Véganisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie « Végan » redirige ici. Pour les articles homophones, voir Weygand.
Un bus-restaurant végan à Londres. L'inscription au-dessus de la porte dit : « Je veux être un poisson dans un monde végan ».

Le véganisme (francisation de l'anglais veganism), dit également végétalisme intégral (expression utilisée au Québec[1] et parfois en France[2]), est un mode de vie consistant à ne consommer aucun produit issu des animaux ou de leur exploitation[3]. L'adoption de ce mode de vie découle généralement d'une idéologie qui propose une redéfinition normative de ce que devraient être les relations des humains aux animaux. Cette idéologie peut prendre la forme de l'antispécisme, un mouvement selon lequel la même considération morale devrait être accordée aux différentes espèces animales. Plus généralement, le véganisme peut s'inscrire dans une action pour la défense des droits des animaux.

Au-delà de l'adoption d'une pratique alimentaire végétalienne (qui exclut la viande et le poisson, mais aussi les produits laitiers, les œufs et le miel), le véganisme exclut la consommation de tout autre produit issu des animaux, de leur exploitation ou testé sur eux (cuir, fourrure, laine, soie, cire d'abeille, cosmétiques et médicaments testés sur des animaux ou contenant des substances animales).

Une personne qui opte pour le véganisme est communément appelée « végane »[4]. Au masculin, le mot « végan » est également utilisé ; il coexiste avec la forme épicène « végane » (utilisée au masculin et au féminin).

Définition, origines et terminologie[modifier | modifier le code]

Le terme anglais « veganism » est un dérivé du mot « vegan »[5] qui résulte quant à lui de la syncope du mot vegetarian[6]. La suppression des lettres centrales a été proposée en 1944 par le cofondateur de la Vegan Society, Donald Watson, après que la Vegetarian Society a refusé de faire la promotion d’un mode de vie sans produits laitiers dans son magazine[7],[8]. Le mot vegan est utilisé en 1946 par Fay K. Henderson, qui publie le livre de cuisine Vegan recipes[9]. Il faut attendre 1951 pour que la Vegan Society annonce une définition officielle[10] :

« Le véganisme est la doctrine selon laquelle les humains doivent vivre sans exploiter les animaux. »

Le 20 novembre 1979, les nouveaux statuts de la Vegan Society proposent une explication de cette définition[11],[12] :

« Une philosophie et façon de vivre qui cherche à exclure – autant que faire se peut – toute forme d’exploitation et de cruauté envers les animaux, que ce soit pour se nourrir, s'habiller, ou pour tout autre but, et par extension, faire la promotion du développement et l'usage d’alternatives sans exploitation animale, pour le bénéfice des humains, des animaux et de l'environnement […] »

L'Office québécois de la langue française reconnaît que le mot « véganisme » est « légitimé dans l'usage », mais il lui préfère l'expression « végétalisme intégral »[1]. Le mot « véganisme » a fait son entrée dans plusieurs dictionnaires français en 2013 et 2015[13]. Plutôt qu'une doctrine ou un principe moral, ces dictionnaires définissent le véganisme comme un mode de vie, introduisant ainsi une nuance avec le mot anglais veganism, qui désigne à la fois un mode de vie et un principe moral. La base de données FranceTerme privilégie toutefois aussi l'utilisation de l'expression « végétalisme intégral » et ne recommande pas le mot « véganisme »[2]

Alors que certains dictionnaires français, notamment le Robert privilégient la forme épicène « végane » (au masculin comme au féminin), le Hachette a choisi le terme « végan(e) » accordable en genre, tandis que le grand dictionnaire terminologique québécois préfère l'expression « végétalien(ne) intégral(e) ». S'il reconnaît que les mots « végan/végane » sont utilisés, il ne les retient pas ; il privilégie par ailleurs la forme non épicène[14]. FranceTerme préfère aussi l'expression « végétalien(ne) intégral(e) », mais mentionne également l'existence de la forme épicène « végane », qu'elle ne recommande pas[15].

