Porcupine Tree

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Porcupine.

Porcupine Tree

Description de cette image, également commentée ci-après

Le groupe Porcupine Tree pendant un concert à l’Arena, à Poznań, en Pologne, en novembre 2007.

Informations générales
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical D'abord :
Rock progressif
Space rock
Puis :
Metal progressif
Années actives Depuis 1987
Labels Delerium
Ark 21 Records
Snapper Music
Lava Records
Roadrunner Records (Europe)
Atlantic Records (Amérique)
WHD (Japon)
Headspin (Holland)
Site officiel http://www.porcupinetree.com
Composition du groupe
Membres Steven Wilson (chant et guitare)
Richard Barbieri (clavier)
Colin Edwin (basse)
Gavin Harrison (batterie)
John Wesley (guitare)
Anciens membres Chris Maitland

Porcupine Tree (en français : "L'arbre à porc-épic") est un groupe britannique de rock progressif formé à Hemel Hempstead en Angleterre dans les années 1980. Dans un premier temps une expérimentation en solo du guitariste, chanteur et compositeur Steven Wilson, le groupe est aujourd'hui formé de quatre musiciens. L'album le plus vendu à ce jour est Deadwing sorti en 2005[1].

Leur musique est un mélange de rock psychédélique, d'ambient, de pop-rock et plus récemment de metal progressif. Ayant fortement évolué depuis sa création, elle reflète les multiples influences de son créateur[2].

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels

Anciens membres

Concert uniquement

Histoire du groupe[modifier | modifier le code]

1987-1993 : débuts du projet de Steven Wilson[modifier | modifier le code]

Steven Wilson au Strawberry Fayre à Cambridge en 1997.

Porcupine Tree est né en 1987 de la collaboration entre Steven Wilson et son ami Malcom Stocks. Inspirés par les grands musiciens qui occupaient le devant de la scène durant leur jeunesse, comme les Pink Floyd, ils décidèrent de créer un groupe fantasque et imaginaire à cette image, nommé Porcupine Tree. Wilson travailla sur de nombreuses compositions afin de “prouver” l'existence du groupe et de lui donner un passé musical. Ensemble ils élaborèrent l'historique délirant du groupe, imaginant les noms des membres et des albums. Ils allèrent jusqu'à inventer les événements auxquels aurait participé le groupe, comme un grand concert à un festival de rock des années 1970 ainsi qu'un passé chaotique.

Bien que Porcupine Tree fût créé, à l'origine, comme une farce et que Wilson fût impliqué dans son autre projet No-Man, en 1989 il commença à considérer certaines musiques comme commercialisables. Il réalisa alors une cassette de 80 minutes intitulée Tarquin's Seaweed Farm, sous le nom du groupe Porcupine Tree[3]. Continuant dans l'esprit de son projet, il y inclut un livret de 8 pages contenant des informations sur les obscurs membres passés du groupe alias Sir Tarquin Underspoon et Timothy Tadpole-Jones[4].

Wilson envoya sa maquette à plusieurs personnes susceptibles d'être intéressées par son travail. Le magazine underground anglais Freakbeat était en train de créer son propre label quand il reçut la cassette. Bien que l'enregistrement reçut un accueil mitigé, on proposa au groupe de contribuer à une compilation de musique psychédélique avec des groupes alternatifs montants. Cette production prit du temps, environ dix-huit mois. Pendant cette période, Porcupine Tree se familiarisa avec du nouveau matériel et réalisa un deuxième album, The Nostalgia Factory, qui permit d'élargir le nombre de ses fans, tout en poursuivant le canular du groupe de rock légendaire des années 1970.

Le label Delerium Records nouvellement créé accepta de rééditer les cassettes Tarquin's Seaweed Farm and The Nostalgia Factory. La compilation A Psychedelic Psauna sortit, incluant la piste Linton Samuel Dawson de Porcupine Tree. Peu après, Wilson fut invité à collaborer avec Delerium en tant que premier artiste du label. Porcupine Tree fut incité à publier un double album des deux cassettes, mais Wilson décida finalement de n'y enregistrer que ce qu'il considérait comme le meilleur des deux dans l'album On the Sunday of Life..., qui sortit début 1992 — les chansons inédites ont plus tard fait partie de l'album à édition limitée Yellow Hedgerow Dreamscape.

