Abaya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Abaya
Abaya moderne.
Caractéristiques
Type
Vêtement, costume traditionnel, vêtement d'extérieur (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

L'abaya (عباية,ʿabāyah en arabe dialectal, عباءة,ʿabāʔah en arabe littéraire)[N 1] est un vêtement traditionnel féminin, qui consiste en une longue robe, ample et couvrante. Il est principalement porté dans les pays arabes, notamment en Arabie saoudite, dans les pays du golfe Persique, ainsi qu'au Maghreb.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme est une translittération française de l'arabe عباءة (ʿabāʔah, forme littéraire) ou عباية (ʿabāyah, forme dialectale) qui se traduit littéralement par robe ou manteau, sans précision du type[1],[2]. La présence du « ʿ » initial explique que certaines personnes ne font pas l'élision et disent « la abaya ».

Description et origine[modifier | modifier le code]

Selon le dictionnaire Le Robert, l'abaya est un vêtement féminin qui couvre l’ensemble du corps à l’exception du visage et des mains[3]. Selon certains historiens, l'abaya remonterait aux anciennes civilisations de Mésopotamie[4] il y a environ 4 000 ans[5].

À l'origine, l'abaya est un habit traditionnel chez les Bédouins, porté par les femmes dans le désert pour se protéger des conditions climatiques : le caractère ample de la robe permet de mieux supporter les fortes chaleurs et avec plus de confort[6].

Si l'abaya populaire en Iran ou en Arabie est souvent noire, les couleurs peuvent varier[7], et le vêtement peut aussi être décoré de motifs en fonction du degré de religiosité des femmes le portant[8] ou lors d'occasions festives. Généralement, plus il y a de motifs ou de couleurs hétéroclites, moins l'aspect religieux est central dans le vêtement[9],[10],[11].

L'abaya est principalement portée dans les pays arabes, notamment en Arabie saoudite, dans les pays du golfe Persique[12], ainsi qu'au Maghreb[13].

Abaya et Islam[modifier | modifier le code]

Selon Euronews, il n'existe pas de texte religieux dans l'Islam qui exige le port de cette tenue[14].

Le , le cheikh saoudien Abdullah al-Mutlaq indique que le port de l'abaya ne fait pas partie des impératifs religieux pour les femmes musulmanes[15]. Le , le vice-président du Conseil français du culte musulman confirme que l'abaya n'est pas une tenue religieuse mais plutôt une forme de mode vestimentaire[16].

Selon Le Petit Journal, elle est un habit traditionnel des Bédouins devenu plus tard dans la péninsule Arabique un symbole religieux islamique valorisant la modestie de la femme[17], mais elle est aussi perçue comme un héritage culturel[17],[18] différent de la question religieuse[19].

Prestige[modifier | modifier le code]

Marché du luxe[modifier | modifier le code]

L'abaya, en tant que vêtement populaire chez les femmes issues du monde arabe ou musulman, est l'objet de nombreuses collections artistiques à partir du début du XXIe siècle, notamment à Dubaï où elle est considérée comme un marché du vêtement de luxe[11]. Bien que les motifs et les modèles puissent enfreindre les prescriptions religieuses de certaines mouvances rigoristes de l'islam[évasif], cela n'influe pas réellement sur leur popularité[9],[10],[11].

La mode vestimentaire influence elle aussi la tendance à remettre en cause le port de l'abaya longue, ce notamment par le biais du sport[20] ou de l'esthétique (couturiers libanais ou occidentaux, comme John Galliano, Paule Ka (en) ou Jean-Claude Jitrois)[21].

Mariage du prince héritier de Jordanie[modifier | modifier le code]

Lors du mariage de Hussein ben Abdallah, le prince héritier de Jordanie avecc Rajwa Al Saif, le à Amman, elle porte une abaya blanche stylisée. De même, de nombreuses participantes et femmes présentes lors du mariage s'habillent de la sorte, majoritairement de couleur blanche et avec des motifs traditionnels, pour célébrer les nouveaux époux[7],[22].

