Coursan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Coursan
Coursan
Église Notre-Dame de la Rominguère.
Blason de Coursan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Narbonne
Intercommunalité Le Grand Narbonne
Maire
Mandat
Edouard Rocher
2020-2026
Code postal 11110
Code commune 11106
Démographie
Gentilé Coursannais
Population
municipale
5 825 hab. (2019 en diminution de 2,72 % par rapport à 2013)
Densité 237 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 13′ 57″ nord, 3° 03′ 32″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 14 m
Superficie 24,61 km2
Unité urbaine Coursan
(ville isolée)
Aire d'attraction Narbonne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton des Basses Plaines de l'Aude
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Coursan
Géolocalisation sur la carte : Aude
Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Coursan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coursan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coursan
Liens
Site web www.coursan.fr

Coursan Écouter est une commune française située dans le nord-est du département de l'Aude en région Occitanie.

Sur le plan historique et culturel, la commune fait partie du Narbonnais, un pays comprenant Narbonne et sa périphérie, le massif de la Clape et la bande lagunaire des étangs. Exposée à un climat méditerranéen, elle est drainée par l'Aude, le Ruisseau Audié. La commune possède un patrimoine naturel remarquable : deux sites Natura 2000 (le « cours inférieur de l'Aude » et l'« étang de Capestang ») et quatre zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Coursan est une commune urbaine qui compte 5 825 habitants en 2019, après avoir connu une forte hausse de la population depuis 1975. Elle appartient à l'unité urbaine de Coursan et fait partie de l'aire d'attraction de Narbonne. Ses habitants sont appelés les Coursannais ou Coursannaises.

Ses 5 825 habitants sont appelés les Coursannais et les Coursannaises.

Le patrimoine architectural de la commune comprend deux immeubles protégés au titre des monuments historiques : l'église Notre-Dame, inscrite en 1948, et le monument aux morts de Coursan, inscrit en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Coursan est située dans l'aire urbaine de Narbonne, à 7 km de Narbonne sur l'Aude et sur la ligne Bordeaux - Sète. Elle est limitrophe du département de l'Hérault, et est située dans les basses plaines de l'Aude.

Carte de la commune de Coursan et des communes limitrophes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Coursan se situe en zone de sismicité 2 (sismicité faible)[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La ville de Coursan est traversée par le fleuve Aude

Initialement, le fleuve était traversé à gué ou en bac puis sur un pont en bois construit sur ordre de Charles IX, et détruit par une inondation. Le pont actuel a été construit sur décision du cardinal de Richelieu en 1642. L'ouverture à la circulation sur le pont date de 1706[3]. Il a, depuis, été l'objet de nombreuses rénovations afin de l'adapter à l'accroissement de la circulation sur l'axe routier de la route nationale 9. Le plus important élargissement date de 1985 où la largeur du pont fut portée de 7 mètres à 10,50 mètres[4].

Un autre pont, traversant le fleuve plus en amont, assure le passage exclusif des trains.

L'Aude à Coursan.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat méditerranéen franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[5]. En 2020, la commune ressort du type « climat méditerranéen » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, les hivers sont doux et les étés chauds, avec un ensoleillement important et des vents violents fréquents[6].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré suivant[5].

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 15 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0,7 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 14 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 15,8 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 575 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 5 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 2,4 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[8] complétée par des études régionales[9] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Narbonne », sur la commune de Narbonne, mise en service en 1989[10]et qui se trouve à 7 km à vol d'oiseau[11],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 15,1 °C et la hauteur de précipitations de 652,3 mm pour la période 1981-2010[12]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Sete », sur la commune de Sète, dans le département de l'Hérault, mise en service en 1949 et à 55 km[13], la température moyenne annuelle évolue de 15 °C pour la période 1971-2000[14], à 15,4 °C pour 1981-2010[15], puis à 15,8 °C pour 1991-2020[16].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières et autoroutières[modifier | modifier le code]

La ville est accessible par la route départementale 6009 (portion de l'ancienne route nationale 9). Coursan est également proche des échangeurs "Narbonne-Est" (env. 9 km), "Croix-Sud" (env. 13 km) et "Béziers-Ouest" (env. 20 km) de l'autoroute A9.

