Korian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Korian
logo de Korian
Logo du groupe Korian.

Création 2003[1]
Forme juridique Société anonyme
Action Euronext : KORI
Slogan Le soin à cœurVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège social 21-25 rue Balzac,
75008 Paris
Drapeau de la France France
Direction Sophie Boissard
Président Jean-Pierre Duprieu
Actionnaires 24,32 % Predica ;
7,66 % Holding Malakoff Humanis
6,51 % Investissements PSP (Office d'Investissement des Régimes de pensions du secteur public)
61,51 % flottant[2].
Activité EHPAD, Cliniques, Résidences seniors, soins infirmiers, hospitalisation à domicile
Effectif 57 000[3]
TVA européenne FR34447800475[4]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web korian.com

Capitalisation 3 000 M€ (août 2019)
Chiffre d'affaires 3 870 M€ (31 décembre 2020)
Résultat net 64,9 M€ (31 décembre 2020)

Korian est une entreprise française de gestion de maisons de retraite médicalisées (Ehpad), de cliniques spécialisées dans les soins de suite et de réadaptation (SSR), de résidences services, de soins et d’hospitalisation à domicile.

Le groupe est coté en bourse depuis 2006 et est présent dans sept pays d'Europe, principalement en France et en Allemagne. Fin 2021, Korian contrôle un réseau de 1 000 établissements et 90 000 lits qui réalise 4,3 milliards de chiffre d'affaires avec 57 000 salariés.

Depuis le milieu des années 2010, le groupe fait l'objet de critiques récurrentes pour certaines de ses méthodes de gestion ; il est notamment accusé de maltraitance des personnes âgées et d'offrir de mauvaises conditions de travail à ses salariés.

Historique[modifier | modifier le code]

Charles Ruggieri[5], un entrepreneur immobilier, fonde Finagest, en l'an 2000 avec le soutien de financiers[6]. Ainsi, Finagest acquiert « sept maisons de retraite à Besançon »[7]. En 2003, l'entreprise rachète le groupe de maisons de retraite Serience[8] et renomme Finagest en groupe Suren[9].

En 2005, le groupe Suren lance une OPA sur Medidep, une entreprise de deux fois sa taille[10] qui vient de perdre son principal actionnaire, Orpea[6],[11].

L'opération aboutit en 2006[12] et le Groupe Suren se renomme Korian[13]. La même année, Korian est introduit en bourse sur l'Eurolist et lève 137 millions d'euros[14],[15],[16].

En , le groupe Korian acquiert pour 80 millions d'euros Segesta, basé à Milan en Italie[17]. Fin , en Allemagne, Korian achète Phönix, une société basée en Bavière[18]. En 2008, environ 60 % du chiffre d'affaires est réalisé dans les Ehpad[19].

Le groupe fait régulièrement appel à des investisseurs qui détiennent les murs de ses établissements[20]. Ainsi, en juin 2009, Korian réalise une augmentation de capital de 70 millions d'euros[21],[22].

En 2011, Korian fait construire sa première maison de retraite « en kit » dans le but de baisser ses prix[23].

En 2013, Korian lance, pour 106 millions d'euros[24], une OPA amicale sur Curanum, le numéro 3 du secteur en Allemagne, triplant sa présence dans le pays[25].

Le , les assemblées générales mixtes des actionnaires de Korian (1 345 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2012[26]) et de Medica (901 millions de chiffre d'affaires en 2012[26]) approuve la fusion-absorption de Medica par Korian[27],[28]. Cette opération marque l'aboutissement du rapprochement entre les deux sociétés lancé le [26],[29]. Korian et Medica donnent ainsi naissance à la première entreprise européenne de maisons de retraite en Europe, avec 40 % du chiffre d'affaires réalisé hors de France[30],[31],[5].

En juillet 2014, le fondateur de Korian, Charles Ruggieri, vend sa participation au capital du groupe[7].

Début , Korian rachète le groupe Evergreen (35 millions de chiffre d'affaires)[32]. En , il acquiert Casa Reha (270 millions de chiffre d'affaires)[33].

Fin 2015, l'ancien Pdg, Yann Coléou, est remplacé par Sophie Boissard, notamment à cause d'une baisse de la rentabilité en Allemagne[34],[35].

En , Korian annonce l'acquisition de Foyer de Lork, une entreprise flamande de résidence médicalisée et de maison de retraite, qui possède 1 200 lits pour un chiffre d'affaires de 70 millions d'euros[36]. Avec cette acquisition, Korian devient le deuxième acteur du secteur en Belgique avec un chiffre d'affaires de 290 millions d'euros[36].

Le groupe Korian a doublé en cinq ans, de 2011 à 2016, les dividendes versés à ses actionnaires[37].

En 2017, l’Allemagne est devenue le deuxième marché du groupe[réf. souhaitée] à la suite de deux acquisitions successives qui ont permis de tripler le chiffre d’affaires[38]. En 2018, à la suite du rachat de 21 établissements au belge Senior Assist[39], Korian est devenu le premier opérateur belge avec 122 lieux de vie pour les seniors (maisons de repos et de soins et résidences services) et 2 réseaux de soins à domicile.

Fin , Korian achète 70 % du capital de la société franc-comtoise Ages et Vie qui développe depuis 2006 un concept de colocations entre seniors dans des maisons de huit personnes, accompagnées par trois auxiliaires de vie[40],[41].