Style[modifier | modifier le code]

Algérie[modifier | modifier le code]

La tunique masculine appelée abaya en Oranie, mannequin exposé au musée national du Bardo à Alger.

En Algérie, dans le Constantinois, l'abaya est parfois désignée comme une robe dotée de manches très courtes. Cette tenue est confectionnée à partir d'un tissu épais de forme carrée et comporte une capuche. De plus, elle est embellie par une superposition de tulle brodé qui présente des similitudes en termes de forme et d'ouvertures[23].

En Oranie, l'abaya est définie comme un corsage blanc fabriqué à partir de divers matériaux tels que le lin, le coton, parfois la laine ou la soie. Ce corsage est porté par-dessus une chemise et sous un burnous ou une djellaba[23]. Sa longueur atteint généralement la mi-jambe et il est dépourvu de manches, souvent accompagné de pans de tissu qui tombent jusqu'au milieu du bras. Dans la même région, le terme est également utilisé pour décrire une robe féminine qui se porte par-dessus une chemise. Cette robe, confectionnée en batiste, en soie ou même en velours, est d'une longueur étendue, sans manches et présente une ouverture prononcée à l'arrière[23].

La robe-tunique féminine, appelée abaya, qui équivaut à la djoubba ou gandoura de l’Algérie orientale a été introduite durant la période zianide. Durant la période coloniale, elle a muté en blouza moderne[24].

Réglementation[modifier | modifier le code]

Afghanistan[modifier | modifier le code]

À la suite de la prise du pouvoir des talibans en Afghanistan en et l'instauration d'un émirat islamique d'Afghanistan, les talibans imposent aux étudiantes des établissements privés, en , de porter une abaya, avec un niqab pour le visage, afin d'assister aux cours et ce dans des classes non mixtes tenues par des enseignantes[25],[N 2].

Occident[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Le , Le Parisien révèle une note du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation mettant en garde contre un prosélytisme islamiste encourageant le port de tenues religieuses dans le cadre scolaire, et soulignant les difficultés de chefs d'établissement faisant notamment face au port de l'abaya[27].

Une autre note du même organisme datée du fait état d'une offensive sur Internet de comptes gravitant autour de la mouvance islamiste afin de remettre en cause la loi sur les signes religieux dans les écoles publiques françaises.

Le , le ministre de l’Éducation nationale de l'époque, Pap Ndiaye, adresse une note aux recteurs d'académies, afin de leur rappeler les procédures à suivre en cas d'atteintes à la laïcité dans les établissements, mais sans parler directement de l'abaya[28].

Début octobre, le syndicat de chefs d'établissements scolaires Indépendance et Direction - FO appelle à donner des directives claires sur les abayas et les qamis[29].

Le , le Conseil français du culte musulman (CFCM) affirme dans un communiqué que l'abaya, comme tout autre vêtement, « n’est pas un signe religieux en soi[30] ».

En , le nouveau ministre de l'Éducation nationale, Gabriel Attal, demande que le port de l'abaya soit interdit dans tous les établissements scolaires publics[31] et annonce le , lors du journal télévisé de TF1 : « L'école de la république s'est construite autour de valeurs et de principes extrêmement forts, et notamment de la laïcité. La laïcité ce n’est pas une contrainte mais une liberté. La liberté de se forger son opinion et de s'émanciper par l'école. […] Et donc j’ai décidé qu’on ne pourrait plus porter l'abaya à l’école. »

Le CFCM, par le biais de son vice-président, redit que l'abaya n'est pas un signe religieux, ajoutant : « Je pense que le ministre aurait pu échanger, demander l'avis des responsables religieux. Pour moi, l'abaya n'est pas une tenue religieuse, mais plutôt une forme de mode[32]. »

Saisi d'une requête présentée par l’association Action Droits des musulmans (ADM), le juge des référés du Conseil d’État, le 7 septembre 2023, conforte le gouvernement dans sa décision d'interdire l’abaya et le qamis à l’école[33].

