Sigean

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sigean
Sigean
Blason de Sigean
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Narbonne
Intercommunalité Le Grand Narbonne
Maire
Mandat
Michel Jammes
2020-2026
Code postal 11130
Code commune 11379
Démographie
Gentilé Sigeanais, Sigeanaises
Population
municipale
5 533 hab. (2019 en augmentation de 1,82 % par rapport à 2013)
Densité 157 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 01′ 45″ nord, 2° 58′ 42″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 126 m
Superficie 35,35 km2
Unité urbaine Sigean
(ville isolée)
Aire d'attraction Narbonne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton des Corbières Méditerranée
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Sigean
Géolocalisation sur la carte : Aude
Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Sigean
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sigean
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sigean
Liens
Site web http://www.sigean.fr/

Sigean Écouter (occitan : Sijan) est une commune française, située dans l'est du département de l'Aude en région Occitanie.

Sur le plan historique et culturel, la commune fait partie du Narbonnais, un pays comprenant Narbonne et sa périphérie, le massif de la Clape et la bande lagunaire des étangs. Exposée à un climat méditerranéen, elle est drainée par le Berre, le Rieu, le ruisseau de Gasparets et par divers autres petits cours d'eau. Incluse dans le parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée, la commune possède un patrimoine naturel remarquable : trois sites Natura 2000 (les « étangs du Narbonnais », le « complexe lagunaire de Bages-Sigean » et l'« étang de Lapalme »), quatre espaces protégés (le « domaine de Frescati », l'« île de l'Aute », les « rives de l'Aute » et les « étangs littoraux de la Narbonnaise ») et sept zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Sigean est une commune urbaine et littorale qui compte 5 533 habitants en 2019, après avoir connu une forte hausse de la population depuis 1975. Elle appartient à l'unité urbaine de Sigean et fait partie de l'aire d'attraction de Narbonne. Ses habitants sont appelés les Sigeanais ou Sigeanaises.

Le patrimoine architectural de la commune comprend un immeuble protégé au titre des monuments historiques : le pech Maho, inscrit et classé en 1963.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Sigean est une commune du golfe du Lion en Méditerranée à quelques minutes des plages, située au bord de l'étang de Bages-Sigean dans les Corbières maritimes sur le canal de la Robine. La commune est au centre du parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Sigean est bordée par les Corbières à l'ouest, par la mer Méditerranée à l'est, et par l'étang qui porte son nom, l'étang de Bages et de Sigean. Ce site naturel formait dans l'Antiquité un golfe ouvert sur la Méditerranée. Occupant aujourd'hui une superficie de 5 500 hectares, l'étang communique avec la mer par le grau de Port-la-Nouvelle. L'île de l'Aute appartient au conservatoire du littoral et c'est la ville de Sigean qui s'occupe de sa gestion. Elle abrite une fleur rare, l'héliotrope de Curaçao[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes 13, 14, 15, 17 et 18 des Autobus de Narbonne.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat méditerranéen franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[3]. En 2020, la commune ressort du type « climat méditerranéen » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, les hivers sont doux et les étés chauds, avec un ensoleillement important et des vents violents fréquents[4].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré suivant[3].

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 15,2 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0,7 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 14 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 15,5 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 586 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 5,4 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 2,4 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Portel-des-Corbières », sur la commune de Portel-des-Corbières, mise en service en 1971[8] et qui se trouve à 5 km à vol d'oiseau[9],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 15,2 °C et la hauteur de précipitations de 640,4 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Perpignan », sur la commune de Perpignan, dans le département des Pyrénées-Orientales, mise en service en 1924 et à 37 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 15,4 °C pour la période 1971-2000[12], à 15,7 °C pour 1981-2010[13], puis à 16,1 °C pour 1991-2020[14].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[15],[16].

La commune fait partie du parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée, créé en 2003 et d'une superficie de 68 350 ha, qui s'étend sur 21 communes du département[17]. Composé de la majeure partie des milieux lagunaires du littoral audois et de ses massifs environnants, ce territoire représente en France l’un des rares et derniers grands sites naturels préservés, de cette ampleur et de cette diversité en bordure de Méditerranée (Golfe du Lion)[18].

