Conques-sur-Orbiel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Conques-sur-Orbiel
Conques-sur-Orbiel
Blason de Conques-sur-Orbiel
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Intercommunalité Carcassonne Agglo
Maire
Mandat
Jean-François Juste
2020-2026
Code postal 11600
Code commune 11099
Démographie
Gentilé Conquois, Conquoises
Population
municipale
2 545 hab. (2018 en augmentation de 4,35 % par rapport à 2013)
Densité 102 hab./km2
Population
agglomération
3 504 hab. (2017)
Géographie
Coordonnées 43° 16′ 14″ nord, 2° 24′ 09″ est
Altitude 125 m
Min. 101 m
Max. 286 m
Superficie 25,07 km2
Unité urbaine Conques-sur-Orbiel
(ville-centre)
Aire d'attraction Carcassonne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de la Vallée de l'Orbiel
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie (région administrative)
City locator 14.svg
Conques-sur-Orbiel
Géolocalisation sur la carte : Aude
Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Conques-sur-Orbiel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Conques-sur-Orbiel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Conques-sur-Orbiel

Conques-sur-Orbiel Écouter (occitan : Concas) est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Conques-sur-Orbiel est une commune de la Méridienne verte située dans l'aire urbaine de Carcassonne sur l'Orbiel et le Trapel.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Conques-sur-Orbiel est limitrophe de dix autres communes.

Carte de la commune de Conques-sur-Orbiel et de ses proches communes.

Au nord-est, la commune de Sallèles-Cabardès comporte une enclave. La commune de Conques-sur-Orbiel est limitrophe avec cette enclave, et du reste de la commune de Sallèles-Cabardès par un quadripoint. La commune de Limousis sépare ces deux parties.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Conques-sur-Orbiel se situe en zone de sismicité 1 (sismicité très faible)[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Conques-sur-Orbiel est une commune urbaine[Note 1]. Elle appartient en effet à l'unité urbaine de Conques-sur-Orbiel, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[3] et 3 529 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Carcassonne, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 115 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[6],[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'unité urbaine de Conques-sur-Orbiel.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2017 étant compris entre 2 500 habitants et 3 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de vingt trois[8],[9].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste depuis 1944
Période Identité Étiquette Qualité
1944 novembre 1982 (décès) Félix Roquefort PCF Député de l'Aude (1956-1958), conseiller général du canton de Conques-sur-Orbiel (1945-1982)
novembre 1982 mars 2001 Georges Martzel PCF Conseiller général du canton de Conques-sur-Orbiel (1983-1984)
mars 2001 mars 2014 Jean Chapet PCF  
mars 2014 En cours Jean-François Juste DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2018, la commune comptait 2 545 habitants[Note 3], en augmentation de 4,35 % par rapport à 2013 (Aude : +2,19 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5371 5911 6791 7061 6251 7401 6541 6791 627
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6251 7801 7521 5771 7151 7261 5741 5081 531
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5691 3531 3481 2811 3711 4281 4811 5181 546
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 5851 6621 6921 7862 0432 0612 2452 2692 435
2017 2018 - - - - - - -
2 5252 545-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[14] 1975[14] 1982[14] 1990[14] 1999[14] 2006[15] 2009[16] 2013[17]
Rang de la commune dans le département 62 71 83 74 77 79 78 75
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture : AOC Cabardès.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Culture lcoale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Abri de Font-Juvénal : abri sous roche d'environ 20 m de longueur sur 5 m de profondeur. Au IVe millénaire av. J.-C., l'abri était protégé de l'extérieur par un énorme rocher tombé du plafond. Le site fut occupé durant tout le Néolithique, notamment par les Chasséens, comme l'atteste la découverte de nombreux foyers[18].
  • Église Sainte-Foy de Conques-sur-Orbiel.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Conques-sur-Orbiel Blason
De gueules à trois conques d'argent.
Détails
Blason modèle fr Armes parlantes.svg Armes parlantes.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Plan séisme
  3. « Unité urbaine 2020 de Conques-sur-Orbiel », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 7 novembre 2020)
  4. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  5. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  8. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  9. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 19 octobre 2020).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  15. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  16. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  17. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  18. Jean Guilaine, La France d'avant la France, Paris, Hachette, , 349 p. (ISBN 978-2-01-011134-1), p. 112