En , Le Monde rapporte que le groupe Korian se trouve contraint d'un côté par une grève de salariés et un rapport parlementaire réclamant plus de moyens humains et financiers pour les ehpad, de l'autre côté par les exigences des actionnaires en matière de profits[42]. La concurrence avec l'autre leader européen du secteur, Orpea, est également forte : si leur chiffre d'affaires est identique (3,1 milliards d’euros en 2017), la valeur de Korian en bourse est trois fois inférieure à celle de son rival[42]. « Fragilisée », l'entreprise suscite alors l'intérêt de fonds de placement, mais selon sa directrice Korian « n'est pas à vendre »[42],[43].

En novembre 2018, Korian acquiert Petits-fils, une entreprise présente en France sur le marché des soins à domicile (40 millions de chiffre d'affaires)[44],[45]. Le , Korian signe avec Icade trois projets de constructions de cliniques de soins de suite et de réadaptation[46].

Le , Korian entre en Espagne avec l’acquisition de la société « Seniors » qui exploite sept établissements médicalisés autour de Malaga, en Andalousie[47]. Dans le même temps, Korian fait l'acquisition du groupe Omega implanté dans le Sud-Ouest de la France (40 millions d'euros de chiffre d'affaires) et de la société allemande Schauinsland basée dans le Land du Bade-Wurtemberg[47],[48]. Ces trois acquisitions augmentent le chiffre d'affaires d'environ 70 millions d'euros[47],[48]. Korian détient désormais 20 % des murs de ses établissements[48].

Le , Korian entre aux Pays-Bas à la suite de l'acquisition de Stepping Stones spécialisée dans l'accompagnement de la maladie d'Alzheimer et des troubles cognitifs[49].

En , Korian acquiert Inicea, une entreprise française spécialisée dans les établissements de soins notamment psychiatriques, pour 360 millions d'euros[50]. Cet achat est financé par une augmentation de capital de 400 millions d'euros[51].

En , le groupe entre au Royaume-Uni avec l'acquisition de 6 résidences senior appartenant au groupe Berkley[52]. La même année au mois de septembre, le groupe fait l'acquisition de l'italien Gruppo Sage, spécialisé dans la santé mentale[53].

Activités[modifier | modifier le code]

Korian est spécialisé dans les services de soin et d’accompagnement aux seniors, dans six pays européens : la France, l’Allemagne, l’Italie, la Belgique, l'Espagne et les Pays-Bas[réf. nécessaire]. Au , le groupe, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 3,336 milliards d'euros, comptait 803 établissements et 52 000 collaborateurs[54] dont 19 000 en France [55]. La même année, 78 % du chiffre d'affaires est réalisé dans les Ehpad[56].

Fin 2021, Koran détient un quart des murs de ses établissements, le reste est principalement la propriété du groupe immobilier Icade, une filiale de la Caisse des dépôts et consignations[57]. En France, la moitié des établissements se situe dans le « quart nord-est » du pays[58]. Korian compte 57 000 salariés et réalise 4,3 milliards de chiffre d'affaires en 2021[3].

Korian est présent dans des maisons de retraite médicalisées, des cliniques spécialisées, des résidences services et des colocations médicalisées. Korian possède un réseau de services de soins à domicile composé d’établissement d’hospitalisation à domicile (HAD) et des Services de Soins infirmiers à Domicile (SSIAD)[réf. nécessaire].

Chiffres clés[modifier | modifier le code]

Années 2003 2005 2007 2009 2012 2014 2016 2018 2019 2020 2021
Chiffre d'affaires (en milliards d'euros) 0,48[59] 0,6[18] 0,85[60] 1,3[26] 2,5[61] 3[37] 3,3[54] 3,6[62] 3,87[63] 4,3[3]
Résultat net (en millions d'euros) 23[64] 22[60] 38[37] 123[65] 136[66] 65[66] 117[67]
Nombre d'employés 9 500[16] 40 000[68] 45 000[69] 52 000[54] 57 000[3]
Nombre d'établissements 172[59] 321[70] 745[35] 803[54] 1 000[71]
Nombre de lits 4 445[72] 13 000[59] 20 700[60] 34 000[70] 71 500[35] 90 000[73]

En 2020, selon le journal La Tribune, Korian « a perçu 95,7 millions d'euros de la part des États français, allemand et belge au titre « de la perte d'activité »» à la suite de l'épidémie de Covid-19[74].

Direction[modifier | modifier le code]

Depuis le , le groupe a adopté une gouvernance à conseil d'administration[réf. nécessaire].

Directeurs généraux[modifier | modifier le code]

  • 2012-2015 : Yann Coléou (Rémunération 2015 : 3 483 585 . Indemnités de départ 2015 : 1 837 000 [75],[76],[34].
  • Depuis  : Sophie Boissard (Salaire fixe : 450 000 . Rémunération totale 2016 : 903 000 )[77],[78]

Directions[modifier | modifier le code]

Fin , Korian crée une direction du développement international pour structurer et accélérer sa présence sur d’autres marchés européens[79].