Quatre autres espaces protégés sont présents sur la commune :

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Site Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 4]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats[28] :

  • le « complexe lagunaire de Bages-Sigean », d'une superficie de 9 488 ha, constitué de formations naturelles de steppes salées sont très riches en espèces de Limonium et très étendues[29]

et deux au titre de la directive oiseaux[28] :

  • l'« étang de Lapalme », d'une superficie de 3 904 ha, comprenant des formations plus ou moins salées en périphérie de la lagune qui présentent un intérêt majeur pour la nidification. En fonction du degré de salinité, et donc de la végétation, les espèces d'oiseaux se répartissent le territoire[30] ;
  • les « étangs du Narbonnais », d'une superficie de 12 314 ha, comportant des formations naturelles de steppes salées très riches en espèces de Limonium et très étendues. On trouve également des montilles fixées ou des bourrelets coquilliers de bords d'étang à Limoniastres[31].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Quatre ZNIEFF de type 1[Note 5] sont recensées sur la commune[32] :

  • le « cours aval de la rivière de la Berre » (109 ha), couvrant 3 communes du département[33] ;
  • l'« étang de Bages-Sigean » (3 773 ha), couvrant 5 communes du département[34] ;
  • l'« île de l'Aute » (47 ha)[35] ;
  • les « salins Tallavignes et Grimaud » (107 ha), couvrant 2 communes du département[36] ;

et trois ZNIEFF de type 2[Note 6],[32] :

  • le « complexe des étangs de Bages-Sigean » (12 890 ha), couvrant 6 communes du département[37] ;
  • les « Corbières orientales » (30 263 ha), couvrant 19 communes dont 12 dans l'Aude et 7 dans les Pyrénées-Orientales[38] ;
  • les « garrigues du Cap Romarin » (1 935 ha), couvrant 4 communes du département[39].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sigean est une commune urbaine[Note 7],[40]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[I 1],[41]. Elle appartient à l'unité urbaine de Sigean, une unité urbaine monocommunale[I 2] de 5 477 habitants en 2017, constituant une ville isolée[I 3],[I 4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Narbonne, dont elle est une commune de la couronne[Note 8]. Cette aire, qui regroupe 71 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[I 5],[I 6].

La commune, bordée par la mer Méditerranée, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[42]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[43],[44].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (54,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (58,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (46,1 %), eaux maritimes (14,9 %), 1territoires artificialisés10,28,2milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (8,8 %), zones humides côtières (6,3 %), zones urbanisées (5,3 %), forêts (5,3 %), zones agricoles hétérogènes (4,3 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (4,2 %), prairies (4,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,7 %)[45].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon María José Peña, le toponyme Σαιγάνθη (Saigánthe), inscrit sur une tablette de plomb du Ve siècle découverte à Empúries, serait la transcription en grec ionien du nom ibère du site de Pech Maho. Ce nom aurait ensuite évolué pour donner le nom de Sigean[46].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site de Sigean a connu une occupation humaine depuis l'Antiquité : sur le territoire de la commune se situe l'oppidum élisyque de Pech-Maho qui a été détruit au IIIe siècle av. J.-C.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
René Azalbert[47] SFIO Instituteur puis directeur d'école
Les données manquantes sont à compléter.
Maire en 1979 ? Jean-Luc Castan[48]    
Jacky Mourrut PCF Employé SNCF
Claude Poncet DVG Retraité de la DDE
[49]
(démission)
Roger Combes DVG Retraité EDF
Roger Miailhe   Premier adjoint, maire par intérim
[50] Jean-Pierre Cirès DVG Chef de centre d'incendie et de secours
en cours Michel Jammes UMPLR Directeur d'agence bancaire
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[51]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[52].

En 2019, la commune comptait 5 533 habitants[Note 9], en augmentation de 1,82 % par rapport à 2013 (Aude : +2,52 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 8221 8221 9122 1713 2963 4233 7033 2133 297
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 3373 3483 4963 4783 9124 2293 8333 4853 384
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 3573 1072 9883 0503 1533 0853 0712 1832 346
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
2 5553 0333 0273 0583 3734 0494 9205 0475 476
2017 2019 - - - - - - -
5 4775 533-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[53] puis Insee à partir de 2006[54].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Sigean à une école maternelle, une école élémentaire, ainsi qu'une école Calandreta et un collège.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Sigean dispose d'une équipe de rugby à XV.

L'Union Sigean Port-la-Nouvelle actuellement pensionnaire de fédérale 3. Le club dispose aussi d'une bonne école de rugby.

Un club de handball, Les Cathares.

