Hannibal (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Hannibal (film, 2001))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hannibal.

Hannibal

Titre original Hannibal
Réalisation Ridley Scott
Scénario David Mamet
Steven Zaillian
Acteurs principaux
Sociétés de production Scott Free Productions
Dino De Laurentiis Company
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Horreur
Thriller
Drame
Sortie 2001
Durée 125 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Hannibal est un thriller psychologique américano-britannique réalisé par Ridley Scott, adapté du roman éponyme écrit par Thomas Harris, et produit par Dino De Laurentiis, sorti en 2001. Dix ans après Le Silence des agneaux, Hannibal Lecter hante toujours Clarice Starling, devenue agent du FBI. Mason Verger, seule victime rescapée du docteur cannibale, veut le capturer et le voir souffrir d'une façon inimaginable. Les lieux du film alternent entre l'Italie et les États-Unis.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Après s'être échappé de sa captivité plutôt horrible, le docteur Hannibal Lecter vit désormais en Italie à Florence où il est devenu le conservateur d'une bibliothèque. Mais Mason Verger, une de ses anciennes victimes désireuse de se venger de lui, retrouve sa trace et commence à lui tendre un piège en utilisant Clarice Starling comme appât.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Producteur délégué : Branko Lustig
Producteur associé : Terry Needham
Drapeau des États-Unis États-Unis : 9 février 2001
Drapeau de la France France : 28 février 2001
  • Film interdit aux moins de 12 ans lors de sa sortie en salles

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Casting[modifier | modifier le code]

Jodie Foster

En 1997, Jodie Foster déclare à Larry King sur CNN qu'elle reprendra certainement son rôle de Clarice Starling dans Hannibal[3]. Elle raconte alors à Entertainment Weekly que « Anthony Hopkins en parle sans arrêt. Tout le monde veut le faire. Chaque fois que je le vois, il me dit : « Quand va-t-on le faire ? »[4]. » Mais le producteur Dino De Laurentiis ne pense pas qu'elle fera le film[5]. Anthony Hopkins émet également des doutes ; selon son « intuition », elle ne le fera pas[5]. Foster ne confirme son refus que fin décembre 1999[6]. Cette décision créera des problèmes entre les studios Universal et MGM[7],[4].

En novembre, l'actrice avait déclaré à l'AFP : « Je gagnerais plus d'argent en tournant Hannibal. Mais à quoi bon s'il trahit Clarice, qui est pour moi, d'une façon étrange, une personne à part entière. Le film fonctionnait parce que les gens croyaient en son héroïsme. Je ne l'interpréterai pas avec des attributs négatifs qu'elle n'a jamais eus. »

Certains ont dit qu'elle n'aurait pas voulu faire le film sans Jonathan Demme[3]. Cependant, son porte-parole a révélé que l'actrice Claire Danes était libre pour tourner Flora Plum, son troisième film en tant que réalisatrice, et que son investissement dans Hannibal pourrait compromettre sa réalisation[6]. Aujourd'hui, le film est toujours en préparation.

Dino De Laurentiis a raconté : « J'ai appelé l'agent de Jodie Foster. Elle m'a dit : « Elle ne lira le script que si vous lui faites une offre de 20 millions de dollars et un bénéfice de 15 % sur les recettes du film. » Et je lui ai répondu : « Transmettez tout mon amour à Jodie. Au revoir. »[7] »

Après l'annonce d'un refus définitif, les réactions vis-à-vis de l'actrice n'ont pas été des plus tendres. La presse anglaise rapporte que De Laurentiis et Anthony Hopkins se sentaient outragés. « Anthony était vraiment furieux, raconte un proche de l'acteur gallois. Le chemin a été long avant d'avoir le bon script, mais la dernière version est grandiose. Tout le monde croyait que Jodie allait être contente. À ce propos, Anthony pensait que cela était primordial pour retrouver l'alchimie entre les deux personnages (...) Il se sent complètement trahi par cette femme. » Le producteur et l'interprète d'Hannibal Lecter étaient d'autant plus furieux que le script fut modifié uniquement pour satisfaire Jodie Foster. L'actrice, qui exprimait en effet des réticences sur le comportement de son personnage, avait demandé aux scénaristes de changer quelques passages, dont la fin jugée trop invraisemblable[8].

