Nécropole du Vatican

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

41° 54′ 08″ N 12° 27′ 12″ E / 41.90222, 12.45333 ()

Christ avec une auréole et les attributs de Sol Invictus : chevaux cabrés. Mosaïque de la nécropole sous la basilique Saint-Pierre de Rome, IIIe-IVe siècle après J.-C.

La nécropole du Vatican également connue sous le nom de Scavi, s'étend sous la Cité du Vatican, à une profondeur qui varie de 5 à 12 mètres, sous la basilique Saint-Pierre.

Elle a été un lieu de sépulture romaine datant du Ier siècle ; elle n'est accessible que depuis les fouilles des années 1940. Dans la nécropole du Vatican se trouve ce que l’on pense être la tombe de saint Pierre, l'apôtre.

La nécropole du Vatican ne doit pas être confondue avec les grottes du Vatican appelées également Nécropole papale. Celles-ci résultent de la construction de Saint-Pierre et se trouvent au niveau du sol de l'ancienne basilique constantinienne. La nécropole du Vatican, un ancien cimetière, était située sur la colline du Vatican.

Historique[modifier | modifier le code]

Origine de la nécropole[modifier | modifier le code]

Plan des voies romaines reliant la colline du Vatican à Rome

La nécropole du Vatican est, à l'origine, un lieu de sépulture, où se côtoient les tombes païennes et chrétiennes, à proximité d'un cirque romain (le Cirque de Caligula et de Néron ou Cirque du Vatican) sur la colline du Vatican, en dehors de la ville de Rome. Conformément à la loi romaine, il était interdit d'enterrer les morts dans les murs de la ville. Pour cette raison, plusieurs cimetières sont apparus le long des routes en dehors de Rome entre la Via Cornelia, qui cheminait au nord le long de la colline du Vatican et la Via Trionfale (« Voie Triomphale ») situé entre le Vatican et le centre de la cité (celle-ci passait par le mausolée d'Hadrien[1] qui se trouve au château Saint-Ange).

Plan du cirque et de la basilique.

Au milieu du cirque, construit par l'empereur Caligula, se trouvait un obélisque égyptien qui marquait le centre de la spina (mur central partageant la piste). Une tradition immémoriale place le martyre de l'apôtre Pierre à quelques mètres du monument. Il s'agit de l'obélisque qu'on voit actuellement sur la place Saint-Pierre de Rome et qui fut déplacé d'environ 250 mètres par Domenico Fontana[2] sur l'ordre du pape Sixte V[3] entre 1586 et 1587. L'emplacement d'origine (marqué d'ailleurs par une plaque sur le sol) se trouvait alors sur le côté sud de la basilique Saint-Pierre, juste avant l'actuel bureau d'excavation (Scavi) de la Fabrique de Saint-Pierre[4]. À moitié enseveli sous des ruines, il fallut 37 jours pour lui faire franchir la distance, 160 chevaux attelés à 40 cabestans, et 900 hommes marchant au son de la trompette et s'arrêtant à celui de la cloche[3].

Construction de la première basilique[modifier | modifier le code]

Plan et lieu du cimetière en ce qui concerne Saint-Pierre

La tradition veut que l'apôtre Pierre, en l'an 64 ou 67, sous l'empereur Néron a souffert le martyre[5] puis il aurait été enterré dans la nécropole. Entre 326 et 333, l'empereur Constantin fait construire l'ancienne basilique connue comme l'antique basilique vaticane ou encore la basilique de Constantin[6]. La construction nécessite la démolition du Circus Vaticanus ou cirque de Caligula qui s'étendait sur la partie sud du chantier. Pendant ce temps, les cimetières étaient, en vertu d'une protection juridique spéciale, intouchables. La basilique de l'empereur Constantin I est située juste au-dessus de la tombe de l'apôtre Pierre. Pour obtenir une surface suffisamment grande pour la construction envisagée, l'empereur Constantin I ordonne de démanteler les parties du bâtiment du cimetière, tous les mausolées de la nécropole ainsi que des parties de la colline du Vatican. Avec les matériaux retirés de la colline du Vatican, le cimetière est comblé à l'exception de la tombe de saint Pierre, les chambres funéraires sont nivelées, pour être réduit à un plateau où est fondé l'édifice de la première basilique.

Profil en coupe transversale dessous la basilique Saint-Pierre

Les fouilles[modifier | modifier le code]

Les premières fouilles de la nécropole sont entreprises à la demande de Pie XI qui voulait être enterré dans un lieu des grottes vaticanes aussi proches que possible de la tombe de saint Pierre[5]. Elles débutent sous le pontificat de Pie XII, entre 1940 et 1949. Le but de ces fouilles était aussi de trouver la tombe de saint Pierre sous la basilique. Comme les lieux étaient étroits, il est décidé d'abaisser le sol pour rendre la tâche plus facile. C'est ainsi que sont découverts les restes d'un premier sarcophage ; un examen plus approfondi, révèle qu'il s'agit en fait de la corniche d'un immeuble.