Au lieu-dit Port-Mahon, sur l'étang de Sigean, une base nautique face à l'île de l'Aute.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018 (données Insee publiées en ), la commune compte 2 457 ménages fiscaux[Note 10], regroupant 5 327 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 19 760 [I 7] (19 240  dans le département[I 8]). 41 % des ménages fiscaux sont imposés[Note 11] ( % dans le département).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
Division 2008 2013 2018
Commune[I 9] 10,8 % 12 % 13,6 %
Département[I 10] 10,2 % 12,8 % 12,6 %
France entière[I 11] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 3 128 personnes, parmi lesquelles on compte 70,6 % d'actifs (56,9 % ayant un emploi et 13,6 % de chômeurs) et 29,4 % d'inactifs[Note 12],[I 9]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est supérieur à celui de la France et du département.

La commune fait partie de la couronne de l'aire d'attraction de Narbonne, du fait qu'au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle[Carte 2],[I 12]. Elle compte 1 503 emplois en 2018, contre 1 434 en 2013 et 1 399 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 1 803, soit un indicateur de concentration d'emploi de 83,3 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 48,1 %[I 13].

Sur ces 1 803 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 822 travaillent dans la commune, soit 46 % des habitants[I 14]. Pour se rendre au travail, 82,7 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 1,8 % les transports en commun, 11,2 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 4,2 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 15].

Activités hors agriculture[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

490 établissements[Note 13] sont implantés à Sigean au . Le tableau ci-dessous en détaille le nombre par secteur d'activité et compare les ratios avec ceux du département[Note 14],[I 16].

Secteur d'activité Commune Département
Nombre % %
Ensemble 490 100 % (100 %)
Industrie manufacturière,
industries extractives et autres
27 5,5 % (8,8 %)
Construction 63 12,9 % (14 %)
Commerce de gros et de détail,
transports, hébergement et restauration
154 31,4 % (32,3 %)
Information et communication 7 1,4 % (1,6 %)
Activités financières et d'assurance 13 2,7 % (2,7 %)
Activités immobilières 19 3,9 % (5,2 %)
Activités spécialisées, scientifiques et techniques
et activités de services administratifs et de soutien
76 15,5 % (13,3 %)
Administration publique, enseignement,
santé humaine et action sociale
77 15,7 % (13,2 %)
Autres activités de services 54 11 % (8,8 %)

Le secteur du commerce de gros et de détail, des transports, de l'hébergement et de la restauration est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 31,4 % du nombre total d'établissements de la commune (154 sur les 490 entreprises implantées à Sigean), contre 32,3 % au niveau départemental[I 17].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Les cinq entreprises ayant leur siège social sur le territoire communal qui génèrent le plus de chiffre d'affaires en 2020 sont[55] :

  • Alexanie, supermarchés (15 697 k€)
  • La Reserve Africaine De Sigean, gestion des jardins botaniques et zoologiques et des réserves naturelles (10 115 k€)
  • Hugon-Manuleva, location de camions avec chauffeur (3 090 k€)
  • Eole Inter, restauration de type rapide (2 101 k€)
  • SAS H2O Maury, activités juridiques (990 k€)

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune est dans la « Région viticole » de l'Aude, une petite région agricole occupant une grande partie centrale du département[56], également dénommée localement « Corbeilles Minervois et Carcasses-Limouxin »[Carte 3]. En 2020, l'orientation technico-économique de l'agriculture[Note 15] sur la commune est la viticulture[Carte 4].

1988 2000 2010 2020
Exploitations 221 116 57 57
SAU[Note 16] (ha) 1 355 1158 1023 639

Le nombre d'exploitations agricoles en activité et ayant leur siège dans la commune est passé de 221 lors du recensement agricole de 1988[Note 17] à 116 en 2000 puis à 57 en 2010[58] et enfin à 57 en 2020[Carte 5], soit une baisse de 74 % en 32 ans. Le même mouvement est observé à l'échelle du département qui a perdu pendant cette période 60 % de ses exploitations[59],[Carte 6]. La surface agricole utilisée sur la commune a également diminué, passant de 1 355 ha en 1988 à 639 ha en 2020[Carte 7]. Parallèlement la surface agricole utilisée moyenne par exploitation a augmenté, passant de 6 à 11 ha[58].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'oppidum de Pech Maho[modifier | modifier le code]

L’oppidum de Pech Maho est situé sur la rive de la Berre près de l’étang de Sigean. Il est construit sur une colline calcaire de forme triangulaire d’une altitude de 29 mètres et d’une superficie de 2 hectares.

