Massacre à la tronçonneuse (film, 1974)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Massacre à la tronçonneuse.

Massacre à la tronçonneuse

Titre québécois Massacre à la Scie
Titre original Texas Chainsaw Massacre: The Shocking Truth
Réalisation Tobe Hooper
Scénario Kim Henkel
Tobe Hooper
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Horreur
Sortie 1974
Durée 84 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Massacre à la tronçonneuse (The Texas Chain Saw Massacre) est un film d'horreur américain réalisé par Tobe Hooper, sorti en 1974.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Jeunes et insouciants, cinq amis, Sally, son frère handicapé Franklin, Jerry, Kirk et Pam, traversent le Texas à bord d'un minibus. Ils s'aperçoivent bien vite qu'ils sont entrés dans un territoire étrange et malsain, à l'image d'un vagabond qu'ils ont pris en stop, un être vicieux en proie à des obsessions morbides. Ce dernier ne tarde pas à se faire menaçant. Mais les cinq amis parviennent à s'en débarrasser. Peu de temps après, ils s’arrêtent pour faire le plein d'essence dans une station-service. Les cuves étant vides, ils poursuivent vers la maison d'enfance de Sally et Franklin. Kirk et Pam, partis se baigner, aperçoivent une vieille ferme isolée aux alentours; et décident de s'y aventurer afin d'acheter de l'essence aux propriétaires. Lorsqu'ils tentent de pénétrer à l'intérieur, un boucher masqué surgit et tue Kirk en lui fracassant le crâne d'un coup de marteau puis Pam qui est empalée sur un croc de boucher et placée dans un congélateur. Jerry, parti à leur recherche, est lui aussi frappé à la tête avec un marteau. Il ne reste alors plus que deux survivants, et la nuit commence à tomber. L'horrible terreur va s'abattre sur eux car, après une attaque sévère où Franklin est découpé à la tronçonneuse, la dernière survivante, Sally (Marilyn Burns), découvrira la plus grande débauche de folie qui puisse exister...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Les voix françaises indiquées ci-dessous proviennent du premier doublage de 1982.

Autour du film[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2010). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
  • Il est célèbre pour avoir été longtemps censuré, pour son tournage épique, mais également pour son incroyable réalisation, audacieuse et encore rarement égalée dans le genre. Ce film a obtenu le prix de la critique au Festival international du film fantastique d'Avoriaz 1976. Censuré, le film est sorti en Finlande en novembre 1996 ainsi qu'au Royaume-Uni en avril 1999. La commission de contrôle interdit aussi la sortie de ce film en France après une semaine d'exploitation en salle en 1974 et ce n'est qu'en mai 1982 que l'interdiction fut levée, le film est sorti dans sa version intégrale huit ans après sa réalisation avec une interdiction aux moins de 18 ans, accompagnée d'un avertissement. Les Britanniques auront attendu près d'un quart de siècle avant de pouvoir regarder Massacre à la tronçonneuse sur grand écran. Rejeté par la censure en 1975, ce classique de l'horreur est sorti le 9 avril 1999 dans les cinémas du Royaume-Uni. Le British Board of Film Classification a finalement autorisé la diffusion du film, qui reste interdit aux moins de 18 ans.
  • Le personnage de Leatherface s'inspire d'Ed Gein[2], un profanateur de tombes et tueur de femmes, de Plainfield dans le Wisconsin en 1957. Quand Gein a été finalement capturé, les restes de quinze femmes ont été trouvés dans sa maison.
  • « C'était l'époque du Watergate. Une époque où je commençais à me dire que peut-être ces gens à la télé ne disaient pas la vérité. Je crois que je devenais désillusionné. Et les jeunes de mon entourage étaient soit désillusionnés soit déterminés à faire changer les choses. C'était une époque étrange. Le film est devenu une métaphore cinématographique de la conjoncture de l'époque. Voilà à mon avis le propos de Massacre à la tronçonneuse. » (Tobe Hooper)
  • Le tournage s'est déroulé à Austin, Bastrop et Round Rock, au Texas.
  • Le titre Chainsaw du premier album (1976) du groupe The Ramones fait référence à ce film.
  • Le réalisateur Tobe Hooper a expliqué lors d'un entretien que la raison pour laquelle, il a choisi la tronçonneuse plutôt qu'autre chose c'est que le bruit de l'engin remplaçait n'importe quelle musique d'horreur pendant les scènes et donc un gain d'argent[3]. Dans un entretien à Mad Movies, en octobre 2010, Tobe Hopper précise que, afin de renforcer l'aspect cinéma vérité, documentaire, les tronçonneuses fonctionnaient vraiment sur le tournage, ceci afin d'obtenir un rendu sonore le plus proche possible de la réalité. Il n'y eut qu'une seule blessure à déplorer pendant le tournage (Gunnar Hansen).
  • Bien que le film se nomme Massacre à la tronçonneuse, seulement un seul membre du groupe d'amis est assassiné avec l'instrument en question, les autres sont tués à l'aide de masse, de croc de boucher et de réfrigérateur.
  • Lors du tournage d'une scène, une comédienne frisa la crise d'hystérie. Tobe Hooper l'avait poussée dans ses derniers retranchements.
  • Le titre du film fut choisi quelques semaines avant sa sortie en salle.
  • Les acteurs du film étaient tellement effrayés par le comédien qui jouait le tueur qu'ils n'ont pas eu l'occasion de le connaitre.
  • Bien que les noms réels des protagonistes joués par Edwin Neal, Gunnar Hansen et Jim Siedow ne soit pas révélés dans le film, leur véritable identité est donnée dans la suite : Massacre à la Tronçonneuse 2. Le personnage de L’auto-stoppeur se nomme Nubbins Sawyer, celui du cuisinier et tenant de la station-service est Drayton Sawyer et le nom de Leatherface est Bubba Sawyer. Contrairement à ce qui a pu être cru, Drayton Sawyer n'est pas le père de Leatherface et Nubbins; il est leur frère ainé. La famille comprend également un autre frère ; jumeau de Nubbins, nommé Chop Top mais il n'apparait que dans la suite. Il est incarné par l'acteur Bill Moseley.
  • Marilyn Burns reprendra son rôle dans le quatrième épisode de la saga mais ce n'est qu'un caméo.

