Formation par alternance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La formation par alternance ou formation duale désigne un système de formation qui intègre une expérience de travail où la personne concernée, l'alternant qui peut être élève, étudiant ou apprenti, se forme alternativement en entreprise privée ou publique et dans un établissement d'enseignement comme, par exemple en France, un lycée professionnel, un centre de formation d'apprentis, une maison familiale rurale une école d'ingénieur ou une université. En Suisse, les établissements d'enseignement qui se calquent sur le modèle de la formation duale s'appellent écoles professionnelles.

Principe[modifier | modifier le code]

L'étudiant alternant suit une formation dispensée par un établissement d'enseignement et par une entreprise d'accueil où il a un statut particulier, salarié ou stagiaire indemnisé ou non.

La fréquence de l'alternance est très variable d'une formation à l'autre. Les étudiants en médecine ont la fréquence la plus rapide : le matin, ils sont à l'hôpital, l'après-midi, ils suivent les cours en amphithéâtre. Certaines formations d'ingénieurs pratiquent une alternance pouvant aller jusqu'à une périodicité de plusieurs mois.

La pratique de l'année de césure dans le milieu d'études d'ingénieurs ou de commerce peut être vue aussi comme une formation par alternance.

Dans la plupart des cas, l'alternance est pratiquée pour des enseignements professionnels mais peut aussi convenir à des formations générales.

Dans le monde[modifier | modifier le code]

De nombreux pays ont mis en place ce type de formation avec parfois des appellations différentes comme le système dual allemand, le système suisse de la formation professionnelle initiale, l'enseignement coopératif du Québec, etc.

En France[modifier | modifier le code]

Contrats de travail[modifier | modifier le code]

L'alternance peut être associée à un contrat de travail spécifique, soit :

Elle peut aussi se faire sous statut scolaire dans les lycées professionnels, ou les Maisons Familiales Rurales (MFR) qui ont un contrat de participation au service public d'éducation avec le ministère de l'agriculture.

Rythme[modifier | modifier le code]

Tous les rythmes sont possibles constants ou variables, voici des rythmes couramment appliqués entre l'entreprise et le centre de formation :

  • 2,5 jours en entreprise, 2,5 jours en centre de formation (ou 2 jours et 3 jours);
  • 1 semaine sur deux;
  • 1 semaine sur trois;
  • 15 jours, 15 jours;
  • 1 mois, 1 mois;
  • 2 mois, 2 mois;
  • 6 mois, 6 mois.

Le rythme de l'alternance doit respecter le droit du travail (horaires et règles de sécurité notamment), et permettre la formation en entreprise comme en Centre de formation (400 heures minimum par an en contrat d'apprentissage par exemple).

Le rythme de l'alternance, qu'il soit court ou long, possède des avantages et inconvénients. Par exemple un rythme trop long l'alternant :

  • ne pourra pas (ou très peu) comparer fréquemment la théorie vue en centre de formation et la pratique réelle en entreprise.
  • aura moins l'occasion de transformer ses savoirs en savoir-faire.
  • ne pourra pas (ou très peu) adapter son suivi de formation par rapport à son expérience en entreprise et inversement.

Alors qu'un rythme trop court :

  • peut perturber l'alternant et/ou l'employeur
  • peut ne pas conduire à une définition claire des missions données pendant les périodes pratiques qui risquent de se réduire à des petits boulots, des tâches peu valorisantes dans l'entreprise.
  • demande une rigueur supplémentaire de la part de l'alternant (et de l'employeur) dans le suivi des tâches / projets.

Organisation de l'alternance[modifier | modifier le code]

L'alternance nécessite une organisation particulière de la part de l'employeur, de l'alternant, et du centre de formation. Les contrats de travail sont d'ailleurs dans certains cas tripartites. Cette situation nécessite la mise en place d'un système relationnel permanent et performant. Les acteurs communiquent le plus souvent par un carnet de suivi de l'alternance. L'évaluation de l'alternant est conjointe entre le centre de formation et l'entreprise. Une telle organisation montre bien que l'alternance est un partage de la formation entre l'école et l'entreprise. Un partage qui, pour prendre toute sa puissance, doit être conçu non comme un simple alternat mais comme une situation formative par la mise en synergie des deux lieux de formation (entreprise / centre de formation) et des deux types de formateurs (maître d'apprentissage ou tuteur / enseignant). La situation d'alternance facilite la transition du monde de l'enseignement (articulé sur le vieux découpage en disciplines), à celui de la réalité qui globalise (transversalité). La démarche du dispositif français de validation des acquis de l'expérience exprime que l'action de travail est, pour tout individu, inductive d'acquis divers et nombreux couvrant la totalité du spectre des niveaux (V à I). À partir de ce constat, les acteurs de l'alternance peuvent repérer les situations caractéristiques propres à chaque alternant, dans une logique d'individualisation d'itinéraires de formation.

L'entreprise[modifier | modifier le code]

L'entreprise doit adopter au sein même de sa structure un ensemble de moyens permettant à l'alternance de prendre tout son sens.

Ces moyens peuvent être humains :

Mais également organisationnels :

  • suivi quotidien de l'alternant
  • formation accentuée
  • écoute plus importante

Le centre de formation[modifier | modifier le code]

  • Suivi des entreprises proposant l'alternance.
  • Formation adaptée au rythme de l'alternance.
  • Prise en compte des questions, des problèmes découverts par les alternants lors de leurs périodes pratiques en entreprise.

Le Service Académique d'Inspection de l'Apprentissage (SAIA) est placé sous l'autorité du recteur, il est chargé du contrôle de la qualité pédagogique des CFA.

L'alternant[modifier | modifier le code]

L'alternant se verra en position d'avoir une charge de travail supplémentaire par rapport à un parcours plus classique (formation à temps complet). L'avantage évident pour l'alternant est de bénéficier d'une réelle expérience professionnelle. Cependant, notamment en France, le titulaire d'un contrat d'apprentissage ou d'un contrat de professionnalisation est rémunéré selon un pourcentage du SMIC établi par le code du travail ou bien du SMC si l'entreprise relève d'une convention collective. Dans le cas où le SMC serait plus faible que le SMIC, le salaire serait calculé sur la base du SMIC. Il a aussi l'avantage de commencer à verser des cotisations dès le premier mois de son apprentissage[1].

Points forts de l'alternance[modifier | modifier le code]

L’alternance, que ce soit sous la forme de l’apprentissage, du contrat de professionnalisation ou du stage a démontré toute sa force dans sa capacité d’insertion, parce que :

  • l’expérience professionnelle acquise dans l’entreprise constitue un atout indiscutable dans la recherche d’un emploi ;
  • environ 40 % des entreprises d’accueil recrutent l’alternant.

La professionnalisation des parcours dans l’enseignement supérieur est un facteur décisif dans l’insertion des jeunes sur le marché du travail. Elle l’est également pour les jeunes de l’avant bac dont l’appétence et les aptitudes sont mieux adaptées à des cursus métiers, quitte ensuite, pour certains d’entre eux, à poursuivre leur formation après le Bac[2].

L'alternance permet également d'identifier et de développer les talents dans les organisations[3].

Trouver une formation en alternance[modifier | modifier le code]

alternancemploi.com
letudiant.fr
studyrama.com
moncontratpro.com

Canada et États-Unis[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Études coopératives.

Suisse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Formation professionnelle initiale.

Belgique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]