Fin 2005, Jodie Foster lors d'une interview au magazine Total Film, a confirmé qu'elle avait bien refusé le film pour faire Flora Plum, et que les caractéristiques du personnage ne la satisfaisaient pas[9].

Julianne Moore

Suite au refus de Foster, les studios Universal ont, à un moment, envisagé de renoncer définitivement à la mise en chantier de ce projet. Mais plutôt que de perdre encore plus d'argent - les repérages en Italie étaient déjà terminés -, la maison de production s'est lancée à la recherche d'une remplaçante pour incarner Clarice Starling[5]. Michelle Pfeiffer (qui avait déjà refusé de jouer dans Le Silence des agneaux) Cate Blanchett, Angelina Jolie, Gillian Anderson, Hilary Swank, Ashley Judd, Helen Hunt et enfin Julianne Moore[7]. Anthony Hopkins fut très emballé par le choix car il trouvait l'actrice « fantastique »[5]. Selon une dépêche de l'AFP, la comédienne a déclaré, lors d'un entretien diffusé par l'émission Access Hollywood, que « le scénario était réellement fantastique »[10].

L'expérience sera néanmoins « traumatisante » pour l'actrice. Plus que la violence physique, c'est l'aspect psychologique du film qui a perturbé la comédienne, qui en est venue à consulter son psychologue. Elle déclara au magazine Vanity Fair : « J'ai lu (le scénario) et j'ai pensé, "c'est vraiment sombre". Mes inquiétudes concernaient la nature de la violence. Je fais très attention à la violence, mais finalement j'en suis venue à penser que cette histoire était comme une fable. C'est un film à propos du combat entre le bien et le mal. C'est symbolique et quasiment mythologique, mais c'est psychologiquement effroyable. Hannibal est la partie sombre qui existe en chacun, le "ça" que vous laissez échapper. Il est le mal lâché dans la nature... dans nos vies oniriques nous explorons ces thèmes. Ça va, mais c'est une frontière très fine qui me met mal à l'aise. J'en ai parlé à mon analyste[11]. »

Anthony Hopkins

La participation d'Anthony Hopkins à Hannibal n'était pas non plus sûre. En décembre 1998, l'acteur déclarait : « Je dois quitter ce métier parce que je pense qu'il est mauvais pour la santé mentale. » Chargé dans un premier temps du projet, Jonathan Demme avait assuré qu'il serait bel et bien dans cette suite : « Au cas où il dirait non, je me chargerai de le faire revenir sur sa décision. »[12] Demme quitta finalement le projet, et en juin 1999 Hopkins apprend qu'il ne serait intéressé si le script était « très bon »[13]. Après des mois d'incertitude, l'acteur a finalement accepté de reprendre le rôle d'Hannibal Lecter après avoir pris connaissance des modifications apportées au script par Steven Zaillian[14].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage débute le 8 mai 2000 à Florence. En juin 2000, l'équipe se rend à Washington à la gare Union Station notamment pour la scène où Hannibal est sur le manège. Des scènes sont ensuite tournées à Richmond en Virginie notamment la scène du marché au début du film. Les scènes de la résidence de Mason Verger sont tournées au Domaine Biltmore à Asheville en Caroline du Nord.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Hannibal Lecter : Après s'être échappé de la prison où il avait été transféré dans Le Silence des agneaux, et avoir assassiné le Dr Chilton, Hannibal, bien que recherché par toutes les polices et le FBI et considéré comme un des plus dangereux criminels en liberté, mène une vie paisible à Florence, en Italie, où il est devenu conservateur et conférencier dans une bibliothèque, dont le prédécesseur a mystérieusement disparu.
  • Clarice Starling : 10 ans après avoir tué le dangereux criminel Buffalo Bill, Clarice est en difficulté, sa dernière mission qui consistait à arrêter Evelda Drumgo s'étant soldé par une bavure dont elle est tenue responsable. Elle subit une mise à pied et doit être supervisée par Paul Krendler, tout en tentant de retrouver Hannibal.
  • Mason Verger : La quatrième victime de Hannibal et, de fait, le seul ayant survécu. Hannibal a, par contre, laissé sa marque sur Verger en le défigurant. En utilisant Clarice Starling comme appât, Verger est déterminé à se venger de Hannibal pour lui faire payer.
  • Paul Krendler : Un policier arrogant, menteur et coureur de jupons, il voue une haine farouche a Clarice qui avait déjà refusé ses avances quelques années auparavant. Maintenant qu'il est le supérieur de Clarice, il entend bien se venger d'elle et, par la même occasion, tentera aussi de capturer Hannibal par lui-même.
  • Barney : Ancien infirmier de l'institut du Dr Chilton, une des seules personnes pour qui Hannibal avait du respect. En effet, ses gardiens à Memphis sont morts 3 jours après l'arrivée de Lecter, tandis que, Barney, lui, a survécu 6 ans auprès du Dr Lecter, et tout cela seulement pour avoir été civil avec Hannibal, et pour avoir respecté les consignes. Barney est un homme juste et bon et, tout comme Hannibal, déteste les gens arrogants.
  • Inspecteur Pazzi : Un policier véreux, qui tente de capturer Hannibal seul afin de pouvoir profiter de la récompense. Il ne tient pas compte des avertissements de Clarice, qui lui conseille de ne pas approcher Hannibal : elle sait que celui-ci finira par découvrir les intentions de Pazzi et le tuera.

