Radiohead

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Radiohead

alt=Description de l'image Radiohead.jpg.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Rock expérimental, rock alternatif, musique électronique, art rock, Grunge, Rock progressif
Années actives Depuis 1985
Labels Parlophone, XL
Influences Aphex Twin, Pixies, Suede, Joy Division, The Smiths, Autechre, Can, Japan, Kate Bush, Björk, Marillion
Site officiel radiohead.com
Composition du groupe
Membres Thom Yorke
Jonny Greenwood
Colin Greenwood
Ed O'Brien
Phil Selway
Logo

Radiohead est un groupe de rock anglais originaire d'Abingdon dans l'Oxfordshire. Le groupe est composé de Thom Yorke au chant, à la guitare et au piano, de Jonny Greenwood à la guitare, piano et Ondes Martenot, de Colin Greenwood à la basse et au synthétiseur, de Ed O'Brien à la guitare et chœurs et de Phil Selway à la batterie.

Le premier single du groupe, Creep, paraît en 1992 et leur premier album Pablo Honey suit en 1993. La popularité de Radiohead au Royaume-Uni augmente avec la sortie de leur second album intitulé The Bends en 1995. Cependant, ce n'est qu'en 1997 qu'ils acquièrent une réputation mondiale avec la sortie de OK Computer. Les sorties consécutives de Kid A en 2000 et de Amnesiac en 2001, propulsent le groupe à son apogée. La critique est cependant divisée, ce qui s'explique par de nouvelles explorations musicales dans ces deux albums. En effet, leur musique est maintenant teintée d'électronique, de post-punk et de jazz, ce qui donne une nouvelle dimension à leur musicalité. La sortie de Hail to the Thief en 2003 marque la séparation entre Radiohead et leur principal label EMI. Après deux ans de pause, le groupe retourne en studio et sort son septième album, In Rainbows, en 2007, sans aucun label. Le dernier album en date du groupe britannique, The King of Limbs, est sorti en téléchargement sur Internet le 18 février 2011, puis le 28 mars chez les disquaires (en version CD et vinyle) et le 9 mai dans une version complète, dénommée Newspaper. À ce jour, Radiohead a vendu près de 30 millions d'albums, toutefois ce nombre est à relativiser, étant donné que le groupe pratique une politique de téléchargements gratuits ou payants (donc non comptés dans le total des ventes) sur Internet depuis plusieurs années.

Tout au long de sa carrière, le groupe britannique a mis sur le marché de nombreux maxis comprenant chansons inédites, reprises et remixes. Des morceaux tels que Pop is Dead, How I Made My Millions, Trickster, Gaging Order, Polyethylene Part 1 & 2 ou encore Permanent Daylight n'apparaissent sur aucun des huit albums officiels de Radiohead.

L'influence de Radiohead sur la scène pop britannique est indéniable ; on peut citer des groupes comme Travis, Coldplay, Muse ou même Placebo. Le groupe est en perpétuelle recherche de nouveaux sons et explore de multiples voies. En effet, il a toujours voulu dépasser les frontières du rock, en s'ouvrant à la musique électronique, au jazz, au classique, à la musique expérimentale et à tous les mélanges de genres. Le groupe joue sur la structure des morceaux, leurs accords nombreux, sur la mélodie, et sur les effets.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et début (1986–1991)[modifier | modifier le code]

La rencontre entre les membres de Radiohead s'est produite à l'école publique d'Abingdon, non loin d'Oxford. Thom Yorke et Colin Greenwood étaient en même année d'étude, Ed O'Brien et Phil Selway étaient dans la classe supérieure, tandis que Jonny Greenwood avait deux ans de moins que Thom. En 1986, ils forment ensemble On a Friday en référence aux vendredis durant lesquels le groupe répétait dans la salle de musique de leur école. Ils donnent leur premier concert à la fin de l'année 1986 à la Jericho's Tavern, au 56 Walton Street d'Oxford avec Jonny Greenwood en tant que claviériste — en effet, il ne deviendra le guitariste du groupe que peu de temps après.

Bien qu'Yorke, O'Brien, Selway et Colin Greenwood aient quitté Abingdon en 1987 pour rejoindre l'université, le groupe continua d'exister et de répéter pendant les week-ends et les vacances. En 1991, l'ensemble des membres du groupe — à l'exception de Jonny Greenwood — obtinrent leur diplôme universitaire, donnant ainsi l'occasion à On a Friday de se reformer pour enregistrer leur quatrième démo intitulée Manic Hedgehog (qui paraîtra en octobre 1991) et pour donner plusieurs concerts dans la région d'Oxford qui les feront connaître auprès des labels. Chris Hufford, copropriétaire du Oxford's Courtyard Studios, et son partenaire Bryce Edge, furent impressionnés par les performances scéniques du groupe et décidèrent de produire une nouvelle démo, devenant leurs managers par la même occasion. Fin 1991, le groupe signe chez EMI, qui leur demanda de changer de nom. C'est ainsi que le nom On a Friday devient Radiohead, en hommage au morceau Radio Head du groupe Talking Heads, paru sur True Stories.

Pablo Honey et premiers succès (1992-1995)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pablo Honey.
Titre de l'album Pablo Honey.

Drill, le premier EP de Radiohead produit par Chris Hufford sous le label Parlophone Records sort le 5 mai 1992. Sa sortie passe inaperçue et le groupe décide alors d'engager Paul Kolderie et Sean Slade (qui ont notamment travaillé avec les Pixies et Dinosaur Jr.) pour produire leurs prochains morceaux qui seront enregistrés rapidement dans un studio d'Oxford en 1992. Avec la sortie fin 1992 de Creep, leur premier single, Radiohead attire l'attention de la presse anglaise bien qu'une partie de la critique reste hostile envers le groupe. En effet, le morceau ne sera pas diffusé sur BBC Radio 1 à cause de son caractère dépressif. En février 1993, sort Pablo Honey, le premier album du groupe qui sera alors parfois comparé au mouvement grunge très en vogue au début des années 1990. Les singles Anyone Can Play Guitar et Stop Whispering ne réussirent pas à atteindre le sommet des charts et Pop is Dead connut également un succès mitigé. Cependant, Creep eut un impact à l'échelle mondiale. En effet, le morceau fut diffusé d'Israël à San Francisco. Alors que les membres de Radiohead débutaient leur première tournée américaine (début 1993), le clip de Creep, pour lequel le chanteur a remplacé toutes les occurrences du mot « fuckin' » par le mot « very », était l'un des plus diffusés sur MTV. Le morceau atteint la seconde place au US modern rock chart et la septième place au UK singles chart. Creep reste le morceau le plus connu du groupe, bien que peu représentatif de la discographie de Radiohead. Cette chanson a fait l'objet de très nombreuses reprises, notamment celle de la chorale féminine Scala & Kolacny Brothers, dont la version a été utilisée pour la bande-annonce du film The Social Network (2010). C'est la reprise de ce titre en acoustique live sur leur album MTV Unplugged (2007) qui a fait connaître au grand public le groupe de nu metal Korn[réf. nécessaire]. On trouve également une reprise de Creep sur l'album live KID des Pretenders[réf. nécessaire]. La reprise la plus « creepy » est probablement celle des Northern Kings, dans l'album Reborn, en 2007. L'ajout (entre autres) d'une boîte à musique volontairement entêtante y donne au titre une atmosphère très cinématographique, entre l'opéra-rock et le film d'horreur. Moby, Tears for Fears, Beck et Amanda Palmer, notamment, font partie des nombreux artistes qui ont repris cette chanson sur scène[1].