On the Sunday of Life... a été publié en très petite quantité, seulement 1 000 copies. Quelques jours suffirent à mettre l'album en rupture de stock. Les réclamations des fans, appuyées par la presse, réussirent à convaincre, et l'album fut réédité. Quelques chansons de cet album sont aujourd'hui devenues des classiques du groupe et la chanson Radioactive Toys fait parfois l'objet de rappels du groupe à la fin de ses concerts. En 2000, On the Sunday of Life... est vendu à près de 20 000 copies[3].

Alors que le succès de Porcupine Tree va grandissant, le principal projet de Wilson, No-Man, reçoit d'excellents commentaires de la presse anglaise (singles de la semaine dans les magazines Melody Maker et Sounds). Cette réussite donne à Wilson les moyens et l'opportunité de se libérer de son travail et de se donner du temps pour la musique.

Wilson engagea alors une transition, souhaitant donner à la musique du groupe un style plus contemporain et moins connoté « seventies ». Cette nouvelle ambition se concrétisa dans la chanson de trente minutes Voyage 34. Sortie en 1992, la chanson mélange la musique ambient de groupes tels que The Orb et Future Sound Of London en y incorporant des éléments rocks ainsi que des solos de guitare. Le single met en scène les différentes étapes d'un voyage sous LSD, et la voix de Timothy Leary accompagne l'écoute. La durée du titre était trop importante pour en faire un succès commercial par le biais des radios, cependant il reçut de bons échos de la part de la scène musicale underground des années 1990, et atteignit le Top 20 des singles indépendants.

Voyage 34 fut à l'origine composée pour un autre possible double album Up the Downstair. Cependant, à l'approche de sa sortie en 1993, la décision de ne pas y inclure la chanson le réduit à un simple CD. Up the Downstair a été salué par la presse, Melody Maker le décrit comme « une pièce maîtresse du psychédélique... l'un des albums de l'année[5]. ». Dans cet album, Wilson persévère dans la fusion entre la dance et le rock et fait appel aux deux musiciens Richard Barbieri — ancien membre du groupe Japan — et Colin Edwin, futurs membres permanents du groupe.

En novembre 1993, Voyage 34 fut réédité et malgré l'inexistence du titre à la radio il resta six semaines dans les charts indie du magazine NME[3].

1993-1997: Formation et envol du groupe[modifier | modifier le code]

Le groupe ayant acquis une certaine notoriété pour ses albums studio, il devait maintenant pouvoir s'illustrer sur scène avec des membres permanents. C'est pourquoi en décembre 1993 Porcupine Tree devint un réel groupe avec l'entrée de Colin Edwin à la guitare basse, Chris Maitland à la batterie et Richard Barbieri au clavier. Ces trois artistes avaient déjà collaboré par le passé avec Wilson : Barbieri et Edwin ont participé à l'enregistrement de Up the Downstair et Barbieri et Maitland ont fait partie du groupe No-Man lors d'une tournée.

The Sky Moves Sideways, le troisième album studio du groupe, sortit deux ans plus tard en 1995. C'est donc à partir de cet album que l'on considère Porcupine Tree comme un réel groupe et non plus comme un pseudonyme de Steven Wilson. La transition ayant eu lieu pendant la création de l'album, il a été pour moitié composé avant la formation du groupe. Il s'articule autour d'une chanson éponyme de 35 minutes qui devait à l'origine être l'unique titre de la production et qui introduit et conclut l'album. L'album eut un grand succès auprès des fans de progressif et Porcupine Tree fut considéré par quelques-uns comme le Pink Floyd des années 1990. Considérations que regrettera quelque peu le groupe qui ne vise pas à être une réincarnation pure et simple des Pink Floyd[2]. Quoi qu'il en soit, cet album permit au groupe d'étendre à nouveau son public grâce à une tournée européenne au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, en Italie et en Grèce[3].

