Geoffroy Lejeune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Geoffroy Lejeune
Image illustrative de l’article Geoffroy Lejeune
Geoffroy Lejeune en 2017.

Naissance (32 ans)[1]
Avignon (France)
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Directeur de la rédaction de Valeurs actuelles
Chroniqueur sur Public Sénat
Intervenant hebdomadaire sur Europe 1
Médias
Presse écrite Valeurs actuelles
Radio Europe 1, Sud Radio
Télévision Public Sénat, CNews

Geoffroy Lejeune, né le à Avignon, est un journaliste français. Il est le directeur de la rédaction du magazine Valeurs actuelles depuis 2016.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de militaire[réf. souhaitée], il passe une partie de son enfance dans le Vaucluse et fait d'abord des études de droit à l'université de Marseille puis à Paris, où il obtient le diplôme de l'École supérieure de journalisme de Paris en 2011. Il intègre en 2012 la rédaction du Point pour couvrir l'élection présidentielle puis est embauché à Valeurs actuelles, dont il devient, en , rédacteur en chef adjoint au service politique[2], puis rédacteur en chef du service politique en 2015, et enfin il devient directeur de la rédaction du magazine en 2016. Selon Yves de Kerdrel, il est alors le plus jeune directeur de rédaction français[3].

Il est également chroniqueur sur Public Sénat et intervenant hebdomadaire sur Europe 1[4]. Il a écrit Une élection ordinaire qui relate l'élection fictive d'Éric Zemmour à la présidence de la République en 2017[5].

Geoffroy Lejeune tient une chronique politique quotidienne dans la matinale de Sud Radio. Il intervient régulièrement dans les débats politiques sur I-Télé devenue CNews par après. Il a également fait quelques passages dans les émissions de Thierry Ardisson, Salut les Terriens, et de Laurent Ruquier, On n'est pas couché. Il intervient régulièrement à l'émission de commentaire politique d'Arlette Chabot Politiquement show sur LCI depuis l'automne 2018 aux côtés de Gérard Miller.

Après que Valeurs actuelles a publié en août 2020 une fiction représentant la députée Danièle Obono en esclave, ce qui suscite une large réprobation de la part de la classe politique[6], LCI l'écarte de son antenne[7]. À la suite de cette publication, le procureur de la République près le tribunal judiciaire de Paris annonce l’ouverture d’une enquête sur les faits pour le chef d’injures à caractère raciste[8].

Il est proche à titre personnel du conseiller élyséen Bruno Roger-Petit[9].

Son frère cadet, Bastien Lejeune, travaille aussi à Valeurs actuelles depuis mars 2016. Il y occupe aujourd'hui le poste de rédacteur en chef[10].

Ouvrage[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

  • Prix Anne-Lorraine-Schmitt du jeune journaliste de défense 2013[11].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Date de naissance autorité BNF [1].
  2. « Zoom sur Geoffroy Lejeune [559] | Zoom sur », sur ESJ Paris (consulté le 24 janvier 2016)
  3. « Un jeune journaliste prend la tête de la rédaction de Valeurs actuelles », L'Expansion,‎ (lire en ligne).
  4. RING, « RING - Biographie de l'auteur : Geoffroy Lejeune », sur www.ring.fr (consulté le 24 janvier 2016).
  5. RMC, « Zemmour président ? Le scénario « plausible » de Geoffroy Lejeune », sur RMC (consulté le 24 janvier 2016).
  6. « La députée Danièle Obono en esclave dans "Valeurs Actuelles" : condamnation politique unanime », sur Franceinfo, (consulté le 28 septembre 2020)
  7. Sandrine Cassini et Aude Dassonville, « LCI écarte Geoffroy Lejeune, le directeur de la rédaction de « Valeurs actuelles », de son antenne », sur lemonde.fr, (consulté le 2 septembre 2020)
  8. « Valeurs Actuelles visé par une enquête pour "injures à caractère raciste" après avoir représenté la députée Danièle Obono en esclave », France Info, (consulté le 31 août 2020).
  9. Ariane Chemin et François Krug, « Entre Emmanuel Macron et « Valeurs actuelles », les secrets d’un flirt », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  10. Kévin Boucaud-Victoire | 18 Mai 2018 | Médias | 1, « Crise interne profonde à "Valeurs actuelles" ? », sur Le Média, (consulté le 19 février 2020)
  11. par Redac AJD, « Prix Anne-Lorraine Schmitt »,

Liens externes[modifier | modifier le code]