Début 1994, la bande s'attela aux premiers arrangements du nouvel album, sous la tutelle du tout nouveau producteur John Leckie. Alors que les sessions étaient censées débuter aux RAK Studio de Londres en janvier, le groupe oxfordien Ride, également produit par Leckie, devança Radiohead et réserva l'endroit jusque fin février pour peaufiner leur dernier travail en date, Carnival of Light[2]. Pendant ce temps, les chansons purent être répétées à souhait avant l'entrée en studio, ce qui causa finalement un sentiment de lassitude qui frustrait le groupe : « Toutes ces chansons étaient prêtes, on les aimait vraiment, mais c'était comme si on les connaissait trop bien », explique Thom Yorke dans Exit Music: A Radiohead Story, une biographie de Mac Randall[2], « d'une manière assez étrange, on a donc du réapprendre à les apprécier comme au début avant de les enregistrer ». Les premiers mois de studio s'avérèrent difficiles à gérer sous la pression que représentait l'élaboration d'un album qui devait faire suite au succès de Pablo Honey, tandis qu'EMI réclamait l'achèvement des travaux pour octobre 1994[2]. De même, l'on conseilla vivement à Radiohead de sortir le single principal de l'album expressément, alors que la production hésitait entre quatre titres « candidats » sur lesquels le groupe s'attela corps et âme : Sulk, The Bends, Just et (Nice Dream). Et c'est dans une ambiance des moins productives que l'album commença à s'échafauder. « Tout le monde s'arrachait les cheveux en gémissant « C'est toujours pas ça! » », raconte Leckie, « On se tuait à la tâche ». Parallèlement, le processus fut ralenti par les expérimentations de John Greenwood qui cherchait à trouver un « son vraiment particulier » pour sa guitare, alors que Leckie était persuadé que c'était déjà le cas. Ainsi, tout ce que le groupe était en mesure de dévoiler lorsqu'une compagnie du label venait jeter un œil à l'avancement de l'album, se résumait à « un son de batterie ou un truc du genre »[2].

Alors que les tensions entre les membres du groupe (plus particulièrement entre Yorke et le reste de la bande), étaient au plus haut, et que l'on envisageait un break, Leckie suggéra au chanteur d'enregistrer quelques chansons à l'écart. En mai, le groupe partit en tournée jusque mi-juin, tour qui prit rapidement la forme du break proposé auparavant. L'album fut poursuivi dans le complexe rural du milliardaire Richard Branson, le « Manoir », où le groupe se décida à prendre les choses en mains. Le travail avançant beaucoup plus vite que lors des mois précédents, Leckie affirmait que la tournée avait été un moyen pour tout le monde de retrouver de l'assurance. La touche finale fut apportée aux studios londoniens d'Abbey Road, avec quelques mixages réalisés par Leckie[2]. The Bends marqua le début de la collaboration du groupe avec le graphiste Stanley Donwood, qui signera toute leur discographie future, ainsi que quelques projets personnels des membres (dont ceux de Jonny Greenwood). Donwood et Yorke travaillèrent en commun pour cet album, le chanteur se créditant du pseudonyme de The White Chocolate Farm, qu'il raccourcira plus tard en Tchock. Alors que ce dernier avait dans l'idée de représenter un poumon d'acier (en référence à leur titre-phare My Iron Lung) sur la pochette, le résultat final fut obtenu à partir d'un mannequin médical dont le visage fut remplacé par celui de Yorke. Ce sera le dernier album présentant des photos du groupe. Accueilli par une critique largement satisfaite, cet album, bien que marqué par plus de reconnaissance que Pablo Honey, ne parvint cependant pas à rebondir sur le succès commercial du hit Creep. Le dernier extrait de l'album, Street Spirit (Fade Out), fut tout de même leur premier single classé dans le « Top 5 » anglais, l'album atteignant au plus haut la 88e place des charts américains[3]. Ainsi, bien qu'il n'ait pas été marqué par le succès fulgurant qui caractérisera par la suite chaque parution du groupe, The Bends est certifié trois fois platine en Grande-Bretagne et au Canada, et platine aux États-Unis et en Europe. Du fait du grand retentissement qui encensa la sortie des premiers albums de Radiohead, il est encore aujourd'hui considéré comme un des produits artistiques majeurs des années '90, (à ce titre, Matthew Bellamy, leader du groupe alternatif Muse, le citera par exemple comme l'un des plus grands albums de cette décennie avec le Nevermind de Nirvana)[réf. nécessaire]. En 1995, le groupe va alors entamer une tournée mondiale en première partie des grands artistes du moment : Alanis Morissette et R.E.M.. Le groupe va ensuite démarrer sa propre tournée qui va les amener à donner plus de 200 concerts entre janvier 1995 et juillet 1996.

OK Computer et célébrité (1996-1998)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : OK Computer.
Titre de l'album OK Computer.

Deux ans après The Bends, Radiohead sort l'album OK Computer. Sorti le 16 juin 1997 au Royaume-Uni et le 1er juillet aux États-Unis, il a été enregistré dans un manoir à Bath, ainsi que dans l'Oxfordshire. Le groupe décida après le succès de leur précédent opus de s'auto-produire en partie. Cependant, les sessions d'enregistrement inclurent également la participation du producteur Nigel Godrich, déjà présent durant la période The Bends[2], et qui deviendra plus tard le producteur attitré du groupe. Nigel conseillera alors la bande dans leurs choix de matériel d'enregistrement, qu'ils achèteront eux-mêmes : « Le seul concept que nous avions pour cet album était de l'enregistrer loin de la ville et avec nos propres ressources », expliquera ainsi le bassiste Colin Greenwood au magazine Circus après la tournée de l'album[4]. Dès sa sortie acclamée par les critiques et le public, en tête de toutes les listes de « meilleurs albums », le troisième album du groupe devient rapidement un classique. Le Q magazine a par exemple en 2001 classé l'album numéro 1 dans une liste des 50 meilleurs albums des quinze dernières années[5].

Pour éviter les tensions qui avaient animé les enregistrements de The Bends, EMI décida de ne pas imposer une limite de délai pour cet album[2]. Cependant, il apparut bien vite de nombreux désaccords au sein de la formation, surtout dus au choix du lieu de répétition. Alors qu'York, la « voix forte », attribuait surtout le problème à la proximité de l'endroit avec les demeures des autres membres, le guitariste Jonny Greenwood se plaignait du manque de nourriture et de l'insalubrité des sanitaires[2]. Cependant, les compositions avancèrent correctement, et le départ du Canned Applause Studio se signa alors que quatre titres étaient déjà écrits (Electioneering, Subterranean Homesick Alien, No Surprises et The Tourist ; ainsi que Lucky, une chanson déjà parue sur l'album de charité The Help Album, en 1995)[6].

