Joaquim Vicens Gironella

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Joaquim Vicens Gironella
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
ToulouseVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Joaquim Vicens Gironella ( - ) est un artiste espagnol d'Art brut. Sculpteur autodidacte d’œuvres en liège, il est très tôt repéré par Jean Dubuffet et exposé. Outre ses sculptures de liège, Gironella a écrit de nombreux poèmes et pièces de théâtre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joaquim Vicens Gironella est né le dans le village d’Agullana (Pyrénées catalanes). Ses parents, artisans bouchonnier, lui apprennent le métier : ils l’initient à l’écorçage, à la coupe et au polissage. Parallèlement, Gironella développe une véritable passion pour le liège qui, comme le lui enseigne son père, « dure plus que ne dure le plus dur des bois » [1]. Rapidement, il consacre une partie de son temps à faire l'éloge de ce matériau dans la presse locale. Mais son intérêt pour l'écriture dépasse le cercle spécifique du liège : il rédige des pièces de théâtre, des poèmes et des romans, sans toutefois trouver d’éditeurs.

Lorsqu’en 1936, la guerre d’Espagne éclate, Gironella rallie l’armée républicaine. Son engagement anti-fasciste l’incite à diriger un hebdomadaire de front, L’Unité Militaire. En 1939, à la victoire des Franquistes, il est contraint à l’exil et le , il passe les Pyrénées pour rejoindre la France. Néanmoins, il est rattrapé à Perpignan et interné plus d’un an au camp de Bram (Aude).

Une fois libre, il trouve un emploi dans une fabrique de bouchons à Toulouse où il fait venir son père, puis fonde une famille avec une réfugiée républicaine, Paz Santiono. C’est à cette époque, dès 1941, que Gironella se met à sculpter le liège. L’industrie de la bouchonnerie connaît toutefois un long déclin, Gironella va devoir quitter l’usine pour exercer divers métiers : peintre en bâtiment, ouvrier d’imprimerie puis employé au Centre Culturel de Toulouse. Il meurt le , à Toulouse, alors qu’il est âgé de quatre-vingt cinq ans.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Sculpture[modifier | modifier le code]

Dès 1941, le désir de sculpter s’empare de Gironella. Il s’essaye d’abord à l’argile, mais ce matériau ne lui convient pas et il choisit très rapidement le liège. Totalement autodidacte en matière d’art, il sculpte au sein de l’usine de fabrication de bouchons toulousaine où il travaille. C’est là que son patron, René Lajus, s’intéresse à son œuvre et lui emprunte quelques sculptures afin de décorer son bureau parisien. En 1948, le peintre Jean Dubuffet, qui était encore négociant en vin à cette époque, rend visite à René Lajus pour lui commander des bouchons. C’est alors qu’il découvre l’œuvre de Gironella et s’enthousiasme pour ses sculptures de liège. Depuis 1945, Dubuffet s’intéresse aux œuvres d’Art brut, et les collectionne[2].Aussi, il acquiert plusieurs œuvres de Gironella qu’il expose au Foyer de l’Art brut. Alors que la Collection de l'art brut de Lausanne possède 32 pièces de cet artiste, d’autres importantes collections d’Art brut en détiennent telles Abcd[3] et The Museum of Everything][4]. L’œuvre de Gironella est également présente sur le marché de l’art comme à la galerie Christian Berst[5].

Écriture[modifier | modifier le code]

Dès l’adolescence, Gironella écrit des poèmes, des pièces de théâtre et des romans. La plupart de ses écrits restent inédits. Une fois à Toulouse, il écrit des comédies dramatiques pour la radio de la ville. En 1990, il publie exalcio del suro i dels tapers, un livre en liège qu’il fabrique lui-même[6].

Collections[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Dubuffet, « Joaquim Vicens Gironella », préface au catalogue de l'exposition Les Lièges sculptés de Joaquim Vicens Gironella au Foyer de l'Art brut, Paris, .
  • Joaquim Vicens Gironella, Lièges et poésies, recueil de poèmes et de gravures, avec un texte de Patrick Stefanetto, Galerie Le Cadre, Cahors, .
  • (es) Jean-Loup Bourget, « Escultures en suro de Joaquim Vicens Gironella », in Serra d'Or, .
  • Manuel-José Arce, Joaquim Vicens Gironella, préface au catalogue de l'exposition à Vinardeil I Roig, .
  • Patrick Stefanetto, « Gironella ou les reliefs de l'ordinaire », in Artension no 17, 1er trimestre 1986, p. 32.
  • Michel Castel, discours d'inauguration de l'exposition Joaquim Vicens Gironella, [cahier polycopié], centre culturel de l'Albigeois, Albi, .
  • (es) Joaquim Vicens-Gironella, Exaltació del suro i dels tapers, avec des gravures sur liège, Perpignan, Éd. el Trabucaire, 1990 (livre en liège).
  • José Ryczko, « J. V. Gironella, sculpteur de liège », in Création Franche no 5, , Bègles, p. 4-6.
  • Joaquim Vicens-Gironella : le génie du liège, recueil de poèmes de textes et de gravures de l'artiste, présentés par Jean Ryczko et Alain Pauzié, Libourne, Les Friches de l’Art, 1994.
  • Joaquim Vicens-Gironella, textes de Jean Dubuffet, Michel Thévoz et Jean-Jacques Fleury, Lausanne, Collection de l’Art Brut, du au .
  • Michel Thévoz, Collection de l'Art Brut, Zurich, Institut suisse pour l'étude de l'art, coll. « Musées suisses », 2001.
  • (en) Laurent Danchin, « Joaquim Vicens Gironella: Romance at the Fountain », Raw Classics, Raw Vision no 48, automne 2004.
  • (en) The Museum of Everything, catalogue d'exposition (1er avril – , Pinacoteca Agnelli - Turin - Italie ), Milan, Electa, 2010.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Joaquim Vicens Gironella : le liège et la mémoire, un film de Louis Michel Vicens.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cité par Michel Thévoz in Joaquim Vicens-Gironella, textes de Jean Dubuffet, Michel Thévoz et Jean-Jacques Fleury, Lausanne, Collection de l’Art brut, du 5 juin au 20 septembre 1998, p. 2.
  2. Lucienne Peiry, L'Art brut, Paris, Flammarion, 1er éd. 1999, 4e éd. 2006
  3. Abcd.
  4. The Museum of Everything.
  5. Gironella, sur le site de la galerie Christian Berst.
  6. Vicens-Gironella Joaquim, Exaltació del suro i dels tapers, avec des gravures sur liège, Perpignan, Ed. el Trabucaire, 1990 (livre en liège).

Liens externes[modifier | modifier le code]