La ville de Coursan est traversée par la route départementale 1118 qui relie Villedaigne à Narbonne-Plage.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare SNCF de Coursan est située au point kilométrique (PK) 412,069 de la ligne de Bordeaux-Saint-Jean à Sète-Ville, entre les gares de Narbonne et de Nissan-lez-Enserune (voir Gare de Coursan).

Gare SNCF desservant la Ville de Coursan.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La ville de Coursan est desservie par le réseau de bus appartenant à la communauté d'agglomération du Grand Narbonne et exploité par Keolis Narbonne depuis le 1er septembre 2008[17], sous la marque commerciale Citibus.

Caractéristiques Ligne Tracé
Lignes interurbaines 6 et Bus Cool Accessible aux personnes handicapées Saint-Pierre-la-MerNarbonne[18]
7 Accessible aux personnes handicapées Cuxac d'Aude / OuveillanNarbonne[19]
Bus "spécial scolaires" 153 Saint-Pierre-la-Mer ↔ Collège de Coursan
155 Fleury-d'Aude ↔ Collège de Coursan
156 Salles-d'Aude ↔ Collège de Coursan
157 Armissan ↔ Collège de Coursan
158 Vinassan ↔ Collège de Coursan

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Site Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 4]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats[21] :

  • le « cours inférieur de l'Aude », d'une superficie de 5 358 ha, permet la reproduction d'espèces migratrices vulnérables (Alose feinte, Lamproie marine), en forte régression depuis la prolifération des ouvrages sur les cours d'eau[22]

et un au titre de la directive oiseaux[21] :

  • l'« étang de Capestang », d'une superficie de 1 374 ha, d'un intérêt écologique exceptionnel notamment en ce qui concerne l'étang et sa phragmitaie (roseaux). L'avifaune est particulièrement riche et intéressante en raison du type de végétation en place (grande étendue de roseaux) et de l'isolement des lieux. Il accueille de très nombreuses espèces nicheuses dont certaines justifient plus particulièrement la proposition de ce site en tant que site d'intérêt communautaire : le Butor étoilé, le Rollier d'Europe[23].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Trois ZNIEFF de type 1[Note 5] sont recensées sur la commune[24] :

  • le « canal de l'Aiguille de Londres » (7 ha)[25] ;
  • le « cours inférieur de l'Aude » (295 ha), couvrant 12 communes du département[26] ;
  • les « étangs de Capestang et de Poilhes » (759 ha), couvrant 6 communes dont 2 dans l'Aude et 4 dans l'Hérault[27] ;

et une ZNIEFF de type 2[Note 6],[24] : la « basse plaine de l'Aude et étang de Capestang » (7 120 ha), couvrant 10 communes dont 4 dans l'Aude et 6 dans l'Hérault[28].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Coursan est une commune urbaine[Note 7],[29]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[I 1],[30]. Elle appartient à l'unité urbaine de Coursan, une unité urbaine monocommunale[I 2] de 5 908 habitants en 2017, constituant une ville isolée[I 3],[I 4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Narbonne, dont elle est une commune de la couronne[Note 8]. Cette aire, qui regroupe 71 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[I 5],[I 6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (88,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (90,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (68,4 %), zones agricoles hétérogènes (11 %), zones urbanisées (9,7 %), terres arables (6,3 %), prairies (2,7 %), eaux continentales[Note 9] (1,4 %), zones humides intérieures (0,4 %)[31].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Naissance de la ville[modifier | modifier le code]

Le village n'existait pas au Haut Moyen Âge (le fleuve Aude ne passait pas par là, mais à Narbonne, par ce qui est devenu le canal de la Robine, et constitue l'ancien cours de l'Aude, (Atax des romains, qui signifie "déréglé, désordonné").

Le nom de Coursan viendrait de Curciano, lui-même découlant de "curcianum" ("court" en latin) et qui renvoie au fait que le cours d'eau aujourd'hui appelé Aude pouvait être traversé aisément à gué ou à l'aide d'une barque (qui donnera son nom à la "Fête de la Barque" locale). Par ailleurs, la voie de communication qui traversait ce qui deviendra le territoire de la ville de Coursan à l'époque romaine était appelée Via Curcia, reliant Narbonne et Béziers, comme alternative plus courte à la Via Domitia[32].

Un autre village existait à proximité, mais il n'en reste rien.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Coursan fut au XIIe siècle la propriété de la vicomtesse Ermengarde de Narbonne qui en fit don avant sa mort aux templiers de la maison du Temple de Perreires (Périeis ou Peyrens)[33].