Autres personnalités notables[modifier | modifier le code]

  • Philippe Denormandie, chirurgien orthopédique, directeur général adjoint de 2007 à 2017 ; ancien président de « l’institut du Bien Vieillir Korian », « Fondation Korian », co-présidée par Sophie Boissard. (il est le père de Julien Denormandie, ministre du logement puis de l'agriculture)[62]
  • Claude Malhuret, sénateur, ancien secrétaire d’État entre 1986 et 1988, maire de Vichy entre 1989 et 2017 (directeur du développement éthique de Korian de 2006 à 2014)[62].
  • Grégory Emery, ancien directeur général adjoint de la santé, ancien conseiller sécurité sanitaire au cabinet d'Olivier Véran, s'est vu interdire de rejoindre le groupe Korian par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) en [80].

Actionnaires[modifier | modifier le code]

Actionnariat[modifier | modifier le code]

Mise à jour au [81].

Nom %
Predica (filiale assurance du Crédit agricole) 24,32 %
Malakoff Humanis 7,66 %
Investissement PSP (office d'investissement des régimes de pension du secteur public) 6,35 %
Flottant 61,51 %

Dividendes[modifier | modifier le code]

50 à 60 millions d'euros par an[77],[82].

Lobbying[modifier | modifier le code]

Pour l'année 2018, Korian déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour un montant qui n'excède pas 200 000 [83].

Critiques et controverses[modifier | modifier le code]

Mouvements sociaux[modifier | modifier le code]

Le groupe Korian fait face à des mouvements sociaux (grèves ou débrayages) dans plusieurs de ses établissements, notamment : grève de la quasi-totalité du personnel dans la clinique des Grands-Chênes à Bordeaux en (« dégradations des conditions de travail, moyens en baisse par rapport aux besoins » et gel des salaires)[84],[85],[86], grève à Niort en (manque de moyens et de personnel)[87], grève massive à Marseille en (conditions de travail et manque de moyens humains)[88], débrayage à Alençon en (conditions de travail)[89], grève nationale fin janvier 2018 dans les maisons de retraite dont celles du groupe Korian[90],[91],[92], manifestation et pétition à Vauvenargues en (conditions de travail, manque de personnel)[93], débrayage à Neuville-Saint-Rémy le même mois (manque de moyens humains)[94], débrayage à Labarthe-sur-Lèze en (mal-être au travail, turn-over, manque d'hygiène et de personnel)[95],[96], grève d'un tiers environ des salariés à Chartres en (les grévistes réclament la création de 4,5 équivalents temps plein)[97]. Pour répondre à ces mouvements, Korian a signé, fin 2017, son premier accord sur la qualité de vie au travail avec la CFDT[98] et l’UNSA[99]. En , dans une interview au journal Le Parisien, Sophie Boissard, directrice de Korian, a aussi indiqué que le Groupe investissait chaque année 100 millions d’euros pour la modernisation des établissements[100].

Épidémie de grippe mortelle à Lyon[modifier | modifier le code]

Entre le et le , treize résidents de l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) Korian « Berthelot » de Lyon meurent d'une épidémie de grippe, qui touche soixante-douze personnes âgées au total. Informé par l'Agence régionale de santé (ARS) de la région Auvergne-Rhône-Alpes de cette situation, à la suite d'un signalement par l’établissement, le Ministère des Affaires sociales et de la Santé a envoyé sur place le directeur général de la Santé le qui a constaté que les mesures de prévention étaient bien mises en place[101]. Le groupe indique que sa politique de soins est « reconnue » et « conforme aux recommandations du ministère ». À la demande de Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales et de la Santé, l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) diligente une enquête. Le , Europe 1 publie alors le témoignage d'une parente de résidente et d'une ancienne salariée de l'établissement qui mettent en cause la qualité et la fréquence des soins apportés aux résidents ainsi que le manque d'hygiène[102]. Le groupe indique que sa politique de soins est « reconnue » et « conforme aux recommandations du ministère » ; Les Échos évoque un « emballement médiatique soudain pour [un] groupe reconnu pour ses compétences par des professionnels de santé »[103]. Dans un rapport du jugé « sévère » par Le Figaro, l'IGAS conclut que « seul l’assouplissement des mesures autour du jour de Noël et le défaut de vaccination des professionnels et des résidents peuvent être incriminés pour expliquer la difficile maîtrise de cette épidémie » — relâchement que conteste Korian — et pointe un retard dans la vaccination des résidents[104].

Accusations de course au profit et de maltraitance[modifier | modifier le code]

En , l'émission télévisée Pièces à conviction, dans une enquête signée par Xavier Deleu intitulée « Maisons de retraite : les secrets d'un gros business », pointe notamment un Ehpad Korian de Marseille « où les économies réalisées […] mettent en danger la vie des résidents »[105]. Le journaliste évoque également trois aide-soignantes de cet établissement qui ont initié un recours aux prud'hommes après leur licenciement pour faute grave après un conflit avec leur hiérarchie ; l'une d'entre elles aurait simplement demandé une couche pour adulte supplémentaire, alors que le groupe Korian aurait établi une dotation journalière par résident (trois couches pour la journée et une pour la nuit)[106],[107]. Au lendemain de la diffusion de cette émission, les salariés de la maison concernée à Marseille ont publié une lettre ouverte dans laquelle ils expriment leur indignation face au contenu de cette émission qui ne reflète pas selon eux le quotidien de la résidence[108]. Le groupe Korian a, par ailleurs, déposé plainte auprès du Procureur de la République le [109].