Position des mausolées de la nécropole du Vatican avec la classification temporelle des bâtiments sous la basilique Saint-Pierre

La tombe de Saint-Pierre[modifier | modifier le code]

La reconstitution de la zone autour de la tombe de l'apôtre Pierre

Puis les fouilles font apparaître une double rangée de bâtiments funéraires, situés sur la pente de la colline du Vatican, placés côte à côte à partir de l'Ouest vers l'Est. Ils sont construits en maçonnerie de briques et l'intérieur est orné de stucs, de peintures et de mosaïques. D'autres fouilles révèlent une nécropole dont le noyau principal remonte au deuxième siècle, mais qui aurait été utilisée pendant une longue période entre le premier siècle et le début du quatrième siècle.

Au centre du cimetière, autour duquel les enfouissements ultérieurs se sont faits, est découvert un mausolée aux murs rouges, portant en graffiti, des lettres grecques qui font penser que Pierre y aurait été enterré. Ce mémorial, sans corps, serait le trophée de Gaïus du nom d'un prêtre, Gaïus, qui affirmait[7] que l'Église de Rome avait été fondée par les apôtres Pierre et Paul. Il aurait placé une tombe sur la colline du Vatican[8]. Une cachette aménagée sur un mur perpendiculaire, contient les ossements d'un individu de sexe masculin âgé de soixante à soixante-dix ans, de robuste constitution. En 1950, Pie XII annonce triomphalement, sur Radio Vatican, « On a découvert le tombeau du prince des Apôtres »[9]. Le pape Paul VI annonce, en 1968[10], après avoir pris connaissance des études scientifiques réalisées, qu'il doit s'agir, selon toute probabilité, des restes du corps de saint Pierre.

La restauration[modifier | modifier le code]

Reconstitution des mausolées

En 1998, les travaux de restauration sont entrepris dans la nécropole du Vatican, sous la responsabilité de la Fabrique de Saint-Pierre et la contribution de Enel. Le but du travail était de préserver les murs, stucs et les fresques mais aussi d'installer un système d'éclairage qui permettrait d'améliorer les bâtiments et en particulier le tombeau de Pierre. Un soin particulier a été placé dans l'éclairage qui présente la situation originale de la nécropole.

La restauration est précédée d'une enquête approfondie, consacrée à l'étude du micro-climat, l'identification des micro-organismes présents, la détérioration bio et l'analyse de salinisation trouvés sur les murs et les fresques. Afin de protéger l'équilibre thermohygrométrique entre l'intérieur des structures et le milieu environnant, certains mausolées ont été fermés par des portes en verre. D'autres obstacles similaires, à ouverture automatique, sont placés à l'entrée des fouilles du cimetière et le long du chemin. Le flux d'air est filtré et humidifié, les pressions à l'intérieur ainsi que les conditions microclimatiques de l'excavation sont également améliorées par des trappes spéciales. Lors de la restauration, les meilleurs agents sont identifiés pour prévenir une agression microbienne (bactéries, champignons et algues) et chimique (sels, plus précisément, les sulfates, les nitrates et les chlorures). En outre, les fresques sont consolidées au plâtre et des pigments sont rajoutés à leur substrat.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Testini Pasquale, archéologie chrétienne : concepts généraux du début à la fin du siècle. VI, 1980
  2. Domenico Fontana. Della transportatione dell'obelisco Vaticano e delle fabriche di Sisto V. Rome 1590
  3. a et b Jean-Bernard Mary-Lafon. Rome ancienne et moderne depuis sa fondation jusqu’à nos jours. Furne, 1852 (Livre numérique Google)
  4. La Fabrique de Saint Pierre sur le site du Vatican
  5. a et b Le Vatican, son histoire et ses trésors de Paul Poupard
  6. Jean-Charles Picard, Le quadriportique de Saint-Pierre du Vatican, dans Mélanges de l'École française de Rome. Antiquité, 86-2, Rome, 1974, p. 851-890 (en ligne, avec une bibliographie sur la basilique) ; repr. 1998 (ISBN 2-7283-0537-4)
  7. La première citation d'Eusèbe, concernant Gaïus est célèbre. Caïus, débattant avec un adversaire, lui lance : « Pour moi, je peux montrer les trophées des apôtres. Si tu veux aller au Vatican ou sur la voie d'Ostie, tu trouveras les trophées de ceux qui ont fondé cette Église »(en)Caius, ecclesiastical writer
  8. Le témoignage de Gaius est connu par l'intermédiaire d'Eusèbe de Césarée cité dans son Histoire ecclésiastiquelivre en ligne
  9. Le tombeau de Pierre : au Vatican?
  10. Paul VI annonce « la découverte des restes de saint Pierre, qui sont dignes de notre dévotion et de notre vénération » Le tombeau de Pierre: au Vatican?

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en)Pietro Zander : The Necropolis under St. Peter’s Basilica in the Vatican
  • Vatican, la nécropole et le tombeau de Saint-Pierre éd. Collectif
  • Les Trésors du Vatican. (basilique de saint -pierre, galeries et musées pontificaux, trésor de saint-pierre, grottes vaticanes et nécropole, palais du Vatican) de CALVESI (M.)
  • Le Vatican, son histoire et ses trésors de Paul Poupard
  • Le Vatican de Paul Poupard (Que sais-je ?)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]