Soft rock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le soft rock est un terme à géométrie variable et parfois galvaudé du fait qu'il a pu avoir des significations différentes selon les périodes. Toutefois, de façon générale, tous ces différents courants ont un fil conducteur : une musique apaisée, mélodique, qui prend le contre-pied du hard rock.

Le soft rock est plus assimilable à de la pop qu'à du rock. Toutefois, contrairement à la pop de l'époque pré-rock'n'roll (voir Great American Songbook), les racines du soft rock se trouvent bel et bien dans le rock, même si dans une version accessible à un grand public dont les radios ont souvent raffolé.

On emploie souvent divers synonymes (plus ou moins exacts) pour qualifier ce genre musical : on l'appelle parfois rock FM gold ou album rock, et parfois west coast rock, à tort, car le soft rock n'est pas l'apanage de la scène californienne. Son univers est souvent proche de celui du jazz-rock fusion (voire du smooth jazz et de la soul contemporaine Quiet Storm) du fait qu'on retrouve souvent les mêmes musiciens de studio dans les deux genres et que certains membres de groupes de soft rock s'avèrent de très bons musiciens de jazz.

De nombreux artistes populaires français, comme Michel Jonasz ou Michel Berger, ont fait appel à ces musiciens. Le soft rock est aussi caractérisé par un état d'esprit "cool" et optimiste, qui tranche avec les thèmes contestataires et politiquement engagés de nombreux groupes de rock, ce qui sera à la fois une des raisons de son succès auprès du grand public et du mépris que les critiques de rock auront à son égard, le considérant comme commercial.

Historique[modifier | modifier le code]

Le soft rock est né au début des années 1970. Au départ, il désignait surtout une forme de folk rock très axée sur la mélodie, moins "roots" et plus pop que le format d'origine. On compte parmi les premiers artistes du genre des groupes comme America, Crosby, Stills & Nash, Seals & Croft, Fleetwood Mac ou les Eagles ainsi que des auteurs-compositeurs-interprètes (songwriters, en anglais) tels que James Taylor, Dan Fogelberg ou Neil Young (bien qu'il soit impensable de mettre toute la discographie de ce dernier au compte du soft rock, son très célèbre Harvest en est un des albums phares). En revanche, certains groupes comme Steely Dan ou Chicago ont fusionné le rock avec des sonorités jazz et funk, rendant l'équation soft rock = folk rock inexacte.

Avec l'arrivée de groupes utilisant des sonorités moins organiques comme le synthétiseur, le soft rock va peu à peu s'éloigner définitivement de ses racines folk rock, notamment avec des groupes comme Supertramp ou Toto. Ironiquement, beaucoup de groupes soft rock comptent dans leur répertoire des titres avoisinant le hard rock (c'est le cas de Life In The Fast Lane des Eagles par exemple) et l'inverse est d'ailleurs vrai  : (Led Zeppelin, par exemple, a fait de nombreux titres soft rock).

Enfin, d'une certaine façon, et c'est sûrement pour cette raison que ce genre est très controversé et n'a jamais eu le respect des critiques rock, le soft rock a jeté les bases de la pop "adult contemporary", c'est-à-dire la variété anglo-saxonne telle que nous la connaissons aujourd'hui à travers les Phil Collins et autre Bryan Adams. On doit cela à des artistes comme Christopher Cross. Cependant, soft rock et Adult Contemporary sont bien deux genres distincts.

Artistes associés au mouvement soft rock[modifier | modifier le code]

La thèse selon laquelle des groupes comme les Beatles ou les Beach Boys peuvent être qualifiés de soft rock est parfois envisagée mais ne fait pas l'unanimité.

Le soft rock renaît sous l'impulsion de la communauté indie[modifier | modifier le code]

Par ailleurs, de nombreux artistes de la scène indie actuelle font une musique très influencée par les grands noms du genre. C'est le cas particulièrement de :

(Noms cités dans un article du magazine musical américain Spin paru en septembre 2006, The Rebirth of Uncool, consacré à ce phénomène)

NB : De grands noms de la scène indie rock ont participé à l'album Here & Now (2006) tels que Adam Schlesinger de Fountains of Wayne ou James Iha des Smashing Pumpkins ainsi que des groupes comme My Morning Jacket ou Nada Surf.

Genres voisins[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]