Historique[modifier | modifier le code]

Selon la Vegan Society, fondée en 1944, le véganisme est un mode de vie très ancien qui se fonde sur le végétarisme[16].

Les tentatives d'adoption d'une alimentation végétalienne sont restées très limitées jusqu'à la découverte de la vitamine B12 en 1948. Peu après la fondation de la Vegan Society en 1944, l'importance de cette vitamine a été mise en évidence par la recherche médicale, notamment à travers une étude conduite par un chercheur adhérent de l'association, Frank Wokes, et ayant impliqué plusieurs de ses membres[17]. Les végans peinent dans un premier temps à accepter que ce qu'ils perçoivent comme une alimentation morale ne soit pas viable sans complément alimentaire, mais les messages de santé publique commencent à devenir clairs à partir de 1965, alors que la Vegan Society est dirigée par un hématologue[18].

Le Programme national nutrition santé français qui, dans un premier temps, se contentait de déconseiller le régime végétalien, notamment pour les enfants, a modifié ses conseils en 2014 et recommande désormais aux végétaliens et véganes de consommer de la vitamine B12 sous forme de suppléments[19]. Le développement du véganisme est ainsi intimement lié à la découverte de cette vitamine[20], même si le Dr. William Lambe et Percy Bysshe Shelley ont commencé à s’opposer à la consommation d’œufs et de lait dès 1806[21], par exemple, et si le consortium socialiste d'Alcott House (en) leur a emboîté le pas, sans grand succès.

Mode de vie[modifier | modifier le code]

Alimentation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Végétalisme.
Ingrédients de la nourriture végétalienne

Le véganisme se traduit par l'adoption d'une pratique alimentaire végétalienne, excluant tout produit d'origine animale (viande, poissons, crustacés, mollusques, gélatine, œufs, lait animal, mieletc.). Si le végétalisme exclut tout aliment d'origine animale, il ne se limite pas à la consommation de produits végétaux. Les végétaliens et les végans consomment aussi des champignons, des bactéries et des substances minérales (sel, calcium). Afin d'éviter des carences, les végétaliens consomment aussi de la vitamine B12 sous forme de suppléments.

Les végans essaient dans la mesure du possible de consommer des végétaux produits selon les principes de l'agriculture végétalienne (ou végane). Ce type d'agriculture exclut le recours à des produits animaux pour assurer la fertilité du sol, ainsi que les pesticides ; des répulsifs peuvent être utilisés pour éloigner les insectes des cultures[22].

Vêtements, bijoux et accessoires[modifier | modifier le code]

Les végans ne portent pas de vêtements d'origine animale (cuir, fourrure, soie, laine, alpaga, cachemireetc.). Ils ne portent pas non plus de bijoux ou d'accessoires fabriqués à partir de composants animaux (perles, nacre, plumes, corneetc.).

Cosmétique[modifier | modifier le code]

Un produit cosmétique végan ne doit pas avoir été testé sur les animaux, et ne doit contenir aucun ingrédient d’origine animale (cire d'abeille, carmin, collagène animal, kératine) ni avoir induit l'utilisation d'un animal. Les produits cosmétiques testés sur des animaux après le 11 mars 2013 sont interdits de vente dans l'Union européenne[23].

Loisirs[modifier | modifier le code]

Pour le végan Gary Francione, toute forme d'utilisation des animaux, comme l'équitation, est contraire au véganisme[24]. Gary Francione s'oppose aussi à la domestication d'animaux de compagnie[25], mais pas à l'accueil d'animaux abandonnés. Les végans sont généralement opposés aux loisirs utilisant des animaux tels que certains cirques, les zoos ou les aquariums.

Fondements moraux du véganisme[modifier | modifier le code]

Le véganisme n'est pas défini explicitement sur la base de critères moraux. Les raisons diffèrent autant que les personnes, leurs origines culturelles et les courants de pensée auxquels elles appartiennent.

