Saint-Flour-de-Mercoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Flour et Mercoire (homonymie).
Saint-Flour-de-Mercoire
Image illustrative de l'article Saint-Flour-de-Mercoire
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lozère
Arrondissement Mende
Canton Langogne
Intercommunalité Communauté de communes du Haut Allier
Maire
Mandat
Guy Mayrand
2014-2020
Code postal 48300
Code commune 48150
Démographie
Population
municipale
191 hab. (2014)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 41′ 47″ nord, 3° 49′ 34″ est
Altitude Min. 954 m
Max. 1 229 m
Superficie 12,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lozère

Voir sur la carte administrative de Lozère
City locator 14.svg
Saint-Flour-de-Mercoire

Géolocalisation sur la carte : Lozère

Voir sur la carte topographique de Lozère
City locator 14.svg
Saint-Flour-de-Mercoire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Flour-de-Mercoire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Flour-de-Mercoire

Saint-Flour-de-Mercoire est une commune française, située dans le département de la Lozère en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Saint-Flouriens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé à proximité de la forêt de Mercoire sur un plateau granitique de 1 090 hectares, à 1 000 m d’altitude. Quatre villages composent la commune : les Choisinets, les Huttes, l'Herm et le chef-lieu Saint-Flour-de-Mercoire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les dames de l'abbaye de Mercoire avaient fondé cette paroisse de Saint-Flour et percevaient la dîme, nommaient le curé et assuraient son traitement. La bête du Gévaudan y fit ses premières victimes au cours de l'été 1764.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Saint-Flour-de-Mercoire
Période Identité Étiquette Qualité
(maire en 1981)[1]   Denis Dubois    
2001 2008 Jean-François Richard    
2008 2014 Charles Castanier    
2014 en cours Guy Mayrand DVD Agriculteur[2]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 191 habitants, en augmentation de 8,52 % par rapport à 2009 (Lozère : -1,05 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
182 200 155 246 277 239 303 294 316
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
318 377 322 344 386 374 374 416 387
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
384 391 317 260 253 258 232 187 151
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
165 130 106 109 113 121 155 184 191
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Saint-Flour-de-Mercoire se situe sur le parcours que l'écrivain Robert Louis Stevenson a effectué en 1878 et qu'il a relaté dans Voyage avec un âne dans les Cévennes. Il y fit halte dans le hameau de l'Herm[7], que l'actuel GR70, aussi appelé « chemin de Stevenson », contourne par l'ouest vers Sagnerousse.

Bâtiments religieux[modifier | modifier le code]

La petite église, bien conservée, possède une nef à deux travées, la seconde décorée d’arcades. Le clocher ancien a été démoli en 1793.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :