La Jonchère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jonchère (homonymie).

La Jonchère
La Jonchère
L'église Saint-Martin-de-Vertou.
Blason de La Jonchère
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Les Sables-d'Olonne
Canton Mareuil-sur-Lay-Dissais
Intercommunalité Vendée-Grand-Littoral
Maire
Mandat
Marc Bouillaud
2014-2020
Code postal 85540
Code commune 85116
Démographie
Gentilé Jonchérois
Population
municipale
440 hab. (2016 en augmentation de 11,39 % par rapport à 2011)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 26′ 24″ nord, 1° 22′ 30″ ouest
Altitude 21 m
Min. 2 m
Max. 35 m
Superficie 11,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 14.svg
La Jonchère

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
La Jonchère

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Jonchère

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Jonchère
Liens
Site web Blog officiel

La Jonchère est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire municipal de La Jonchère s’étend sur 1 154 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 21 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 2 et 35 mètres[1],[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Le Givre Rose des vents
Le Bernard N Saint-Cyr-en-Talmondais
O    La Jonchère    E
S
Longeville-sur-Mer
(quadripoint)
Angles
Angles
Saint-Benoist-sur-Mer
Saint-Benoist-sur-Mer

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune de La Jonchère ne serait apparu qu'en 1262 après avoir porté successivement le nom Juncho puis plus tard Joncheria, signifiant littéralement « lieu couvert de joncs ».

« […] Hugues de La Chaise, son épouse Olive ainsi que ses fils, épris de pieuses attentions, avaient donné un certain jour de l'année 1100, au chapitre de Talmond, l'église de Saint-Martin de la Jonchère. L'abbé de Saint-Michel-en-l'Herm se croyant lésé par cette libéralité, protesta hautement : il déclara que ce bénéfice était sa propriété et porta l'affaire devant l'évêque de Poitiers, Pierre, alors de passage au monastère de Moutiers-les-Mauxfaits. Les clercs et les barons présents décidèrent, après avoir examiné les titres, que l'église appartenait réellement au couvent de Sainte-Croix, et que la plainte intempestive de l'abbé de Saint-Michel-en-l'Herm était sans fondement. Ils remirent donc l'église entre les mains de quatre moines, Giraud, prieur, Geoffroy, Roux, Goscelin et Enfard ; et pour consacrer le jugement, l'évêque investit même le moine Goscelin et lui mit un jonc dans la bouche d'où le nom de Jonchère…[3] »

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or à la touffe de joncs de sinople, au chef d'azur chargé d'une cigogne contournée d'argent, becquée et membrée de sable, accostée de deux fleurs de lys du même.

Quant au blason, quelques éléments peuvent justifier sa forme[4] :

  • le pied de jonc évoque La Jonchère (lieu planté de jonc) et sert pratiquement d’armes parlantes ;
  • la cigogne rappelle la présence du village de la Cigogne ;
  • les fleurs de lys proviennent du sceau du prêtre Jean de la Vergne ainsi que de la croix hosannière du cimetière ;
  • les couleurs, jaune, vert, bleu et blanc appartiennent aux armoiries des familles de la Chaize et de Mauras. Hugues de la Chaize fonda l’église vers 1100 et Charles-Marc de Mauras était chevalier seigneur de La Jonchère au XVIIIe siècle ;
  • la devise Juncis sata erat signifie De joncs elle était plantée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1943 1965 Octave Cantet   - style="vertical-align: top" 1965 1983 Henri Gillaizeau   - style="vertical-align: top" 1983 Hubert Mollé[5]    
Michel Cantet[6]   - style="vertical-align: top" En cours Marc Bouillaud[7]   Retraité de la direction départementale de l’Équipement
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2016, la commune comptait 440 habitants[Note 1], en augmentation de 11,39 % par rapport à 2011 (Vendée : +4,51 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
370295309314348342341358368
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
334358367380346379373408415
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
437435414378387356346367351
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
344307277282238296362372381
2013 2016 - - - - - - -
411440-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (33,9 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (53 % contre 48,4 % au niveau national et 49 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 53 % d’hommes (0 à 14 ans = 16,3 %, 15 à 29 ans = 10,4 %, 30 à 44 ans = 18,3 %, 45 à 59 ans = 21,3 %, plus de 60 ans = 33,7 %) ;
  • 47 % de femmes (0 à 14 ans = 13,4 %, 15 à 29 ans = 9,5 %, 30 à 44 ans = 20,1 %, 45 à 59 ans = 22,9 %, plus de 60 ans = 34 %).
Pyramide des âges à La Jonchère en 2007 en pourcentage[12]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
11,4 
75 à 89 ans
8,9 
22,3 
60 à 74 ans
25,1 
21,3 
45 à 59 ans
22,9 
18,3 
30 à 44 ans
20,1 
10,4 
15 à 29 ans
9,5 
16,3 
0 à 14 ans
13,4 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[13]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin[modifier | modifier le code]

Reconstruite au XVIIe siècle sur l'emplacement d'un édifice dont le bas des murs en bel appareil de granit est encore apparent à l'extérieur de la nef, l'église Saint-Martin présente les caractères de l'architecture classique, surtout dans sa façade occidentale. À l'extérieur, son clocher octogonal suscite la curiosité du fait de l'originalité de sa charpente surmontée d'une petite flèche. À l'intérieur, de nombreuses pièces de mobilier sont protégées au titre d'objets sur les monuments historiques : le maître-autel et son retable, les deux autels et retables du transept (classés en 1976) ainsi que la grille et le baldaquin des fonts baptismaux, inscrits à l'inventaire supplémentaire en 1975. Le retable du maître-autel en pierre peinte et dorée mérite notamment une mention particulière, d'autant qu'il est cité dans le procès-verbal de visite pastorale de l'évêque de Luçon en novembre 1576[14].

Croix hosannière[modifier | modifier le code]

La croix hosannière.
Article détaillé : Croix hosannière de La Jonchère.

Dans le cimetière, on peut découvrir une croix hosannière du XVIIe siècle. Cette croix, placée au centre de la nécropole, est formée d'une colonne aux proportions élégantes, dont le fût est symétriquement semé de fleurs de lys, d'hermines et de L, surmontées de la couronne royale[14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 25579 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « La Jonchère », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. LA JONCHERE, sur le site mairie-la.jonchere85.over-blog.com
  4. Le blason de La Jonchère , sur le site mairie-la.jonchere85.over-blog.com
  5. « Hubert Mollé a été nommé maire honoraire », Ouest-France,‎ .
  6. « Michel Cantet élu maire », Ouest-France,‎ .
  7. « Marc Bouillaud, nouveau maire de la commune », Ouest-France,‎ .
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)
  13. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 » [archive du ], sur insee.fr (consulté le 21 mai 2011)
  14. a et b [1]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :