Saint-Frézal-d'Albuges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Frézal.

Saint-Frézal-d'Albuges
Saint-Frézal-d'Albuges
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lozère
Arrondissement Mende
Canton Grandrieu
Intercommunalité Communauté de communes Mont-Lozère
Maire
Mandat
Marie-Thérèse Roche
2014-2020
Code postal 48170
Code commune 48151
Démographie
Population
municipale
69 hab. (2016 en augmentation de 25,45 % par rapport à 2011)
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 34′ 11″ nord, 3° 45′ 24″ est
Altitude Min. 1 120 m
Max. 1 496 m
Superficie 17,20 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lozère

Voir sur la carte administrative de la Lozère
City locator 14.svg
Saint-Frézal-d'Albuges

Géolocalisation sur la carte : Lozère

Voir sur la carte topographique de la Lozère
City locator 14.svg
Saint-Frézal-d'Albuges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Frézal-d'Albuges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Frézal-d'Albuges

Saint-Frézal-d'Albuges est une commune française, située dans le département de la Lozère en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Saint-Frézaliens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint Frézal-d'Albuges est situé à 39 km de Langogne, à 135 km de Privas, à 34 km de Mende et à 145 km de Nîmes. La commune se situe au-dessous du Moure de la Gardille (1 503 m), au-dessus de la vallée du Chassezac, face à la montagne du Goulet (1 497 m), entre Lot et Allier.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Saint-Frézal-d'Albuges[1]
Période Identité Étiquette Qualité
1795 1801 Jean Laurans    
1801 1812 Augustin Veyrunes    
1812 1813 Pierre Monty    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2016, la commune comptait 69 habitants[Note 1], en augmentation de 25,45 % par rapport à 2011 (Lozère : -0,95 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
282292354309288300298293272
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
287290306298301315310321320
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
33030728426423220918715096
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1039279625642465369
2016 - - - - - - - -
69--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Frézal

Cette église romane du XIIe-XIIIe siècle fut dédiée à saint Frézal, évêque du Gévaudan qui fut assassiné en 828. C'est une église de type provençal : nef voûtée en berceau légèrement brisé, arc triomphal, chapiteaux géminés et ornés, abside en cul-de-four, chevet à trois pans. L'église de Saint-Frézal est la plus belle et la plus solide du diocèse. Elle a dû être l'église d'un couvent de moines. Elle est aujourd'hui bien isolée et bien incommode par sa position. En effet, elle est ventée tout autant que la plaine de Montbel sur son éperon avancé, et si Chazeaux se cache un peu à l'abri de la colline qui surplombe le village, le mas de Combecibron et le domaine des Laubies n'ont pas grand chose à envier à la plaine. La Peyre est, quant à elle, un peu plus exposée. Ces quatre lieux formaient la paroisse de Saint-Frézal en 1705.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

Saint-Frézal-d'Albuges est inclus dans la zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) continentale de type 2 de la « Forêt de Mercoire »[6], soit 11 190 hectares sur sept communes dont Saint-Frézal[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. D'après FranceGenWeb.org
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. « Forêt de Mercoire » - 910007376. Fiche et cartographie ZNIEFF Natura 2000.
  7. Les sept communes de la ZNIEFF de la Forêt de Mercoire sont : Bastide-Puylaurent, Chasseradès, Chaudeyrac, Cheylard-l'Évêque, Luc, Montbel et Saint-Frézal-d'Albuges.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]