Yves Bonnardel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Yves Bonnardel
Yves Bonnardel 3 septembre 2017.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
Influencé par

Yves Bonnardel est un philosophe, essayiste et éditeur, militant libertaire et égalitariste français. Il est l'un des membres fondateurs des Cahiers antispécistes et du collectif des éditions tahin party.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa famille, enseignante, est très politisée. Il devient végétarien à l'âge de 13 ans. Très vite, il est révolté par l'ordre adulte, l'imposition familiale et scolaire. En 1985 il rencontre Catherine Baker, journaliste et essayiste dont les livres Insoumission à l'école obligatoire et Les Cahiers au feu critiquent non seulement le système éducatif obligatoire, mais aussi la domination adulte et l'appropriation sociale des individus par "leur" communauté (société, Etat, etc.). Il rejoint pour un temps très court en 1996 un groupe radical qui se bat pour la liberté des mineurs en Allemagne. Il abandonne ensuite ses études pour squatter à Lyon et se consacrer à sa propre vie.

Lorsqu'il prend connaissance des notions de spécisme et d'égalité animale présentées dans Animal Liberation (La Libération animale) de Peter Singer, il décide de se consacrer à la lutte contre l'exploitation animale et tout particulièrement contre la consommation de chairs animales (viande et poisson). Il fonde en septembre 1991 les Cahiers antispécistes lyonnais[1],[2],[3],[4],[5],[6] avec David Olivier et Françoise Blanchon. L'adjectif lyonnais, ultérieurement supprimé du titre, correspondait au désir d'éviter de se poser en unique autorité concernant le discours antispéciste.

Il critique dans ses textes l'idée de nature[7],[8] associée à une critique de l'humanisme qui distingue radicalement les humains des autres êtres sentients, instituant des hiérarchies et des appartenances, générant aussi bien le racisme, le sexisme que le spécisme ou l'âgisme. Il s'appuie notamment sur les travaux de Colette Guillaumin.

En 1998 il participe à la création d'un collectif d'édition, tahin party, qui publie en dix-huit ans une quinzaine d'ouvrages sur les rapports de dominations et leurs idéologies, qui structurent nos sociétés[1],[9].

Il publie en 2015 La Domination adulte. L'Oppression des mineurs préfacé par Christine Delphy, dans lequel il dénonce l'âgisation / infantilisation des enfants, la confiscation de leur vie par le statut de mineur, la famille et la contrainte / instrumentalisation éducative.

Il appelle à élargir l'horizon émancipateur de "la gauche" et à ouvrir de nouveaux fronts de lutte pour tenter de progresser vers l'élimination de toute forme de discrimination et d’oppression[10].

Millitant pour l'association Pour l'Égalité Animale (PEA), en septembre 2017 il participe à Lausanne à la manifestation de PEA qui installe un compteur géant des victimes animales du spécisme[11]. Il intervient également le 3 septembre dans le cadre d'une conférence internationale sur le spécisme organisée par PEA à Genève[12],[13]. Il participe à l'organisation chaque année des Journée Mondiale pour l'Abolition de la Viande (sites meat-abolition/org et stopabattoirs/org), Journée Mondiale pour la Fin de la Pêche et Journée Mondiale pour la Fin du Spécisme.

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Domination adulte. L'oppression des mineurs, Myriadis, 2015

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

  • Sylvain Marcelli, « Yves Bonnardel, l'antipédagogue », Sciences Humaines,‎ (lire en ligne).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Elizabeth Cherry, Culture and Activism: Animal Rights in France and the United States, Routledge, (ISBN 9781317156154, lire en ligne)
  2. Camille Brunel, « Yves Bonnardel : l'antispéciste qui n’aimait pas la nature », Uzbek & Rica,‎ (lire en ligne).
  3. Lili Gondawa, « La domination humaine : l’invraisemblable silence - Vegactu », Vegactu,‎ (lire en ligne).
  4. Laura drompt, « Les humains défileront pour les animaux », Le Courrier,‎ (lire en ligne).
  5. « Périgueux : Yves Bonnardel milite pour l'égalité », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  6. Jeanne Pouget, « L'animalisme : le mouvement qui repense notre rapport aux animaux », Konbini France,‎ (lire en ligne).
  7. Anahita Grisoni et Noé le Blanc, « Elles s’appellent toutes « Marguerite » », Mouvements,‎ (lire en ligne)
  8. « De l’appropriation... à l’idée de Nature - Les Cahiers antispécistes », sur www.cahiers-antispecistes.org (consulté le 3 septembre 2017)
  9. « éditions tahin party », sur tahin-party.org (consulté le 5 septembre 2017)
  10. Charlotte Debest, « Yves Bonnardel : La domination adulte. L’oppression des mineurs », Nouvelles Questions Féministes, vol. 35, no 1,‎ , p. 176–181 (ISSN 0248-4951, lire en ligne)
  11. « L'invité d'actualité - Yves Bonnardel, militant Pour l'Egalité Animale (PEA) », sur Play RTS (consulté le 4 septembre 2017)
  12. « Le spécisme en question(s) - Association PEA - Pour l'Égalité Animale », sur www.asso-pea.ch (consulté le 4 septembre 2017)
  13. Libradio, « Audioblogs | ARTE Radio - Le spécisme en question, programme », Audioblogs | ARTE Radio,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]