24 jours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
24 jours, la vérité sur l'affaire Ilan Halimi
Réalisation Alexandre Arcady
Scénario Alexandre Arcady
Acteurs principaux
Sociétés de production Alexandre Films
New Light Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Policier
Durée 110 minutes
Sortie 2014

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

24 jours, la vérité sur l'affaire Ilan Halimi est un film français d'Alexandre Arcady sorti en 2014. Il revient sur l'affaire du gang des barbares de janvier 2006.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le , après le dîner de chabbat, Ilan décide, contre l'avis de sa mère, de sortir faire la fête. En partant, il embrasse sa mère pour la réconforter. Ruth Halimi ne reverra jamais son garçon…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage débute en septembre 2013[2] et s'achève courant octobre 2013[3].

L'équipe du film est la toute première de l'histoire à avoir pu tourner quelques scènes dans les locaux du célèbre 36, quai des Orfèvres[3]. Le film a bénéficié de l'accord du préfet Bernard Boucault ainsi que de la volonté de la préfecture de police de Paris de faire découvrir le patrimoine de l’État.

La sortie du film — qui n'attire que 54 800 spectateurs du mercredi au samedi — est une déception pour le réalisateur Alexandre Arcady. Classé 16e au box office, il n'a pas semblé « avoir trouvé son public, en dépit d'une forte médiatisation, marquée notamment par [une] polémique déclenchée par le cinéaste à la suite de son face-à-face, coupé au montage, avec Aymeric Caron dans On n'est pas couché sur France 2. » « 24 jours a peut-être également pâti de la concurrence de l'un des blockbusters les plus attendus de la saison, The Amazing Spider-Man 2, », explique Jérome Vermelin, de Metronews[4].

Réception critique[modifier | modifier le code]

En dépit d'un soutien institutionnel très positif (le film est projeté à l'Elysée en présence de François Hollande[5]), la presse est globalement très critique vis-à-vis de la réalisation. Libération dénonce ainsi l'incapacité d'Alexandre Arcady « de se défaire des tics du cinéma d’action le plus banal »[6].

Le Figaro regrette une « mise en scène trop théâtrale » avec « des effets de caméra qui [la] surchargent », une Zabou Breitman qui soit surjoue la douleur ou tombe dans l'abattement[7]. Pour Studio Ciné Live, le parti pris du réalisateur « oriente le film dans le sentimentalisme quand la force et l'horreur du propos suffisaient largement à la démonstration »[8].

Box office[modifier | modifier le code]

Malgré la promotion et les polémiques qui ont entouré sa sortie, le film fait un flop[9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche du livre, sur le site de l'éditeur.
  2. a et b « Notes de production : 24 jours », sur CommeAuCinéma.com (consulté le 28 octobre 2013).
  3. a et b « 24 jours : Alexandre Arcady en tournage au 36, quai des Orfèvres », sur AlloCiné.fr,‎ (consulté le 28 octobre 2013).
  4. Jérome Vermelin, « "24 jours" : le film sur l'affaire Halimi fait un flop », sur metronews.fr,‎ .
  5. Hollande touché par 24 jours, la vérité sur l'affaire Ilan Halimi, lefigaro.fr, 7/04/2014
  6. «24 JOURS», UN DESTIN, liberation.fr, 29 avril 2014
  7. 24 jours, le dossier d'Alexandre Arcady, lefigaro.fr, 29/04/2014
  8. 24 jours, la critique de Studio Ciné Live, lexpress.fr, 29/04/2014
  9. "24 jours" : le film sur l'affaire Halimi fait un flop, metronews.fr, 5/05/2014