Evil Dead 3

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Evil Dead 3 :
L'Armée des ténèbres

Titre original Evil Dead III: Army of Darkness
Réalisation Sam Raimi
Scénario Sam Raimi
Ivan Raimi
Acteurs principaux
Sociétés de production Dino De Laurentiis Company
Universal Pictures
Pays d’origine États-Unis
Genre horreur
fantasy
Sortie 1992
Durée 96 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Evil Dead 3 : L'Armée des ténèbres (titre original en anglais : Evil Dead 3 : Army of Darkness) est un film américain réalisé par Sam Raimi, sorti en 1992.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Ash se retrouve prisonnier de l'an 1300 après avoir créé un trou dans l'espace-temps à la fin de Evil Dead 2 dont le film est la suite directe.

Une tronçonneuse greffée au poignet, un fusil dans l’autre main, Ash se retrouve propulsé dans le passé, en l’an 1300. Face au roi Arthur et à ses hordes de chevaliers en armure, Ash est prêt à tout pour retrouver le Nécronomicon, le grimoire à l’origine de ses malheurs. Mais la recherche de cet ouvrage de sorcellerie qui contient les formules magiques qui permettront à Ash de retourner dans le siècle d’où il vient l’oblige à affronter une armée de lilliputiens, tous à son image, ainsi que son double diabolique qui a le pouvoir de métamorphoser les morts en une armée de monstres vindicatifs.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Commentaire[modifier | modifier le code]

Le film est d'un ton bien plus léger que ses deux prédécesseurs, jouant avec le burlesque et moins sanglant.

« La plupart des gags de L'Armée des ténèbres fonctionnent sur le décalage entre Ash, homme du XXe siècle, et l'environnement médiéval dans lequel il évolue. Ash est un homme qui, jusqu'à présent, ne s'est jamais battu pour une cause. Il devra le faire pour se conformer aux codes de ses nouveaux alliés. Plus que la technique, les effets spéciaux et le scénario, c'est Ash qui m'a le plus intéressé. Il ouvre souvent sa grande gueule, se montre peureux. Il ment effrontément, il lui arrive cependant d'afficher une certaine humilité, mais seulement dans les cinq dernières minutes. En bref, Ash n'est pas un héros comme on en connaît par milliers; il en bave un maximum pour la joie du public. Plus il prend des coups, plus on le martyrise, plus il traverse des épreuves délirantes et plus le public l'aime. Ash s'offre en pâture aux spectateurs, c'est, d'une certaine façon, une attitude noble[2]. »

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le tournage s'est déroulé en 1991 à Acton, Los Angeles et Vasquez Rocks, en Californie.
  • Lors du tournage, l'acteur Bruce Campbell sera plusieurs fois blessé, dont une fois au menton ce qui lui laissera une cicatrice et un souvenir d'un passage aux urgences habillé en Ash avec son armure.
  • On peut apercevoir un numéro du magazine Fangoria dans la Oldsmobile d'Ash.
  • Les mots magiques que Ash doit utiliser pour invoquer le Necronomicon sont « Clatto, Verata, Nicto », référence aux « Klaatu, Barada, Nikto » employés pour commander le robot Gort dans Le Jour où la Terre s'arrêta de Robert Wise (1951).
  • Dans l'une des premières versions du scénario, Ash devait perdre un œil.
  • Trois fins ont été envisagées, dont deux tournées :
  1. La fin version cinéma ;
  2. La fin version director's cut ;
  3. À l'origine, Ash devait être propulsé dans un monde post-apocalyptique dans lequel les hommes seraient retenus captifs par les machines.
  • À noter, une petite apparition (non-créditée), de Sam Raimi dans le rôle d'un chevalier.
  • De nombreuses répliques du personnage de jeu vidéo Duke Nukem sont empruntées à Ash Williams dans Evil Dead 2 et 3.

Série Evil Dead[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sous le pseudonyme de R. O. C. Sandstorm
  2. Sam Raimi, dossier de presse édité par Studio Canal.