André Kertész

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kertesz.

André Kertesz

Description de cette image, également commentée ci-après

Robert Doisneau (à gauche) et André Kertész, Arles, 1975

Naissance
Budapest, Hongrie
Décès (à 91 ans)
New York
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Profession Photographe
André Kertész, New York 1982
André Kertész (à droite) et Robert Doisneau en 1975

André Kertész (né Andor Kertész, , Budapest, Hongrie - , New York) est un photographe hongrois, naturalisé américain, acteur important de la scène artistique parisienne durant l'entre-deux-guerres.

Biographie[modifier | modifier le code]

André Kertész naît le 2 juillet 1894 dans une famille de la bourgeoisie juive de Budapest. Son père est libraire. Il rêve très tôt de devenir photographe. En 1905, son père meurt et il est confié à un tuteur qui travaille à la Bourse de Budapest, où il sera lui-même employé de 1912 à 1914, après avoir suivi des études à l’Académie de commerce de la ville.

En 1913, il achète son premier appareil photo : un ICA.

En 1914, il sert dans l’armée austro-hongroise. Il réalise alors beaucoup de photographies, témoignant de ses expériences de guerre. Il publie ses premières photos dans un journal et gagne un concours de magazine, mais la plupart de ses négatifs et de ses plaques sont détruits pendant la révolution hongroise de 1918.

Après la guerre, il décide de devenir photographe et arrive à Paris en 1923, après avoir reçu le diplôme d’honneur de la Société hongroise de photographie. C'est là qu'il change son prénom pour André, équivalent français de Andor. À Paris, il fréquente de nombreuses personnalités littéraires et artistiques, comme Brassaï, Colette, Michel Seuphor qui lui fait rencontrer Mondrian.

De 1925 à 1935, il vend des tirages pour vivre et travaille avec divers magazines. Dès 1927, il réalise ses premières expositions et collabore à la revue Bifur en 1928. Il aide Brassaï dans ses débuts dans la photographie. Bien qu’il soit proche des surréalistes et des Dada, il n’appartient à aucun mouvement.

Cette année, il achète un Leica ; il sera le premier à en utiliser un professionnellement. Il réalise un reportage pour VU. Il participera également activement à la revue Art et médecine.

En 1932, il expose un ensemble important de ses photographies dans la galerie new-yorkaise de Julien Levy.

En 1933, il rencontre sa femme Elizabeth Sali avec qui il part pour New York en 1936 pour réaliser un travail pour Keystone. Du fait de la Seconde Guerre mondiale, il reste à New York, et collabore de 1937 à 1949 avec divers journaux. Comme il refuse d’adapter son style, ses reportages, incompris, ne sont pas publiés.

En 1944, il est naturalisé américain. Il réalise quelques publications et contrats, mais en 1963, après être tombé malade, il rompt tous ses contrats et ne fait plus de photographie que par plaisir.

La Photographie et l'Art[modifier | modifier le code]

L'œuvre d'André Kertész a eu une influence déterminante sur la reconnaissance de la photographie comme discipline artistique à part entière. Quand en 1919, L'Art vivant écrit une défense de la photographie comme art, c'est avec les œuvres de Kertész comme illustration. Kertész fait de la photographie non pas le reflet du réel, son enregistrement, mais au contraire la matrice de formes nouvelles.

Publications[modifier | modifier le code]

  • 1930, carrefour, Blois New york, susan harder gallery
  • 1933, Enfants, éditions d'Histoire et d'Art
  • 1934, Paris vu par André Kertész, éditions d'Histoire et d'Art
  • 1936, Nos amies les bêtes, éditions d'Histoire et d'Art
  • 1937, Les Cathédrales du vin, éditions Établissements et Brice
  • 1988, Hologramme, 1988
  • 2006, Monographie, catalogues d'exposition, éditions Phaidon
  • 2007, André Kertész, Danièle Sallenave, Photo poche, Ed. Actes Sud, (ISBN 978-2-7427-7012-0)

Collections[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]