Mi-1996, le label proposa au groupe de participer aux « openings » de la chanteuse Alanis Morissette sur une tournée de 13 jours, durant laquelle plusieurs ébauches de OK Computer furent interprétées. Ainsi, la maquette du futur single Paranoid Android, au départ longue de près d'1/4 d'heure et comportant de longs solos d'orgue, évolua petit à petit en une version bien plus courte et beaucoup plus proche de celle de l'album[7].

Le retour aux sessions d'enregistrement se fit en septembre 1996 à St Catherine's Court, célèbre manoir de la ville de Bath et propriété de l'actrice Jane Seymour[2]. L'ambiance particulière de cette vaste demeure coupée du monde extérieur permit au groupe d'étoffer leur son en jouant sur l'acoustique de l'endroit par exemple (les parties vocales de Exit Music (For a Film) furent ainsi enregistrées dans une cage d'escalier en pierre, pour profiter de l'écho naturel ; de même, Let Down sera pris à 3h du matin dans une salle de danse) mais aussi en disposant de plus de temps libre pour se consacrer pleinement à la musique : « La plus grosse pression était de finaliser [les enregistrements] », expliquera plus tard le guitariste Ed O'Brien au magazine Select, lors d'une interview de décembre 1997. « Nous n'avions aucun délai imposé et donc tout notre temps pour faire ce que nous voulions. Nous retardions donc la chose, car nous étions un peu inquiets de mettre un terme à tout ça »[8].

La fin des enregistrements fut marquée par une satisfaction globale de la part des membres du groupe ; Yorke expliqua plus tard que « Dans une grande maison de campagne, on n'a pas ce problème de mixage stérile des années '80… il n'y avait pas ce désir de stabilité parfaite et que chaque instrument soit enregistré séparément ». De son côté, O'Brien apprécia également le fait que la majorité des morceaux furent enregistrés en « live », ajoutant « [qu'il détestait] faire des « overdubs », car le rendu n'est pas naturel. Il y a quelque chose de plus quand on joue en live ; juste en se regardant jouer et se dire qu'il y a d'autres gars avec qui tu partages ça »[9]. En octobre, le groupe retourna au Canned Applause Studio pour quelques répétitions, avant de finir les enregistrements au manoir. À Noël 1996, l'album fut réduit à 14 pistes[2]. Les parties « cordes » furent enregistrées aux studios d'Abbey Road en janvier 1997 à Londres, et le mixage final de l'album fut réalisé dans divers établissements de la capitale[2].

Finalement c'est un album à atmosphère inattendue pour l'époque qui sort des studios. Un album expérimental, pop et ambiant, s'inspirant de la musique électronique tout en conservant une base rock nerveuse, parfois violente, souvent sombre. Malgré ses côtés singuliers l'album contient de nombreux classiques du groupe, comme Exit Music (For A Film) qui sera le générique de fin du film Roméo + Juliette sorti en France en 1997 (avec Leonardo DiCaprio et Claire Danes). No Surprises, utilisé lui de manière récurrente dans le film de Cédric Klapisch L'Auberge espagnole, ou encore Karma Police et Paranoid Android, par ailleurs désignée meilleure chanson des 15 dernières années par le magazine NME en 2011 [10]. La tournée de l'album se passe comme une plongée dans un gouffre, le groupe (derrière le chanteur Thom Yorke) ne supportant pas la célébrité et tout le brouhaha autour d'eux. Le film Meeting People Is Easy, réalisé par Grant Gee l'année suivant la sortie de OK Computer, relate cette période étouffante. La tournée terminée, le groupe s'enferme dans un silence de deux ans.

122 concerts ont été joués pour cette tournée qui s'est tenue entre mai 1997 et avril 1998[11].

Kid A, Amnesiac et nouvelle ligne musicale (1999-2001)[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Kid A et Amnesiac.

En 2000, Radiohead retourne enfin en studio pour enregistrer Kid A, puis dans la foulée Amnesiac. La musique du groupe se fait alors plus expérimentale, avec l'arrivée de l'électronique et du free-jazz. La voix du chanteur est triturée à travers les machines et les guitares s'effacent dans Kid A au profit des samples. Thom Yorke a expliqué, à l'occasion de la sortie d'Hail to the Thief que l'apparition d'effets sur sa voix était due au fait qu'il ne l'aimait plus et qu'il avait du mal à l'assumer. En effet il supportait mal la façon dont sa voix si particulière pouvait le caricaturer et être réutilisée par de nombreux chanteurs[12]. Par ailleurs, Ed O'Brien a expliqué le virage pris par le groupe par le fait qu'il ne se voyait pas jouer continuellement des chansons aux allures rock comme celles présentes sur OK Computer ou The Bends, qu'il finissait par s'ennuyer et qu'il considérait le renouveau indispensable pour la survie du groupe. Par ailleurs, malgré le coté très électronique de ces albums, la possibilité de jeu sur scène a sans cesse été étudiée.

Kid A et Amnesiac sortent avec seulement quelques mois d'écart, octobre 2000 pour Kid A et juin 2001 pour Amnesiac. Une chanson, Morning Bell, apparaît sur les deux albums avec deux interprétations différentes, correspondant aux atmosphères respectives des deux albums. Selon les descriptions du groupe, Kid A est semblable à la vision d'un feu au loin, tandis que Amnesiac est une vision au sein-même de ce feu. Les deux albums forment un diptyque assez cohérent mais on peut toutefois noter qu'Amnesiac est un peu plus pop que Kid A, avec notamment la présence de chansons telles que Knives Out ou Pyramid Song. Ces deux albums ont été produits par Nigel Godrich et Radiohead. Les musiciens partent ensuite en tournée américaine et invitent un de leurs groupes préférés, The Beta Band[13], pour jouer en première partie de leurs concerts[14].

Hail to The Thief et départ de Parlophone (2003-2007)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Hail to the Thief.
Ed O'Brien et Jonny Greenwood, lors d'un concert à Blackpool en 2006.

En 2003, le groupe sort son sixième album, Hail to the Thief. Cet album apparaît aux yeux des connaisseurs comme un best-of d'inédits tant les chansons sont différentes, tantôt rock (There There, 2+2=5), mélancolique (I Will, Sail to the Moon), pop (Go to Sleep, A Wolf at the Door) ou électro (Backdrifts, The Gloaming). Enregistré en deux semaines, il apparaît plus spontané et est d'une approche plus facile que Kid A et Amnesiac. Cet album marque le retour à une place imposante des guitares, plutôt délaissées dans Kid A et Amnesiac. La composition de cet album est dans l'ensemble plus « classique » pour un groupe de rock, malgré la présence de chansons rappelant l'univers des deux albums précédents comme The Gloaming. Bien que cet album ne soit pas, aux dires du chanteur un album politique, on peut noter une certaine influence extérieure de la société et du monde politique dans les paroles et dénoter la colère qui se dégage de beaucoup de chansons (A punchup at a wedding, 2+2=5)[12].