Bien que la décision d'adopter un mode de vie végan soit souvent le résultat d'une démarche personnelle basée sur l'empathie et la compassion envers les animaux[26], certaines personnes peuvent y aboutir par engagement écologiste, spiritualisme, hygiénisme, ou parce qu'elles sont nées dans une famille végane. La décision de devenir végan peut aussi résulter d'une théorie morale du rapport entre les humains et les animaux, soit simplement par souci du bien-être animal ou bien par conviction antispéciste. Tom Regan considère ainsi qu'en rejetant la violence contre les animaux et leur exploitation, le véganisme peut contribuer également à l'avènement d'une société plus paisible pour les humains[27].

Stands et animations sur le véganisme et restauration végane au salon Vivre autrement, au parc floral de Paris.

L'antispécisme est une notion inventée en 1970 par le psychologue britannique Richard D. Ryder. Ryder propose d'épargner les espèces qui sont capables de ressentir de la douleur, un critère qui serait, selon lui, plus rationnel que la simple appartenance à une autre espèce que la nôtre[28]. La notion a ensuite été principalement diffusée par Peter Singer dans son ouvrage intitulé Animal liberation (1975), qui traite peu du véganisme en tant que tel. Les considérations en faveur du « bien-être animal » peuvent avoir aidé les lecteurs à considérer le végétarisme et le véganisme comme autant de solutions potentielles, bien que la seule prise en considération du bien-être des animaux puisse se borner à ce que ceux-ci ne souffrent pas dans leurs élevages, ni lorsqu'ils sont transportés, ou mis à mort[réf. nécessaire].

Plusieurs auteurs végans, tels Tom Regan ou Gary Francione[29], considèrent que le réformisme conforte l'exploitation animale en renforçant son cadre législatif. Ce courant est dit « abolitionniste ». Joan Dunayer (en) défend également une position abolitionniste et considère que l'approche réformiste, consistant à mettre en avant la question du bien-être animal, est contradictoire avec la volonté de faire progresser les droits des animaux[30].

Le philosophe Peter Singer, favorable à l'approche réformiste, déclare en 2006 que le mouvement végan devrait être plus tolérant à l'égard des personnes qui utilisent des produits animaux, tant que ces dernières s'assurent que les animaux ont eu une vie décente[31].

Un courant féministe végane inspiré par Carol J. Adams (en), auteure de La Politique sexuelle de le viande[32] souligne les liens entre objectification (en) du corps des animaux et des femmes dans une optique de consommation[33],[34].

Opposition au véganisme[modifier | modifier le code]

Le journal Le Monde libertaire, organe de presse de la Fédération anarchiste, publie en 2012 un article opposé au véganisme[35].

Une étude publiée en 2016 dans la revue scientifique américaine Elementa affirme qu'un régime végan qui exclut tout produit issu des animaux, « ne serait pas la meilleure solution pour sauver la planète », même par rapport à certains régimes omnivores[36].

En 2016, en Italie, un projet de loi visant à condamner des parents qui auraient opté pour le choix de nourrir exclusivement leurs enfants sans aucun produit d'origine animale a été déposé par une députée conservatrice[37].

Le , un café restaurant végan de Tbilissi, capitale de la Géorgie a été attaqué par des membres de groupes ultranationalistes qui ont jeté des morceaux de viande grillée et des saucisses à sa clientèle. Selon un article de la RTBF cette attaque entrerait dans une logique de lutte anti-occidentale de ces groupes ultra-nationalistes géorgiens. Une enquête été ouverte par les autorités judiciaires du pays[38].

Le , une manifestation comptant entre 2 400 personnes (selon la police) et 8 000 (selon les organisateurs), défenseurs des traditions locales « luttant contre les anti-chasse, les anti-corridas et les végans » a été organisée à Mont-de-Marsan, préfecture des Landes. La maire (MoDem) de la ville et présidente de Mont-de-Marsan Agglomération, Geneviève Darrieussecq, élue députée en 2017, était présente dans la manifestation[39].

Le véganisme dans le monde[modifier | modifier le code]

Les éléments démographiques sur le véganisme sont inégaux, tous les pays ne disposant pas de données fiables.

  • Drapeau de l'Allemagne Allemagne : en 2013, les végans ont été estimés à 800 000 en Allemagne[40] (soit 1 % de la population 2013).
  • Drapeau de l'Autriche Autriche : en 2013, le journal Kurier estime que les végans représentent 0,5 % de la population autrichienne et 0,7 % de de celle de Vienne[41].
  • Drapeau de la Belgique Belgique : en 2016, un sondage en ligne visant la population néerlandophone donne une proportion de 0,3 % de végans en Flandre et à Bruxelles[42].
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : les estimations, selon les sondages, varient entre 2 % (Gallup, 2012)[43] et 0,5 % (Faunalytics, 2014) de la population américaine. Le dernier sondage indique que 70 % des Américains ayant adopté, à un moment donné, un régime alimentaire végan ont fini par l'abandonner[44].
  • Drapeau de l'Italie Italie : en 2015, La Repubblica estime que le nombre de végans en Italie représente entre 0,6 et 3 % de la population du pays[45].
  • Drapeau d’Israël Israël : en 2014, 5% des Israéliens (300 000 personnes) se disaient végans, ce qui représente la plus forte proportion au monde[46].
  • Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas : en 2014, l'association végane néerlandaise (Nederlandse Vereniging voor Veganisme) estime le nombre de végans dans leur pays à environ 45000 personnes (0,27 %)[47].
  • Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni : dans un sondage réalisé en 2007, 2 % de personnes se déclarent véganes[48]. En 2016, un sondage dommancé par l'association végane britannique et portant sur 10 000 personnes, arrive à une proportion de 1,05 % de végans. L'association estime que 542 000 personnes au Royaume-Uni suivent un régime alimentaire végan[49].
  • Drapeau de la Suède Suède : dans un sondage réalisé en 2014, 4 % des personnes interrogées se déclarent véganes[50].
  • Drapeau de la Suisse Suisse : en 2016, l'association végane suisse (Vegane Gesellschaft Schweiz) évalue les végans à 1 % de la population helvétique[51].

Personnalités véganes[modifier | modifier le code]

La presse écrite et la presse télévisuelle évoquent de nombreuses personnalités du monde du cinéma, de la chanson et du sport, voire de la politique, qui reconnaissent pratiquer le véganisme et le revendiquent ouvertement. On peut citer notamment[52] :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

En français[modifier | modifier le code]

En anglais[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Deep vegetarianism par Michael Allen Fox, Temple University Press U.S., 1999
  • The animal rights debate: abolition or regulation? par Gary L. Francione & Robert Garner, Columbia University Press, 2010
  • Vegetarians And Vegans in America Today par Karen Iacobbo & Michael Iacobbo, Praeger Publishers Inc, 2006
  • Call to Compassion: Reflections on Animal Advocacy from the World's Religions par Lisa Kemmerer, Anthony J. Nocella, Lantern Books, 2011
  • Vegan: the new ethics of eating par Erik Marcus, McBooks Press, 1998
  • New age encyclopedia: a guide to the beliefs, concepts, terms, people, and organizations that make up the new global movement toward spiritual development, health and healing, higher consciousness, and related subjects par J. Gordon Melton, Jerome Clark & Aidan A. Kelly (p. 14 et p. 188)
  • Main Street Vegan, Victoria Moran, TarcherPerigee, 2012
  • Cultural Encyclopedia of Vegetarianism par Margaret Puskar-Pasewicz, Greenwood, 2010
  • All That Dwell Therein: Essays on Animal Rights and Environmental Ethics par Tom Regan, Presses de l'université de Californie, 1982
  • The Case for Animal Rights par Tom Regan, 2e édition avec nouvelle préface, Berkeley, University of California Press, 2004 (1re édition : 1983)
  • Defending Aminal Rights par Tom Regan, Champaigne: Presses de l'université d'Illinois, 2001
  • The Animal Rights Debate par Tom Regan & Carl Cohen, Lanham, Rowan and Littlefield, 2001
  • Animal Rights, Human Wrongs: An Introduction to Moral Philosophy par Tom Regan, Lanham, Md., Rowman & Littlefield, 2003
  • Empty Cages: Facing the Challenge of Animal Rights par Tom Regan, Lanham, Md., Rowman & Littlefield, 2004
  • Eating animals, par Jonathan Safran Foer, Little, Brown and Company, 2009
  • Animal Liberation: The Definitive Classic of the Animal Movement par Peter Singer, Harpercollins World, 1975
  • Vegan Freak: Being Vegan in a Non-Vegan World par Bob Torres, PM Press, 2009

