Tobe Hooper

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hooper.

Tobe Hooper

Naissance (71 ans)
Austin
Drapeau des États-Unis États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Réalisateur
Films notables Massacre à la tronçonneuse
Poltergeist
Lifeforce

Tobe Hooper est un réalisateur américain né à Austin (Texas) le 25 janvier 1943, principalement connu pour ses films d'horreur dont le plus célèbre est Massacre à la tronçonneuse.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1962, Tobe Hooper entre au département Radio-Television-Film de l'université du Texas. Il travaille également en tant que caméraman pour la station de télévision KLRN. Il est engagé afin de filmer un documentaire consacré au groupe folk Peter, Paul and Mary. En 1970, Hooper réalise Eggshells (en), un long métrage à petit budget. À cette occasion il fait la connaissance de Kim Henkel[1].

Tobe Hooper organise un casting qui réunit professeurs et élèves de son école. Avec Kim Henkel, il réalise Massacre à la tronçonneuse, film qui changea l'industrie du film d'horreur et reste aujourd'hui un classique du genre[2]. Hooper s'inspire pour ce film de la vie d'Ed Gein, tueur nécrophile responsable du meurtre de plusieurs personnes dans les années 1950. En 1976, Tobe Hooper reforme l'équipe de ce film pour réaliser Le crocodile de la mort (Eaten Alive en version originale), film d'horreur gore avec Mel Ferrer, William Finley et Marilyn Burns (l'actrice principale de Massacre à la Tronçonneuse). Ce film conte l'histoire d'un gardien de motel donnant ses clients en pâture à son alligator. Dans ce même film, un rôle principal aida la carrière de Robert Englund à décoller et il retravailla avec Tobe Hooper à plusieurs reprises. Le crocodile de la mort reçut de nombreux prix dans des festivals de films d'horreur.

En 1979, Tobe Hooper est choisi par les productions Film Ventures International pour réaliser The Dark, un thriller de science-fiction mais est remercié trois jours après le début du tournage et remplacé par John Cardos. Il a plus de chance la même année avec l'adaptation en feuilleton du roman de Stephen King, Salem. En 1981, il réalise, pour Universal Pictures, Massacres dans le train fantôme. En 1982, il rencontre le succès quand Steven Spielberg le choisit pour réaliser une de ses productions : Poltergeist qui devient rapidement un succès au box-office. Des rumeurs persistantes affirment que Steven Spielberg aurait réalisé une grande partie du film. Il est vrai que ce dernier monta et contrôla la plupart des éléments du film.

Poltergeist a peut-être plus de succès que Massacre à la tronçonneuse mais trois ans s'écoulent avant que Tobe Hooper ne retrouve enfin du travail. Il signe un contrat de trois ans avec Menahem Golan et Cannon Films, et réalise de nombreux films dont l'apocalyptique Lifeforce en 1985, un remake de Invaders from Mars en 1986, et une suite à son premier film, Massacre à la tronçonneuse 2. Il réalise également deux films avec Robert Englund, Night Terrors en 1985 et The Mangler en 1995, ainsi que de nombreux épisodes pour des séries télévisées d'horreur comme Les Contes de la crypte. Il réalise aussi l'épisode pilote de Freddy, le cauchemar de vos nuits (Freddy's Nightmares), version télévisée du film de Wes Craven, Les Griffes de la nuit. Son film le plus récent, sorti directement en vidéo malgré des critiques très favorables, est un remake d'un classique du film d'horreur The Toolbox Murders.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Yoram Allon, Del Cullen et Hannah Patterson, Contemporary North American Film Directors : A Wallflower Critical Guide, Wallflower Press, coll. « The Wallflower Critical Guides to Contemporary Film Directors »,‎ 2002, 619 p. (ISBN 9781903364529), p. 248-249 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]