Insatisfait de la tournure moitié solo/moitié coécrit de son album précédent, Porcupine Tree démarra la conception de Signify en tant que groupe. Les musiciens participèrent à l'écriture de certaines chansons, notamment "Intermediate Jesus" née d'une jam session du groupe. Cet album marque aussi l'arrivée du premier réel single du groupe, Waiting, qui entra dans les charts de rock indépendant britanniques.

L'album sortit en septembre 1996,incluant de nombreux passages instrumentaux. Mélange de pop-rock et de rock progressif, les passages atmosphériques se font plus rares que dans les précédents albums. Les compositions sont aussi plus courtes, le titre le plus long étant l'instrumental « Idiot Prayer » de sept minutes.

La sortie de l'album fut relayée par une partie des médias européens, et le travail de Porcupine Tree en fut d'autant plus respecté dans les milieux musicaux. Signify est considéré par le groupe et par de nombreux fans comme l'une de leurs meilleures productions[6]. Le nombre de fans du groupe continua de s'agrandir et il s'ouvrit à un public moins averti, ce grâce à des passages plus répétés dans certaines radios, notamment en Italie.

C'est par ailleurs à Rome que le groupe se produira devant plus de 5000 personnes sur trois nuits au mois de mars 1997. Ces trois concerts furent enregistrés pour l'album live Coma Divine. Cet album est paru en tant qu'adieux du groupe au label Delerium, qui ne pouvait plus offrir assez de ressources au groupe qui aspirait désormais à une carrière internationale.

Ainsi, fin 1997 une version remasterisée des trois premiers albums studio du groupe fut éditée. L'album Signify sortit aux États-Unis sous le label Ark 21 Records de Miles Copeland.

1998-2001 : Époque pop-rock[modifier | modifier le code]

Steven, Richard, Colin et Chris passèrent une année à enregistrer Stupid Dream, le cinquième album du groupe. Un album qui reflète une nouvelle prise de direction de leurs compositions, désormais plus orientées vers l'écriture même de chacune des chansons plutôt que vers l'ensemble de l'album. Cette direction amène à la multiplication des voix renforçant l'aspect plus pop-rock du groupe. Wilson décrit son approche lors de l'écriture de l'album : « Basically, I wanted to make an album full of good songs. I'm much more interested now than I was in songwriting as an art form, as opposed to soundscape development[2]. »

La phase d'écriture terminée, en 1998, le groupe n'avait encore aucun contrat d'enregistrement ; c'est seulement plus tard dans l'année qu'ils signèrent avec le label Snapper Music. C'est en mars 1999 que sortit l'album Stupid Dream. Il fut accompagné d'une grande tournée internationale au Royaume-Uni, en Italie, en Grèce, aux Pays-Bas, en Belgique, en Suisse, en Allemagne, en France, en Pologne et aux États-Unis. Les trois singles tirés de l'album, Piano Lessons, Stranger by the Minute et Pure Narcotic, accédèrent à une bonne exposition des deux côtés de l'Atlantique et sont apparus dans les charts indépendants du Royaume-Uni ainsi que dans les playlists de nombreuses radios. Bien que l'album portât un réel renouveau du style que certains fans de la première heure n'apprécièrent pas, les ventes de l'album furent un réel succès et dépassèrent tous les records du groupe.

Le temps passé à rechercher un contrat d'enregistrement n'avait pas été perdu et seulement quelques mois après la sortie de Stupid Dream, le groupe s'apprêtait déjà à travailler sur l'album suivant. Enregistré pendant le passage au nouveau millénaire puis complété en février 2000, Lightbulb Sun resta dans la lignée de son prédécesseur. Avec les arrangements de Dave Gregory du groupe XTC, Porcupine Tree continua sur sa lancée mais offrit un album plus mélancolique avec une ambiance plus triste. De même, le groupe réalisa quelques morceaux plus lourds, parfois dans la lignée du metal avec notamment le titre Russia on Ice. L'album sortit en mai 2000, peu après le single Four Chords That Made a Million, et s'ensuivit une nouvelle tournée internationale débutant par un concert complet au Scala à Londres, puis par quelques dates dans des festivals européens et se terminant par une tournée en première partie du groupe Dream Theater.

