Rock belge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Après les balbutiements des années 1950, le rock belge connaît ses premiers succès épars dans les années 1960 avec Burt Blanca (Twist twist seniora, 1960), "The Cousins" (Kiliwatch, 1960), "The Jokers" (Cecilia, 1963), "The Shakespears" (Shake it over, 1965), "Ferre Grignard" (Ring Ring, Drunken Sailor, 1966), "The Pebbles" (Seven horses in the sky, 1968), "The Wallace Collection" (Daydream, 1969) également The Sweet Feeling et Jesse and James avec move en 1969 Plusieurs de ces groupes ont des hits internationaux mais ne sont pas vraiment identifiés comme belges, car chantant en anglais et reprenant des attitudes anglo-saxonnes.

Ce sont les groupes Kleptomania et Machiavel qui marquent les années 1970. Arno démarre sa carrière en 1972 dans le groupe "Freckle Face". À la fin de la décennie, The Kids, Raxola, Hubble Bubble et les Kreuners seront les plus marquants parmi les centaines de groupes, à l'existence généralement éphémère, qui se réclameront de la mouvance punk.

Au début des années 1980, alors que TC Matic mené par Arno domine la scène belge sans vraiment parvenir à décoller à l'étranger, un renouveau s'amorce et ce sont plusieurs groupes électroniques, précédés par Telex (épisodiquement actif depuis 1978) qui placent enfin pour la première fois la Belgique sur la scène internationale avec The Neon Judgement, The Klinik et surtout Front 242; ces derniers, pionniers d'une musique électro-agressive et dansante, détiennent sans doute pour longtemps encore le record de notoriété (couverture du Melody Maker, la Bible rock anglaise, en 1988) et du nombre de concerts donnés à l'étranger par un groupe belge, avec plus de 300 concerts rien qu'aux USA. Parallèlement, Technotronic et Vaya con Dios signent des hits internationaux, Arno poursuit sa carrière en solo après la dissolution de TC Matic et Pierre Rapsat incarne quasiment à lui seul le rock wallon.

Les années 1990 voient émerger un autre groupe majeur avec dEUS et son charismatique meneur Tom Barman, qui jouissent d'une reconnaissance internationale considérable et marquent la scène belge de leur empreinte avec par exemple Dead Man Ray et Zita Swoon. K's Choice, Hooverphonic, The Lords of Acid, Praga Khan et Ozark Henry complètent la palette avec des sorties régulières hors des frontières du royaume. Burns fait aussi partie de ceux là avec leur chanteuse Patty Burns et leur Hard FM on les retrouve en Russie, Pologne, Autrice, France, Hollande,...La musique électronique poursuit également son chemin, quoique moins médiatisée, avec des artistes comme Suicide Commando et Dive.

Les années 2000 marquent l'arrivée d'une nouvelle scène belge décomplexée (principalement francophone) initiée par Venus, et ensuite par Girls in Hawaii, Ghinzu, The Tellers, Hollywood Porn Stars et Sharko, dont l'impact international reste cependant plus limité que celui de leurs prédécesseurs, dont beaucoup sont encore actifs : ce sont les désormais vétérans Arno, Hooverphonic, dEUS, et Front 242 qui font salle comble tant en Belgique qu'à l'étranger.

Groupes et artistes belges[modifier | modifier le code]

- Burning Plague

Radios belges à tendance rock[modifier | modifier le code]

http://WWW.MEMOIRE60-70.BE/Chronique_1966_1972/Agenda_Concerts_Rock_1969.htm