À l'occasion de la promotion faite pour la sortie de l'album, le chanteur principal Thom Yorke a déclaré que le groupe a modifié ses méthodes d'enregistrement pour cet album. En effet, à la différence de Kid A et Amnesiac pour lesquels l'enregistrement a été laborieux du fait de la volonté du groupe de creuser vraiment chaque aspect de la musique pour chaque chanson, Thom Yorke a déclaré avoir laissé plus le groupe aller à l'instinct et à l'impulsion du moment sans trop chercher à réfléchir. Le rendement d'enregistrement était en effet proche d'une chanson par jour[12]. Cet album est le dernier à être sorti sous le label Parlophone et à la suite de celui-ci le groupe a entamé une période pour l'instant ininterrompue de travail avec le label indépendant XL. 78 concerts ont été joués pour cette tournée qui s'est tenue entre mai 2003 et mai 2004[15].


In Rainbows et début du travail indépendant (2007-2009)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : In Rainbows.

Le groupe, pourtant sans contrat avec une maison de disques, a annoncé la sortie de son nouvel album In Rainbows le 1er octobre 2007, par le biais d'un message posté sur son blog[16]. Cet album, produit par Nigel Godrich, est sorti seulement 10 jours plus tard, et, dans un premier temps, uniquement par téléchargement. In Rainbows est le fruit d'un travail débuté deux ans plus tôt, au cours de l'été 2005. Ce téléchargement ne donne pas lieu à l'acquittement d'une somme précise par l'internaute, mais est laissé au libre choix de l'acheteur — démarche commerciale qui peut être vue comme un prolongement de certains engagements idéologiques d'un groupe, et à mettre en parallèle avec certaines autres de leurs décisions passées comme la distanciation d'EMI ou l'organisation d'une tournée autonome avec concerts sous chapiteau. Toujours via le site dédié à la sortie de cet album, il est également possible de commander pour le 3 décembre 2007 une version CD de cet album, augmentée d'un deuxième disque comportant huit titres inédits, de deux disques vinyles et d'un livret très complet. In Rainbows est par la suite sorti chez les disquaires le 31 décembre 2007.

D'un point de vue musical, In Rainbows délaisse à la fois les sonorités électroniques (hormis sur 15 Step) et le rock (hormis sur Bodysnatchers) afin de partir dans un horizon plus calme, plus posé et parfois franchement pop (Jigsaw Falling into Place). Il semble être une bonne synthèse des voies explorées par le groupe tout au long de sa carrière. Depuis le début de juin 2008, Radiohead s'est lancé dans une nouvelle tournée mondiale et s'est produit en France lors de cinq concerts : au Palais-Omnisports de Paris Bercy les 9 et 10 juin, aux arènes de Nîmes les 14 et 15 juin et au Main Square Festival d'Arras, dans le Pas-de-Calais, le 6 juillet.

60 concerts ont été joués pour cette tournée qui s'est tenue entre janvier 2008 et août 2009[17].

Retrait, Best-of et projets solo (2009-2011)[modifier | modifier le code]

Thom Yorke, lors d'un concert solo au Latitude Festival en 2009.

Le 24 mars 2009, un best-of ainsi que les trois premiers albums du groupe sont réédités, agrémentés de nombreux titres ; b-sides, maquettes et morceaux enregistrés en direct. En tout, chaque réédition comprend 2CD et un DVD. Cette réédition s'est faite par EMI - qui dispose toujours des droits d'édition sur les six premiers albums de Radiohead - et non pas par le groupe lui-même, qui n'a pas marqué son accord et a déclaré dans des interviews ne jamais vouloir sortir de best of ; cela nuirait à la musique en tant qu'un ensemble[18].

Mi-mai 2009, le bassiste Colin Greenwood a confirmé que le groupe était retourné en studio. Dans le numéro de juillet/août du magazine The Believer, Thom Yorke s'est montré critique sur l'avenir du format CD, et sur la volonté du groupe à créer un nouvel album dans un futur proche. Cette attitude s'est confirmée par l'utilisation de moyens plus disparates pour diffuser la musique du groupe : ainsi, à l'été 2009, deux chansons ont été proposées uniquement en téléchargement sur le site du groupe, These Are My Twisted Words (disponible gratuitement) et Harry Patch (In Memory Of), une chanson en hommage au vétéran Harry Patch. Une autre ancienne chanson inédite du groupe, Feeling Pulled Apart By Horses (connue auparavant comme étant la première version de la chanson Reckoner), a été enregistrée par Thom Yorke seul : elle est sortie cette fois uniquement sur un single vinyle accompagné d'une seconde chanson inédite (The Hollow Earth).

Après plusieurs mois de silence pendant lesquels les membres du groupes se sont surtout consacrés à leurs projets solos (notamment Phil Selway et Thom Yorke avec son groupe Atoms for Peace), le guitariste du groupe, Ed O'Brien, a plus récemment affirmé que le groupe prévoyait la sortie de son huitième album avant la fin de l'année 2010[19].

Retour avec The King of Limbs (2011-2012)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : The King of Limbs.
Thom Yorke, aux Arènes de Nîmes, en juillet 2012.

Le 14 février 2011, Radiohead annonce via son site officiel la sortie de son huitième album The King of Limbs (évocation d'un chêne millénaire dans le Wiltshire) qu'ils annoncent comme étant probablement « the first Newspaper Album ». L'album est disponible en version numérique à partir du 19 février 2011. L'album est finalement disponible la veille numériquement, ainsi que le clip de Lotus Flower où l'on observe Thom Yorke effectuer une étrange chorégraphie. À la surprise générale, Radiohead est déjà en studio afin de travailler sur des nouveaux morceaux. Jonny Greenwood a confirmé la nouvelle lors d'un entretien avec BBC Radio 6 Music : « Nous enregistrons pour le moment. Nous répétons un peu et jouons de la musique en essayant de figurer ce que nous ferons ensuite. Nous avons cessé de planifier à long terme et nous nous concentrons à faire de la musique, nous demandant ensuite dans quelle direction aller. » La sortie des deux singles Supercollider et The Butcher a suivi de peu la sortie de l'album. Le 16 septembre 2011 est sorti un double album de remixes par de nombreux artistes de The King of Limbs. Intitulé TKOL RMX 1234567, ce double album comprend plus d'une heure quarante de musique. Le titre Bloom a par exemple été remixé cinq fois par des artistes différents. L'accueil critique de ces remixes, bien que nettement moins bons que pour l'album original, demeure dans l'ensemble positif[20],[21],[22].

Clive Deamer accompagne le groupe sur scène sur la tournée The King of Limbs.

Lors des différents shows dans lesquels il apparaît en 2011, le groupe fait appel à un deuxième batteur en complément de Phil Selway. Il s'agit de Clive Deamer, par ailleurs batteur de Portishead. Début novembre 2011, le groupe annonce sur son site officiel la sortie d'un DVD, Live From the Basement. Ce DVD reprend des prestations live, enregistrées en studio, de l'album The King of Limbs. D'abord exclusivement vendu sur leur site internet, le DVD paraît dans le commerce en janvier 2012. Le groupe annonce une tournée ainsi que la sortie d'un nouvel album en 2012. Le groupe donne plusieurs concerts aux États-Unis de février à mars 2012. Le groupe continue ensuite sa tournée dans le monde entier jusqu'à novembre 2012. Le guitariste Ed O'Brien indique que le groupe jouera seulement dans des salles fermées car la complexité de leur musique nécessite un son clair et fort impossible à obtenir en extérieur. Malgré cela, beaucoup de dates de la tournée se dérouleront finalement en extérieur[23]. En décembre 2011, Radiohead met en ligne deux nouveaux titres, The Daily Mail et Starcaise. Plus que de véritables nouveaux morceaux, puisqu'ils sont joués lors du live The King of Limbs : From the basement ; il s'agit des versions remastérisées de ces prestations. Les deux morceaux sont en vente sur Internet au prix de 1,50 £[24].