Le groupe continua sa tournée jusqu'en fin 2000, début 2001 et effectua sa première tournée majeure en Allemagne. Une édition spéciale en double CD de l'album Lightbuld Sun sortit en Israël et en Allemagne, et en mai l'album Recordings, une collection de titres extended play ou d'inédits des deux albums précédents, sortit en série limitée et marqua la fin du contrat entre le groupe et leur label Snapper. En juin 2001, le groupe effectua quelques dates aux États-Unis qui terminèrent au sommet par un concert au Bottom Line à New York. Peu après, Porcupine Tree annonça son partenariat avec le label international Lava Records/Atlantic Records.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

2002-présent : époque metal[modifier | modifier le code]

En février 2002, pour la première fois la constitution de Porcupine Tree fut modifiée avec le départ du batteur Chris Maitland après huit ans de collaboration avec le groupe. Le batteur est remplacé par Gavin Harrison, une connaissance de longue date.

En mars sortit une rétrospective des travaux passés du groupe, réunis dans le box set Stars Die: The Delerium Years 1991-1997. Le groupe commença l'enregistrement de son premier album sous la directive d'un grand label, grâce à un panel d'une trentaine de chansons nouvellement écrites par Wilson les deux années précédentes. Les sessions d'enregistrement prirent place à New York et à Londres, avec l'expérimenté ingénieur du son Paul Northfield et Dave Gregory qui eurent un rôle primordial dans la genèse de l'album. Le mixage s'acheva à Los Angeles en mai avec Tim Palmer.

Le très attendu nouvel album, In Absentia, sortit en septembre 2002 — sortie européenne janvier 2003. L'album reçut de nombreux éloges de par le monde entier et devint la nouvelle meilleure vente du groupe — vendu à plus de 100 000 copies dans sa première année de lancement il accéda à de nombreux charts européens. Le groupe sortit une version en son surround 5.1 de l'album, mixée par le grand producteur Elliot Scheiner vainqueur d'un Grammy Award. Comme le laissait transparaître Lightbulb Sun, cet album marque l'arrivée d'un son plus metal dès l'introduction de l'album avec bien plus de distorsions qu'auparavant.

Pour promouvoir l'album, le groupe démarra quatre tournées en Europe et en Amérique du Nord, dont une avec le populaire groupe suédois de death metal progressif Opeth. Pendant la tournée, le groupe s'appuya sur un autre musicien, guitariste et chanteur, John Wesley. L'aspect visuel des concerts prit une nouvelle dimension grâce à la participation du réalisateur et photographe Lasse Hoile. Finalement elle se termina le 30 novembre par un spectacle complet au London Astoria.

En 2003, Porcupine Tree mit en place son propre label et son propre magasin en ligne. La première sortie sous leur label Transmission fut une session studio enregistrée pour XM Radio à Washington, suivie en 2004 par un enregistrement pour une radio polonaise datant de 2001. Le groupe prévit d'utiliser ce label afin de publier une série d'enregistrements live et studio inédits. 2003 marqua ainsi l'arrivée sur le marché de nombreuses rééditions, avec la sortie de versions double CD d'anciens albums — une version remasterisée de Up the Downstair ainsi qu'une réédition de Stupid Dream et Lightbuld Sun.

