piano (ou clavecin amplifié) et quatuor à cordes, 2007
  • Blow up, pour piano (ou clavecin amplifié) et quatuor à vents, 2008
  • Buenos Aires, pour quintette de cuivres, 2010

Musique concertante[modifier | modifier le code]

  • Concerto pour violon, pour violon et orchestre, 2007
  • Premier concerto pour piano, pour piano et orchestre, 2009
  • Concerto pour guitare, pour guitare et orchestre à cordes, 2010
  • Concerto pour alto, pour alto et orchestre à cordes, 2011
  • Concerto pour trompette, pour trompette et orchestre à cordes, 2012
  • La vie antérieure, concerto pour piano et orchestre, 2012
  • Into the Dark, pour piano et orchestre à cordes, 2013
  • Concerto pour harpe, pour harpe et orchestre à cordes, 2013
  • Rainbow, pour piano et orchestre à cordes, 2013

Musique pour ensemble[modifier | modifier le code]

  • La Pavillon d’or, pour « orchestre par un », 2013

Musique symphonique[modifier | modifier le code]

  • Oblivion, pour ensemble à cordes, 2008
  • Paradis artificiels, pour orchestre symphonique.
  • Les ruines circulaires, pour orchestre symphonique, 2009
  • La nef des fous, pour "orchestre Mozart", 2011
  • L’esprit de l’érable rouge, pour récitant, orchestre symphonique (et chœur d’enfants ad lib.) Sur un texte de Minh Tran Huy, 2012
  • L’œil du loup, pour récitant et orchestre symphonique. Sur un texte de Daniel Pennac, 2012

Orchestre d'harmonie[modifier | modifier le code]

  • Burning Bright, pour Orchestre d’harmonie, 2012

Musique vocale[modifier | modifier le code]

  • Je vis, je meurs..., sur un poème de Louise Labé, extrait d’un recueil de sonnets, 2004
  • 6 mélodies, pour voix et piano, 2007
  • Salve Regina, pour chœur à voix égales, 2007
  • Messe pour soprano, chœur mixte et orgue, 2008
  • Nuit mystique, pour quatuor à cordes et voix, 2010
  • Media vita, pour chœur mixte a cappella, ou 4 voix solistes, 2011
  • Mes heures de fièvre, pour voix, (violon) alto et piano, 2011
  • Babel, pour chœur mixte à quatre voix a cappella, 2012
  • Nuit obscure, pour orchestre à cordes et voix. Texte de Saint-Jean -de-la-Croix, 2012
  • Fragments de l'Enéide, pour 4 voix mixtes ou chœur à 4 voix et chœur d’enfants (jouant 3 cloches) ad lib. Texte de Virgile extrait de l’Énéide, 2012
  • Trois motets pour Marie, pour six voix mixtes a cappella, ou pour chœur mixte a cappella, 2012

Conte musical (avec récitant)[modifier | modifier le code]

  • L’esprit de l’érable rouge, pour récitant, orchestre symphonique (et chœur d’enfants ad lib.) Sur un texte de Minh Tran Huy, 2012
  • L’œil du loup, pour récitant et orchestre symphonique. Sur un texte de Daniel Pennac, 2012

Ballet[modifier | modifier le code]

  • Corps et âmes, ballet pour onze danseurs. Chorégraphie de Julien Lestel, 2011

Opéra[modifier | modifier le code]

  • K ou la piste du château, pour trois chanteurs, flûte, trio à cordes, piano (et chœur mixte ad lib.) D’après Le Château de Kafka, 2011-2013
  • Equinoxe, pour trois chanteurs, clarinette, piano et orchestre à cordes. D'après Amerika de Kafka, 2014

Œuvres destinées à la formation des instrumentistes[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Être compositeur, être compositrice en France au XIXe siècle, Éric Tissier, L'Harmattan, Paris, 2009
  • Participation au Dictionnaire du libéralisme sous la direction de Mathieu Laine, Larousse, 2012
  • Comment parler de musique ?, Fayard/Collège de France, 2013

Cinéma[modifier | modifier le code]

Karol Beffa a composé les musiques originales des films suivants :

En tant qu'acteur[modifier | modifier le code]

Karol Beffa a eu une carrière d'enfant-acteur, entre 1981 (7 ans) et 1987 (13 ans).

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Au théâtre[modifier | modifier le code]

A l’opéra[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Liens familiaux[modifier | modifier le code]

Il est le neveu du chef d'entreprise Jean-Louis Beffa.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Leçon inaugurale - Collège de France [1]
  2. a et b Pianobleu.com, 2008.
  3. Création artistique - Collège de France. www.college-de-france.fr
  4. Le pianiste Karol Beffa nommé au Collège de France www.causeur.fr