Ici, à Taipei, la scène provisoire, inaugurée à Nîmes, remplaçant l'ancienne effondrée.

Le 27 février 2012 débute la tournée de The King of Limbs à Miami. À cette occasion, outre le retour de chansons rarement jouées sur scène telles que Airbag, deux nouveaux morceaux sont interprétés (Cut a Hole et Identikit). Cette tournée aux États-Unis se poursuit jusqu'au début du mois de juin 2012 et le groupe Other Lives est alors prévu pour assurer toutes les premières parties du groupe en Amérique du Nord. Le concert prévu pour le 16 juin 2012 à Toronto est annulé à la suite de l'effondrement de la scène, qui tue le technicien batterie du groupe, Scott Johnson, et qui en blesse trois autres[25]. Le groupe réagit sur son site officiel, par l'intermédiaire de Phil Selway qui déclare que le groupe s'est trouvé attristé par la perte d'un ami et d'un collègue[26]. À la suite de l'effondrement de la structure de la scène, le groupe se trouve dans l'incapacité d'assurer ses concerts pendant plusieurs semaines et huit dates de la tournée européenne qui devaient avoir lieu en Allemagne, en Italie et en Suisse au cours des mois de juin et juillet sont annulés. Ces dates sont par la suite reportées au mois de septembre 2012.

Le groupe se produit pour deux concerts aux Arènes de Nîmes les 10 et 11 juillet 2012. Ces concerts marquent la reprise de la tournée européenne du groupe, stoppée depuis l'accident de Toronto. À l'occasion du premier concert, le groupe rend un hommage appuyé à leur collègue décédé en projetant notamment sa photo sur les écrans géants lors du dernier morceau, Reckoner[27]. Les deux dates à Nîmes sont également marquées par les premières performances live du morceau instrumental Treefingers issu de l'album Kid A. Ce morceau, interprété uniquement par Thom Yorke, Ed O'Brien et Jonny Greenwood est perçu par les observateurs comme un autre hommage fait à Scott Johnson[28]. Pour ces deux concerts à Nîmes, toutes les places seront vendues en quelques minutes seulement. Ils se produisent à trois autres reprises en France, à Paris Bercy, les 11 et 12 octobre 2012, puis au Zénith de Strasbourg le 16 octobre.

58 concerts ont lieu pour la tournée qui se déroule entre février et novembre 2012[29].

Avenir du groupe et neuvième album (depuis 2013)[modifier | modifier le code]

Atoms For Peace, autre groupe de Thom Yorke, en concert en 2010.

Après la tournée The King of Limbs, le groupe décide de faire une nouvelle pause pour permettre l'aboutissement de certains projet parallèles. Ainsi Amok, le premier album du groupe Atoms For Peace formé autour de Thom Yorke en 2009 est sorti le 25 février 2013. Ce groupe, avec lequel Thom Yorke avait déjà tourné en 2009-2010, va de nouveaux donner quelques concerts durant l'année 2013[30]. Colin Greenwood annonce au printemps 2013 à la BBC 6 Music que Radiohead devrait se retrouver et commencer l'écriture de leur prochain album en septembre 2013[31]. Cette information a pourtant été démentie par Thom Yorke lui-même, qui confie ne pas croire à un retour du groupe avant 2014[32].

En avril 2014, dans une interview donnée au Nashville Cream (en), Jonny Greenwood confirme le début du travail sur le neuvième album studio du groupe pour l'été 2014. À propos de la lenteur du groupe à produire, le guitariste explique : « nous sommes un animal qui se déplace lentement, nous l’avons toujours été[33],[34]. »

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Musiciens additionnels[modifier | modifier le code]

Clive Deamer, par ailleurs batteur de Portishead, accompagne Radiohead sur scène depuis la sortie de The King of Limbs et a participé à la la tournée mondiale 2012 du groupe[35].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Année Album Position dans les Charts
Drapeau de la France Drapeau du Canada Drapeau de la Belgique Drapeau de la Suisse :fr:Drapeau du Royaume-UniDrapeau du Royaume-Uni Drapeau des États-Unis
1993 Pablo Honey 108 - - 91 22
1995 The Bends - - - - 4
1997 OK Computer 3 3 - 40 1
2000 Kid A 1 1 - 8 1
2001 Amnesiac 2 1 - 6 1
2003 Hail to the Thief 1 1 1 3 1
2007 In Rainbows 1 1 2 2 1
2008 The Best Of - 19 3 12 4
2011 The King of Limbs 8 5 7 8 7 3

Critiques des albums[modifier | modifier le code]

Album Source Critique
Pablo Honey

1993

Rolling Stone Community

All Music

5/5 étoiles

3/5 étoiles

The Bends

1995

All Music

Blender

5/5 étoiles

5/5 étoiles

OK Computer

1997

All Music

Blender

Rolling Stone

Slant Magazine

5/5 étoiles

5/5 étoiles

4/5 étoiles

5/5 étoiles

Kid A

2000

Album Rock

Pitchforck

X Silence

All Music

Billboard

New York Magazine

4,5/5 étoiles

5/5 étoiles

4,5/5 étoiles

5/5 étoiles

4,5/5 étoiles

5/5 étoiles

Amnesiac

2001

Pitchfork

Rolling Stone

All Music

4,5/5 étoiles

3,5/5 étoiles

3,5/5 étoiles

Hail to the Thief

2003

Album Rock

Music Plus

5/5 étoiles

4,5/5 étoiles

In Rainbows

2007

All music

Blender

Pop Matters

Rolling Stone

Slant

4,5/5 étoiles

4/5 étoiles

4,5/5 étoiles

4,5/5 étoiles

3,5/5 étoiles

The King Of Limbs

2011

Telerama

Pitchfork

Rolling Stone

Album Rock

4/5 étoiles

4/5 étoiles

4/5 étoiles

4,5/5 étoiles

Singles[modifier | modifier le code]

