Curzon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Curzon (homonymie).
image illustrant une commune de la Vendée
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Vendée.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Curzon
L’église Saint-Romain de Curzon (depuis la rue du Logis).
L’église Saint-Romain de Curzon (depuis la rue du Logis).
Blason de Curzon
Héraldique
Curzon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Les Sables-d'Olonne
Canton Mareuil-sur-Lay-Dissais
Intercommunalité Communauté de communes Moutierrois-Talmondais
Maire
Mandat
Irène Foll
2014-2020
Code postal 85540
Code commune 85077
Démographie
Gentilé Curzonnais
Population
municipale
484 hab. (2014)
Densité 82 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 26′ 54″ nord, 1° 18′ 29″ ouest
Altitude 8 m (min. : 0 m) (max. : 23 m)
Superficie 5,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 14.svg
Curzon

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Curzon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Curzon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Curzon
Liens
Site web Site officiel

Curzon est une commune du centre-ouest de la France, située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire. L'ancien champion cycliste Robert Varnajo y est né en 1929.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire municipal de Curzon s’étend sur 593 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 8 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 0 et 23 mètres[1],[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En poitevin, la commune est appelée Çhurzun[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Curzon fut archiprêtré du XIe siècle au XVe siècle[4].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur au pont de trois arches d'argent, maçonné de sable, mouvant des flancs et de la pointe, surmonté de trois clochers d'or ordonnés 2 et 1.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vue transversale de la crypte du XIe siècle de l'église de Curzon.
Vue centrale de la crypte du XIe siècle de l'église de Curzon.

L'église Saint-Romain de Curzon abrite sous son chœur une crypte datée du XIe siècle. À la jonction de la nef et du chœur, une trappe donne sur un escalier raide qui aboutit à cette crypte par un espace de plan carré que prolonge une abside semi-circulaire éclairée d'une unique fenêtre. Quatre colonnes dégagées au centre et dix engagées dans les murs supportent neuf voutes d'arêtes. Les bases et les chapiteaux des colonnes du centre sont ornés de différentes sortes de motifs floraux et décoratifs. Ces vestiges rappellent des constructions similaires aux Essarts et à l'église Notre-Dame de Fontenay-le-Comte, autres communes de Vendée. La nef de la partie supérieure de l'église actuelle date de 1873[4].

46° 28′ 03″ N, 1° 17′ 19″ O La commune partage avec les communes de Lairoux, la Bretonnière-La-Claye et Saint-Cyr-en-Talmondais un premier pont, et avec la commune de Saint-Cyr-en-Talmondais un deuxième pont, tous les deux sur le Lay au lieu-dit les Ponts de Port la Claye. Ils furent édifiés en granit au XVIIIe siècle par l'ingénieur-architecte Étienne Raimbaud dit Lavaud, originaire d'Auvergne et décédé pendant la construction du deuxième ouvrage. Ils ont été inscrits au titre des monuments historiques en 1985[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995
(démissionnaire)
Francis Pernet[6],[7]    
         
Francis Pernet[8]    
En cours Irène Foll[9]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 484 habitants, en augmentation de 6,14 % par rapport à 2009 (Vendée : 5,39 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
510 498 483 584 720 749 758 835 825
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
852 977 997 940 944 934 990 993 978
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
953 913 856 737 737 721 706 701 702
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
598 546 542 438 405 356 429 462 484
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006 [13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (32,6 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,5 %, 15 à 29 ans = 10,7 %, 30 à 44 ans = 19,5 %, 45 à 59 ans = 19 %, plus de 60 ans = 30,3 %) ;
  • 52,2 % de femmes (0 à 14 ans = 18,3 %, 15 à 29 ans = 10,3 %, 30 à 44 ans = 19,2 %, 45 à 59 ans = 17,4 %, plus de 60 ans = 34,8 %).
Pyramide des âges à Curzon en 2007 en pourcentage[14]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
2,2 
13,7 
75 à 89 ans
13,4 
16,6 
60 à 74 ans
19,2 
19,0 
45 à 59 ans
17,4 
19,5 
30 à 44 ans
19,2 
10,7 
15 à 29 ans
10,3 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[15]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Florimond Météreau (1888-1978), artiste peintre vendéen séjournant régulièrement à Curzon et dont la mairie conserve des toiles. On lui doit également d'avoir sculpté le monument aux morts de Curzon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 25381 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « Curzon », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. Jean-Loïc Le Quellec, Dictionnaire des noms de lieux de la Vendée, La Crèche, Geste Éditions, coll. « Geste Poche » (no 14), , 3e éd. (1re éd. 1995), 443 p. (ISBN 2-84561-263-X), p. 118.
  4. a et b Affichage in situ.
  5. [1], sur Site officiel de la commune de Curzon. Consulté le 23/08/2014.
  6. « Élections : retour à la case départ », Ouest-France,‎ .
  7. « Curzon : démission du maire acceptée », Ouest-France,‎ .
  8. « Curzon : Francis Pernet réélu maire », Ouest-France,‎ .
  9. « Irène Foll devient la première femme maire de Curzon », Ouest-France,‎ .
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)
  15. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 13 mai 2011)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]