Villepinte (Aude)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villepinte.
Villepinte
Image illustrative de l'article Villepinte (Aude)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Canton Bram
Intercommunalité Communauté de communes Piège-Lauragais-Malepère
Maire
Mandat
Alain Rouquet
2014-2020
Code postal 11150
Code commune 11434
Démographie
Gentilé Villepintois
Population
municipale
1 284 hab. (2014)
Densité 83 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 16′ 57″ nord, 2° 05′ 14″ est
Altitude Min. 124 m – Max. 202 m
Superficie 15,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villepinte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villepinte

Villepinte est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Villepintois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Lauragais au nord de Bram.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Villepinte
Lasbordes Villespy Carlipa
Pexiora Villepinte Saint-Martin-le-Vieil
Villasavary Bram

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le Fresquel le canal du Midi et le Tréboul.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Dans l'Antiquité, cent ans avant notre ère, le village portait le nom d'Aricie, identique au nom d'une ville romaine du nom d'Aricia, près de Rome ; en est resté le nom de la rivière qui traverse le territoire du nord au sud : l'Arize. Vers 430, les Wisigoths occupent le pays.
Villepinte apparaît, dans les sources historiques à notre disposition, au début du IXe siècle, en 816 : c'est une des deux villae (l'autre étant Villemagne) données à l'abbaye de Sorèze par le roi Pépin d'Aquitaine. Dans cette période, le village prend le nom de Villa Pictis ou Villa Picta (vers 1120).

Villepinte est une étape systématiquement mentionnée sur les itinéraires routiers du XIVe au XVIIe siècle et a été un centre économique important lié au commerce du drap en Languedoc. Témoin son blason 'de gueules, à un peigne d'or posé en fasce', d'après les archives commerciales de 1400 d'un marchand italien, Monsieur Dantini.

Du 26 août 816 et jusqu'à la Révolution, les commanditaires de l'abbaye de Sorèze en sont les seigneurs, dont le plus connu, François de Rogier, baron de Ferrals, transige avec la communauté villageoise en 1646 et laisse en outre la liberté de pêcher et de chasser.

Époque gallo-romaine[modifier | modifier le code]

Une étape sur la voie romaine

L'origine du nom est gallo-romaine : villa pinta ou villa picta, c'est-à-dire ville peinte. Le long des routes romaines, les tavernes étaient peintes en rouge.
Villepinte est l'une des villae du haut Moyen Âge, attestée par les textes : elle apparaît dans les sources historiques au début du IXe siècle.

Époque médiévale[modifier | modifier le code]

Une possession ecclésiale

Villepinte reste toute son histoire médiévale possession de l'abbaye bénédictine de Sorèze. Un château y est néanmoins établi et le village est fortifié, laissant à l'extérieur le site ecclésial.
Le village se trouve sur le tracé du 'chemin français' parallèle à la voie antique d'Aquitaine, à l'endroit où ce dernier franchit le Fresquel. On en déduit l'ancienneté de cette voie, qui passe aussi à Villarzens (actuellement à hauteur de la Leude, à l'intersection de la RD 6123 et de la route conduisant à Bram).
Les plans et les compoix permettent de caractériser nettement les trois parties de l'agglomération : à l'est, le cimetière et l'église, à l'ouest, le château et au centre le village castral avec son enceinte.

Au XIVe siècle[modifier | modifier le code]

Les Pénitents noirs

La chapelle Saint-Laurent ou chapelle des Pénitents noirs, orientée nord-sud, était le seul édifice religieux dans le village, sans qu'il soit possible de situer aucun.

Aux XVe et XVIe siècles[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jean-Baptiste

C'est vers la fin du XVe et au début du XVIe siècle que l'église a été transférée à son emplacement actuel, hors de l'ancienne enceinte fortifiée et sur l'emplacement d'une chapelle rurale d'origine romane dédiée à Notre-Dame conservée et englobée dans le nouvel édifice flamboyant.
L'église ne possédait pas de clocher, celui-ci se trouvant à proximité sur une de portes dé la ville. Le clocher, ainsi qu'un porche aux proportions excessives, ont été édifiés en 1807.

Au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Un village rural

En l'an 1789, il est recensé à Villepinte 236 feux, soit, à raison de 4,5 habitants par feu, 995 habitants et en 1896, la commune compte 986 habitants. Durant cette période de deux siècles, la moyenne se situera plutôt autour de 1080/1100 habitants (avec une pointe de 1247 habitants au milieu du XIXe siècle, en 1841).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Villepinte Blason De gueules au peigne d’or posé en fasce.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la Communauté de communes Piège-Lauragais-Malepère et du canton de la Piège au Razès (avant le redécoupage départemental de 2014, Villepinte faisait partie de l'ex-canton de Castelnaudary-Sud).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Alain Rouquet PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 284 habitants, en augmentation de 4,56 % par rapport à 2009 (Aude : 3,15 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 013 1 016 1 159 1 123 1 195 1 231 1 247 1 204 1 216
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 158 1 078 1 000 1 076 1 032 1 090 1 159 1 002 986
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
952 942 905 789 758 733 805 777 807
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
820 771 762 916 1 017 1 024 1 180 1 228 1 284
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Centre de transmissions de la Marine nationale de Rosnay

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]