Pays arabes[modifier | modifier le code]

Arabie saoudite[modifier | modifier le code]

En , l'organisation Comité permanent des recherches islamiques et de la délivrance des fatwas affirme que l'abaya est obligatoire[34]. Des pressions, en faveur d'une évolution, opposent les réformateurs aux tenants d’une vision plus traditionnelle de l'islam.

En , l’obligation légale de la tenue modeste est contestée (sur la nécessité, la forme des vêtements…) par certains hauts dignitaires religieux dont le cheikh Abdullah al-Mutlaq qui déclare le que « plus de 90 % des femmes pieuses dans le monde musulman ne portent pas d'abaya »[35]. D'après lui, les Saoudiennes ne devraient pas être contraintes à porter l'abaya[15]. Les réactions à son intervention le pousse néanmoins à revenir quelques jours après « Les femmes doivent s'habiller conformément à la loi islamique… cela signifie se couvrir la tête et les épaules ainsi que leur corps avec des vêtements amples qui ne révèlent pas le corps. Les vêtements ne doivent pas ressembler à ceux des hommes et des femmes impudiques, être épais et non transparents et ne pas être parfumés »[36].

En , le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane indique que l'abaya n'est une obligation ni légale ni du Coran tant que les femmes portent une tenue modeste. Ce vêtement reste porté et de nombreuses femmes se plaignent de toujours y être contraintes[37],[38],[39]. La nécessité de porter l'abaya ou simplement des vêtements « décents et respectueux, comme les hommes » fait débat, ainsi que sa couleur[40].

En , l'abaya est interdite aux femmes participant aux examens dans les universités[38],[12].

Qatar[modifier | modifier le code]