En , le magazine télévisé Envoyé spécial présenté par Élise Lucet diffuse un reportage dédié aux conditions d'hébergement et de prise en charge des personnes âgées dépendantes dans les Ehpad privés à but lucratif, en particulier des groupes Orpea et Korian. Ils sont accusés de « graves carences », estime LCI[110] : notamment en cause, un manque de personnel soignant et des moyens matériels insuffisants pour les patients, tandis que ces groupes feraient la course aux profits[111],[112].

En [113], Cash investigation affirme que le groupe Korian (ainsi qu'Orpéa et DomusVi, d'autres groupes d'EHPAD) place le rendement du capital au dessus du bien-être des résidents et du bon fonctionnement de leurs établissements[114]. Dans cette émission d'enquête sont notamment montrés des montages fiscaux, des problèmes de recrutement d'employés non-qualifiés et une certaine maltraitance des résidents[115]. La directrice du groupe Sophie Boissard conteste ces d'allégations[116]. Cash Investigation lui répond[117],[118].

Plaintes massives déposées par les familles des résidents[modifier | modifier le code]

En juin 2022, dix-huit familles représentées par l'avocate Sarah Saldmann, déposent trente plaintes contre X visant des établissements Korian pour « mise en danger de la vie d'autrui », « non-assistance à personne en danger » et « homicide involontaire »[119]. L'ensemble de ces plaintes sont déposées aux quatre coins du territoire français (Aix, Bourges, Le Mans, Bobigny, Paris, Marseille, Pau, Niort, Versailles et Nantes)[120]. Le groupe déclare dans un premier temps qu'il ignore le contenu des plaintes et qu'il ne peut donc faire aucun commentaire[121].

Intoxications alimentaires mortelles[modifier | modifier le code]

Le décès, en 2019, de cinq résidents de la maison de Lherm, probablement en raison d'une intoxication alimentaire, met à mal l'image du groupe[122],[65]. Le drame conduit la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, à se rendre sur place pour rencontrer les familles de victimes et le personnel[123]. Des expertises pointent ultérieurement de « graves manquements en matière d'hygiène et de sécurité »[124]. Le groupe Korian a indiqué ne pas être en mesure de commenter cette information[124].

Épidémie de Covid-19[modifier | modifier le code]

Le une enquête de France Inter fait ressortir de graves dysfonctionnements dans la gestion de l'épidémie au sein de la résidence Bel Air de Clamart. « Jusqu'au bout, le groupe Korian aura nié avoir le moindre cas de Covid-19 » dans cet Ehpad[125].

À cette même date, le nombre de décès dans la résidence Korian La Riviera, située à Mougins près de Cannes, s'élevait à 29 personnes sur les 110 résidents[126]. Selon le président du département, à lui seul « cet établissement (La Riviera) compte quasiment autant de victimes que tout le département des Alpes-Maritimes, pourtant peuplé d’un million d’habitants ». Dans cette circonstance, une plainte contre X a été engagée par la famille d'une résidente[127]. Le 10 avril, trois autres familles en font de même, et le maire de Mougins se porte partie civile au nom de la municipalité, alors que le nombre de décès s'élève à 36. Le groupe Korian a indiqué souhaiter que « toute la lumière soit faite », estimant que les autorités sanitaires locales ont tardé à réagir et à prendre la mesure de la situation, l’EHPAD de Mougins étant le premier touché dans la région[128].

Le , les syndicats UNSA / CFDT Korian lancent une pétition contre de prétendues « attaques » dont leur groupe ferait l’objet[129].

Un article de Libération du rapporte que « depuis le 1er mars 2020, 511 décès sont attribués au Covid-19 dans les établissements de l'entreprise[...]. Un bilan probablement loin de la réalité du désastre, les décès de résidents survenus à l’hôpital n’y étant pas intégrés »[130].

Le , Sophie Boissard a annoncé le nombre de 606 décès dans l'ensemble des maisons de retraite Korian[131].

Sophie Boissard indique également que l’activation du « plan Vigilance Korian » a été ordonnée dans tous les établissements du groupe en Europe dès le , soit 17 jours avant les recommandations des autorités de santé[131], que le port du masque a été généralisé dans tous les établissements du groupe dès le 21 mars, avec une distribution de 100 masques par jour et par établissement, quand les autorités l’ont imposé le 6 avril 2020[132],[131]et que le groupe a lancé le 13 avril 2020 un plan de dépistage généralisé de ses résidents et de l’ensemble de son personnel qui devrait se terminer le 6 mai prochain[132].

Aucun salarié du groupe Korian n’a fait valoir son droit de retrait depuis le début de l’épidémie et le groupe a recruté 3 000 personnes depuis le 1er mars pour faire face à cette crise sanitaire sans précédent[132],[131].

Dans un article du journal 20 Minutes du , une divergence apparaît entre syndicats : « SUD, FO et la CGT ont déploré lundi dans un communiqué une "hécatombe de décès parmi les résidents", et dénoncé le "manque de réaction" de la direction de l’entreprise », tandis que « la CFDT et l’Unsa avaient fustigé la semaine dernière un "acharnement" contre Korian et un "traitement de l’information particulièrement à charge, de la part de certains médias" »[133].

Le groupe prévoit de verser 54 millions d’euros de dividendes à ses actionnaires[134].

Le groupe porte plainte contre le quotidien Libération, estimant qu'un article du quotidien daté du est diffamatoire[135].