Deux fois doublé en VF[modifier | modifier le code]

Interdit par la censure par cinq ministres de la Culture successifs, c'est le premier film que René Chateau édite en vidéogramme VHS en 1979, en version intégrale, dans la mythique Collection "Les Films que vous ne verrez jamais à la Télévision" (aux côtés de Zombie, Maniac, etc.). Le film a été doublé une première fois en français à l'époque. Une nouvelle VF a été enregistrée pour la sortie DVD chez Studio Canal en 2005. Cette nouvelle version est très décriée par nombre de puristes qui la jugent très inférieure à celle de 1979. Il y a aussi une version française doublée au Québec connue sous le titre Massacre à la Scie.

Impact culturel[modifier | modifier le code]

Massacre à la tronçonneuse est considéré comme l'un des films d'horreur les plus importants de tous les temps [4]. Dans la continuité de Psychose (1960) d'Alfred Hitchcock dont le même fait divers sert d'inspiration, il participe à jeter les bases des slashers [5] tels que La Nuit des masques (1978), Vendredi 13 (1980), Les Griffes de la nuit (1984) : recours à des outils conventionnels (tronçonneuse, marteau, pioche) comme armes meutrières, image du grand tueur silencieux dénué de sentiments.

Récompense[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste THORET : "Massacre à la tronçonneuse : une expérience américaine du chaos" (Dreamland, 2000).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Massacre à la tronçonneuse : le commencement - Les anecdotes », sur Evene.fr (consulté le 18 septembre 2008)
  2. (en) Rachael Bell et Marilyn Bardsley, « Eddie Gein », sur trutv.com (consulté le 21 juillet 2009)
  3. http://next.liberation.fr/cinema/01012350502-horreur-bonheur
  4. Olivier Père, « Tobe Hooper, cauchemars américains », sur arte.tv, Arte,‎ mars 2012 (consulté le 7 juillet 2013)
  5. Richard Zoglin, « Cinema: The Predecessors: They Came from Beyond », Time,‎ août 1999 (consulté le 7 juillet 2013)

Lien externe[modifier | modifier le code]