L'abaya noire est obligatoire au Qatar pour les femmes qataries[41],[42], mais elle n'est pas obligatoire pour les femmes étrangères[43]. L’abaya noire se porte par-dessus les habits pour sortir. Le noir peut être atténué par une « bordure de dentelle, une bande de satin ou des broderies en perles ». Des accessoires peuvent être portés avec l'abaya noire ; sac à main, chaussures en vernis noir à talons hauts, baskets de marque ou encore des sandales laissant visible des ongles de pieds vernis[42].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Abaya est un terme général qui désigne en arabe une robe. Ce terme ne précise pas en soi une couleur ou un modèle bien précis, qui peuvent varier d'une région à une autre.
  2. À partir de décembre 2022, les femmes afghanes n'ont plus le droit d'accéder aux universités. Le ministre de l'Enseignement supérieur (en), Neda Mohammad, envisage des « poursuites judiciaires » à l'encontre des facultés privées qui autoriseront des étudiantes de passer les examens de fin d’études en licence, master et doctorat[26].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « عباءة », dans Wiktionary,‎ (lire en ligne).
  2. Русский этимологический словарь [Russian Etymological Dictionary] (lire en ligne), p. 61
  3. « Définition de abaya » Accès libre, sur Dictionnaires Le Robert (consulté le ).
  4. (en) E. J. Brill, E.J. Brill's First Encyclopaedia of Islam: 1913-1936. A - Bābā Beg, BRILL, (ISBN 978-90-04-09787-2, lire en ligne)
  5. (en) « Wings is the sci-fi inspired abaya label you need to know », sur Arab News, (consulté le )
  6. (en) Salwa Tashkandi, Lijing Wang et Sinnappoo Kanesalingam, « An investigation of thermal comfort properties of Abaya woven fabrics », Journal of the Textile Institute, vol. 104, no 8,‎ , p. 830–837 (ISSN 0040-5000 et 1754-2340, DOI 10.1080/00405000.2012.758351, lire en ligne, consulté le ).
  7. a et b (en-US) « In wedding of Jordan's crown prince, a ceremony packed with VIPs and deep symbolism », sur PBS NewsHour, (consulté le ).
  8. (en) Hanaa Alseaidy et Dina Nafady, « Contemporary visions of Saudi folklore and its role in enriching the designs of women's Abaya fabrics as an approach to express the national identity », International Design Journal, vol. 10, no 1,‎ , p. 435–447 (ISSN 2090-9640, DOI 10.21608/idj.2020.81753, lire en ligne, consulté le ).
  9. a et b (en) Karol Drozdzik, « 11. Sustainability in Luxury: The Case of the Middle Eastern Market », (consulté le ).
  10. a et b (en) Manja Stephan-Emmrich et Abdullah Mirzoev, « The manufacturing of Islamic lifestyles in Tajikistan through the prism of Dushanbe's bazaars », Central Asian Survey, vol. 35, no 2,‎ , p. 157–177 (ISSN 0263-4937 et 1465-3354, DOI 10.1080/02634937.2016.1152008, lire en ligne, consulté le ).
  11. a b et c (kr) 김현주, « 한국 고부가가치 패션산업의 수출활성화를 위한 전략적 방안 연구 », EWUL, 이화여자대학교 대학원,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. a et b William Audureau, « Qu’est-ce que l’abaya, le vêtement que Gabriel Attal veut interdire à l’école ? », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  13. (ar) Hazar Harrak, « العباءة الملوّنة..وعشرنصائح بشأنها » [« Dix conseils sur l'Abaya colorée »] Accès libre, sur The New Arab,‎ (consulté le )
  14. (en) « France bans abayas in school in the name of secularism », sur euronews, (consulté le ).
  15. a et b L'Orient Le Jour/Reuters, « Les Saoudiennes n'ont pas l'obligation de porter l'abaya, selon un religieux : « Plus de 90% des femmes pieuses dans le monde musulman ne portent pas d'abaya », a souligné le cheikh Abdullah al-Mutlaq, un des membres de la plus haute instance religieuse du pays, le Conseil des hauts érudits. », L'Orient Le Jour, (consulté le )
  16. Cécile Vassas, « Abayas et qamis : des vêtements religieux ? Pourquoi leur port à l'école fait polémique » Accès libre, sur L'Internaute, (consulté le ).
  17. a et b Marion Longin, « L’abaya - Un héritage culturel » Accès libre, sur Le Petit Journal, (consulté le ).
  18. (ar) إيناس لافى الشريعان, « دراسة تحليلية للملابس التقليدية بالکويت والإستفادة منها فى إستحداث تصميمات معاصره مستوحاه من السدو البدوى لإثراء العباءة النسائيه », المجلة العلمية لکلية التربية النوعية - جامعة المنوفية, vol. 10, no 33,‎ , p. 3–42 (ISSN 2735-5780, DOI 10.21608/molag.2022.159056.1097, lire en ligne, consulté le ).
  19. Moncef Zenati, « Le qamis et le jilbab : Est-ce la Sunna ? », sur Havre de savoir, (consulté le ).