Selon Mediapart, plusieurs plaintes ont été déposées par des parents de personnes âgées mortes après avoir contracté le virus dans des établissements Korian. Le groupe aurait fait pression par l'intermédiaire d'avocats sur des proches de personnes décédées dans un de ses Ehpad de la banlieue parisienne[136].

Le , le Procureur de la République de Nanterre ouvre une enquête préliminaire à la suite du dépôt de quatre plaintes contre X pour des faits d’homicide involontaire, mise en danger de la vie d’autrui et non-assistance à personne en danger. L'enquête est confiée à la brigade de la répression de la délinquance contre la personne de la préfecture de police pour des faits susceptibles de s'être déroulés au sein de trois Ehpad du département des Hauts-de-Seine[137].

Le , le Parquet de Paris ouvre deux enquêtes à la suite de plaintes pour mise en danger de la vie d'autrui[138].

Rétrocommissions et marges arrière[modifier | modifier le code]

Dans son livre Les Fossoyeurs, Victor Castanet dénonce la pratique de rétrocommissions et de marges arrière dans ce secteur médicosocial, entre autres le groupe Korian[139].

Une alerte lancée le par l'ancien ministre de la santé Claude Evin, alors directeur de l'agence régionale de santé d'Île-de-France, avait dénoncé les procédés similaires du groupe Orpea auprès de Laurence Rossignol, secrétaire d'État chargée de la Famille, de l'Enfance, des Personnes âgées et de l'Autonomie, cette alerte est restée sans aucune suite administrative[140],[141]. En 2014, le PDG de Korian est Yann Coléou, nommé à la tête du groupe Almaviva Santé en 2019[142].

Interrogé par le Le Journal du dimanche le , Korian assure que les « procédures d’achat » ont évolué depuis 2014 avant d’ajouter : « nous n’avons pas de pratiques de remises à posteriori. Nous négocions des tarifs et ils sont applicables à l’ensemble des établissements du groupe »[139].

Le , l'Agence régionale de santé d'Île-de-France a effectivement demandé des explications détaillées aux dirigeants alors en place sur le montant des achats de dispositifs médicaux figurant dans les comptes présentés par les établissements d'Île-de-France pour 2012 et 2013", a expliqué Korian.[réf. souhaitée]. Au vu des éclaircissements apportés et après transmission de l'ensemble des contrats passés avec les fournisseurs concernés, aucune sanction n'a été prononcée à l'égard de l'entreprise et l'Agence a clos le dossier en 2015", a ajouté le groupe.[réf. souhaitée]

Communication[modifier | modifier le code]

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Slogans[modifier | modifier le code]

  • « Nous prenons soin de la vie »
  • Depuis septembre 2019 : « Le soin à cœur »

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Tu verras maman, tu seras bien, Jean Arcelin (XO, 2019).
  • Les Fossoyeurs, Victor Castanet (2022).

Références et notes[modifier | modifier le code]

