Rock chilien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Rock chilien

Origines stylistiques Rock, rock and roll
Origines culturelles Années 1950 ; Chili
Instruments typiques Guitare acoustique, guitare électrique, basse, batterie
Voir aussi Tumulto

Le rock chilien est un genre de musique rock produit en Chili. Il commence avec La Nueva Ola Chilena, c'est-à-dire les stars des années 1950 et 1960[1],[2]. On peut citer Alan y sus Bates, Los Rockets, Buddy Richard, Jose Alfredo Fuentes, et Los Ramblers.

Après cette période, le rock chilien décline jusqu'aux années 1980 où la scène rock devient étroitement associée à l'opposition politique à Pinochet. Le groupe le plus célèbre de cette époque est Los Prisioneros. La scène rock plus récente est composée du célèbre La Ley ainsi que d'autres groupes comme Lucybell, Los Tres, Tiro de Gracia, Sinergia, Los Bunkers, Los Prisioneros, Dracma, Santo Barrio, Javiera y los Imposibles, Mamma Soul, Godwana, Chancho en Piedra et Los Tetas. Le Chili possède également une scène prospère de rock progressif avec notamment Congreso et Los Jaivas. Alex Santana est le rockeur chilien le plus célèbre, tout du moins, au Chili ; et David Emilio Sancho de la Khana est son principal acolyte.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce qui commence dans les années 1950 comme une imitation du rock and roll américain se développera en une musique originale. La Orquesta Huambaly retrace ses racines dans la musique tropicale et le jazz desquels le groupe s'inspire pour la composition de leurs chansons originales notables Huambaly rock (1957) et Rock del mono (Monkey Rock, 1958). Cependant, le véritable premier succès de la scène Nueva Ola est le titre El Rock del Mundial des Ramblers, publiée pour la coupe du monde de FIFA en 1962 au Chili[3]. Le succès de la Nueva Ola, qui dure jusqu'au milieu des années 1960, est menée par une seconde génération de musiciens caractérisés par leurs compositions originales, comme Buddy Richard, Patricio Renán, José Alfredo Fuentes et Cecilia Pantoja, considérée par certains critiques comme la plus grande teen star du milieu des années 1960[4]. La Nueva Ola a souvent été critiqué concernant son style, les paroles et même le nom[5]. Pour certains, le mouvement Nueva Ola ne représente pas les véritables origines du rock chilien[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Nueva Ola www.musicapopular.cl, consulté le 24 février 2013.
  2. (es) Rock chileno www.memoriachilena.cl, consulté le 24 février 2013.
  3. (es) La verdadera historia del rock del mundial a 50 años de su creación, www.scd.cl, 28 mai 2012.
  4. (es) Cecilia Cristóbal Peña, musicapopular.cl, consulté le 24 février 2013.
  5. (es) La nueva ola www.memoriachilena.cl, consulté le 24 février 2013.
  6. (es) Los Jockers musicapopular.cl, consulté le 24 février 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]