Salles-d'Aude

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Salles-d'Aude
Salles-d'Aude
La chapelle des Pénitents.
Blason de Salles-d'Aude
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Narbonne
Intercommunalité Le Grand Narbonne
Maire
Mandat
Jean-Luc Rivel
2020-2026
Code postal 11110
Code commune 11370
Démographie
Gentilé Sallois
Population
municipale
3 254 hab. (2018 en augmentation de 5,04 % par rapport à 2013)
Densité 179 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 14′ 21″ nord, 3° 07′ 14″ est
Altitude 12 m
Min. 2 m
Max. 87 m
Superficie 18,15 km2
Unité urbaine Fleury
(banlieue)
Aire d'attraction Narbonne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton des Basses Plaines de l'Aude
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie (région administrative)
City locator 14.svg
Salles-d'Aude
Géolocalisation sur la carte : Aude
Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Salles-d'Aude
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Salles-d'Aude
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Salles-d'Aude
Liens
Site web Site de la Mairie de Salles d'Aude

Salles-d'Aude est une commune française située dans le département de l'Aude en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Sallois et Salloises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située au nord-est de Narbonne, la commune est limitrophe du département de l'Hérault.

Salles-d'Aude est situé en bordure du massif de la Clape, une petite montagne calcaire de 15 000 hectares située entre Narbonne et Gruissan dans une zone littorale où les reliefs sont plutôt rares. La Clape (" tas de cailloux " en occitan) était une île, Lykia – la Lycie –, pour les navigateurs phéniciens, l' Insula Laci des Romains, l'île d'Ellec au Moyen Âge, jusqu'à ce que les alluvions de l'Aude, en comblant une partie des étangs, ne la rattachent au continent. À la fin du Moyen Âge, en même temps qu'elle perdait son caractère insulaire, un déboisement intensif lui fit prendre son aspect désertique. Ce sont les Romains qui ont commencé à cultiver la vigne sur ce site, qui produit aujourd'hui un vin réputé A.O.C. Corbières. La Clape abrite le plus vaste site classé du Languedoc-Roussillon (décret du 9 mars 1973)[1],[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Salles-d'Aude[3]
Nissan-lez-Enserune
(Hérault)
Lespignan
(Hérault,
par un quadripoint)
Coursan Salles-d'Aude Fleury
Vinassan

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne 6 des Autobus de Narbonne.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Salles-d'Aude est une commune urbaine[Note 1],[4]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[5],[6]. Elle appartient à l'unité urbaine de Fleury, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[7] et 7 080 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Narbonne, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 71 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[10],[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'oppidum de la Moulinasse[modifier | modifier le code]

On a trouvé, sur la commune de Salles-d'Aude, les traces d’occupations humaines anciennes à diverses époques : au Chalcolithique, à l’Âge du Fer et à l’époque gallo-romaine.

L'Oppidum de la Moulinasse a été occupé du VIe au IIe s. av. notre ère. Il faisait partie des oppida du territoire peuplé par les Élisyques jusqu’à la conquête romaine.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Salles-d'Aude

Son blasonnement est : De sable, à une fasce fuselée d'argent et de sable.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'unité urbaine de Fleury.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[12]
Période Identité Étiquette Qualité
Germain Canal SFIO puis PS Viticulteur
Conseiller général du canton de Coursan (1961 → 1979)
Pierre Marty[16] PS Enseignant
Alain Caraguel PS Retraité
En cours Jean-Luc Rivel PS Chargé de mission
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[18]. En 2018, la commune comptait 3 254 habitants[Note 3], en augmentation de 5,04 % par rapport à 2013 (Aude : +2,17 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1846 1851 1856
7126906267978509809241 0121 004
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 0221 1341 1631 2741 3981 7791 9591 7621 790
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 7051 4221 6061 6421 6221 5381 2111 2311 258
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2018
1 3821 3951 5101 7101 9022 2232 7743 1563 254
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture : La-clape Languedoc (AOC).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Julien-et-Sainte-Basilisse de Salles-d'Aude ;
  • La chapelle des Pénitents.
  • La mairie (1857) et son horloge signée Cretin-l'Ange, horloger créateur à Morbier, Jura, 1912 avec son cadran unique indiquant 24 heures.
  • L'oppidum de la Moulinasse, site d'anciennes fouilles archéologiques (VIe s. av. J.-C.).
Mode d'emploi implanté en face de l'horloge.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Henri de Toulouse-Lautrec, peintre, passait souvent ses vacances chez son grand-père paternel au château de Celeyran[21].
  • Thérèse Humbert propriétaire du domaine Céleyran en 1897, et au cœur de l'escroquerie "du siècle" en se faisant passer pour l'unique héritière du richissime américain Crawford[21].
  • Robert Bru, né en 1931 à Salles-d'Aude, entraîneur français de rugby à XV.
  • Jean Camp, né à Salles-d’Aude le 6 février 1891, auteur dramatique, poète, félibre, hispanisant, conférencier. Jean Camp est mort à Paris le 22 janvier 1968. Il était officier de la Légion d'honneur, médaillé de la Résistance, de la Medal of Freedom (États-Unis), Commandeur d'Isabelle la Catholique (Espagne), de l'Aigle Aztèque (Mexique), du Condor des Andes (Bolivie)... Il était membre correspondant de l'Institut (Inscriptions et Belles lettres), fondateur des Décades de Provence.
  • Clovis Roques, né le 4 septembre 1876 à Salles-d’Aude, mort le 10 décembre 1958 à Clermont -’Hérault, écrivain, artiste-peintre, poète, fondateur de l’Escola Peyrota, majoral du Félibrige.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.conservatoire-du-littoral.fr/front/process/Content.asp?rub=8&rubec=105 « Copie archivée » (version du 14 novembre 2008 sur l'Internet Archive)
  2. http://www.clubdeschateaux.com/site/index.php/L-Histoire-du-Chateau-Pech-Celeyran.html
  3. Carte IGN sous Géoportail
  4. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  5. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  7. « Unité urbaine 2020 de Fleury », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 24 mars 2021).
  8. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  9. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  12. [PDF] Consuls et maires de Salles-d'Aude
  13. Malade, il est remplacé par son adjoint Raoul Calvet, du 9 décembre 1936 à son décès.
  14. Neveu de Pierre Carrière, maire de 1887 à 1888 et de 1899 à 1904.
  15. [PDF] Biographie de Pierre Carrière
  16. « Décès de Pierre Marty, ancien maire de Salles-d'Aude », L'Indépendant,‎ (lire en ligne)
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. a et b http://www.mairie-salles-d-aude.fr/contenu/lechateaudeceleyran.html#celeyran
  • Rémy Pech,"Entreprise viticole et capitalisme en Languedoc-Roussillon", publication de l'Université de Toulouse le Mirail, 1975

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :