David Olivier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
David Olivier
Image dans Infobox.
David Olivier en 2012.
Biographie
Naissance

Londres
Nationalité
française, britannique
Activité
Philosophe et militant antispéciste
Autres informations
Site web

David Olivier, né le à Londres, est un militant antispéciste français et britannique. Dès la fin des années 1980, il fut, avec Yves Bonnardel et Françoise Blanchon, l'une des figures d'un certain mouvement antispéciste. Fondateur de la revue Les Cahiers antispécistes, de la manifestation annuelle la Veggie Pride et des rencontres de réflexion annuelle les Estivales de la question animale, il est aussi à l'origine du terme « végéphobie ». Il est partisan d'une éthique utilitariste et antinaturaliste, et se définit politiquement comme progressiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance, formation et profession[modifier | modifier le code]

David Olivier est né à Londres d'un père français enseignant et d'une mère américaine artiste peintre[1]. Entré à l'École normale supérieure de Saint-Cloud, section Physique, il a obtenu un DEA de Physique des particules en 1988 à l'université Lyon 1. Il a exercé comme développeur en informatique de 1983 à 2018, à Lyon 3 puis Lyon 2.

Premières années militantes[modifier | modifier le code]

Dès l'enfance, il s'est opposé au fait de tuer les animaux pour la consommation[2]. À l'adolescence, il a été attiré par l'écologie, puis par les mouvements anarchistes, se consacrant surtout aux luttes antisexistes et antiracistes. À Lyon, il a milité un temps au Planning familial et au GLH. La question animale a progressivement repris une place importante à ses yeux à partir du milieu des années 1980, à mesure qu'il s'éloignait de l'influence intellectuelle anarchiste et marxiste[1].

Engagement antispéciste[modifier | modifier le code]

Auteur d'un tract initialement distribué dans les milieux libertaires lyonnais à partir de 1985, David Olivier est considéré comme une des premières figures du mouvement antispéciste français[3],[4]. Sa rencontre avec Yves Bonnardel en 1986 lui a permis de prendre conscience de l'existence d'un mouvement de libération animale actif dans le monde anglo-saxon. Avec Bonnardel, Françoise Blanchon, également présente dans les milieux des squats lyonnais, et deux autres militants, il a produit la brochure collective Nous ne mangeons pas de viande pour ne pas tuer d'animaux[5]. Bilingue français-anglais, il fait découvrir à ses camarades les textes antispécistes de Peter Singer[6], dont il assurera les premières traductions en français[7].

L'idée de focaliser la lutte autour du concept éthique d'antispécisme mène en 1989 David Olivier, bientôt rejoint par Françoise Blanchon et Yves Bonnardel, à fonder la revue Les Cahiers antispécistes, qui restera longtemps le support médiatique essentiel du mouvement antispéciste en France[3]. David Olivier y sera l'auteur, au fil des ans, outre de ses propres articles[8], des premières traductions françaises existantes des textes de Peter Singer, Tom Regan, Paola Cavalieri, James Rachels ou encore Steve F. Sapontzis (en). Lui et les autres fondateurs des Cahiers auront une influence déterminante sur Sébastien Arsac et Brigitte Gothière, futurs fondateurs de L214[9],[10]. David Olivier a quitté la rédaction des Cahiers antispécistes en 2004, après la parution du numéro 23 de la revue.

Dans le but de sortir le refus de manger les animaux de sa marginalité, il fonde en octobre 2001 la première Veggie Pride à Paris, définissant dans son «manifeste»[11] le terme de végéphobie[12]. La Veggie Pride rassemble des personnes exprimant leur fierté de refuser de manger les animaux (végétariens, végétaliens ou véganes) et dénonçant les discriminations dont elles s'estiment victimes dans leur vie sociale (alimentation en collectivité, par exemple) ou dans la défense de leurs idées[13],[4]. Cette manifestation s'est exportée dans plusieurs villes françaises, européennes et d'Amérique du Nord, et a organisé sa 18ième occurrence parisienne en 2018.

En 2002, il lance la première édition des Estivales de la question animale, rencontre annuelle de débats et de réflexion[14]. Ce rassemblement de responsables associatifs et théoriciens du mouvement animaliste francophone a vu au cours de ses éditions passer le lancement de l'association L214[15], l'apparition du thème de l'abolition de la viande (2005)[16] ou encore la création du Parti Animaliste[17],[18].

La Révolution antispéciste[19], paru aux Presses Universitaires de France et regroupant pour son tiers des articles de David Olivier a rencontré un relatif succès médiatique[20],[21],[22],[23] et constitue ses premières publications à compte d'éditeur. Son préfacier Renan Larue, ainsi que le critique Thierry Jacquet[20], considèrent que l'acceptation par cet éditeur symbolique constitue une façon de rendre justice au travail des rédactrices et rédacteurs des Cahiers Antispécistes ayant « accompli en France une tâche qui aurait logiquement dû incomber aux philosophes professionnels, celle d'accorder à la question animale le sérieux qu'elle méritait ».

Philosophie[modifier | modifier le code]

David Olivier s'oppose au spécisme, qu'il définit en ces termes[24] : « Le spécisme (ou espécisme) est à l'espèce ce que le racisme est à la race, et ce que le sexisme est au sexe : une discrimination basée sur l'espèce, presque toujours en faveur des membres de l'espèce humaine (Homo sapiens). »

Utilitariste[25], il considère que « le seul critère qui justifie de prendre en compte les intérêts d'un être est qu'il ait des intérêts »[24], c'est-à-dire qu'il soit sentient[26]. L'éthique est pour lui la science de la réponse juste à la question « que faire ? », et donc de la prise en considération des conséquences des actions envisagées du point de vue des êtres sentients potentiellement affectés. David Olivier est de plus un utilitariste hédoniste. C'est-à-dire qu'il considère que « ce sont ces sensations, et elles seules, qui ont une valeur morale, positive pour le bonheur, négative pour le malheur ; cette valeur est indépendante de toute autre caractéristique de l'être qui les éprouve »[27]. L'acte juste est donc, selon lui, celui qui met le monde dans l'état le meilleur possible, c'est-à-dire l'état dans lequel les êtres sentients éprouvent le plus de bonheur et le moins de malheur.

David Olivier est aussi antinaturaliste. C'est-à-dire que non seulement il considère que la nature n'existe pas[28], et n'a aucune raison d'impacter nos décisions éthiques, mais aussi que la naturalisation des animaux est un des facteurs déterminants de leur domination[24]. L'antinaturalisme de David Olivier associé à sa défense de l'intervention en faveur des animaux sauvages[29] et son rejet d'un écologisme naturaliste[30] lui ont valu d'être cité à de nombreuses reprises dans les ouvrages ou tribunes des détracteurs de l'antispécisme[31],[32],[33],[34],[35].

David Olivier se définit comme progressiste, en ce qu'il estime possible un progrès important de l'état du monde ; mais n'est pas révolutionnaire, parce qu'il ne croit pas qu'un tel progrès puisse se faire en un « grand soir »[36].

Ce militant antispéciste a été le premier à introduire le terme végéphobie[11], désignant la pression sociale décourageant les défenseurs des animaux de prendre la parole, visant à les invisibiliser ou ridiculiser de façon à délégitimer ce qu'ils auraient à dire. Ce terme reste controversé[4],[37],[38], y compris parmi les militants animalistes[39], en particulier en raison de sa proximité avec des termes tels qu'homophobie.

Publications[modifier | modifier le code]

Articles publiés dans des livres[modifier | modifier le code]

Dans Luc Ferry ou le rétablissement de l'ordre (éd. tahin party, 2002):

  • « Luc Ferry ou le rétablissement de l'ordre », repris des Cahiers antispécistes no 5, décembre 1992 ; traduction italienne publiée dans Etica & Animali a.VI, no 1-2, 1993.
  • « Étrange promenade » (repris des Cahiers antispécistes no 10, septembre 1994).

Dans Espèces et Éthique - Darwin : une (r)évolution à venir (éd. tahin party, 2001):

  • « La nature ne choisit pas » (repris des Cahiers antispécistes no 14, décembre 1996).
  • « Les espèces non plus n'existent pas » (repris des Cahiers antispécistes no 11, décembre 1994).
  • « L'égoïsme désintéressé de Richard Dawkins » (article original).

Dans La Révolution antispéciste (éd. PUF, 2018):

  • « Qu'est-ce que le spécisme ? » (repris de Informations et Réflexions libertaires, avril 1991, et des Cahiers antispécistes no 5, décembre 1992).
  • « Vers un écologisme non naturaliste ? » (repris des Cahiers antispécistes no 17, décembre 1999).
  • « Les espèces non plus n'existent pas » (repris des Cahiers antispécistes no 11, décembre 1994).
  • « Sur la supériorité » (article original).

Autres textes et articles marquants[modifier | modifier le code]

  • « Pourquoi je ne suis pas écologiste », Cahiers antispécistes no 7, 1993.
  • « Manifeste de la Veggie Pride », 2001.
  • « Réflexions sur la Veggie Pride », Cahiers antispécistes no 21, 2002.
  • « Refonder le progressisme », interview par Martin Gibert paru dans Versus no 2, 2015.
  • Avec Estiva Reus, « La science et la négation de la conscience animale - De l'importance du problème matière-esprit pour la cause animale », Cahiers antispécistes no 26, 2005, publié en anglais sous le titre « Mind-Matter for Animals Matters: Science and the Denial of Animal Consciousness » dans Between the Species vol. 13, 2011.

Tribune[modifier | modifier le code]

  • « L’animalisme nous mène à un progrès civilisationnel majeur », Le Monde, 18 mars 2019.

Traductions de livres (anglais vers français)[modifier | modifier le code]

  • Murray Bookchin, Sociobiologie ou écologie sociale, éditions Atelier de Création Libertaire, 1993.
  • Peter Singer, Le Mouvement de libération animale, éd. Françoise Blanchon, 1991.
  • Peter Singer, La Libération animale, éd. Grasset, 1993; relecture de la traduction.
  • Edward O. Wilson, Bert Hölldobler, Voyage chez les fourmis - une exploration scientifique, éd. Le Seuil, 1996.
  • Maxim Frank-Kamenetskii, Le Fil de la vie - la découverte de l'ADN, éd. Flammarion, 1996.

