Fromage végétal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un fromage végétal, ou fauxmage (contraction des mots « faux » et « fromage »), ou encore vromage[1] (avec un « v » pour « végétal »), est un aliment végétal imitant la texture et le goût des fromages laitiers. Dans l'Union européenne, l'appellation commerciale « fromage » est réservée aux fromages élaborés à partir de lait animal[2].

Les fromages végétaux sont le plus souvent fabriqués à partir de noix de cajou, d’huile de coco, de purées d'autres oléagineux et protéagineux ou de laits végétaux caillés, et subissent éventuellement un processus de fermentation à l’aide de bactéries ou de levures, et d’affinage[3].

Selon la chef végane et cofondatrice de La Petite Frawmagerie Lucie de Ribier : « Il en existe deux types. Les nouveaux produits qui ne ressemblent en rien à du fromage traditionnel et qui n’en n'ont pas vocation, et les autres, qui essayent effectivement d’imiter scrupuleusement le goût et l’aspect des vrais fromages »[1].

Entreprises[modifier | modifier le code]

L’entreprise « Les Nouveaux Affineurs » produit depuis avril 2018 des « affinés végétaux », fabriqués à partir de purées d’amande, de noix, de noix de cajou, de pois, de lupin ou de soja, par fermentation à l’aide de bactéries ou de levures, et affinés en chambre froide pendant deux à huit semaines[3],[4]. Le résultat se veut proche des produits à pâte molle. L’entreprise a été récompensée par la Fondation AgroParisTech pour son « empreinte environnementale significativement réduite »[3] ainsi que par Genopole[4].

L’entreprise « La petite Fraw ! » produit depuis début 2017 des créations végétales à base de noix de cajou, appelées « frawmages », imitant le goût et la texture des fromages traditionnels, et distribuées dans divers boutiques, fromageries et restaurants français ou belges, et également exportées dans d’autres pays européens[5]. Elle obtient en 2018 le « Prix développement » du Concours national de la création d'entreprise agroalimentaire bio[6].

En 2016, Emmanuel Joubert lance Tomm’Pouss, entreprise solidaire d'utilité sociale productrice de fromages végétaux, bios et équitables, avec pour but de produire, grâce notamment à l’affinage, des fromages ayant plus de caractère que les produits végétaux existant alors, qu’il juge trop fades[7]. Il obtient en 2018 le « Prix création » du Concours national de la création d'entreprise agroalimentaire bio[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Anne-Laure Mignon, « Le fromage végétal ou "vromage", l'alternative qui prend de l'ampleur », sur http://madame.lefigaro.fr, 4 juille 2017 (consulté le 13 août 2018).
  2. « Alimentation : le « lait de soja » et le « fromage végétal » sont désormais interdits », sur BFM TV, (consulté le 14 juin 2017).
  3. a, b et c « Ces fromages végétaux visent le haut de gamme », sur leparisien.fr, (consulté le 13 août 2018).
  4. a et b Séverine Fontaine, « Des fromages végétaux qui ont du goût ! », sur industrie-techno.com, (consulté le 13 août 2018).
  5. Sonia Reyne, « Ses « frawmages » s’exportent dans toute l’Europe », Le Parisien, (consulté le 13 août 2018).
  6. a et b Laurence Haxaire, « http://www.processalimentaire.com/A-la-une/Creation-d-entreprise-les-alternatives-vegetales-bio-a-l-honneur-33962 », sur processalimentaire.com, (consulté le 13 août 2018).
  7. Max Morgene, « Des fromages sans lait animal, une alternative crédible? », sur linfodurable.fr, (consulté le 13 août 2018).