Révolte des vignerons de 1907[modifier | modifier le code]

La ville de Coursan a également été marquée, comme bon nombre de communes du Languedoc par la révolte des vignerons du Languedoc en 1907. L'évènement le plus marquant reste la manifestation du 14 avril 1907 lors de laquelle plus de 5 000 personnes s'étaient réunies[34].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Coursan est membre de l'intercommunalité Le Grand Narbonne[35], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Narbonne. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[36].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Narbonne, au département de l'Aude, en tant que circonscription administrative de l'État, et à la région Occitanie[35].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton des Basses Plaines de l'Aude pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[35], et de la deuxième circonscription de l'Aude pour les élections législatives, depuis le redécoupage électoral de 1986[37].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

De 1977 à 2008, les listes menées par Gilbert Pla ont remporté, sans discontinuer, les élections municipales (1977, 1983, 1989, 1995, 2001 et 2008).

En mars 2014, la liste menée par Edouard Rocher (ancien colistier de Gilbert Pla[38]), co-président du Parti radical de gauche audois depuis 2010[39], remporte le scrutin. Il est réélu en 2020 au premier tour.

Résultats de l'élection municipale du 15 mars 2020 à Coursan[40]
Tête de liste Liste Premier tour Sièges
Voix % CM CC
Édouard Rocher * PRG 1418 67,11 25 3
Union Coursan 2020
Olivier Aguzou DVG 695 32,89 4 0
Coursan en @ction
Inscrits 4 654 100,00
Abstentions** 2 430 52,21
Votants** 2 224 47,79
Blancs et nuls** 111 4,99
Exprimés** 2 113 45,40
* Liste du maire sortant
** Exprimé en % des électeurs inscrits
Résultats de l'élection municipale du 23 mars 2014 à Coursan[40]
Tête de liste Liste Premier tour Sièges
Voix % CM CC
Édouard Rocher DVG 1 944 58,48 23 2
Union Coursan 2014
Gilbert Pla * UG(PCF - PS - EELV) 1 380 41,51 6 1
Avec vous servir Coursan
Inscrits 4 515 100,00
Abstentions** 1 082 23,96
Votants** 3 433 76,04
Blancs et nuls** 109 2,41
Exprimés** 3 324 73,62
* Liste du maire sortant
** Exprimé en % des électeurs inscrits
Résultats de l'élection municipale du 9 mars 2008 à Coursan[41]
Tête de liste Liste Premier tour Sièges
Voix % CM
Gilbert Pla * PCF 1 822 59,29 23
Ensemble pour Coursan
Jacques Mieux SE 1 251 40,71 6
Coursan Demain
Inscrits 4 455 100,00
Abstentions** 1 205 27,05
Votants** 3 250 72,95
Blancs et nuls** 177 3,97
Exprimés** 3 073 68,98
* Liste du maire sortant
** Exprimé en % des électeurs inscrits
Résultats de l'élection municipale du 11 mars 2001 à Coursan[42]
Tête de liste Liste Premier tour Sièges
Voix % CM
Gilbert Pla * PCF 1 679 100,00 29
Inscrits 3 927 100,00
Abstentions** 1 458 37,13
Votants** 2 469 62,87
Blancs et nuls** 790 20,12
Exprimés** 1 679 42,76
* Liste du maire sortant
** Exprimé en % des électeurs inscrits

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
13 mars 1977 29 mars 2014 Gilbert Pla PCF Conseiller général du canton de Coursan (1979-1985) et (1992-2015)
29 mars 2014 En cours Edouard Rocher[43] PRG Chef d'entreprise
12e vice-président de la communauté d'agglomération « Le Grand Narbonne », chargé de l'intermodalité[44], de 2014 à 2020.

Conseiller communautaire du Grand Narbonne depuis 2020.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[45]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[46].