Année Titre Position dans les Palmarès Album
Drapeau de la France Drapeau du Canada Drapeau de la Suisse Drapeau du Royaume-Uni
1992 Prove Yourself - - - 101 Pablo Honey
1993 Creep 17 - - 7 Pablo Honey
1993 Anyone Can Play Guitar - - - 32 Pablo Honey
1993 Pop Is Dead - - - 42 Pablo Honey
1993 Stop Whispering - - - - Pablo Honey
1995 My Iron Lung - - - 24 The Bends
1995 Fake Plastic Trees - - - 20 The Bends
1995 Just - - - 19 The Bends
1995 High and Dry - - - 17 The Bends
1996 Street Spirit (Fade Out) - - - 5 The Bends
1996 The Bends - - - - The Bends
1997 Lucky - - - - OK Computer
1997 Paranoid Android - - - 3 OK Computer
1997 Let Down - - - - OK Computer
1997 Karma Police - - - 8 OK Computer
1998 No Surprises - - - 4 OK Computer
2000 Optimistic - - - - Kid A
2001 Pyramid Song 19 - 99 5 Amnesiac
2001 Knives Out 46 1 - 13 Amnesiac
2001 I Might Be Wrong - - - - Amnesiac
2003 There There 54 1 76 4 Hail to the Thief
2003 Go to Sleep 87 2 90 12 Hail to the Thief
2004 2+2=5 64 2 - 15 Hail to the Thief
2008 Jigsaw Falling into Place 55 - - 30 In Rainbows
2008 Nude 76 8 - 21 In Rainbows
2008 House of Cards - - - - In Rainbows
2008 Reckoner - - - - In Rainbows
2011 Lotus Flower - - - - The King of Limbs
2011 Supercollider - - - - The King of Limbs
2011 The Butcher - - - - The King of Limbs
2011 The Daily Mail[36] - - - - The King of Limbs

Albums remix[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreuses compilations hors album de Radiohead[38], souvent auto-produites sous « Not On Label (Radiohead) », et dans lesquelles on peut trouver de nombreux titres inédits, des reprises, des reprises ponctuelles par d'autres artistes, des prestations live, des remixes de prestations live, des chansons avec des invités, etc. Ne sont référencés ici que quelques exemples représentatifs.

EP[modifier | modifier le code]

Lives[modifier | modifier le code]

Travaux en solo[modifier | modifier le code]

Sur d'autres œuvres[modifier | modifier le code]

Thom Yorke[modifier | modifier le code]

  • UNKLE : Psyence Fiction (1998)
  • The Venus in Furs B.O. de Velvet Goldmine (1998), avec Jonny Greenwood
  • Drugstore White magic for lovers (1998), où il chante en duo sur le titre El Presidente
  • PJ Harvey Stories From The City, Stories From The Sea (2000)
  • Björk : Selmasongs (2000)
  • The Eraser (2006), album solo
  • Modeselektor : Happy birthday ! (2007)
  • Collaboration avec Burial et Four Tet sur les morceaux Mirror et Ego (2011) (Text Recordings)

Jonny Greenwood[modifier | modifier le code]

Participation à Terror Twilight (1999) de Pavement

Jonny Greenwood et Phil Selway[modifier | modifier le code]

Ils ont joué dans le groupe fictif The Weird Sisters pour le film Harry Potter et la Coupe de feu (2005).

Phil Selway[modifier | modifier le code]

Phil Selway sort en 2010 son premier album solo intitulé Familial contenant 10 chansons originales. Il s'ensuit une courte tournée dans les petites salles européennes avant de rejoindre Radiohead pour l'écriture de King of Limbs.

Utilisation des chansons de Radiohead[modifier | modifier le code]

Des chansons de Radiohead ont été utilisées dans d'autres œuvres.

  • La chanson 4 Minute Warning a été utilisée dans le documentaire Gasland de Josh Fox.
  • Pas moins de cinq chansons de Radiohead illustrent le film A Scanner Darkly de Richard Linklater (2006). Il s'agit de Fog, Pulk/Pull Revolving Doors, Skttrbrain (Four Tet Mix), The Amazing Sounds of Orgy et Arpeggi (même si Pulk/Pull Revolving Doors et Arpeggi ne sont pas créditées). On peut également y entendre le titre Black Swan tiré de l'album solo de Thom Yorke.
  • Paranoid Android apparaît comme générique de fin de la série animée japonaise de science-fiction Ergo Proxy.
  • La chanson Analyse, sur l'album The Eraser de Thom Yorke, apparaît elle aussi dans un générique : celui de Le Prestige (2006) de Christopher Nolan.
  • La chanson No Surprises est utilisée en thème de fin du film L'Auberge espagnole, au début de l'épisode 1 de la saison 6 de Dr House ainsi que dans Bliss (2009) de Drew Barrymore (scène où les personnages échangent leurs vêtements à la sortie de la piscine).
  • La chanson Everything in Its Right Place rythme l'une des scènes d'ouverture du film Vanilla Sky de Cameron Crowe, et apparaît dans la BO officielle. Ce même morceau est également utilisé lors d'un épisode de la série Nip/Tuck. On peut aussi entendre, lors de la scène du restaurant, la chanson I Might Be Wrong en musique d'ambiance. Elle est également présente en musique d'ambiance d'un épisode des Experts.
  • Dans le film Roméo + Juliette on entend la chanson Talk Show Host, que l'on peut trouver dans un import nommé Looking Back At, et la chanson Exit Music (for a film) est le thème du générique de fin.
  • À la fin de l'épisode 4 de la quatrième saison de la série télévisée Six Feet Under, la chanson Lucky issue de l'album OK Computer peut y être entendue dans son intégralité.
  • Dans un épisode de la série télévisée Les Experts, on peut entendre la chanson There There, issue de l'album Hail to the Thief. Dans d'autres épisodes, on peut entendre Sit Down Stand Up ainsi que A Punch Up at a Wedding, issues du même album.
  • La chanson Life in a Glasshouse, issue de l'album Amnesiac, est entendue dans le film Les Fils de l'homme (Children of Men) de Alfonso Cuarón, avec Clive Owen (2006).
  • En France, une publicité du comité national contre le tabagisme contre la cigarette dans les lieux publics, tournée par Yvan Attal, ainsi que le spot Le Combat continue pour la Fondation Abbé-Pierre, réalisé par Michel Nougué, utilisent la chanson Reckoner de l'album In Rainbows[42].
  • La chanson Creep est entendue dans le film Cyclo de Tran Anh Hung et dans le film Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants de Yvan Attal. Dans ce film d'Yvan Attal, on peut également entendre Creep en acoustique, Paranoid Android et No Surprises.
  • La chanson (Nice Dream), extraite de l'album The Bends, apparaît au début du dernier épisode de la saison 3 de la série télévisée How I Met Your Mother.
  • La chanson Nude, tirée de l'album In Rainbows, est utilisée pour le trailer de la saison 2 de la série britannique Skins, en 2008. Elle peut également être entendue à bord des avions de la compagnie aérienne Air France en tant que musique d'ambiance, au même titre que la chanson Asleep from day des Chemical Brothers.
  • La chanson All I Need, extraite de l'album In Rainbows, apparaît à la fin de l'épisode 8 de la première saison de la série américaine Life. Elle apparaît aussi dans l'épisode de Fourchette et sac a dos, l'émission où ils sont en Turquie.
  • La chanson Reckoner, extraite de l'album In Rainbow, apparaît à la fin de l'épisode 10 de la saison 2 de Life.
  • La chanson Fake Plastic Trees (The Bends) peut être entendue dans le film Clueless.
  • La chanson 15 Step (In Rainbows) apparaît à la fin du film Twilight, chapitre 1 : Fascination.
  • La chanson Everything in Its Right Place apparaît à la fin de l'épisode 9 de la saison 3 des Experts : Las Vegas.
  • La chanson A Wolf at the door apparaît à de nombreuses reprises en tant que musique originale lors de la pièce Et l'enfant sur le loup, dirigée par Pierre Notte.
  • La chanson I Might Be Wrong, de l'album Amnesiac, apparaît dans l'épisode 5 de la saison 5 De la série Oz ainsi que dans le film Vanilla Sky.
  • Les chansons You and Whose Army? et Like Spinning Plates, de l'album Amnesiac, sont entendues dans le film québécois Incendies (2010) de Denis Villeneuve.
  • Une reprise de Creep par Scala & Kolacny Brothers est utilisée pour la bande-annonce de The Social Network, ainsi que dans l'épisode 8 de la saison 23 des Simpsons, lors de la fin d'un épisode d'Itchy et Scratchy, qui parodie The Social Network.
  • La chanson Exit Music (for a film) est utilisée pour le générique de fin du film After Life et dans un épisode de la saison 1 de Nikita par Scala & Kolacny Brothers.
  • La chanson Creep est chantée par l'acteur Josh Duhamel dans le film Bébé mode d'emploi pour endormir la fille qu'il garde avec Katherine Heigl.
  • La chanson Codex apparaît à la fin de l'épisode 22 de la saison 4 de Chuck.
  • La chanson Just est utilisée dans le film The Bang Bang Club (34') durant le passage le plus torride du film.
  • La chanson High and Dry est utilisée comme chanson finale dans l'épisode 20 de la saison 4 de Cold Case : Affaires classées.
  • La chanson The Tourist est utilisée lors de la scène de la fête où Norman reste seul dans la cuisine dans l'épisode 1 de la saison 1 de Bates Motel.
  • La chanson Codex est utilisée à la 143e minute du film Prisoners, au moment ou les médecins légistes fouillent le terrain.
  • La chanson Exit Music (for a film) est utilisée à la fin du dernier épisode de la saison 3 de Person of Interest.
  • La chanson Exit Music (for a film) a été utilisée à la fin du dernier épisode de la saison 1 de The 100.