  1. « Document de référence 2017 »
  2. Document de référence 2017.
  3. a b c et d « Korian : la face cachée du géant des Ehpad (« management par la peur », « effectifs insuffisants », obsession de la rentabilité…) », sur latribune.fr, (consulté le )
  4. « https://amadeus.bvdinfo.com/version-2019829/ », sous le nom KORIAN (consulté le )
  5. a et b « Charles Ruggieri et sa famille - Les 500 plus grandes fortunes de France », sur Challenges, (consulté le ).
  6. a et b Damien Pelé, « Duo de choc - Medidep peut-il se partager ? », Challenges,‎ , p. 18
  7. a et b « Le nouveau pari de Charles Ruggieri dans l'immobilier de bureaux », sur Les Echos, (consulté le )
  8. « Maisons de retraites privées: rapprochement des groupes Sérience et Finagest », Le Moniteur,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. Duthil Gilles, « L'arrivée du privé dans la prise en charge des personnes âgées », Gérontologie et société, vol. 30, no 123,‎ , p. 185-200 (DOI 10.3917/gs.123.0185, lire en ligne)
  10. Anne Barloutaud, « Course à la taille entre Orpéa et Korian », Investir,‎ , p. 17
  11. « Orpea se désengage de Medidep », sur Les Echos, (consulté le )
  12. « Medidep : projet fusion-absorption par Korian approuvé par les actionnaires », boursier.com,‎ (lire en ligne)
  13. « Suren achève sa fusion avec Medidep et devient Korian », sur Les Echos, (consulté le )
  14. « L'introduction en Bourse de Korian a séduit les investisseurs », sur Les Echos,
  15. « Korian veut lever jusqu'à 150 millions d'euros à la Bourse de Paris », sur Les Echos, (consulté le )
  16. a et b « Titre en hausse pour les premiers pas de Korian en Bourse », sur La Tribune (consulté le )
  17. Renaud Honoré, « Korian acquiert l'italien Segesta après avoir regardé Générale de Santé », sur Les Echos,
  18. a et b Audrey Tonnelier, « Korian », Le journal des finances,‎ , p. 26
  19. « Le français Korian veut poursuivre sa conquête de l'Italie », sur Les Echos, (consulté le )
  20. « Orpea devrait dépasser Korian cette année », sur Les Echos, (consulté le )
  21. « Korian va augmenter son capital de 70 millions d'euros », sur Les Echos, (consulté le )
  22. « Korian augmente son capital », sur La Tribune, 2009-06-22cest01:43:54+0200 (consulté le )
  23. « La maison de retraite en kit qui rétrécit les prix », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. Lionel Steinmann, « OPA réussie pour Korian sur son concurrent allemand Curanum », Les Échos,‎ , p. 15
  25. Antoine Boudet, « Maisons de retraite : Korian lance une OPA en Allemagne pour y tripler de taille », sur Les Echos,
  26. a b c et d « Korian et Medica créent le leader des maisons de retraite », sur Les Echos, (consulté le )
  27. « Le nouveau groupe Korian est constitué », sur Les Echos, (consulté le )
  28. Bertille Bayart, « Fusion des maisons de retraite Korian et Medica », Le Figaro,‎ , p. 25
  29. « Maisons de retraite : la fusion entre Medica et Korian va créer un leader européen », sur La Tribune, 2013-11-18cet10:06:00+0100 (consulté le )
  30. « Grand mariage dans les maisons de retraite », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  31. « Maisons de retraite: un nouveau leader européen est né », Challenges,‎ (lire en ligne)
  32. Agence Dow Jones, « Korian-Medica a finalisé le rachat d'Evergreen en Allemagne », sur Investir (consulté le )
  33. Armelle Bohineust, « Korian conforte ses positions en Allemagne », sur Le Figaro, (consulté le )
  34. a et b Denis Cosnard, « Les maisons de retraite misent sur le papy-boom », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  35. a b et c Armelle Bohineust, « Korian opte pour un développement prudent d'ici à 2021 », sur Le Figaro, (consulté le )
  36. a et b « Korian se renforce en Belgique », Le Figaro avec Afp,‎ (lire en ligne)
  37. a b et c Philippe Baqué, « Ehpad : un produit rentable et attractif », sur Le Monde diplomatique,
  38. Yann Le Galès, « Sophie Boissard, Korian: «Nos établissements sont le coeur de l'entreprise» », sur Le Figaro, (consulté le )
  39. « Korian et LNA Santé : deux acteurs dynamiques du secteur de la dépendance », Le Revenu,‎ (lire en ligne)
  40. « Ages & Vie promeut un concept de colocation pour seniors », LesEchos.fr,‎ (lire en ligne)
  41. Keren Lentschner, « Korian incite les seniors à opter pour la colocation », sur Le Figaro, (consulté le )
  42. a b et c Denis Cosnard, « Les maisons de retraite Korian, un groupe très convoité », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  43. Ivan Letessier, « Korian et ses maisons de retraite convoitées par PAI et KKR », Le Figaro,
  44. Antoine Boudet, « Korian entre sur le marché des services à domicile avec Petits-fils », Les Échos,‎ , p. 18
  45. « Korian acquiert le réseau d'aide à domicile pour personnes âgées Petits-fils », Les Échos Investir par l'agence Dow Jones,‎ (lire en ligne)
  46. Loïc Danton, « Korian poursuit son développement », sur Le Figaro Bourse,
  47. a b et c « Korian s'implante en Espagne et poursuit la consolidation sur ses marchés », les Échos,‎ (lire en ligne)
  48. a b et c Philippe Jacqué, « Korian, le gestionnaire français d’Ehpad, met un pied en Espagne », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  49. « Korian entre aux Pays-Bas en rachetant Stepping Stones », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  50. « Concurrence: Korian autorisé à acquérir le groupe de soins psychiatriques Inicea », sur Investir - Les Echos,
  51. « EHPAD: Korian boucle son augmentation de capital de 400 millions d'euros pour acquérir Inicea », sur LEFIGARO, (consulté le )