En 2019, la commune comptait 5 825 habitants[Note 10], en diminution de 2,72 % par rapport à 2013 (Aude : +2,52 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4401 4361 4141 6301 7611 8502 0222 0402 172
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 2312 1542 4772 5382 7093 4583 7863 8473 767
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 8293 8023 7934 1214 2734 4383 5893 2713 228
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
3 2123 3663 3344 0215 1375 2416 0596 1216 050
2015 2019 - - - - - - -
5 8445 825-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[47] puis Insee à partir de 2006[48].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Une garderie
  • Deux écoles maternelles (Antoine-de-Saint-Exupéry et Danielle-Casanova)
  • Deux écoles élémentaires (Richard-Chavernac et Jeanne-Miquel)
  • Un collège (Les Mailheuls)

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Mars ou avril : Fête florale, organisée par l'Office de tourisme de Coursan[49].
  • Avril : Fête paroissiale.
  • Juin : Fête du PCF qui accueille de nombreux artistes chaque année.
  • Juillet : Fiesta taurine du Club taurin Paul Ricard de Coursan[50]
  • Août : Fête de la Barque, située place Voltaire, sur les berges de l'Aude. Apparue dans la deuxième moitié du XXe siècle, elle a été relancée par la MJC dans les années 1980. Elle se déroule aujourd'hui sur deux ou trois jours[51].
  •  : Concours de pêche sur les berges de l'Aude ;
  • Octobre : Fête du vin nouveau.
  • Novembre : Participation de la ville de Coursan au "Relai des Cinq Clochers". Il s'agit d'une course de relais entre les cinq villages de l'Aude proches : Coursan, Armissan, Vinassan, Salles-d'Aude et Fleury-d'Aude. Chaque parcours entre deux villages est long d'environ 10 kilomètres[52].

Santé[modifier | modifier le code]

  • Un centre médical ainsi que plusieurs autres médecins
  • Trois dentistes/un orthodontiste
  • Deux pharmacies
  • Une maison de retraite

Sports[modifier | modifier le code]

Nombreux équipements sportifs municipaux[53] :

  • Deux terrains de rugby : Stade Sainte-Marie et Complexe Marcel-Faure
  • Un terrain de football : Stade Sainte-Maire (l'ancien footballeur Sofian Oueslati international joue au club FC Coursan)
  • Deux courts de tennis : Espace Maurice-Armengaud
  • Un mur d'escalade: Espace Maurice-Armengaud
  • Deux gymnases : Gymnase Georges-Julien (baptisé ainsi le 25 février 2014[54]), Gymnase Michel-Barrière.
  • Un boulodrome extérieur : Boulodrome E.-Serres
  • Des arènes, située chemin des Seignes, sur le site Henri-Trémesaigues, et construites par les bénévoles du Club taurin Paul-Ricard (voir Union des clubs taurins Paul Ricard) de Coursan[55].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018 (données Insee publiées en ), la commune compte 2 558 ménages fiscaux[Note 11], regroupant 5 694 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 19 080 [I 7] (19 240  dans le département[I 8]). 38 % des ménages fiscaux sont imposés[Note 12] (39,9 % dans le département).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
Division 2008 2013 2018
Commune[I 9] 10,8 % 14,8 % 12,7 %
Département[I 10] 10,2 % 12,8 % 12,6 %
France entière[I 11] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 3 409 personnes, parmi lesquelles on compte 72,2 % d'actifs (59,5 % ayant un emploi et 12,7 % de chômeurs) et 27,8 % d'inactifs[Note 13],[I 9]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est supérieur à celui de la France et du département.

La commune fait partie de la couronne de l'aire d'attraction de Narbonne, du fait qu'au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle[Carte 2],[I 12]. Elle compte 1 092 emplois en 2018, contre 1 223 en 2013 et 1 179 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 2 051, soit un indicateur de concentration d'emploi de 53,2 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 50,5 %[I 13].

Sur ces 2 051 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 551 travaillent dans la commune, soit 27 % des habitants[I 14]. Pour se rendre au travail, 85,9 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 2,4 % les transports en commun, 8,2 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 3,5 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 15].

Activités hors agriculture[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

445 établissements[Note 14] sont implantés à Coursan au . Le tableau ci-dessous en détaille le nombre par secteur d'activité et compare les ratios avec ceux du département[Note 15],[I 16].