Études disponibles sur internet[modifier | modifier le code]

  • « Véganisme »[53]
  • « Veganism as a Cultural Movement: A Relational Approach »[54]
  • « Moral logic and logical morality: Attributions of responsibility and blame in online discourse on veganism »[55]
  • « Normalizing ideological food choice and eating practices. Identity work in online discussions on veganism »[56]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Végétalisme intégral », sur Office québécois de la langue française, (consulté le 18 novembre 2016).
  2. a et b « Végétalisme intégral », sur FranceTerme, (consulté le 18 novembre 2016).
  3. « Véganisme » entrera dans le Larousse 2015, (consulté le 10 juin 2015)
  4. Le Petit Robert 2016 et le Robert illustré 2016.
  5. Le Petit Robert, Robert, 2014 (édition dite 2015)
  6. « Veggie, Vegan, définition, origine et situation », sur biolineaires.com, (consulté le 13 avril 2016).
  7. Margaret Puskar-Pasewicz, Cultural Encyclopedia of Vegetarianism, ABC CLIO, LLC, (présentation en ligne), p. 239
  8. « History » (consulté le 24 septembre 2015).
  9. (en) Fay K. Henderson, Vegan Recipes, Londres, H. H. Greaves, .
  10. Leslie Cross, Veganism defined, dans The Vegetarian World Forum, 5 (1), printemps 1951.
  11. (en) « history », sur Vegan Society (consulté le 15 avril 2015)
  12. « Memorandum of Association of the Vegan Society », (consulté le 14 juin 2015)
  13. « Les mots du végétarisme » (consulté le 14 juin 2015)
  14. « Végétalien intégral », sur Office québécois de la langue française, (consulté le 18 novembre 2016).
  15. « Végétalien, -ienne intégral, -e », sur FranceTerme, (consulté le 18 novembre 2016).
  16. « History » (consulté le 18 mai 2017)
  17. F. Wokes, J. Badenoch et H. M. Sinclair, « Human dietary deficiency of vitamin B12 », The American Journal of Clinical Nutrition, vol. 3,‎ , p. 375-382 (ISSN 0002-9165, PMID 13258511, lire en ligne)
  18. « The Vegan Winter 1965 » (consulté le 24 septembre 2015)
  19. « Protéger la santé des véganes » (consulté le 24 septembre 2015)
  20. « D'où vient la B12 ? » (consulté le 24 septembre 2015)
  21. « Histoire de la Vegan Society » (consulté le 16 mai 2017)
  22. « Qu’est ce que l’agriculture biologique végétalienne ? », (consulté le 12 octobre 2015).
  23. « Bruxelles interdit les tests sur les animaux pour les cosmétiques vendus en UE », Le Monde, mars 2013.
  24. Renan Larue, Le végétarisme et ses ennemis: Vingt-cinq siècles de débats, Presses Universitaires de France, , 324 p. (ISBN 9782130653264, lire en ligne)
  25. Gary Francione, « Animaux de compagnie » : les problèmes inhérents à la domestication, (consulté le 13 octobre 2016).
  26. Lisa Kemmerer, Anthony J. Nocella, Call to Compassion: Reflections on Animal Advocacy from the World's Religions, Lantern Books, (présentation en ligne), p. 122.
  27. « Simple life, interview by Marcia Bindo with Tom Regan (question : « Why do you believe that the respect for other beings is important for peace? » » (consulté le 20 juin 2015).
  28. Richard Ryder, Speciesism, Oxford, pamphlet militant de 1970.
  29. Gary Francione, « A “Very New Approach” or Just More New Welfarism? », (consulté le 13 juin 2015).
  30. « Animal Rights “Welfarists”: An Oxymoron », (consulté le 17 juin 2015).
  31. « Interview with Peter Singer », (consulté le 20 juin 2015).
  32. « Le féminisme à pleines dents : Critique de La Politique sexuelle de la viande », sur simonae.fr (consulté le 14 juin 2017).
  33. Teresa Noll, « The Sexual Politics of Meat: How Sexism and Animal Cruelty Coexist », AlterNet,‎ (lire en ligne)
  34. (en) Kara Jesella, « The Carrot Some Vegans Deplore », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  35. « Le Monde libertaire à l'assaut du véganisme », sur La Terre d'abord, (consulté le 25 juin 2017).
  36. Grégory Rozières, « Devenir vegan, ce n'est pas si bon pour l'environnement que ça », sur HuffPost, (consulté le 25 juin 2017).
  37. « Italie : le végétalisme imposé aux enfants pourrait être interdit par une loi », sur Europe 1, (consulté le 25 juin 2017).
  38. « Géorgie : un café végan attaqué à la saucisse par des ultra-nationalistes », sur RTBF, (consulté le 25 juin 2017).
  39. « Landes : manifestation des défenseurs des traditions contre les anti-chasse, anti-corrida et végans », sur BFM TV, (consulté le 25 juin 2017).
  40. Amy Guttman, « Meat-Drenched Oktoberfest Warms To Vegans », National Public Radio, 4 octobre 2013.
  41. Barbara Reiter, Anita Kattinger, « Total Vegan », Kurier, 28 mai 2013.
  42. (nl) « Minder vlees eten steeds meer ingeburgerd », Vilt, 16 Février 2016.
  43. Frank Newport, « In U.S., 5% Consider Themselves Vegetarians », Gallup, 26 juillet 2012.
  44. « Study of Current and Former Vegetarians and Vegans », Faunalytics, December 2014, 4; « How Many Former Vegetarians and Vegans Are There? », Faunalytics, 2 décembre 2014.
  45. (it) Vera Schiavazzi, « Addio carne e pesce: in aumento il popolo dei vegetariani e vegani in Italia », La Repubblica, 2 octobre 2015.
  46. Ben Sales, « Israelis growing hungry for vegan diet », The Times of Israel, 17 October 2014.pb Yuval Avivi, « Is Tel Aviv's vegan craze here to stay? », Al-Monitor, 6 March 2014., Tova Cohen, « In the land of milk and honey, Israelis turn vegan », Reuters, 21 juillet 2015.
  47. (nl) Mischa Blok, « Hoe (on)gezond is veganisme?, EenVandaag, AVROTROS, 3 avril 2014.
  48. « Would you describe yourself as a vegetarian or vegan? », Survey of Public Attitudes and Behaviours toward the Environment, Department for Environment, Food and Rural Affairs, 2007, table 210, question F7, 481
  49. « There are three and half times as many vegans as there were in 2006, making it the fastest growing lifestyle movement », The Vegan Society, 17 mai 2016.
  50. Antonia Molloy, « One in ten Swedes is vegetarian or vegan, according to study », The Independent, 24 mars 2014.
  51. (de) « FAQ: Wie viele VeganerInnen gibt es in der Schweiz? », Vegane Gesellschaft Schweiz, 22 mai 2016.
  52. « Ces neuf célébrités sont devenues « véganes » », Ouest-France (consulté le 25 juin 2017).
  53. Valéry Giroux, « Véganisme (GP) », L'Encyclopédie Philosophique,‎ (lire en ligne)
  54. Social Movement Studies Volume 5, Issue 2, 2006, Elizabeth Cherry.
  55. Voir sur das.sagepub.com.
  56. Voir sur sciencedirect.com.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]