  52. « Korian poursuit son expansion européenne avec l'acquistion d'un groupe britannique », sur www.hospimedia.fr (consulté le )
  53. « Korian rachète Gruppo Sage en Italie pour se développer dans la santé mentale », sur Investir,
  54. a b c et d Ivan Letessier, « Korian et ses maisons de retraite convoitées par PAI et KKR », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  55. « Sophie Boissard - Korian », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  56. Isabelle de Foucaud, « Korian repousse les murs de la dépendance », Challenges,‎ , p. 52
  57. « L’immobilier comme modèle économique des Ehpad privés », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  58. « La vérité sur la vague de décès dans les Ehpad Korian », sur Challenges, (consulté le )
  59. a b et c A.B., « Korian. Nouveau leader des maisons de retraite privées », Investir, no 1715,‎ , p. 24
  60. a b et c « Korian veut réaliser de nouvelles acquisitions », sur Les Echos, (consulté le )
  61. « Korian tire les fruits de son changement de taille », sur Les Echos, (consulté le )
  62. a b et c Korian : La bourse ou la vie ?, L'Humanité, 15 mai 2020
  63. « Ehpad: Korian voit son bénéfice net divisé par deux en 2020 », sur LEFIGARO (consulté le )
  64. « Korian table sur une forte croissance pour les trois ans à venir », sur Les Echos, (consulté le )
  65. a et b « Après les décès dans l’Ehpad de Lherm, la réputation du groupe Korian encore mise à mal », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  66. a et b Immoweek, « Le chiffre d'affaires de Korian augmente de 7,2 % en 2020 », sur Immoweek, (consulté le )
  67. Jean-Michel Bezat, « Eteindre l'incendie à la maison de retraite », Le Monde,‎ , éco16
  68. « Yann Coleou : « Nous concentrons nos efforts sur l'Europe où la population des plus de 85 ans croît de plus de 3 % par an » », sur Les Echos, (consulté le )
  69. « Etat-major Korian », Le Point, no 2313,‎ , p. 65
  70. a et b « Korian veut devenir le leader européen des maisons de retraite », sur LEFIGARO, (consulté le )
  71. Michel Waintrop, « Ehpad : le groupe Korian estime avoir « agi au mieux » face à la crise sanitaire », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  72. « korian. Le cap du milliard d'euros pour 2010 », Investir,‎ , p. 18
  73. Marc Landré, « Sophie Boissard (Korian): «La crise a agi comme un accélérateur» », sur Le Figaro, (consulté le )
  74. Maxime Hanssen, « Korian : la face cachée du géant des Ehpad (« management par la peur », « effectifs insuffisants », obsession de la rentabilité…) », sur La Tribune, 2022-02-28cet07:57:00+0100 (consulté le )
  75. Salaire Yann Coléou chez Korian-Medica en 2015, JDN, 2016
  76. Yann Le Galès, « Yann Coléou:«Les femmes doivent occuper des postes à responsabilité» », sur Le Figaro, (consulté le )
  77. a et b Ehpad: 10 choses à savoir sur Sophie Boissard, patronne de Korian, accusé à son tour de maltraitance, nouvelobs.com, 8 février 2022
  78. Salaire Sophie Boissard (directrice générale, Korian-Medica), Journal du Net, 2016
  79. « Korian internationalise son équipe dirigeante », Les Échos Executives,‎ (lire en ligne)
  80. Pantouflage des fonctionnaires : la Commission de déontologie, "ça relevait plutôt de la farce", francetvinfo.fr, 3 juin 2021
  81. Zone Bourse, « Actionnaires », sur www.zonebourse.com (consulté le )
  82. Suite aux révélations de « l’Obs », le géant des Ehpad Korian renonce à verser des dividendes, nouvelobs.com, 4 mai 2020
  83. « Fiche Korian », sur le site de la HATVP (consulté le )
  84. Isabelle Castéra, « Grève houleuse à la clinique des Grands Chênes de Bordeaux », Sud Ouest,
  85. Isabelle Castéra, « Clinique des Grands-Chênes à Bordeaux : la grève dure », Sud Ouest,
  86. Sonia Hamdi, Guillaume Decaix et Ludovic Cagnato, « La clinique des Grands Chênes paralysée par une grève intersyndicale », sur france3-regions.francetvinfo.fr,
  87. Elodie Gérard, Francis Tabuteau et Philippe Ritaine, « Niort : 4ème jour de grève à la maison de retraite Korian-La Venise Verte », sur france3-regions.francetvinfo.fr,
  88. Nathalie Fredon, « #Marseille : profond ras-le-bol à l’Ehpad Korian », La Marseillaise,
  89. Fabienne Gérault, « À Alençon, les salariés de la maison de retraite Korian manifestent », Ouest-France,
  90. Mélanie Mermoz, « Ehpad. Faire grève, pour mieux les accompagner », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  91. « Korian en grève pour la bientraitance », Nice-Matin,
  92. « Poissy : le personnel de l’Ehpad Korian en colère », Le Parisien,
  93. Aurélie Féris-Perrin, « Vauvenargues : plusieurs salariés de l'Ehpad Korian à bout de souffle », La Provence,
  94. « Débrayage à la résidence Korian Georges-Morchain, le personnel veut plus de moyens », La Voix du Nord,
  95. « Menaces de grève au Val des Cygnes », La Dépêche du Midi,
  96. Xavier Hurtevent, « Conflit social au Val des cygnes », La Dépêche du Midi,
  97. « Des salariés grévistes d'une maison de retraite de Chartres, réclament des moyens supplémentaires », L'Écho républicain,
  98. « Signature de l’accord sur la Qualité de Vie au Travail de l’UES Korian France », CFDT Santé Sociaux 17,‎ (lire en ligne)
  99. « L’UNSA KORIAN signe l’accord « Qualité de vie au travail » », UNSA Korian,‎ (lire en ligne)
  100. « Maisons de retraite : «Un peu plus de 2500 places pour les aînés par an» », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  101. « Communiqué de Presse », Ministère des affaires sociales et de la santé,‎ (lire en ligne)