Musique[modifier | modifier le code]

La majorité de la musique est composée par Hans Zimmer, Danielle de Niese et Bruno Lazzaretti. Cependant la bande originale intègre d'autres compositions classiques :

  1. Dear Clarice (6:02)
  2. Aria Da Capo (1:48), de J.S Bach
  3. The Capponi Library (1:14)
  4. Gourmet Valse Tartare (6:50) de Klaus Badelt
  5. Avarice (3:54)
  6. For A Small Stipend (0:55)
  7. Firenze Di Notte (3:09)
  8. Virtue (4:37)
  9. Let My Home Be My Gallows (10:00)
  10. The Burning Heart (4:24)
  11. To Every Captive Soul (6:53)
  12. Vide Cor Meum (4:20), de Patrick Cassidy

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film a connu un important succès commercial, rapportant environ 351 692 000 $ au box-office mondial, dont 165 092 000 $ en Amérique du Nord, pour un budget de 87 000 000 $[15]. En France, il a réalisé 2 579 878 entrées[16].

Il a reçu un accueil critique mitigé, recueillant 39 % de critiques positives, avec une note moyenne de 5,1/10 et sur la base de 163 critiques collectées, sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes[17]. Sur Metacritic, il obtient un score de 57/100 sur la base de 36 critiques collectées[18].

Il a remporté le Saturn Award du meilleur maquillage et a été nommé dans 3 autres catégories aux Saturn Awards, meilleur film d'horreur, meilleur acteur et meilleure actrice, ainsi qu'au Satellite Award de la meilleure musique[19].

Critiques[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Positives

« (...) un mélange de superthriller et de film « gore », cimenté par un scénario beaucoup plus malin qu'on ne le pense et par un Anthony Hopkins toujours aussi fabuleux. »

— Le Parisien

« On en sort le cœur chaviré, la bouche mauvaise, ravi d'un spectacle si abouti, amer d'une normalité si anormale. »

— Le Nouvel Observateur

Mitigées

« À force de jouer sur l'ironie et le second degré, Ridley Scott finit par s'aliéner le spectateur. Son Lecter rappelle davantage un chef d'opérette qu'un dangereux criminel. Ce n'est pas forcément, pour un film d'horreur, la meilleure option. »

— Le Journal du dimanche

« Malgré une mise en scène parfois impressionnante, Hannibal n'est ni digne ni fidèle à l'esprit des deux précédents films inspirés du cannibale sympathique. (Première »

Négatives

« (...) Hannibal relève du rouleau compresseur hollywoodien, garantie que la route sera dépourvue d'aspérités, ce qui est pour un peu une qualité et pour beaucoup un défaut. »

— L'Humanité

« Très attendue, la suite du Silence des agneaux n'en sombre pas moins dans le ridicule, en alliant un récit chaotique à un grand tohu-bohu de thématiques, diverses et variées, qui attestent de l'ambition démesurée de l'entreprise (...) »

— Repérage

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]