Lézignan-Corbières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lézignan.
Lézignan-Corbières
L'église Saint-Félix
L'église Saint-Félix
Blason de Lézignan-Corbières
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Narbonne
Canton Le Lézignanais
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté de communes de la Région Lézignanaise, Corbières et Minervois
(siège)
Maire
Mandat
Michel Maïque
2014-2020
Code postal 11200
Code commune 11203
Démographie
Gentilé Lézignanais
Population
municipale
11 248 hab. (2014)
Densité 299 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 12′ 05″ nord, 2° 45′ 30″ est
Altitude Min. 19 m – Max. 187 m
Superficie 37,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lézignan-Corbières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lézignan-Corbières
Liens
Site web lezignan-corbieres.fr

Lézignan-Corbières (en occitan, Lesinhan de las Corbièras ou de las Corbièiras) est une commune française située dans le département de l'Aude en région Occitanie

Géographie[modifier | modifier le code]

Lézignan est située dans le massif des Corbières sur l'Orbieu elle fait partie du pays Corbières Minervois.

Elle est accessible par la SNCF gare de Lézignan-Corbières, la route nationale 113 et par autoroute A61 sortie sortie 25 Lézignan-Corbières.

Par avion aéroport de Carcassonne Salvaza à Carcassonne, aéroport de Perpignan-Rivesaltes et aérodrome de Lézignan-Corbières (loisirs et tourisme).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lézignan-Corbières
Escales Tourouzelle
Argens-Minervois
Roubia
Canet
Conilhac-Corbières Lézignan-Corbières Cruscades
Conilhac-Corbières Luc-sur-Orbieu
Boutenac
Ferrals-les-Corbières
Luc-sur-Orbieu

Climat[modifier | modifier le code]

Les 12 et , de fortes pluies apportèrent 624 mm de précipitations en 36 heures[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville tiendrait son nom du latin "Villa Licianus" et n'était autre qu'un domaine que l'on situerait de nos jours sur l'emplacement des écoles publiques.

Voir aussi la Révolte des vignerons du Languedoc en 1907

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 10 000 et 19 999, le nombre de membres du conseil municipal est de 33[2]. La ville compte une grande population gitane, peuplement local et venant de la région marseillaise, encouragé par les élus de gauche.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

La population lézignanaise est majoritairement de gauche, comme le confirme l'élection municipale de 2014, où Michel Maïque et sa liste Union de la gauche (alliances du PS et du PCF) rassemble 56, 25 % des suffrages exprimés. Donc loin devant les deux listes d'opposition, celle Front National, conduite par Maximilien Faivre qui récolte 25.11 % des suffrages, ainsi que la liste divers droite conduite par Didier Granat, qui rassembla 18.63 % des votants. À noter la forte poussée du Front National sur Lézignan, qui arriva en tête au premier tour de l'élection départementale de 2015, et battu de peu lors du second tour par le binôme socialiste . (Valérie DUMONTET - Jules ESCARÉ Parti Socialiste 55,08 % Gilbert BIASOLI - Charlène ESCODA Front National 44,92 %).

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 11 248 habitants, en augmentation de 10,02 % par rapport à 2009 (Aude : 3,15 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 379 1 505 1 668 1 669 1 792 2 269 2 168 2 442 2 537
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 754 3 016 3 934 3 969 4 670 6 286 6 569 4 792 4 857
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 951 6 339 6 787 7 039 7 152 7 227 7 248 6 986 6 682
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
6 939 7 558 7 355 7 514 7 881 8 266 9 465 10 920 11 248
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006 [5].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[6] 1975[6] 1982[6] 1990[6] 1999[6] 2006[7] 2009[8] 2013[9]
Rang de la commune dans le département 5 5 5 5 5 5 4 4
Nombre de communes du département 439 436 435 437 438 438 438 438

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Collège Joseph Anglade.

Sports[modifier | modifier le code]

Rugby à XIII[modifier | modifier le code]

Lézignan est bien connu pour son club de rugby à XIII pratiqué au stade du Moulin Le FC Lézignan (dit le Feuceuleu) est le club semi-professionnel de rugby à XIII de la ville de Lézignan-Corbières. Il évolue actuellement en première division nationale.

Autres sports[modifier | modifier le code]

Tour de France 1980

Économie[modifier | modifier le code]

La viticulture est la principale source économique avec ses vignobles (Vignoble des Corbières, Corbières-boutenac, Minervois....)

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Félix de Lézignan-Corbières
  • Le Chai des Vignerons, première cave coopérative audoise, créée en 1909, qui présente le travail de la vigne et organise des dégustations dans le grand chai central, au milieu d'immenses foudres de chêne
  • Le collège Joseph-Anglade, le plus grand du Languedoc-Roussillon[10]

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

  • la Maison Gibert, ancienne propriété viticole du XIXe siècle, qui présente tout au long de l'année des expositions artistiques et des rencontres culturelles.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lézignan-Corbières Blason D’azur au chevron d’argent accompagné de trois oiseaux d’or dans leur nid de sable, les deux en chef affrontés, au chef cousu de gueules chargé d’un croissant d’argent accosté de deux étoiles d’or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.
  1. « Trois fleur de lis d'or sur champ d'azur » (de France)
  2. « D'azur, à un chevron d'argent, accompagné de trois oiseaux d'or dans leur nid de sable, posés deux en chef et affrontés et un en pointe et un chef cousu de gueules, chargé d'un croissant d'argent entre deux étoiles d'or »

Comme tant d'autres communes du Lézignanais, ces armoiries n'ont aucune racine dans l'histoire. La municipalité du début du XXe siècle, trouvant les armoiries de la ville "trop royalistes", adopta celles trouvées à Sérame. Elles correspondent au blason d'Antoine de Niquet, seigneur du lieu. Sans aucune raison, on l'encadre d'ornement extérieurs qui n'ont aucune signification pour la ville (palmettes, pampres, couronne).

Les vraies armoiries de Lézignan (armoiries royales d'azur à fleur de lys d'or) sont visibles dans le vitrail central de l'église St Félix[11].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. www.languedoc-roussillon.ecologie.gouv.fr
  2. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr,‎ (consulté le 10 janvier 2016)
  7. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr,‎ (consulté le 8 janvier 2016)
  8. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr,‎ (consulté le 8 janvier 2016)
  9. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr,‎ (consulté le 8 janvier 2016)
  10. http://www.senat.fr/questions/base/2011/qSEQ11041309S.html
  11. Histoire de lézignan de Joseph Euzet - Commentaire de Gabriel Chapeau