Secteur d'activité Commune Département
Nombre % %
Ensemble 445 100 % (100 %)
Industrie manufacturière,
industries extractives et autres
30 6,7 % (8,8 %)
Construction 85 19,1 % (14 %)
Commerce de gros et de détail,
transports, hébergement et restauration
136 30,6 % (32,3 %)
Information et communication 5 1,1 % (1,6 %)
Activités financières et d'assurance 13 2,9 % (2,7 %)
Activités immobilières 20 4,5 % (5,2 %)
Activités spécialisées, scientifiques et techniques
et activités de services administratifs et de soutien
55 12,4 % (13,3 %)
Administration publique, enseignement,
santé humaine et action sociale
58 13 % (13,2 %)
Autres activités de services 43 9,7 % (8,8 %)

Le secteur du commerce de gros et de détail, des transports, de l'hébergement et de la restauration est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 30,6 % du nombre total d'établissements de la commune (136 sur les 445 entreprises implantées à Coursan), contre 32,3 % au niveau départemental[I 17].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Les cinq entreprises ayant leur siège social sur le territoire communal qui génèrent le plus de chiffre d'affaires en 2020 sont[56] :

  • Appro Coursan, supermarchés (13 785 k€)
  • Lanz Elec, travaux d'installation électrique dans tous locaux (3 723 k€)
  • SARL Jean Michel Egretier, fabrication de machines agricoles et forestières (3 025 k€)
  • MCF, travaux de maçonnerie générale et gros œuvre de bâtiment (1 490 k€)
  • Acces Reseau, collecte et traitement des eaux usées (1 105 k€)

Viticulture[modifier | modifier le code]

La viticulture occupe une place importante dans l'activité économique de la ville de Coursan. Elle a par ailleurs été désignée "Ville internationale de la Vigne et du Vin" en 1987[57] par l'Office International de la Vigne et du Vin (aujourd'hui Organisation internationale de la vigne et du vin). Coursan a obtenu cette distinction en raison du fait que la première expérience de vinification par macération carbonique y fut réalisée par Michel Flanzy, œnologue[58].

Coursan dispose d'une cave coopérative, et fait partie, depuis juin 2012[59], de la cave Béziers-Coursan-Armissan, à la suite de la fusion des caves de Béziers-Boujan et Coursan-Armissan[60].

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la petite région agricole dénommée « Narbonnais »[61]. En 2010, l'orientation technico-économique de l'agriculture[Note 16] sur la commune est la polyculture et le polyélevage[62].

1988 2000 2010
Exploitations 276 142 121
Superficie agricole utilisée (ha) 1 622 1808 1890

Le nombre d'exploitations agricoles en activité et ayant leur siège dans la commune est passé de 276 lors du recensement agricole[Note 17] de 1988 à 142 en 2000 puis à 121 en 2010[62], soit une baisse de 56 % en 22 ans. Le même mouvement est observé à l'échelle du département qui a perdu pendant cette période 52 % de ses exploitations[64]. La surface agricole utilisée sur la commune a quant à elle augmenté, passant de 1 622 ha en 1988 à 1 890 ha en 2010. Parallèlement la surface agricole utilisée moyenne par exploitation a augmenté, passant de 6 à 16 ha[62].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église, côté est.

Un premier forage avait été effectué en 1865 afin d'approvisionner gratuitement les habitants en eau potable. Toutefois, la teneur en fer importante de l'eau jaillissante ne convenait pas au regard de ce qui était recherché. Un autre forage sera néanmoins effectué en 1892 afin d’accroître le débit d'eau ferrugineuse mis à disposition. Dès 1907, l'exploitation de la fontaine est déléguée dans le cadre d'une convention d'affermage. Plusieurs travaux sont régulièrement menés pour la restauration de la fontaine, dont les plus récents datent 2007, dans le cadre de la restauration de la place Auguste-Tailhade. Ils signent un retour à un modèle de fontaine identique à celui initialement existant[66].

  • Deux Fontaine Wallace : elles sont les témoins de la volonté de la ville de mettre à disposition des habitants une source d'eau potable. L'eau ferrugineuse de la place Auguste-Tailhade ne convenant pas, la ville a entrepris de s'équiper d'un service d'adduction de l'eau, comprenant notamment une station de pompage à proximité de l'Aude[67]. Ces fontaines sont encore visibles, l'une sur la place Voltaire, face à la bibliothèque municipale, et l'autre Avenue Frédéric-Mistral, au niveau de la rue de la Paix. Une troisième fontaine, retirée en 1929, était située Avenue Jean-Jaurès, au niveau de la rue Barbès[67].
  • Monument aux morts, inscrit au titre des monuments historique[68]

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

  • Une école municipale de musique[69].
  • Une bibliothèque municipale[70], créée en 1974[71].
  • Une Maison des Jeunes et de la Culture[72], association regroupant de nombreuses activités culturelles et sportives.
  • Le Centre multiculturel "André-Sarzi", inauguré le 12 septembre 2010[73].
  • Parmi les nombreuses associations culturelles de la commune[74] existe notamment l'Harmonie républicaine de Coursan, orchestre créé en 1876[75].