Début 2004, le groupe commença l'enregistrement de son nouvel album Deadwing, leur deuxième sous le label Lava/Atlantic. Cet album tirait son inspiration du scénario écrit par Wilson avec son ami réalisateur Mike Bennion[3]. L'enregistrement se termina en novembre 2005 et l'album sortit au printemps de la même année en version stéréo et 5.1 après les single Shallow aux États-Unis et Lazarus en Europe. Cet album fut un succès commercial grâce notamment au titre Shallow souvent présent sur les ondes[7] mais aussi grâce à des pièces plus accessibles qui attirèrent de nombreux nouveaux fans. De plus, Deadwing fut le premier album du groupe à sortir au Japon. La tournée qui accompagna la sortie de l'album commença au Royaume-Uni à la fin du mois de mars et s'étala tout au long de l'année.

Le nouveau matériel utilisé pendant la première moitié de la tournée européenne indiquait une tournure plus "heavy" des instruments avec un son de guitare plus prononcé, indiquant le désir de Porcupine Tree d'avancer dans une direction encore plus orientée vers le metal.

Au mois d'août 2006, Porcupine Tree annonça sa collaboration avec un nouveau label européen : Roadrunner Records. Wilson était impatient de travailler avec un label de cette renommée : « Roadrunner has established itself as one of the world's premier independent labels for rock music, and we couldn't be more enthusiastic about working with them to expand our audience and elevate Porcupine Tree to the next level[8]. »

Le tout premier DVD Live de Porcupine Tree Arriving Somewhere sortit au mois d'octobre 2006. Il inclut le concert à Park West, Chicago, en octobre 2005 ainsi que diverses prestations du groupe.

En 2007, le groupe participa à l'album de Yoko Ono, Yes, I'm A Witch en remixant et en ajoutant un nouvel accompagnement acoustique à l'une de ses chansons, Death Of Samantha.

Les 16 et 24 avril 2007 sortit l'album Fear of a Blank Planet en Europe et en Amérique du Nord. C'est le plus gros succès du groupe jusqu'à aujourd'hui[9]. Y ont participé deux invités de marque : Alex Lifeson le guitariste du groupe Rush et Robert Fripp, fondateur de King Crimson.

La tournée débuta au Royaume-Uni en avril 2007. Le groupe prévoyait de jouer aux deux festivals jumelés Hurricane et Southside en Allemagne[10],[11], mais aussi d'apparaître au Donington Download Festival le 8 juin 2007[12].

Le 14 septembre 2009 est sorti le 10e album studio de Porcupine Tree, The Incident. Il s'agit d'un double CD, cette œuvre est décrite sur le site officiel du groupe comme « une chanson vaguement surréaliste à propos de débuts et de fins, et du sentiment 'qu'après ça, les choses ne seront plus jamais les mêmes' », ce qui permet de croire à un changement radical dans la musique de Porcupine Tree.

Une tournée mondiale a commencé en septembre 2009, afin de promouvoir ce nouvel opus.

Le 2 mars 2010, une annonce sur le site officiel du groupe nous apprend la sortie prochaine de leur nouveau DVD Live : "Anesthetize : Live in Tilburg", qui comportera toutes les chansons de Fear Of A Blank Planet ainsi que 11 chansons supplémentaires. Deux éditions limitées ont été mises en pré-commande, une édition rouge à 1 000 exemplaires et une grise à 4 000 exemplaires. Ces deux éditions comportent un DVD du concert, ainsi qu'un DVD Blu-ray, un CD audio comportant en plus des chansons du concert filmé plusieurs autres chansons non incluses dans le DVD.

Depuis la fin de la tournée de promotion de The Incident, le groupe est mis entre parenthèses. En effet, les musiciens sont tous dans divers projets : Wilson avec sa carrière solo, Harrison avec 05Ric, Edwin avec Metalic Taste of Blood et Barbieri avec Steve Hogarth. Dès lors, Porcupine Tree n'est plus une priorité et chacun des membres affirmera dans diverses interviews que le groupe n'a pas de "plans pour le futur", cependant aucun commentaires sur une éventuelle dissolution du groupe n'a été évoquée.