Au nord, il domine de 20 mètres la Berre et son ancienne embouchure aujourd’hui comblée (plaine du Lac ou « arena ») ; au sud, il s’élève à 5 mètres au-dessus du plateau des Oubiels ; vers l’est, à 500 mètres de l’oppidum, se trouve la nécropole au lieu-dit Las Peirros .

L’habitat protohistorique du site a été reconnu sur un hectare.

La Réserve Africaine de Sigean[modifier | modifier le code]

La réserve africaine de Sigean est un parc animalier dont une partie se visite en voiture (en bus pour les groupes), l'autre se faisant à pied, il faut compter la journée pour profiter pleinement du parc.

La Via Domitia[modifier | modifier le code]

La voie romaine passe sur le territoire de Sigean, elle se montre à divers endroits, entre vignes, pinèdes et petits sentiers

Autres[modifier | modifier le code]

La ville abrite une église dédiée à Saint-Félix et un musée réputé gréco-romain.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Famille Angles, originaire de Sigean cette famille donne d'abord naissance à une dynastie de bailes du lac, puis de Sigean. Bernard Angles (1627-1697) est le plus célèbre d'entre eux. "Homme-lige" du seigneur archevêque, il impose le pouvoir seigneurial au sein de la communauté tout en accroissant sa fortune foncière. Avec Jean Angles (1665-1702) le clan accède au monde des offices supérieurs de l'administration provinciale et quitte Sigean pour s'installer à Narbonne.
  • Gabriel Malric (1775-1837) : homme politique né et mort à Sigean et ancien maire de cette commune ;
  • Emile Cauvet (1816-1898) : magistrat né à Sigean ;
  • Armand Gauthier (1850-1926) : médecin, homme politique et ancien maire de Sigean, ancien sénateur et ministre ;
  • Joseph Malric (1852-1909) : homme politique né et mort à Sigean et ancien maire de cette commune ;
  • Arthur Huc (1854-1932) : homme politique et journaliste né à Sigean ;
  • Louis Martrou (1866-1954) : spéléologue ayant vécu à Sigean ;
  • Antoine Cayrel (1885-1970) : homme politique né à Sigean, grand-père du préfet Cayrel ;
  • Joseph Carrère (1904-1954) : joueur de rugby à XV et rugby à XIII né à Sigean international;
  • Georges Pastre (1915-2014): grand reporter sportif rugby, écrivain;
  • Jacques Solier (1921-2014): directeur police nationale, préfet de région Languedoc Rousillon;
  • Yvon Douis (1935-2021) : joueur de l'équipe de France de football, 3ème à la Coupe du monde de football 1958, 20 sélections, est enterré dans la commune;
  • Henri Romero (1935-2018) : joueur de rugby à XV né à Sigean international ;
  • Gérard Viard (1945-): joueur de rugby à XV Narbonne international;
  • Max Mabillard (1945-2001) : journaliste suisse mort à Sigean ;
  • Michel Pech (1946-2012) : footballeur au FC Nantes mort à Sigean ;
  • Henri Ferrero (1951-) : joueur de rugby à XV né à Sigean ;
  • Yves Malquier (1956-) : joueur de rugby à XV né à Sigean international ;
  • Philippe Uchan (1962-) : acteur né à Toulouse de parents sigeannais[réf. nécessaire] ;
  • Renaud Papillon Paravel (?-) : chanteur ayant vécu à Sigean.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Sigean