Espaces naturels[modifier | modifier le code]

Coursan comprend quelques espaces verts :

  • Le jardin Déodat-de Séverac, racheté par la mairie et transformé en jardin public le 27 juin 2003. Il a été rénové en 2011[76].
  • Le parc boisé entourant l'étang salin, situé Chemin des Seignes, à proximité arènes[77].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Coursan

Son blasonnement est : D'azur à une fasce d'or chargée d'une vache de gueules, accompagnée en chef de trois fleurs de lys d'or, et en pointe d'un croissant d'argent.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[7].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[20].
  5. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  6. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  7. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  8. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  9. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  11. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  12. La part des ménages fiscaux imposés est le pourcentage des ménages fiscaux qui ont un impôt à acquitter au titre de l'impôt sur le revenu des personnes physiques. L'impôt à acquitter pour un ménage fiscal correspond à la somme des impôts à acquitter par les foyers fiscaux qui le composent.
  13. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  14. L'établissement, au sens de l’Insee, est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'unité légale. Il produit des biens ou des services.
  15. Le champ de ce tableau couvre les activités marchandes hors agriculture.
  16. L'orientation technico-économique est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  17. Le recensement agricole est une opération décennale européenne et obligatoire qui a pour objectif d'actualiser les données sur l'agriculture française et de mesurer son poids dans l'agriculture européenne[63].
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le )
  2. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Commune urbaine-définition » (consulté le ).
  2. « Unité urbaine 2020 de Coursan » (consulté le ).
  3. « Base des unités urbaines 2020 », (consulté le ).
  4. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  7. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Coursan » (consulté le ).
  8. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans la Aude » (consulté le ).
  9. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Coursan » (consulté le ).
  10. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans l'Aude » (consulté le ).
  11. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  13. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Coursan » (consulté le ).
  14. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  15. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).
  16. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 à Coursan » (consulté le ).
  17. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 dans l'Aude » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Plan séisme
  3. http://www.coursan.fr/fichiers/coursan.fr/fichiers/menus/LE%20PONT.pdf
  4. http://coursan.blogs.lindependant.com/archive/2012/08/20/il-y-a-27-ans-le-vieux-pont-de-richelieu-etait-elargi.html
  5. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  6. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  7. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  8. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  9. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  10. « Station Météo-France Narbonne - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  11. « Orthodromie entre Coursan et Narbonne », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station Météo-France Narbonne - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  13. « Orthodromie entre Coursan et Sète », sur fr.distance.to (consulté le ).
  14. « Station météorologique de Sete - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique de Sete - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Station météorologique de Sete - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  17. http://www.citibus.fr/exec/home.asp?NumRub=1041
  18. http://www.citibus.fr/exec/ligne.asp?NumRub=1066&etat=2&NumLigne=2059
  19. http://citibus.fr/upload/Plans/Citibus-Plan_GRAND_NARBONNE_detail.pdf
  20. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  21. a et b « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Coursan », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « site Natura 2000 FR9101436 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. « site Natura 2000 FR9112016 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  24. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Coursan », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « ZNIEFF le « canal de l'Aiguille de Londres » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. « ZNIEFF le « cours inférieur de l'Aude » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  27. « ZNIEFF les « étangs de Capestang et de Poilhes » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  28. « ZNIEFF la « basse plaine de l'Aude et étang de Capestang » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  29. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  30. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  31. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  32. http://www.coursan.fr/fichiers/coursan.fr/fichiers/menus/Naissance%20de%20Coursan.pdf