  20. Clotilde Ravel, « Avec l’abaya « sportive », des Saoudiennes font évoluer les normes vestimentaires » », sur rfi.fr, (consulté le ).
  21. Cécile Daumas, « L’abaya, bienvenue en France », sur liberation.fr, (consulté le ).
  22. (en-GB) Agence France-Presse, « Royal fever sweeps Jordan ahead of crown prince's wedding », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le ).
  23. a b et c (en) E. J. Brill, E.J. Brill's First Encyclopaedia of Islam: 1913-1936. A - Bābā Beg, BRILL, (ISBN 978-90-04-09787-2), p. 1
  24. Leyla Belkaïd, Costumes d'Algérie, Layeur, , 143 p. (ISBN 2-911468-97-X et 978-2-911468-97-1, OCLC 52429324, lire en ligne), p. 84-93
  25. « Afghanistan: les étudiantes devront porter une abaya et un niqab dans des cours non mixtes », sur RFI, (consulté le ).
  26. Jacques Follorou, « L’espoir des femmes s’éteint en Afghanistan », sur Le Monde, (consulté le ).
  27. Frédéric Gouaillard, Frédéric Mouchon et Jérémie Pham-Lê, « Signes religieux à l’école : la note qui alerte », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  28. « École : une note confidentielle révèle une offensive islamiste qui "rappelle" l'affaire Paty », sur L'Express, (consulté le ).
  29. « Vêtements islamiques : "Un chef d’établissement qui s’empare du sujet peut être mis en difficulté" », sur LEFIGARO, (consulté le ).
  30. Cécile Vassas, « Port de l’abaya : pour le Conseil français du culte musulman, ce vêtement n’est pas un signe religieux musulman », sur Le Monde, (consulté le ).
  31. Louis Boy, « Trois questions pour comprendre le débat sur l'abaya, cette tenue que Gabriel Attal veut interdire dans le milieu scolaire au nom de la laïcité », sur France Info, (consulté le ).
  32. « "L'abaya n'est pas une tenue religieuse, c'est une forme de mode" : le vice-président du CFCM répond à Attal », sur BFMTV (consulté le )
  33. Christophe Ayad, « Interdiction de l’abaya à l’école : le Conseil d’Etat conforte le gouvernement », sur Le Monde, (consulté le ).
  34. (en) Noor Al-Qasimi, « Immodest Modesty: Accommodating Dissent and the 'Abaya-as-Fashion in the Arab Gulf States », sur researchgate.net,  : « As a result of the popular emergence of the ‘abaya-as-fashion, a he-gemonic status of dress—the judicial ‘abaya (al-‘abaya al-shar‘iya)7—has been redefined.8 Fatwa 21352 was issued by the Saudi Permanent Committee for Scientific Research and Guidance[9] to provide the following specifications for the ‘abaya[...] [9] Al-Lajna al-Da’ima li al-Buhuth al-‘Ilmiya wa al-Ifta (ifta is the deliverance of a fatwa, i.e., a religious verdict or authorized religious opinion). », p. 59,72
  35. « Les Saoudiennes n'ont pas l'obligation de porter l'abaya, dit un religieux : "Plus de 90 % des femmes pieuses dans le monde musulman ne portent pas d'abaya", souligne le cheikh Abdullah al-Mutlaq », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  36. « Saudi cleric issues clarification on abaya ruling after backlash », sur The New Arab (en), (consulté le )
  37. (en) Heba Kanso, « Why are women in Saudi Arabia wearing their abayas inside out? », sur Reuters, (consulté le ) : « Prince Mohammed said in March that women only needed to dress modestly and were not required to wear abayas. But Saudi women say that in practice nothing has changed, and are demanding more freedom. »
  38. a et b (en) « Saudi Arabia bans the abaya in exam halls », The National (Abou Dabi), (consulté le ) : « In 2018, it was announced that the abaya would no longer be legally enforced, although a number of women in the kingdom continue to wear them. »
  39. (en) « Saudi women in 'inside-out abaya' protest », sur BBC, (consulté le ) : « But in March the Crown Prince Mohammed bin Salman declared that women only needed to dress modestly and not necessarily wear abayas. »
  40. « Abaya à l'envers: des Saoudiennes protestent contre le port de ce vêtement », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le )
  41. (es) « ¿Qué es la abaya ? La prenda de la discordia en la visita española a Arabia Saudí », sur elconfidencial.com, (consulté le ).
  42. a et b « Au Qatar, un dress code en noir et blanc », sur Libération, (consulté le ).
  43. (en) Catherine Micallef et Daniel Nuttman, « Ountry dress code : What is the dress code in Qatar? Clothing rules explained », sur The Sun, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Notice dans un dictionnaire ou une encyclopédie généralisteVoir et modifier les données sur Wikidata :