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Dans le livre de Lolita Pille, Hell, des références à la chanson Creep apparaissent à plusieurs reprises.
  • Dans le livre d'Amélie Nothomb, Journal d'Hirondelle, le héros, tueur à gages ne trouvant le bonheur que dans les choses lui apportant des sensations nouvelles, prendra la musique de Radiohead comme « bande originale de [ses] crimes ».
  • Dans Kafka sur le rivage de Haruki Murakami, le personnage, adolescent en fuite, écoute l'album Kid A, dont le raffinement extrême, l'étrangeté et la solitude s'accordent bien à l'ambiance du roman.
  • Dans le roman de l'Italien Sandro Veronesi, Chaos calme, de nombreuses références sont faites à des chansons de Radiohead.
  • Dans le roman de Julien Blanc-Gras, Comment devenir un Dieu vivant, l'auteur consacre un chapitre de quelque pages à l'apologie de l'album OK Computer.
  • Dans le roman L'Intrusion de Adam Haslett, le jeune héros homosexuel Nate se retrouve soudainement face à sa réalité et les cadavres de son passé en écoutant un morceau de Radiohead.
  • Dans le premier roman de la série littéraire de Sara Shepard, Les Menteuses, Spencer et Wren ce découvrent une passion commune pour ce groupe.

Influence[modifier | modifier le code]

La musique de Radiohead inspire des musiciens d'autres styles, de l'orchestre symphonique à la musique classique, en passant par le piano jazz. En septembre 1998, le pianiste jazz Brad Mehldau inclut sa propre version du morceau de Radiohead Exit Music (For a Film) sur son album The Art Of The Trio, Vol. 3. C'est l'interprétation qui révélera l'artiste à un public plus large que celui des seuls initiés au jazz. En août 2002, il sort l'album Largo sur lequel figure Paranoid Android. Ces deux morceaux proviennent de l'album OK Computer. En 2003, il sort un album live enregistré à Tokyo, Live in Tokyo, sur lequel figure une nouvelle interprétation de Paranoid Android de 19 min 30. L'album Anything Goes, sorti en février 2004 contient une version retravaillée du morceau Everything in Its Right Place de l'album Kid A. Ces trois albums sont sortis chez Warner. En 2005, Brad Mehldau reprend Knives Out, de l'album Amnesiac, sur son album Day Is Done ([Nonesuch records]).

OK Computer est devenu populaire avec d'autres artistes. En 2001, le label indépendant Vitamin Records (en) a sorti un hommage à Radiohead, Strung Out On OK Computer, par The String Quartet Tribute. C'est une réplique de l'album, morceau par morceau, avec des violons et des violoncelles. Toujours en 2001, un album hommage à Radiohead sort, intitulé Anyone Can Play Radiohead en écho à une de leur chanson Anyone Can Play Guitar, parue sur leur premier album Pablo Honey. Ce CD comporte des titres de Radiohead réinterprétés par différents artistes aux styles musicaux variés. Plastic Mutations (2001) est un album de reprises réalisées par plusieurs artistes, en versions électroniques. En 2003, le pianiste Christopher O'Riley (en) enregistre True Love Waits (Sony Music), une collection de morceaux de Radiohead provenant de différents albums revus pour des solos de piano. Il récidive en 2005 avec un second album, Hold me to this, publié par World Village/Harmonia Mundi.

En 2006, le DJ new-yorkais Mark Ronson enregistre une version funk de Just. La même année, le collectif Easy Star All-Stars sort son deuxième « cover album » (après Dub Side of the Moon) en reprenant intégralement OK Computer façon reggae/dub : Radiodread. En 2007, le groupe Korn reprend, lors de son concert MTV Unplugged, la chanson Creep, se rapprochant alors de la version acoustique. Cette même année, le blog Stereogum[43] propose un album inédit en téléchargement gratuit intitulé OK X en hommage au dix ans d'OK Computer, interprété par la scène Indie du moment (dont Doveman (en), Cold War Kids, Marissa Nadler et My Brightest Diamond (en)). En 2008, le rappeur Jay-Z fait du rap sur des samples de morceaux de Radiohead tels que Paranoid Android, Jigsaw Falling Into Place ou encore Karma Police dans l'album Jaydiohead.

En 2010, Peter Gabriel reprend dans un style très épuré Street Spirit (Fade Out) sur son album Scratch My Back. En 2012, le compositeur de musique minimaliste Steve Reich, dont l'influence est importante dans la musique électronique voire de la pop, et dont Jonny Greenwood avait interprété en 2008 une version de 2×5, s'inspire des thèmes mélodiques de deux chansons de Radiohead (Everything in Its Right Place et Jigsaw Falling into Place) pour composer Radio Rewrite[44].