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Qui je suis ? », Site officiel (consulté le 17 septembre 2018)
  2. « Refonder le progressisme », Véganes Magazine, (consulté le 22 février 2019)
  3. a et b Catherine-Marie Dubreuil, « L'antispécisme, un mouvement de libération animale », Ethnologie française,‎ (lire en ligne)
  4. a b et c Fabien Carrié, « Politiser le désarroi militant Histoire sociale de la « végéphobie » dans le mouvement animaliste français », sur https://www.biens-symboliques.net:443, (consulté le 5 février 2019)
  5. Françoise Blanchon, Yves Bonnardel, Martial Delattre, Corinne Monnet et David Olivier, Nous ne mangeons pas de viande pour ne pas tuer d'animaux, éd. Yves Bonnardel, (ISBN 978-2-9503735-0-2, lire en ligne)
  6. Fabien Carrié, « Politiser le désarroi militant Histoire sociale de la « végéphobie » dans le mouvement animaliste français », sur https://www.biens-symboliques.net:443, (consulté le 3 février 2019)
  7. Peter Singer, L'ÉGALITÉ ANIMALE expliquée aux humain-es, Tahin Party (lire en ligne)
  8. « Liste des articles de David Olivier parus dans les Cahiers Antispécistes. »
  9. Del Amo, Jean-Baptiste (1981-....)., L214 : une voix pour les animaux, Paris, Arthaud, 407 p. (ISBN 978-2-08-139548-0 et 2081395487, OCLC 1005974687, lire en ligne), p. 37
  10. « Brigitte Gothière, L214 : "Il faut refaire le lien entre la viande et les animaux" », sur www.socialter.fr, (consulté le 3 février 2019)
  11. a et b « Manifeste de la Veggie Pride », sur http://www.veggiepride.org/, (consulté le 17 septembre 2018)
  12. « La végéphobie est partie intégrante de l'oppression des animaux », sur Le Courrier, (consulté le 5 février 2019)
  13. « La première "Veggie Pride" [suisse] a réuni entre 300 et 400 personnes à Genève », Radio Télévision Suisse (RTS°,‎ (lire en ligne)
  14. « Editions précédentes | Estivales de la question animale », sur www.question-animale.org (consulté le 3 février 2019)
  15. « Les Estivales 2007 | Estivales de la question animale », sur www.question-animale.org (consulté le 3 février 2019)
  16. « Abolir la viande », sur Les Cahiers antispécistes, (consulté le 3 février 2019)
  17. « Le projet », sur Parti animaliste (consulté le 3 février 2019)
  18. « Municipales, européennes, parlementaires, présidentielles : comment faire une place aux animaux dans la Politique ? | Estivales de la question animale », sur www.question-animale.org (consulté le 3 février 2019)
  19. Yves Bonnardel, Thomas Lepeltier, Pierre Sigler et David Olivier, La révolution antispéciste, Paris, Puf, 356 p. (ISBN 978-2-13-079909-2 et 2130799094, OCLC 1026490292, lire en ligne)
  20. a et b Thierry Jacquet, « L'antispécisme à la loupe », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 5 février 2019)
  21. Bruno Latour, « Qui a la parole ? Anti- ou multi- spécistes ? », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 5 février 2019)
  22. « Qu'est-ce que l'antispécisme ? », Les Inrocks (consulté le 5 février 2019)
  23. La-Croix.com, « L'animal et nous, relancer le débat », La Croix, (consulté le 5 février 2019)
  24. a b et c « Qu'est-ce que le spécisme ? », sur Les Cahiers antispécistes, (consulté le 3 février 2019)
  25. Jeangène Vilmer, Jean-Baptiste., Éthique animale, Paris, Presses universitaires de France, , 304 p. (ISBN 978-2-13-056242-9 et 2130562426, OCLC 300192967, lire en ligne), p. 101-102
  26. « Le subjectif est objectif », sur Les Cahiers antispécistes, (consulté le 3 février 2019)
  27. « En défense de l'utilitarisme », sur Les Cahiers antispécistes, (consulté le 3 février 2019)
  28. « La nature n'existe pas... | David Olivier », sur david.olivier.name (consulté le 3 février 2019)
  29. « Derrière le militantisme végan, la puissante idéologie antispéciste », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  30. David Olivier, « Pourquoi je ne suis pas écologiste », Cahiers antispécistes,‎ (lire en ligne)
  31. Causeur.fr et Philippe Fabry, « Antispécisme, l'hérésie cathare au temps des grands abattoirs », sur Causeur, (consulté le 5 février 2019)
  32. Paul Ariès, Libération animale ou nouveaux terroristes? : les saboteurs de l'humanisme, Villeurbanne, Ed. Golias, , 191 p. (ISBN 2-911453-75-1 et 9782911453755, OCLC 410652468, lire en ligne), p. Cité à 17 reprises
  33. Paul Aries, Lettre ouverte aux mangeurs de viandes qui souhaitent le rester sans culpabiliser, Paris, Larousse, , 172 p. (ISBN 978-2-03-596179-2)
  34. « Derrière le militantisme végan, la puissante idéologie antispéciste », sur FIGARO, (consulté le 5 février 2019)
  35. « Paul Ariès : « J'accuse les végans de mentir sciemment » », Le Monde, (consulté le 5 février 2019)
  36. David Olivier, « Refonder le progressisme », Versus,‎ (lire en ligne)
  37. « Pourquoi déteste-t-on les vegans ? », sur http://www.slate.fr/, (consulté le 17 septembre 2018)
  38. « « Végéphobie » : un mal « généralisé » et pas mal franchouillard », sur L'Obs (consulté le 5 février 2019)
  39. « Ceci n'est pas de la végéphobie », sur https://antigone21.com, (consulté le 17 septembre 2018)