  102. « Hygiène, manque de médecin, personnel non qualifié : négligences mortelles à la maison de retraite », Europe 1,
  103. Enrique Moreira, « Grippe : comment le groupe Korian s'est retrouvé sous le feu des projecteurs », Les Échos,
  104. Damien Mascret, « Un rapport sévère sur la grippe mortelle à la maison de retraite de Lyon », Le Figaro,
  105. « "Pièces à conviction". Maisons de retraite : les secrets d’un gros business », sur francetvinfo.fr,
  106. Laure Croiset, « Comment les maisons de retraite sont devenues plus rentables que les hypermarchés », Challenges,‎ (lire en ligne)
  107. Myriam Guillaume, « Marseille : Licenciées pour avoir brisé l’omerta à l'Ehpad Korian-les Parents », La Marseillaise,
  108. « Lettre ouverte des salariés s'insurgeant contre les images diffusées par Pièces à conviction », Korian.com,‎ (lire en ligne)
  109. « Lettre à l'ARS PACA », Korian.com,‎ (lire en ligne)
  110. « Maltraitance, manque de soins, course aux profits : enquête accablante pour plusieurs maisons de retraite privées », sur lci.fr,
  111. Julie Pichot et Vincent Liger, « Maisons de retraite : derrière la façade », Envoyé spécial, France 2, 20 septembre 2018.
  112. Emmanuelle Skyvington, « Mauvais traitements en Ehpad : “Envoyé spécial” diffuse des témoignages accablants », Télérama,‎ (lire en ligne)
  113. Etienne Labrunie, « "Cash investigation” sur les Ehpad Korian : “Les personnes âgées ne sont qu’un gros business” », sur telerama.fr, (consulté le )
  114. Par Yves Jaeglé Le 1 mars 2022 à 06h56, « Scandale des Ehpad : «Cash investigation» lance de nouvelles accusations », sur leparisien.fr, (consulté le )
  115. « Cash Investigation Ehpad : l'heure des comptes ? », (consulté le )
  116. « Korian réagit au reportage de Cash Investigation sur France 2 », sur Capital.fr.
  117. « « Cash Investigation ». Une journaliste embauchée dans un Ehpad Korian sans être diplômée », Ouest-France (avec agence),‎ (lire en ligne)
  118. « "Cash Investigation" répond au groupe Korian », sur Franceinfo, (consulté le ).
  119. Le Point magazine, « Maisons de retraite : 30 plaintes déposées contre Korian », sur Le Point, (consulté le )
  120. « Maltraitance dans les Ehpad : le groupe Korian visé par trente plaintes », sur www.rtl.fr (consulté le )
  121. « Maisons de retraite : 30 plaintes déposées contre Korian », sur LEFIGARO, (consulté le )
  122. « Intoxications alimentaires dans un Ehpad : Korian revendique le "cuisiné sur place" », sur Franceinfo, (consulté le )
  123. « A l'Ehpad de Lherm, Agnès Buzyn vient soutenir les familles des victimes et le personnel », sur Franceinfo, (consulté le )
  124. a et b « Cinq morts dans un Ehpad à Lherm : les expertises pointent "de graves manquements en matière d'hygiène et de sécurité" affirme l'un des avocats », sur Franceinfo, (consulté le )
  125. Jacques Monin, « La lente agonie d'Hermine, dans un Ehpad où le Covid-19 n'existait pas », sur FranceInter, (consulté le ).
  126. « Le maire de Mougins lance un ultimatum après 29 décès dans un Ehpad », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  127. « L’Ehpad de Mougins porte plainte pour « mise en danger de la vie d’autrui » », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  128. « "L'aide est arrivée trop tard": le groupe Korian s'explique sur les décès liés au coronavirus à l'Ehpad de Mougins », sur Nice-Matin, (consulté le )
  129. Par Daniel RosenwegLe 27 avril 2020 à 07h04 et Modifié Le 27 Avril 2020 À 07h16, « Décès dus au Covid-19 dans les Ehpad : le groupe Korian dans la tourmente », sur leparisien.fr, (consulté le )
  130. Chloé Pilorget-Rezzouk et Ismaël Halissat, « Dans les Ehpad Korian, "engloutis par la vague» du Covid-19" », Libération,‎ (ISSN 0335-1793, lire en ligne, consulté le ).
  131. a b c et d BFMTV, « Ehpad : le groupe Korian se défend - 27/04 », BFMTV (consulté le )
  132. a b et c Par Daniel RosenwegLe 27 avril 2020 à 07h08 et Modifié Le 27 Avril 2020 À 07h11, « Ehpad Korian : «Je ne laisserai pas salir notre entreprise et nos personnels», défend la DG », sur leparisien.fr, (consulté le )
  133. 20 Minutes avec AFP, « Coronavirus : Le bilan monte à 606 décès dans les maisons de retraite Korian en France », 20 Minutes,‎ (ISSN 1632-1022, lire en ligne, consulté le ).
  134. « Le géant des Ehpad Korian a programmé 54 millions d’euros de dividendes malgré le désastre sanitaire », sur L'Obs (consulté le )
  135. AFP, « Covid-19: le groupe de maisons de retraite Korian porte plainte en diffamation contre Libération », sur Le Point, (consulté le )
  136. Hélène Constanty, « Ehpad: le groupe Korian fait pression sur des familles de résidents décédés », sur Mediapart (consulté le )
  137. « Hauts-de-Seine : une enquête ouverte dans trois Ehpad suite à quatre décès liés au coronavirus », sur leparisien.fr, (consulté le )
  138. « Coronavirus : ouverture de plusieurs enquêtes préliminaires après des décès dans des Ehpad franciliens », sur France 3 Paris Ile-de-France (consulté le )
  139. a et b « Scandale dans les Ehpad : le système des rétrocommissions déjà dénoncées en 2014 », sur sudouest.fr, (consulté le )
  140. Anne-Laure Barret, « Scandale des rétrocommissions dans les Ehpad privés : une alerte avait déjà été lancée en 2014 », sur lejdd.fr, (consulté le )
  141. « Entretien avec Philippe Juvin et Claude Evin » [video, mp3], sur France Info,
  142. Florence Cottin, « Santé : Almaviva change de président », sur laprovence.com, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]