Son blasonnement est : D'argent à une fasce de gueules, accompagnée en pointe d'un arbre de sinople posé sur une terre mouvante du bas de l'écu.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[5].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[27].
  5. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  6. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  7. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  8. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  10. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  11. La part des ménages fiscaux imposés est le pourcentage des ménages fiscaux qui ont un impôt à acquitter au titre de l'impôt sur le revenu des personnes physiques. L'impôt à acquitter pour un ménage fiscal correspond à la somme des impôts à acquitter par les foyers fiscaux qui le composent.
  12. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  13. L'établissement, au sens de l’Insee, est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'unité légale. Il produit des biens ou des services.
  14. Le champ de ce tableau couvre les activités marchandes hors agriculture.
  15. L'orientation technico-économique est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  16. Les données relatives à la surface agricole utilisée (SAU) sont localisées à la commune où se situe le lieu principal de production de chaque exploitation. Les chiffres d'une commune doivent donc être interprétés avec prudence, une exploitation pouvant exercer son activité sur plusieurs communes, ou plusieurs départements voire plusieurs régions.
  17. Le recensement agricole est une opération décennale européenne et obligatoire qui a pour objectif d'actualiser les données sur l'agriculture française et de mesurer son poids dans l'agriculture européenne[57].
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le )
  2. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).
  3. [PDF]« Carte des petites régions agricoles (PRA) dans l’Aude », sur www.aude.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Recensement agricole 2020 - Carte de la spécialisation de la production agricole par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée (SAU) moyenne par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée par département », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Recensement agricole 2020 - Carte de la surface agricole utilisée (SAU) par commune et de la SAU moyenne », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Commune urbaine-définition » (consulté le ).
  2. « Unité urbaine 2020 de Sigean » (consulté le ).
  3. « Base des unités urbaines 2020 », (consulté le ).
  4. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  7. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Sigean » (consulté le ).
  8. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans l'Aude » (consulté le ).
  9. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Sigean » (consulté le ).
  10. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans l'Aude » (consulté le ).
  11. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  13. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Sigean » (consulté le ).
  14. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  15. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).
  16. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 à Sigean » (consulté le ).
  17. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 dans l'Aude » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Christine Legrand, Alban de Latour, Languedoc-Roussillon, Hachette Livre (Hachette Tourisme), 2000, p. 199
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  5. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  8. « Station Météo-France Portel-des-Corbières - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Sigean et Portel-des-Corbières », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Portel-des-Corbières - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Sigean et Perpignan », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Perpignan - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Perpignan - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Perpignan - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Les espaces protégés. », sur le site de l'INPN (consulté le )
  16. « Liste des espaces protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  17. « Le Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée - carte d'identité », sur https://www.parc-naturel-narbonnaise.fr (consulté le )
  18. [PDF]« Le Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée - Charte 2011-2022 », sur https://documentcloud.adobe.com (consulté le )
  19. « le « domaine de Frescati » », sur le site du conservatoire du littoral (consulté le )
  20. « le « domaine de Frescati » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. « l'« île de l'Aute » », sur le site du conservatoire du littoral (consulté le )
  22. « l'« île de l'Aute » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. « Iles de Ste Lucie, de l'Aute, de la Planasse et du Soulié »
  24. « les « rives de l'Aute » », sur le site du conservatoire du littoral (consulté le )
  25. « les « rives de l'Aute » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. « les « étangs littoraux de la Narbonnaise » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  27. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  28. a et b « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Sigean », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  29. « site Natura 2000 FR9101440 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  30. « site Natura 2000 FR9112006 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  31. « site Natura 2000 FR9112007 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  32. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Sigean », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  33. « ZNIEFF le « cours aval de la rivière de la Berre » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  34. « ZNIEFF l'« étang de Bages-Sigean » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  35. « ZNIEFF l'« île de l'Aute » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  36. « ZNIEFF les « salins Tallavignes et Grimaud » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  37. « ZNIEFF le « complexe des étangs de Bages-Sigean » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  38. « ZNIEFF les « Corbières orientales » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  39. « ZNIEFF les « garrigues du Cap Romarin » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  40. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  41. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  42. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  43. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  44. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  45. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  46. María José Pena, Quelques réflexions sur les plombs inscrits d’Emporion et de Pech Maho. Pech Maho était-il un comptoir du sel ?, Revue des études anciennes, tome 116, n° 1, 2014, pp. 3-21. [présentation en ligne]
  47. Notice AZALBERT René (AZALBERT Marcelin, Henri, René) par René Crozet, Jacques Girault, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 31 janvier 2018
  48. « Un bémol pour l’Harmonie Réveil Banda », L'Indépendant,‎ (lire en ligne)
    « Dernièrement, les musiciens de l’Harmonie Réveil Sigeanais ont tenu leur assemblée générale, en présence de Michel Jammes [...] et Jean-Luc Castan, président d’honneur, ancien maire du village. »
  49. « Sigean : souffrant, le maire présente sa démission », Midi Libre,‎ (lire en ligne)
  50. « Jean-Pierre Cirès élu maire de Sigean », L'Indépendant,‎ (lire en ligne)
  51. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  52. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  53. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  54. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  55. « Entreprises à Sigean », sur entreprises.lefigaro.fr (consulté le ).
  56. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) - Année de référence : 2017 », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  57. Présentation des premiers résultats du recensement agricole 2020, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 10 décembre 2021
  58. a et b « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Sigean - Données générales », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  59. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans le département de l'Aude » (consulté le ).