  33. Jacqueline Caille, « Ermengarde, vicomtesse de Narbonne (1127/29-1196/97), une grande figure féminine du Midi aristocratique », dans La femme dans l'histoire et la société méridionale, (IXe-XIXe s.): actes du 66e Congrès de la Fédération Historique du Languedoc Méditerranéen et du Roussillon, organisé à Narbonne les 15 et 16 octobre 1994., (présentation en ligne), p. 47-50
  34. http://www.vin-terre-net.com/autour-du-vin/216-1907-histoire-revolte-midi-vignerons-marcelin-albert-ferroul
  35. a b et c « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Coursan », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  36. « Le Grand Narbonne - fiche descriptive au  », sur la Base nationale sur l'intercommunalité (consulté le ).
  37. « Découpage électoral de l'Aude (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  38. L. O., « Coursan : Edouard Rocher officialise sa candidature en vue des municipales », sur Lindependant.fr, (consulté le ).
  39. http://coursan.blogs.lindependant.com/archive/2010/06/03/le-coursannais-edouard-rocher-president-departemental-du-par.html
  40. a et b Résultats officiels pour la commune Coursan
  41. [1]
  42. [2]
  43. La Dépêche du Midi, « Coursan. Première pour Édouard Rocher », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  44. Midi Libre, « Les délégations des 15 vice-présidents de l'Agglo de Narbonne », Midi libre,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  45. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  46. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  47. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  48. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  49. http://www.coursantourisme.com/Animation.php?id=270
  50. Club taurin de Coursan
  51. http://coursan.blogs.lindependant.com/archive/2013/08/15/la-tres-ancienne-fete-de-la-barque-animera-coursan-ce-samedi.html
  52. « Accueil », sur relaisdes5clochers (consulté le ).
  53. http://www.coursan.fr/installationssportives.html
  54. http://coursan.blogs.lindependant.com/tag/vibrant+hommage+de+la+ville+de+coursan+%C3%A0+georges+julien
  55. http://clubtaurincoursan.free.fr/le_club_taurin_p.ricard_de_coursan_063.htm
  56. « Entreprises à Coursan », sur entreprises.lefigaro.fr (consulté le ).
  57. http://www.coursan.fr/villeinternationaledelavigneetduvin.html
  58. Michel Flanzy, Pierre Benard, Claude Flanzy La Vinification par macération carbonique, Éditions QUAE, 1er janvier 1987, https://books.google.fr/books?id=LC0qHwqKeUwC&dq=Michel+Flanzy&printsec=frontcover&source=bl&ots=OqXEGvU0Vd&sig=O_eVdnJoBnAj97q5-wUo4EnPZok&hl=fr&ei=kyTzSdjuF6PLjAeS3qC0DA&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=4#v=onepage&q=Michel%20Flanzy&f=false
  59. SID MOKHTARI, « Une cave pour Coursan, Armissan, Béziers, Boujan », Midi libre,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  60. Midi Libre, « Fusion réussie pour la cave de Béziers-Coursan-Armissan », Midi libre,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  61. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) - Année de référence : 2017 », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  62. a b et c « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Coursan - Données générales », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  63. Présentation des premiers résultats du recensement agricole 2020, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 10 décembre 2021
  64. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans le département de l'Aude » (consulté le ).
  65. « Eglise paroissiale Notre-Dame de la Rominguère », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  66. http://www.coursan.fr/fichiers/coursan.fr/fichiers/menus/LA%20FONTAINE%20FERRUGINEUSE.pdf
  67. a et b http://www.coursan.fr/fichiers/coursan.fr/fichiers/menus/Les%20Wallaces.pdf
  68. « Monument aux morts de la guerre de 1914-1918 », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  69. http://www.coursan.fr/ecolemunicipaledemusique.html
  70. http://www.coursan.fr/bibliothequemunicipale.html
  71. http://coursan.blogs.lindependant.com/archive/2011/07/29/la-bibliotheque-municipale-mjc-s-approche-de-ces-40-ans.html
  72. http://www.federation-mjc-languedoc-roussillon.fr/Coursan
  73. http://coursan.blogs.lindependant.com/tag/inauguration+du+centre+multiculturel+andr%C3%A9+sarzi
  74. http://www.coursan.fr/structures,liste,0,170,debut,recherche.html
  75. Site de l'Harmonie républicaine de Coursan
  76. http://coursan.blogs.lindependant.com/tag/nouvelle+jeunesse+pour+le+parc+d%C3%A9odat+de+s%C3%A9verac
  77. http://coursan.blogs.lindependant.com/archive/2009/08/02/le-parc-paysager-de-l-etang-salin-ouvert-au-public.html
  78. « ROUMAGNAC Marius André », sur finalesrugby.fr (consulté le ).
  79. « AMIEL Marcel », sur finalesrugby.fr (consulté le ).