Le 3 août 2012, le label Kscope, annonce la sortie du nouveau DVD live du groupe : Octane Twisted enregistré au Riviera Theater de Chicago le 2 mai 2010 à l'occasion de la tournée de promotion de The Incident (tournée dans laquelle la chanson principale de l'album a été jouée entièrement durant la première partie du concert). L'idée du DVD vient de Gavin Harrison (qui est crédité comme étant le "Film project manager"), Wilson n'ayant pas voulu sortir le concert en vidéo car il estimait que ce n'était pas leur "meilleur concert de la tournée". Il a néanmoins mixé lui-même les pistes sons. Le DVD est sorti le 5 novembre 2012.

Genre[modifier | modifier le code]

La musique de Porcupine Tree est dans la lignée des grands groupes de rock progressif tels que Pink Floyd, King Crimson ou Marillion. Elle associe de longs mouvements très atmosphériques à une composition mélodique visant à toucher la sensibilité de l'auditeur. Leurs chansons incluent de longs passages instrumentaux — dans Voyage 34 notamment — et utilisent parfois des éléments électroniques qui participent à la création d'une certaine ambiance souvent mélancolique.

Cependant, la technicité musicale et la structure rythmique de leur musique n'atteignent pas le niveau de complexité de certains groupes de rock progressif — tels que Dream Theater ou Rush. C'est pourquoi, longtemps, Wilson refusa cette classification :

« La musique de Porcupine Tree est très, très simple. Elle n'a rien de complexe du tout. La complexité est dans la production. La complexité est dans la manière dont les albums sont structurés. [...] Et c'est pourquoi je ne suis pas d'accord avec les gens qui nous décrivent comme étant un groupe de rock progressif[13]. »

Aujourd'hui, Wilson n'est plus aussi catégorique et accepte naturellement cette étiquette, considérant que « le terme est plus générique aujourd'hui qu'il y a cinq ans[14]... ».

Il est à noter une forte évolution du style du groupe depuis la parution de l'album In Absentia, qui s'approche désormais du metal progressif avec un son plus saturé et des riffs de guitare plus accrocheurs.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

  • 1997 - Coma Divine - live In Rome
  • 2004 - Warszawa
  • 2006 - Rockpalast
  • 2008 - We Lost the Skyline

DVD Live[modifier | modifier le code]

  • 2006 - Arriving Somewhere...
  • 2010 - Anesthetize : Live in Tilburg
  • 2012 - Octane Twisted (Enregistré au Riviera Theater à Chicago, le 2 mai 2010)

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 2000 - Voyage 34: The Complete Trip
  • 2001 - Recordings (limité à 20 000 exemplaires)
  • 2002 - Stars Die: The Delerium Years 1991-1997
  • 2010 - Recordings: réédition

Éditions limitées[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Entretien: Porcupine Tree » (consulté le 2007-05-21)
  2. a, b et c (en) « The Dutch Progressive Rock Page » (consulté le 2007-01-07)
  3. a, b, c, d et e (en) « Porcupine Tree Biography » (consulté le 2007-05-15)
  4. (en) « Steven Wilson -The Complete Discography (6th Edition), p. 20 » (consulté le 2007-05-15)
  5. (en) « delerium.co.uk » (consulté le 2007-01-07)
  6. (en) « Record Collector November 1996, issue 207 » (consulté le 2007-01-07)
  7. (en) « Billboard Peak Position of 'Shallow' » (consulté le 2007-01-07)
  8. (en) « MusicMight » (consulté le 2007-01-07)
  9. (en) « Billboad Porcupine Tree chart history » (consulté le 2007-05-24)
  10. (en) « Hurricane Festival 2007 Lineup » (consulté le 2007-03-17)
  11. (en) « Southside Festival 2007 Lineup » (consulté le 2007-03-17)
  12. (en) « Download Festival 2007 Lineup » (consulté le 2007-05-14)
  13. (en) « Aural Innovations Issue #7 » (consulté le 2007-01-07)
  14. (en) « "Interview with Steven Wilson at ProgArchives Forum" »,‎ 2007 (consulté le 2007-05-08)

Liens externes[modifier | modifier le code]