Bram

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bram
Bram
Entrée du village
Blason de Bram
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Canton Piège au Razès
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté de communes Piège-Lauragais-Malepère (siège)
Maire
Mandat
Claudie Méjean
2014-2020
Code postal 11150
Code commune 11049
Démographie
Gentilé Bramais
Population
municipale
3 254 hab. (2015 en diminution de 1,84 % par rapport à 2010)
Densité 184 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 14′ 37″ nord, 2° 06′ 55″ est
Altitude Min. 119 m
Max. 165 m
Superficie 17,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte administrative de l'Aude
City locator 14.svg
Bram

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Bram

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bram

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bram
Liens
Site web Site officiel

Bram est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Bramais. Bram possède plusieurs clubs, environ 50 associations et plusieurs installations sportives.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Bram est une commune moyenne de l'Aude située précisément dans l'ancienne province du Lauragais, sur le Fresquel. C'est un village circulaire. Il est situé à mi-chemin de Carcassonne (20 km) et de Castelnaudary (18 km). Bram est situé à 790 km de Paris et culmine à 134 mètres d'altitude. C'est un lieu de passage de tout temps entre l'Aquitaine et la Méditerranée.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Bram[1]
Villepinte Saint-Martin-le-Vieil
Bram Alzonne
Villasavary Villesiscle Montréal

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La ville de Bram possède une gare desservie par les TER Languedoc-Roussillon faisant la liaison entre Toulouse et Narbonne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Avant l'arrivée des romains la localité se dénommait Eburomagos, les Volques tectosages était la peuplade celte qui occupait la région, "magos" signifiant le terrain servant de marché et "eburo" arbre sacré l'if . Bram peut découler de la contraction de cette ancienne appellation celtique.L'itinéraire de l'Anonyme de Bordeaux passe dans la région et mentionne ce site.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'armée croisée contre les hérétiques de Simon de Montfort (vers début de XIIIe siècle) a pris d'assaut la petite ville de Bram qui a refusé d'ouvrir ses portes aux croisés. Simon a ordonné que soient arrachés le nez et les yeux des survivants. Un seul n'est qu'éborgné : il servira de guide aux autres[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2011 en cours Claudie Méjean PS  
octobre 2003 2011 André Viola PS Conseiller général du canton de Fanjeaux
Président de la Communauté de communes de la Piège et du Lauragais
Président du conseil général de l'Aude
1971 2003 Jacques Cambolive PS Député de l'Aude
(1978-1993), Conseiller général du canton de Fanjeaux (1970-2001)
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2015, la commune comptait 3 254 habitants[Note 1], en diminution de 1,84 % par rapport à 2010 (Aude : +2,94 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9621 0671 1781 3661 4251 4291 4731 5281 560
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6161 6381 5341 4871 5281 6561 8401 6061 714
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 8671 9711 9241 7941 9542 0742 0762 1522 145
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
2 4172 7332 6432 6502 8992 9693 1563 3683 254
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

La ville de Bram possède un centre de soin où sont regroupés plusieurs médecins, ainsi que plusieurs infrastructures pour les soins dentaires.

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Maison de l’archéologie Eburomagus, centre archéologique qui est le lieu du rapatriement des pièces (par centaines de millier) du secteur et pour beaucoup de Bram, entreposées jusque-là au dépôt du Présidial à Castelnaudary.
  • Laboratoire d'Archéologie du Lauragais (Labarchéo) - Siège Social Musée Archéologie Eburomagus - Lien site Web Labarchéo : [1] - Permanences Labarchéo le samedi de 15h à 18h au Musée de Bram
  • Château de Lordat ; Château de la Prade ; et toujours à Bram, mais au lieu-dit Frontenac : Château de Valgros (ou ce qui en reste de l'incendie de 2005).
  • Parc et maison des Essars
  • Église Saint-Julien-et-Basilisse, du XIVe siècle, dont l'abside et le clocher font l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 9 janvier 1932[7]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bram

Les armes de Bram se blasonnent ainsi : D'or à la croix de gueules.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]