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Le magazine Q classe l'album OK Computer meilleur album de tous les temps. The Bends arrive lui en deuxième position et Kid A en dixième position.
  • Le magazine Rolling Stone classe l'album Kid A meilleur album de la décennie 2000-2010. Amnesiac arrive en vingt-cinquième position, In Rainbows en trentième position et Hail to the Thief en quatre-vingt-neuvième position.
  • Kid A est aussi classé comme étant le meilleur album de la décennie par les magazines Pitchfork et The Times.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Creep by Radiohead », sur setlist.fm,‎ 2013 (consulté le 31 août 2013).
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (en) Mac Randal, Exit Music: The Radiohead Story, Delta,‎ 2000 (ISSN 0-385-33393-5).
  3. (en) Stephen Thomas Erlewine, « Radiohead : Artist Biography », sur allmusic.com (consulté le 31 août 2013).
  4. (en) Steven Ward, « Running Away With the Circus : An Oral History of Circus Magazine », sur rockcriticsarchives.com,‎ 1998 (consulté le 31 août 2013).
  5. (en) « Radiohead romp home in Q poll », sur bbc.co.uk,‎ 2001 (consulté le 31 août 2013).
  6. (en) Mac Randall, « Radiohead interview : The Golden Age of Radiohead », sur guitarworld.com,‎ 1998 (consulté le 31 août 2013).
  7. (en) Adriaan Pels, « Q Magazine : Thom Yorke loves to skank », sur ateaseweb.com,‎ 2002 (consulté le 31 août 2013).
  8. (en) Adriaan Pels, « Renaissance Men - Select Magazine - 12/97 », sur followmearound.com,‎ 1997 (consulté le 31 août 2013).
  9. (en) Aidin Vaziri, « British Pop Aesthetes », sur greenplastic.com,‎ 1997 (consulté le 31 août 2013).
  10. (en) « Quelle est la meilleure chanson de ces 15 dernières années? », sur lexpress.fr,‎ 2011 (consulté le 3 août 2013).
  11. (en) « Setlist du Ok Computer Tour », sur setlist.fm,‎ 2013 (consulté le 31/08/2013)
  12. a, b et c (en) RadioheadMusicable, « Thom Yorke Interview (Traffic Musique 2003) », sur YouTube,‎ 2009 (consulté le 2 septembre 2013).
  13. (en) Matthieu Grunfeld, « The Three EPs (réédition) the Beta Band », magic,‎ avril 2009 (consulté le 12-12-2011) : « en 1999, Oasis et Radiohead se fendaient séparément de déclarations dans la presse pour proclamer leur intention d'enregistrer chacun... un album à la Beta Band »
  14. (en) Corey Moss, « Beta Band Follow Radiohead Tour », MTV,‎ 6 septembre 2001 (consulté le 12 décembre 2011) : « The Beta Band will follow up their summer tour opening for Radiohead (see "Beta Band Give Hot Talk, Ready Radiohead Plans") by headlining a fall trek of North America. »
  15. (en) « Setlist du Hail to the Thief Tour », sur setlist.fm,‎ 2013 (consulté le 1er septembre 2013).
  16. (en) Jonny, « In Rainbows », sur radiohead.com,‎ 2007 (consulté le 2 septembre 2007).
  17. (en) « Setlist du In Rainbos Tour », sur setlist.fm,‎ 2013 (consulté le 2 septembre 2013).
  18. Interview au Réservoir à Paris, donnée dans le cadre d'un concert privé pour la chaîne de télévision franco-allemande Arte.
  19. Interview de Thom Yorke par Ross Simonini pour The Believer, numéro de juillet-août 2009.
  20. (en) Andy Kellman, « Radiohead - TKOL RMX 1234567 review », sur allmusic.com,‎ 2011 (consulté le 1er septembre 2013).
  21. (en) Evan Rytlewski, « Radiohead - TKOL RMX 1234567 review », sur avclub.com,‎ 2011 (consulté le 1er septembre 2013).
  22. (en) Dorian Lynskey, « Radiohead: TKOL RMX 1234567 – review », sur guardian.co.uk,‎ 2011 (consulté le 1er septembre 2013).
  23. (en) « Show Previous Tour Dates (2012) », sur radiohead.com,‎ 2013 (consulté le 1er septembre 2013).
  24. « Radiohead : deux nouveaux morceaux lundi », sur lesinrocks.com,‎ 2011 (consulté le 2 septembre 2013).
  25. « Scène effondrée à Toronto: l'enquête se poursuit », La Presse,‎ 17 juin 2012 (lire en ligne).
  26. (en) Philip, « Scott », sur radiohead.com,‎ 2012 (consulté le 1er septembre 2013).
  27. « Radiohead rend hommage à Scott Johnson sur scène », sur musicactu.com,‎ 2012 (consulté le 2 septembre 2013).
  28. « Le titre "Treefingers" de Radiohead joué en live pour la première fois ! », sur mybandmarket.com,‎ 2012 (consulté le 1er septembre 2013).
  29. (en) « Setlist du King of Limbs Tour », sur setlist.fm,‎ 2013 (consulté le 1er septembre 2013).
  30. (en) « Atoms for Peace Tour Dates 2013 », sur songkick.com,‎ 2013 (consulté le 1er septembre 2013).
  31. Thomas Dubost, « Radiohead travaillera sur un nouvel album en septembre », sur mybandmarket.com,‎ 2013 (consulté le 1er septembre 2013).
  32. Frédéric Le Rouzo, « Radiohead de retour plus tard que prévu », sur themorningmusic.com/,‎ 2013 (consulté le 1er septembre 2013).
  33. Quentin Monville, « Les choses se précisent pour le neuvième album de Radiohead », sur lesinrocks.com,‎ 2014 (consulté le 21 avril 2014)
  34. Texte original : « we’re a slow-moving animal, always have been. » in (en) Claire Dodson, « Jonny Greenwood: The Cream Interview », sur nashvillescene.com,‎ 2014 (consulté le 21 avril 2014).
  35. A. G., « Radiohead enregistre un nouvel album à la fin de l'année », sur 20minutes.fr,‎ 2011 (consulté le 31 août 2013).
  36. (en) « Radiohead – The Daily Mail / Staircase (2011) », sur newalbumreleases.net,‎ 2011 (consulté le 1er septembre 2013).
  37. (en) « TKOL RMX 1234567 - tracklist », sur musicbrainz.org,‎ 2013 (consulté le 1er septembre 2013).
  38. (en) « Radiohead – Album + Compilation & Album + Compilation + Remixes », sur musicbrainz.org,‎ 2013 (consulté le 1er septembre 2013).
  39. (en) « Lost Treasures 1993-1997 - tracklist », sur musicbrainz.org,‎ 2013 (consulté le 1er septembre 2013).
  40. (en) « Coup d'État - tracklist », sur musicbrainz.org,‎ 2013 (consulté le 1er septembre 2013).
  41. (en) « Fucking Rarities - tracklist », sur musicbrainz.org (consulté le 1er septembre 2013).
  42. « Radiohead dans ces 2 spots TV », sur musiquedepub.tv (consulté le 31/08/2013)
  43. (en) « Stereogum Presents... OKX: A Tribute to OK Computer », sur stereogum.com,‎ 2007 (consulté le 31 août 2013).
  44. (en) Louis Pattison, « Steve Reich: « It's Beethoven on Mondays and Radiohead on Tuesdays » », sur guardian.co.uk,‎ 2012 (consulté le 31 août 2013).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]