Laubert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Laubert
Vue générale.
Vue générale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lozère
Arrondissement Mende
Canton Grandrieu
Intercommunalité Communauté de communes Mont-Lozère
Maire
Mandat
Gilbert Debien
2014-2020
Code postal 48170
Code commune 48082
Démographie
Gentilé Laubertois
Population
municipale
106 hab. (2014)
Densité 7,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 35′ 11″ nord, 3° 38′ 28″ est
Altitude Min. 1 186 m – Max. 1 428 m
Superficie 14,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lozère

Voir sur la carte administrative de Lozère
City locator 14.svg
Laubert

Géolocalisation sur la carte : Lozère

Voir sur la carte topographique de Lozère
City locator 14.svg
Laubert

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Laubert

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Laubert

Laubert est une commune française, située dans le département de la Lozère en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Laubertois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Laubert se situe le long de la RN88, à 18 km au nord de Mende et à 69 km au sud du Puy-en-Velay.

Gourgons[modifier | modifier le code]

Gourgons est un des deux villages constituant la commune de Laubert. Les deux petits villages, Gourgons et Laubert, se trouvent de part et d'autre du redouté col de la Pierre Plantée, sur la RN 88. Ils en sont en quelque sorte les gardiens

Histoire[modifier | modifier le code]

XXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1988 la commune de Laubert qui avait vu disparaître les 30 écoles du canton construit une école intercommunale toute neuve dans un style nouveau et avec un mobilier ergonomique « révolutionnaire ». Cela lui vaudra un prix délivré par l'association des maires de France.

Laubert entre dans le XXIe siècle avec le Livre Guinness des records. En effet, Morganne Toulouse devient la plus jeune dessinatrice de timbres poste à l'âge de 9 ans. C'est elle qui a réalisé le timbre de l'an 2000[1].

Les élections municipales des 9 et 16 mars 2008 n'ayant pas permis de constituer un conseil municipal, en raison de la démission de nombreux élus, un nouveau scrutin est organisé les 13 et 20 avril suivants. Le , Gérard Piejoujac, 65 ans, retraité, est élu par le conseil municipal à l'unanimité. Immédiatement après son élection deux conseillères municipales annoncent leur démission.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Laubert
Période Identité Étiquette Qualité
1971 2001 Michel Valette DG Maire Honoraire
2001 2004 Jérôme Finiels    
2004 2005 Jérôme Bourret SE  
2005 2006 Bernard Toulouse    
2006 2008 Jérôme Finiels   Le même que de 2001 à 2004
2008 2014 Gérard Piejoujac    
2014 2014 Gilbert Debien    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1876. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 106 habitants, en augmentation de 0 % par rapport à 2009 (Lozère : -1,05 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
272 308 315 302 283 327 330 337 273
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
299 272 247 202 186 160 129 120 124
1990 1999 2005 2010 2014 - - - -
128 134 111 102 106 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Le patrimoine du village[modifier | modifier le code]

L'église[modifier | modifier le code]

En 1278 est fondée une chapelle qui sera détruite en 1636, puis rebâtie en 1773. En 1825, l'église actuelle est construite à la place de cette chapelle.

Le clocher est un clocher en peigne. En 1963, le conseil municipal fit refondre la cloche principale qui était fêlée. Durant l'hiver 1974/1975, le maire,Michel VALETTE, le conseil municipal et tous les hommes valides de la commune consacrent leur temps libre à restaurer intégralement et bénévolement l'intérieur de l'église. Cette église, renfermant un mobilier remarquable, a une histoire peu banale décrite dans un petit document édité par le maire de Laubert en 1999. Une petite fontaine, coiffée d'une belle charpente Philibert, au pied de l'église rajoute au charme du village.

On trouve dans cette église :

  • un christ du XVe siècle en bois polychrome,
  • une Vierge à l'Enfant du XVIIe siècle, en bois doré,
  • un Atlante supportant la chaire (il existe trois autres Atlantes de ce type en Lozère),
  • un retable doré et peint, à colonnes torses, provenant de l'église des Capucins, située à Mende. Il est surmonté de deux urnes funéraires.

Quelques dates[modifier | modifier le code]

Monument érigé à l'emplacement du tripoint de partage des eaux entre les bassins versants de la Loire, de la Garonne et du Rhône sur les communes de Laubert et de Montbel en Lozère, près du col de la Pierre Plantée

Extrait d'un document réalisé par le maire honoraire : Michel Valette.

  • 1278 - Par acte du 28 septembre reçu par Me Villaret notaire à Mende, Bertrand de Laubert fonda une chapelle sous l'invocation de saint Barnabe et de saint Barthélémy. Le chapitre de Mende, seigneur de Laubert céda alors aux chapelains, comme revenu, le tiers de la dixme des grains de Laubert mais fit payer la dixme à la onzième gerbe et non à la seizième.
  • 1636 - Le 12 décembre la chapelle était détruite. On n'en connaît pas la cause. Pendant les 137 ans qui suivirent on ignore si Laubert eut une chapelle ou non
  • 1773 - La chapelle fut rebâtie et l'évêque y autorisa la messe le 20 septembre. Mais tous les ecclésiastiques intervenant à Laubert devront être entretenus par les habitants moyennant 100 écus par an.
  • 1780 - Les gens de Laubert ne peuvent plus payer et ne peuvent pas, non plus, se rendre à la paroisse à Allenc l'hiver, les dangers de la neige étant trop grands. Le 30 avril 1780 Claude Toulouse présente une requête au nom des gens de Laubert auprès de l'évêque pour que la chapelle de Laubert soit érigée en succursale avec un vicaire résident pris en charge par l'évêché.
  • 1802 - Laubert est détaché d'Allenc et érigé en succursale le 12 février 1820.
  • 1825 - La famille Valentin fit construire l'église actuelle.

Le château[modifier | modifier le code]

De l'ensemble moyenâgeux fortifié de Laubert ne subsiste que le corps principal du château, remanié pour la dernière fois en 1721. Le château ne se visite pas mais son histoire n'est pas inintéressante. Ce fut une propriété du roi d'Aragon, d'où son nom : le Palais du Roy. Ce nom s'est d'ailleurs étendu à l'ensemble du domaine proche de l'actuel lac de Charpal. Plus tard le chapitre épiscopal de Mende en fit sa résidence d'été. En 1999 le maire de Laubert, Michel VALETTE édita un petit document de présentation du château ; il en fit de même d'ailleurs pour l'église et pour l'école[réf. nécessaire].

Connexion à internet[modifier | modifier le code]

La commune n'est pas reliée à l'ADSL, les deux NRA les plus proches se trouvant à Châteauneuf-de-Randon et à Badaroux, à une distance trop grande du village.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]